2020 - Coronavirus Outbreak - Covid-19 -TIMELINE 

El Confidencial - El Païs - La Repubblica - The Guardian - The Washington Post - The New-York Times - El Mundo - Los Angeles Times - South China Morning Post -  Frankfurter Allgemeine Zeitung - Die Welt - La Stampa - Financial Times - The Telegraph - L’Eco di Bergamo - The Lancet - Johns Hopkins Coronavirus Resource Center -

Last update: 2020/03/19

TIMELINE - OCTOBRE 2019? - JANVIER 2020 
"Tout le monde s'attendait à une nouvelle épidémie en Asie" - Début décembre 2019, Huanan Seafood Market, 31 décembre 2019, le premier signe - La Chine (qui compte une population de plus de 1,3 milliard d'habitants) a alerté le 31 décembre 2019 l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de plusieurs cas de grippe à Wuhan, la capitale de la province du Hubei, en Chine centrale, qui compte 11 millions d'habitants. Les patients ont été mis en quarantaine et les autorités sanitaires ont commencé à rechercher la source de la grippe.

Le premier cas de coronavirus dans le monde remonte au 17 novembre 2019. Il s'agit d'un homme de 55 ans vivant à Wuhan (Hubei), patient zéro. À partir de cette date, les autorités chinoises mettront six semaines avant d'informer l'OMS, la Chine mettra 116 jours pour atteindre son pic de contagion, un pic sera le 12 mars, presque quatre mois plus tard. Mais début mai 2020, après avoir examiné près de 7 000 assemblages de séquences de génomes recueillis dans le monde entier pour déterminer un patient 0, les résultats suggèrent que la crise sanitaire mondiale pourrait avoir commencé à un moment donné entre le 6 octobre et le 11 décembre 2019...

Le 10 décembre, Wei Guixian, marchand de fruits de mer au marché de Huanan, est hospitalisé, le 15 décembre, le nombre total d'infections connues de cette mystérieuse maladie s'élève à 27, le 17 décembre, première hausse quotidienne à deux chiffres. Le 18 décembre, un livreur de 65 ans du marché de Huanan est admis à l'hôpital central de Wuhan pour une pneumonie, les premières analyses effectuées au laboratoire de génomique de Visions Medicals à Guangzhou vers le 26 décembre semblent commencer à susciter quelques interrogations. Le chef du service respiratoire de l'hôpital Hubei Xinhua remarque un nombre croissant de patients atteints de pneumonie et un premier rapport est transmis aux autorités sanitaires chinoises. Les résultats montrent une similarité alarmante avec le virus mortel du SRAS, entretemps, le livreur, qui a été transféré à l'hôpital de Wuhan Jinyintang, est mort. L'hypothèse de l'existence d'un nouveau coronavirus s'impose.

Le 31 décembre, la Chine informe l'OMS de l'apparition d'une maladie infectieuse non identifiée, mais déclare qu'il n'y a "pas de transmission évidente d'homme à homme". Les responsables de l'OMS envoient à Pékin une liste de questions sur l'épidémie. La La police annonce qu'elle enquête sur huit personnes pour avoir répandu des rumeurs sur l'épidémie et l'administration chinoise du cyberespace commence à censurer les conversations sur l'épidémie sur les sites chinois de médias sociaux. Les autorités sanitaires taïwanaises tentent d'obtenir auprès des responsables de l'OMS des informations sur cette épidémie, ayant reçus des rapports de patients isolés, ce qui suggère fortement que le virus est contagieux. L'OMS ne répond pas, les responsables chinois les ayant convaincus d'ignorer Taiwan. Les autorités ferment le 1er janvier le marché des fruits de mer de Huanan, l'agence de presse Xinhua rapporte que le marché est en cours de "rénovation" et que la police demande à tous les net-citoyens de ne pas fabriquer de rumeurs...

C'est le 1er janvier 2020 que le marché de Wuhan était identifié comme plaque tournante de l'épidémie (outbreak hub), le marché de fruits de mer étant pointé du doigt par l'US Centers for Disease Control and Prevention. BBC News publie le 3 janvier ;"China pneumonia outbreak: Mystery virus probed in Wuhan" : "Chinese authorities have launched an investigation into a mysterious viral pneumonia which has infected dozens of people in the central city of Wuhan..." Le 3 janvier, la Commission nationale chinoise de la santé (NHC) ordonne aux institutions de ne publier aucune information relative à la maladie inconnue, et aux laboratoires de transférer tous les échantillons qu'ils ont aux institutions de test désignées, ou de les détruire. Le 5 janvier, Zhang Yongzhen et son équipe du laboratoire P3 de Shanghai, géré par l'État, achèvent la séquence du génome du virus, selon des sources fiables. Il rapporte ses découvertes au NHC, avertissant que le nouveau virus est transmis par le système respiratoire.

Le 7 janvier, les autorités chinoises identifient le virus, appelé Coronavirus, qui est une famille de virus comprenant le rhume, le SRAS et le MERS. Le 11 janvier, le premier décès de coronavirus est signalé à l'hôpital de Wuhan, un homme de 61 ans nommé Zeng qui faisait régulièrement ses courses au marché de Huanan. Les autorités ne révèlent pas que la femme de Zeng a développé des symptômes cinq jours après lui et qu'elle n'avait jamais visité le marché. Il est déclaré aux médias internationaux qu'il n'y a pas de preuve évidente que les gens puissent attraper le virus les uns des autres. Le même jour, le laboratoire P3 de Shanghai révèle la séquence complète du génome d'un "nouveau coronavirus" pour que le monde scientifique extérieur puisse l'examiner, alors que Pékin réitère qu'il n'y a aucune preuve de transmission à l'homme. Le 12 janvier, le laboratoire P3 de Shanghai est fermé pour "rectification". L'OMS tweet qu'elle est "rassurée par la qualité des enquêtes et des mesures d'intervention mises en œuvre sur le nouveau #coronavirus ... à #Wuhan, #Chine, et par l'engagement des autorités à partager les informations avec l'OMS".

Les 13 et 15 janvier, deux cas de coronavirus apparaissent en Thaïlande (une femme chinoise souffrant d'une légère pneumonie, le premier cas de virus en dehors de la Chine), puis au Japon, puis le 20 janvier en Corée du Sud. Le 20 janvier, un homme de 66 ans de Wuhan arrive à Singapour sur le vol CZ351 de China Southern Airlines à 22h40 : il a mal à la gorge, sans fièvre, et prend une voiture affrétée pour se rendre au Rasa Sentosa Resort & Spa de Shangri-La, il deviendra plus tard le Patient Zéro de Singapour...

 

Le 18 janvier, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) avertit que l'aéroport de Wuhan proposait six vols directs par semaine vers Paris, trois vers Londres et trois autres vers Rome….

 

Les Etats-Unis puis l'Australie confirment leur premier cas le 21 janvier. Le virus a infecté plus de 500 personnes et a entraîné la mort de 17 personnes le 22 janvier, tandis que les responsables de l'OMS restent en observation. C'est donc le 20 janvier que le Covid-19 apparaît officiellement dans les médias chinoises : le pneumologue Zhong Nanshan, un vétéran de la crise du SRAS, apparaît dans les médias d'État pour annoncer que le virus est transmissible entre les personnes. Mais il est déjà tard, le nouvel an chinois est dans quelques jours seulement, une nation de 1,4 milliard d'habitants se prépare à circuler. Nombre d'informations détaillées sur cette première étape ont été fournies par l'Université de Toronto (Canada),  une université dont près des deux tiers des étudiants internationaux sont des étudiants chinois...


A partir du 23 janvier, mise en place de la quarantaine et accélération du processus - l'épidémie est présente, les autorités chinoises mettent en place les premières restrictions de circulation et commencent à construire un hôpital temporaire de 1000 lits dans le district de Caidian, à Wuhan. La Chine n’impose le confinement de Wuhan que trois semaines après l’identification du virus. Semble-t-il trop tard, l'explosion des cas de COVID-19  sera due en grande partie à des personnes présentant des symptômes légers ou asymptomatiques qui n'avait pas été détectés. En moyenne, les patients sont admis à l'hôpital sept jours après les premiers symptômes, après huit jours leur respiration s'est raréfiée, suivie d'une insuffisance pulmonaire un jour plus tard (étude The Lancet). La pandémie de Covid-19 en France est identifiée à partir du 24 janvier 2020, sa première apparition en Europe. Le 25 janvier, le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC) annonce : "Les pays européens ont la capacité de prévenir et de contrôler une épidémie dès que des cas sont détectés", et le directeur de l'Institut Robert Koch explique au Journal Heute de la ZDF, que "en dehors de la Chine (...) il n'y a pas de grandes chaînes d'infection" (außerhalb Chinas (...) bisher keine großen Infektionsketten). Le maire de Wuhan a révélé que, le 26 janvier, jusqu'à cinq millions d'habitants ont quitté la ville dans les jours précédant le bouclage, ce qui pourrait propager le virus. La Malaisie confirme le 25 janvier  ses trois premiers cas de virus, une femme et les deux petits-fils du Patient Zéro de Singapour. Entre-temps, le ministère de la santé a identifié 57 contacts proches du deuxième patient de Singapour, une femme de 53 ans, et en met 40 en quarantaine...

Le virus atteint l'Italie en provenance de la Chine via l'Allemagne dès fin janvier - Le virus Sars-Cov-2 commence à circuler clandestinement en Europe et en Italie à la fin du mois de janvier, avant que les premiers cas de la maladie n'apparaissent à Codogno (Lombardie). Le premier cas de coronavirus est confirmé en Allemagne le lundi 27 janvier, en Bavière ; il a été infecté lors d'un stage de formation interne à l'entreprise avec un collègue qui avait fait le voyage depuis Shanghai le 19 janvier et qui n'a observé les symptômes de Covid-19 qu'à son retour chez lui.  Ce cas précède d'à peine un mois l'apparition des premiers cas italiens (Gianguglielmo Zehender, Statale di Milano, Journal of medical virology, analyse du génome du virus de 3 des 16 premiers cas de Covid-19 dans la province de Lodi les 20 et 21 février). Selon le Corriere della Sera, le 26 janvier, au moins 160 personnes avaient déjà contracté le virus entre Milan et la province (sur environ 1 200 dans toute la Lombardie)...

Le 26 janvier l'Organisation mondiale de la santé révise son précédent rapport sur le virus de la Chine en déclarant que le risque mondial lié au virus est "élevé" et non "modéré". La contamination mondiale se confirme. Le Japon, Taiwan et l'Allemagne signalent leur première transmission nationale le 28 janvier. La Chine confirme 132 décès et 5 974 cas infectés, dont 1 459 nouveaux cas. La propagation s'étend. Au moins 86 cas sont signalés dans d'autres pays. Le nombre de décès dus au virus atteint 170 à la fin du 29 janvier, avec un total de 7 783 personnes infectées, dont 7 678 en Chine continentale, 23 pays sont touchés.

Le 31 janvier le comité d'urgence de l'OMS déclare l'épidémie comme une urgence de santé publique de portée internationale, la propagation gagne l'Occident.... et notamment une Europe alors préoccupée par la rupture de ses liens avec le Royaume-Uni. Ce manque de réactivité de l'OMS et de l'Occident fera sans doute l'objet d'analyses ultérieures...

 

Il semble que les pays qui ont pris des mesures d'analyse, d'isolement et de circulation hors de leurs frontières ont eu raison :  le virus est arrivé bien plus vite hors de Chine que ce que l’on pensait jusqu’à présent. Le 30 janvier, en raison de la propagation du virus corona en Chine, le constructeur automobile munichois BMW ferme ses trois usines dans la mégapole de Shenyang, le plus grand site du constructeur automobile au monde (environ 18 000 employés y produisent un demi-million de voitures et de moteurs par an), tandis qu'en Bavière, une centaine de personnes sont isolées, les hôpitaux et les laboratoires de diagnostic se préparent. Tandis qu'un septième cas de coronavirus apparaît en Bavière, selon les conclusions du LGL, il est désormais établi que les sept employés de Webasto ont tous été infectés lors d'une seule session de formation interne. Le 1er février, les autorités sanitaires espagnoles confirment une infection par le Covid-19 d'un Allemand séjournant à La Gomera (Canaries) qui aurait été en contact avec l'un des patients infectés en Allemagne… Si c'est le 31 janvier que les Etats-Unis ferment leur frontière avec la Chine, et que les CDC assurent que le risque de propagation reste faible pour les Américains et ne testent que les personnes revenant de Chine et présentant des symptômes, il semble que dès le milieu du mois de janvier de nombreux cas, asymptomatiques, pré-existaient déjà sur le Côte Ouest...


TIMELINE - FEVRIER
Alors que le premier patient atteint de coronavirus en dehors de la Chine meurt aux Philippines le 2 février, les cas de coronavirus connaissent une forte évolution avec plus de 3 000 nouveaux cas, portant le total à un nombre alarmant de 14 413 et les cas suspects approchent les 20 000 selon les autorités sanitaires chinoises. Le 7 février, le médecin chinois, le Dr Li Wenliang , qui avait tenté de lancer une alerte précoce sur l'épidémie de coronavirus est décédé après avoir contracté le virus alors qu'il travaillait dans un hôpital de Wuhan. L'avocat chinois des droits de l'homme Chen Qiushi est mis en "quarantaine" pour avoir rendu l'épidémie publique. Hong Kong commence le 8 février à imposer une quarantaine de deux semaines pour toute personne arrivant de Chine continentale. 

Le nombre de décès dus aux coronavirus atteint 813 dans le monde à la fin du 8 février, dépassant l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2002-2003 qui a fait 774 victimes. Les nouveaux cas ont maintenant touché 37 549 personnes dans le monde, dont 37 198 en Chine continentale. L'OMS note le 9 février que les cas de ce nouveau coronavirus chez les personnes qui n'ont pas voyagé en Chine pourraient n'être que la "partie émergée de l'iceberg". 

Le 11 février, l'OMS baptise officiellement la maladie causée par le nouveau coronavirus "Covid-19" (SRAS-CoV-2, Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2).

A partir du 12 février, avec l'annulation du Mobile World Congress (Barcelona), se développe progressivement une inquiétude mondiale concernant l'épidémie de coronavirus, les rassemblements, les voyages et autres évènements commencent à être déprogrammés. En parallèle, les décès dus au nouveau coronavirus ont atteint le chiffre de 1 115, tandis que le nombre total de cas a dépassé 45 100, dont 44 653 signalés en Chine continentale, avec un taux de patients guéris qui passerait de 1,3 % le 27 janvier à 8,2 % le 10 février. Le 20 février, le nombre de morts par Covid-19 atteint 2 126, pour un nombre total de plus de 75 700 cas, dont 74 576 en Chine continentale. Mais le nombre de recouvrements a également augmenté pour atteindre environ 16 300...

La Chine est parvenue à son pic le 13 février – avec un peu plus de 15 000 nouveaux cas en une journée –, avant de redescendre à seulement quelques dizaines de cas par jour.

"Atalanta-Valencia di Champions era una bomba biologica” (Giorgio Gori, le maire de la ville de Bergame, 25/03) - Le match entre l'Atalanta et Valencia en Ligue des champions de l'UEFA a sans doute été l'un des vecteurs le foyer de l'expansion du coronavirus en Italie et en Espagne.

Le 19 février au stade San Siro (Milan), 40 000 fans de l'Atalanta ont parcouru les 60 kilomètres entre Bergame et Milan, et quelque 2 500 supporters de Valencia (Espagne) se sont rendus au match en bus, en train. Le premier patient en Italie atteint du Covid-19 a été hospitalisé le 23 février. Si donc le virus était déjà en circulation, les 40 000 fans qui se sont rendus au stade de San Siro ont été infectés. -  (La scintilla vera e propria c'è stata nell'ospedale di Alzano Lombardo)"L'étincelle a vraiment été à l'hôpital d'Alzano Lombardo, avec un patient atteint d'une pneumonie non reconnue qui a infecté des patients, des médecins et des infirmières. C'est le point central de l'épidémie". Tout s'est ensuite rapidement enchaîné à partir du 1er mars avec une multitude de cas atteints de pneumonies graves (Fabiano di Marco, chef du service de pneumologie de l'hôpital de Bergame). A partir du 4 mars, 15 jours après le match, la courbe du nombre de personnes infectées a commencé à s'élever de façon spectaculaire à Bergame, faisant de cette ville l'une des plus touchées par l'épidémie...
"Nadie conocía que el virus ya circulaba entre nosotros" :  début mars, près de Valencia, un homme meurt le 13 février infecté par le coronavirus, ce qui signifie que le virus était déjà présent dans la région avant le match de Milan...

Le 21 févier, l'Italie confirme un nouveau cas de Covid-19, ce qui porte le total à quatre cas dans le pays : auparavant, deux ressortissants chinois et un Italien avaient été testés positifs. Alors que le 22 février, l'Italie annonce un décès à Padoue, dans la région de la Vénétie, à partir du 23, le pays commence à enregistrer une forte augmentation de cas, près de quatre fois plus qu'au dernier recensement (de 20 à 79).

Le 25, l'Italie atteint cinq décès, devient le pays le plus touché d'Europe avec plus de 150 cas :  le gouvernement met en quarantaine près de 50 000 personnes dans 11 villes de Lombardie et de Vénétie. Le nombre de décès dus à Covid-19 approchait les 2 700, à la fin du 24 février et le nombre de cas positifs dépassait 80 000 dans le monde (le nombre de récupérations s'élevait à plus de 27 000). "The coronavirus seems unstoppable. What should the world do now ?", Le coronavirus semble impossible à arrêter. Que doit faire le monde maintenant ? (Jon Cohen, Kai Kupferschmidt, Science, 25 février 2020). Marc Lipsitch de Harvard insiste sur l’importance de la fameuse stratégie à venir "aplatir la courbe" (flatten the curve), il faut retarder la maladie. L’OMS continue de parler d’épidémies dans différentes parties du monde...

La Lombardie, la région la plus prospère d'Italie, devient le symbole mondial de la brutale contagiosité du Covid-19. 55% des personnes tuées par le virus en Italie, soit 9.484 des 17.669 décès, y trouveront la mort. Cette épidémie a semble-t-il démarré en silence, sous couvert de symptômes évoquant la grippe ou la pneumonie, puis a prospéré dans une région à forte densité de population et aux échanges commerciaux élevés, profitant de la recherche inutile d'un hypothétique patient zéro venant de Chine, alors  que le virus était déjà présent sur le territoire. Puis très rapidement, à Codogno, à Bergame, l'épidémie va se nourrir des hôpitaux......

Le 28 février, l'OMS relève le risque d'épidémie mondiale de coronavirus à un niveau "très élevé" et décrit les actions menées en Chine. Le nombre de décès s'élève à plus de 2 850 dans le monde, le nombre total d'infections est passé à environ 83 300, dont environ 78 000 en Chine continentale (mais le nombre de guérisons dans le monde a dépassé les 36 000). Une équipe de l’OMS qui a passé 2 semaines en février à visiter les foyers de Covid-19 en Chine montre qu'il est possible de contrôler l'épidémie par des dépistages massifs et ultra-rapides, avec traçage et isolement immédiat des contacts des personnes positives, prise régulière des températures, l’examen des poumons par scanner (Science, China’s aggressive measures have slowed the coronavirus. They may not work in other countries, 2 mars 2020). Alors que Les États-Unis signalent leur premier décès, se mettent en place des restrictions de voyage en Corée du Sud, en Iran et en Italie. En France, le Premier ministre décide le lendemain d’annoncer l’utilisation du 49.3 pour mettre fin à la lutte contre la réforme des retraites.....


TIMELINE - MARS
"March 2020 will be 31 days that the world will not soon forget. It was the month the Covid-19 pandemic changed the world..."

Le premier cas local confirmé à New-York serait celui d'une femme revenue d'Iran, nous sommes le 1er mars : en fait, le virus semble s'être diffusé dans la métropole de la côte Est américaine dès la mi-février, en provenance d'Europe. Le 3 mars, l'OMS déclare que le taux de mortalité du coronavirus Covid-19 s'élève à 3,4 % au niveau mondial, ce qui est supérieur à l'estimation précédente de 2 %. Toujours le 3 mars, l'OMS alerte les gouvernements, les fabricants et le Réseau de la chaîne d'approvisionnement en cas de pandémie pour stimuler la production et sécuriser les approvisionnements des équipements de protection individuels dans les pays gravement touchés et à risque….

L'Espagne annonce le premier décès dans le pays, un homme qui est décédé le 13 février. Le nombre de décès dus au Covid-19 a augmenté pour atteindre environ 3 100 à la fin du 2 mars. Il n'y a pas eu de patient zéro en Espagne, mais au moins 15 entrées différentes, comme aux Etats-Unis ou en Islande,  observera-t-on après analyse d'un échantillon de génomes, le Covid-19 circulait déjà à Valence ou à Madrid depuis au moins le 14 février. En Chine continentale, le nombre de décès s'élève à 2 943. L'Iran fait état le 8 mars de son plus grand nombre de décès en une seule journée dimanche, avec 49 nouveaux décès dus à des coronavirus, ce qui porte le bilan à 194 morts.

L'Italie verrouille ses régions du nord, dont la capitale Milan, la Lombardie et 11 provinces dans quatre autres régions, soit près de 16 millions de personnes.

Si le nombre total de cas dans le monde est passé à plus de 110 000 dans 108 pays (le recouvrement s'élève actuellement à 61 000), Wuhan ferme 11 des 14 hôpitaux de fortune alors que le nombre de nouvelles infections diminue. Le 4 mars, l'agence de presse officielle Xinhua publie un article d'opinion intitulé "Justified and strong; the world should thank China", déclarant que sans les énormes sacrifices et contributions de la Chine, il n'aurait pas été possible pour le monde de gagner un temps précieux pour combattre la nouvelle épidémie de pneumonie coronaire....

Le 6 mars, amplification d'un foyer épidémique dans le Grand Est (France) qui va propager le virus sur tout le territoire. Un foyer lié à un rassemblement évangélique de Mulhouse qui s'est déroulé du 17 au 24 février.

Le 11 mars, l'OMS déclare que l'épidémie est une pandémie. Le nombre de cas en Espagne est passé à 2 277, dont 55 décès. Dans la capitale Madrid, le nombre de cas est passé de 782 à 1 024 mardi, selon les autorités sanitaires. Le 11 mars, le match de la Ligue des champions, qui se tient à Liverpool et accueille l'Atlético de Madrid, pose question : à cette époque, le nombre de cas de covid-19 en Espagne était d'environ 1 200 avec une trentaine de décès, et le confinement britannique ne débutera que le 23 mars.

Presque du jour au lendemain, entre le 13 et le 16 mars, 750 000 personnes fuient Barcelone. Le 13 mars, l'Espagne déclare l'état d'urgence. Le nombre de décès en Italie augmente de 25 % au cours des dernières 24 heures pour atteindre un total de 1 266. Le nombre d'infections augmente de près de 17 %, pour atteindre 17 660. L'Iran vide les rues de ses villes (les cas atteignent 11 364). Le 14 mars, le Danemark a signalé son premier décès dû à la COVID-19 et ferme ses frontières aux voyageurs étrangers pendant un mois. Le Cambodge refuse  l'entrée aux visiteurs d'Italie, d'Allemagne, d'Espagne, de France et des États-Unis pendant 30 jours. La Colombie ordonne la fermeture de la frontière avec le Venezuela. Les États-Unis déclarent l'urgence nationale et annoncent des restrictions de voyage pour les pays européens. Mais la Corée du Sud fait état de plus de guérisons que de nouvelles infections... 

L'OMS qualifie l'Europe d'épicentre actuel de la pandémie, le continent faisant désormais état de plus de cas et de décès que les autres régions du monde, à l'exception de la Chine. Le nombre de décès approche les 5 500, le nombre total d'infections est passé à 145 300 dans le monde, avec plus de 71 600 guérisons. Le 15 mars, alors que l'Italie enregistre 368 morts supplémentaires à cause du coronavirus, la plus forte hausse depuis le début de l'épidémie. L'Italie est le pays qui compte le plus grand nombre de cas confirmés en dehors de la Chine, ayant dépassé la Corée du Sud et l'Iran. Les pays européens ont connu une forte augmentation des infections et des décès, et la région est devenue le nouvel épicentre de la crise. Outre l'Italie, l'Espagne, la France et l'Allemagne comptent désormais chacune des milliers de cas confirmés. Le 16 mars, nombre de pays ferment ou ont fermé leurs frontières, la Lituanie, la Slovaquie, la Pologne, Chypre, le Danemark, la République tchèque, l'Allemagne, l'Espagne, le Chili, la Colombie, des couvre-feu sont mis en place aux Etats-Unis, on compte plus de 7000 morts dans le monde et plus de 180000 cas déclarés, dont 78000 guéris et plus 6000 dans un état critique. Le 17 mars, la France entre en confinement et l'Europe ferme ses frontières...

Au 18 mars, 8000 morts dans le monde, et plus de 200.000 cas d’infection, La pandémie Covid-19 s'accélère en Europe - Alors que la Chine annonce zéro infection et seulement huit décès, l'Espagne (Madrid, la Catalogne, le Pays Basque principalement) enregistre plus de 14500 infections et 630 décès. Après huit jours de quarantaine, l'Italie (la Lombardie, l'Emilie-Romagne et la Vénétie principalement) atteint 3 000 morts, 475 décès en 24 heures, et doit prolonger sa quarantaine au-delà du 3 avril, avec près de 40000 non respects du confinement. Le nombre de personnes infectées augmente d'environ 1 000 par jour en Allemagne (notamment en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Bade-Wurtemberg, Bavière), alors que la première économie de la zone euro est pratiquement paralysée (Bleibt doch Zuhause!). L'institut allemand Robert Koch estime que la pandémie pourrait durer deux ans et infecter jusqu'à dix millions d'Allemands s'il n'y a pas de vaccin. L'accélération est aussi visible en France qui entame son 2e jour de confinement général et compte 264 morts, 3626 hospitalisations dont 921 en réanimation (les plus touchées étant l'Île-de-France, le Grand Est, l'Auvergne-Rhône-Alpes et les Hauts-de-France). Le continent africain, qui a été le plus durement touché par l'épidémie d'Ebola de 2014, semble avoir été largement épargné par la COVID-19 jusqu'à présent....

Le 19 mars, 78% des 4443 décès enregistrés en une seule journée en Europe surviennent dans cinq zones spécifiques, quatre régions du nord de l'Italie et Madrid, quatre régions très polluées, indiquant que la mortalité par Covid-19 semble augmenter dans les zones à forte concentration de particules en suspension (Science of the Total Environment)...

L'immagine simbolo della morte a Bergamo, i forni crematori non riescono più a smaltire i cadaveri, le jeudi 19 mars 2020, quatre cents décès par jour, le pic le plus élevé jamais atteint, des morts en trop grand nombre même pour une petite ville de 120 000 habitants comme Bergame,  le cortège de camions de l'armée, chargés de cercueils, traversant les rues la nuit, en faisant un bruit sourd....

2020/03/19 - "Home isolation is not my preferred choice ... but it is a necessary one ..." - Governor Gavin Newsom ordered that all of the California state's 40 million residents go into home isolation - New York State, with 6 % of the U.S.  population, now accounts for around half of all cases in the country - New Jersey, Connecticut and Illinois were preparing to follow the lead set by California and New York in telling people to stay mostly inside - Soon more than 1 in 5 Americans will be under orders to stay mostly indoors - Without Urgent Action, Coronavirus Could Overwhelm U.S., Estimates Say.....

21/03;2020 - Le coronavirus est en phase de croissance exponentielle, touche plus de 270 000 personnes, dont 11 000 ont perdu la vie. En Espagne, le nombre de cas positifs de Covid-19 dépasse 25 000, ce qui en fait le deuxième plus grand nombre en Europe après l'Italie, où plus de 4 000 personnes sont déjà décédées. Près d'un milliard de personnes sont "confinées" dans le monde, dans plus de 35 pays, soit dans le cadre de mesures obligatoires (600 millions d'individus, Espagne, Italie, France, Belgique, Autriche, Tunisie, Maroc, Venezuela, Argentine, Colombie, Liban, Israël, la Californie,  l'Etat de New York, le New Jersey ou l'Illinois, la Pennsylvanie et le Nevada) ou préventives, fermetures de frontières, mesures de tests et de quarantaines prises ponctuellement (Allemagne, Portugal, Royaume-Uni, Pologne, Suisse, République tchèque, Hongrie, Grèce, Australie, Turquie, Suède, Brésil, Iran, Russie)… 

Et pendant ce temps, paradoxe dramatique, tandis que l'humanité lutte aveuglément contre la diffusion d'un brin d'ARN d'un diamètre de 0,12 microns  qu'est le Covid-19, "a coronavirus originated in wildlife", la planète Terre et la Nature semblent enfin respirer et la pollution décroître...

22 mars, le COVID-19 amplifie sa progression destructrice, l'Italie et l'Espagne, dont le nombre de décès est toujours aussi dramatiquement important, notamment en Espagne (397 en une journée), les Etats-Unis et l'Allemagne qui voient progresser notablement leurs foyers d'infection, la France dont le taux de mortalité suscite inquiétude, globalement 30000 cas supplémentaires dans le monde (335000 depuis le début de la pandémie), et 1600 décès supplémentaires (14600). Le personnel de santé connaît ses premières victimes, en Italie, en Espagne, en France. L'Afrique désormais paraît sur le point de basculer dans cette progression dramatique. La stratégie du dépistage massif commence enfin à s'imposer, déjà engagée en Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne, finalement retenu par la France après bien des justifications pour expliquer ce qui semble un revirement et présenté comme une adaptation aux préconisations de l'OMS, préconisations émises le 16 mars. Le 23 mars, le Royaume-Uni opte pour le confinement...

Ce 25 mars, une certaine confusion règne dans le Monde. Alors que la propagation de la pandémie Covid-19 s'accélère tant en Europe qu'aux Etats-Unis, le pic est toujours hors d'atteinte : les services de santé absorbent une charge croissante et connaissent leurs premières victimes, des hôpitaux de campagne se construisent, les situations dramatiques se multiplient, dont celle des résidences des seniors. Face à cela, les gouvernants semblent dépassés, souvent contestés par les retards de mise à disposition des éléments de protection, par une gestion du confinement qui s'installe dans la durée et des dispositions qui semblent menacer nos libertés, par le manque de visibilité sur les stratégies de tests, par un discours décalé qui ne parvient pas à rassurer les populations, tandis que l'impact économique se creuse....

26 mars - L’Inde, avec ses 1,3 milliards d’habitants, a décidé de mettre sa population en #confinement total pour au moins trois semaines. Depuis la détection des premiers cas il y a 4 mois, près d'un tiers de la population mondiale est désormais confinée. Jusqu'à présent, Covid-19 a infecté près de 490 000 personnes a minima dans quelque 175 pays débordant tous les services de santé, 15.500 décès ont été recensés en Europe, dont la majorité en Italie (8165) et en Espagne (4089), pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19, ainsi qu'en France (1331). Avec 268.191 cas de contamination officiellement déclarés, l'Europe est le continent où la pandémie progresse le plus rapidement. L'Allemagne a augmenté le nombre des dépistages du Covid-19 à un demi-million par semaine. Malgré la prudence générale, les États-Unis comptent déjà près de 50 000 infections et menacent de devenir un foyer mondial de la maladie, tandis que le nombre de nouveaux chômeurs a explosé, avec plus de trois millions de nouvelles demandes d'allocations chômage. Le grand signe positif est la levée de la quarantaine dans la province de Hubei....

 28 mars - "Tracking COVID-19 responsibly" - Le directeur de la revue scientifique médicale britannique Lancet affirme que depuis fin janvier, la pandémie était attendue, que la Chine avait clairement averti le monde : en Occident, notamment en Europe, le mois de février a été un mois de préparation perdu, «c'est tragique, mais ce n'était pas inévitable»...  La confusion s'accroît au niveau des dirigeants politiques de certains pays, la course à l'achat de matériel de protection s'engage dans tous les pays, 25 jours après l'alerte de l'OMS relative à la nécessité de maîtriser les chaînes de production de celui-ci… le Royaume Uni (17.089 cas, 1.019 morts), la France, l'Espagne, les Etats-Unis, alors que la pandémie ne cesse de croître, touchant plus de 660 000 personnes, dont plus de 30 000 ont perdu la vie. En France (37.575 cas, 2.314 morts), on s'interroge sur la planification du milliard de masques commandés par le gouvernement, et sur la stratégie des tests qui reste flou, seule certitude édictée par le premier ministre, il n’y a eu «aucun retard» dans la mise en place du confinement et "Je ne laisserai personne dire qu'il y a eu du retard sur les mesures de confinement". L'Espagne tient un tout autre langage, reconnaît avec humilité ces erreurs et tente de garder le cap malgré ses 78 000 cas, ce qui en fait le deuxième plus grand nombre en Europe, derrière l'Italie, qui a déjà atteint 90 000. Apres l'Italie, l'Espagne décide de restreinte toute activité économique aux secteurs strictement essentiels. Les États-Unis atteignent plus de 85 000 cas diagnostiqués et se mobilisent, mais la pandémie gagne le Canada, le Brésil, l'Équateur et le Chili. Les stratégies de tests se discutent encore…

30-31/03 - La pandémie n'est plus concentrée dans la province chinoise de Hubei, où elle a été détectée pour la première fois fin 2019 et où il n'y a pratiquement plus d'infections locales. En cette fin du mois de mars, alors que l'ONU avertit que le monde est confronté à la plus grande crise depuis la Seconde Guerre mondiale, que l'OMS annonce qu'un million d'infections mondiales seront atteintes cette semaine, la pandémie a touché plus de 860 000 personnes dans le monde et a fait plus de 42 000 morts. Avec un total de 30 063 décès (sur 458 601 cas d'infection), l'Europe est le continent le plus touché. En France (499 décès en hôpital supplémentaires en 24 heures et 5.565 personnes en réanimation, 52.128 personnes contaminées par le COVID-19 et 3.523 sont décédées). En, Espagne, on enregistre 849 décès et plus de 7900 cas au cours des dernières 24 heures (8 379 au global et 95 635 cas), en Italie, plus de 837 décès et 4054 cas supplémentaires en 24 heures (12428 au total, 105792 infectés). Une phase de stabilisation semble pourtant s'esquisser dans ces deux derniers pays...
Le nouvel épicentre est désormais aux Etats-Unis, qui deviennent le  pays où l'on recense le plus de cas positifs, dépassant les 4000 morts et les 188.000 infectés, avec plus de 24 000 au cours des dernières 24 heures, Trump prévoit deux semaines très douloureuses aux Etats-Unis avec plus de 100 000 morts. Le Canada est le deuxième pays de ce continent à présenter le plus de points positifs (8591), suivi du Brésil (5717), du Chili (2738) et de l'Équateur (1962). Le reste des pays d'Amérique latine enregistrent plusieurs dizaines d'infections chaque jour, dans la crainte constante que le taux de nouvelles infections, comme en Europe, ne commence à augmenter de manière exponentielle. En Asie, l'Iran (44606) et la Turquie (13531) sont particulièrement préoccupants, et en Afrique, les pays signalent lentement mais régulièrement une légère augmentation des cas : Afrique du Sud (1353), Algérie (716), Egypte (710), Maroc (617), Burkina Faso (261), Cameroun (193)...


TIMELINE - AVRIL

Au 3 avril, plus d'un million de personnes dans le monde ont été infectées par le coronavirus et plus de 53 000 en sont mortes, selon un décompte de l'Université Johns Hopkins. Les États-Unis ont établi ce jour un record mondial du nombre de décès dus aux coronavirus en une journée, au moins 1 169 personnes sont mortes, ce qui porte le nombre total de décès dans le pays à 6 057, tandis que les infections ont augmenté à plus de 245 000, après avoir ajouté 30 000 autres cas positifs. L'Allemagne a enregistré plus de 1 000 décès, avec un total de 79 696 positifs. Si l'Espagne a enregistré la première légère baisse du nombre de décès cette semaine avec 932 décès en 24 heures, elle  dépasse l'Italie en termes d'infections enregistrées: 10 935 personnes sont mortes depuis le début de la crise sanitaire, 117 710 personnes sont  infectée. En Italie, on compte 115 000 infectés et plus de 56 000 patients ont été hospitalisés.  En France, on compte 59 105 cas de coronavirus attestés par tests, soit 2116 de plus en 24 heures, 4503 décès, soit 471 de plus en 24 heures, 26 246 hospitalisations, soit 1607 de plus en 24 heures, 6399 personnes en réanimation, soit 382 de plus en 24 heures. Depuis le 1er mars, la Chine a exporté 3,86 milliards de masques, 37,5 millions de pièces de vêtements de protection, 16 000 respirateurs et 2,84 millions de kits de test COVID-19, ces exportations de fournitures médicales se montent à 10,2 milliards de yuans (1,4 milliard de dollars US)....

Ce samedi 4 avril, pendant 3 minutes, recueillement national de la Chine à la mémoire des 3 326 personnes mortes, selon le bilan officiel, des suites de l’épidémie de Covid-19 sur le territoire national. Au 6 avril, après des semaines de confinement strict, l'Italie et l'Espagne sont sur le point de franchir le cap et le taux de mortalité commence à diminuer. Les États-Unis sont toujours en phase d'accélération.

Depuis le 31 décembre 2019 et jusqu'au 8 avril 2020, le coût humain de l'épidémie de coronavirus a continué à augmenter, avec plus de 190 pays touchés, plus de 1,4 million de cas confirmés dans le monde et plus de 82 000 personnes décédées de la maladie. Après des semaines de confinement strict, l'Italie (139420 cas, 17669 décès) et l'Espagne (146690 cas, 14673 décès) sont sur le point de franchir un nouveau cap, un plateau qui semble annoncer une diminution du taux de mortalité. La pandémie est en phase ascendante en France (80 000 cas, 10328 décès, 30 000 hospitalisés), Allemagne (109702 cas, 2105 décès), et Royaume-Uni (60733 cas, 7097 décès, 282 074 testés). Les États-Unis sont en phase d'accélération continue (418000 cas, 14214 décès). Au Japon, l'épidémie semble s'accélérer dans les grandes villes comme Tokyo et Osaka (4.257 cas confirmés, 93 décès). En Corée du Sud, on constate une nouvelle augmentation des cas infectés (10.384 cas pour 200 décès recensés). La Chine, pour la première fois depuis 3 mois, n'a déclaré aucun décès dû au Covid-19. La contagion se développe apparemment lentement en Afrique, le continent est maintenant proche de 13 000 personnes infectées dans 53 pays, pour un nombre total de lits dans les unités de soins intensifs disponibles dans 43 pays africains, inférieur à 5 000 et un nombre de ventilateurs fonctionnels dans 41 pays africains, inférieur à 2 000, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Enfin, la question de la généralisation du port de masque est en cours dans le monde entier. L'Autriche envisage une levée progressive des restrictions à partir du 14 avril et les pays européens comme l'Italie et l'Espagne préparent des plans de déconfinement...

Le 8 avril 2020, Wuhan, la ville chinoise d'origine de la pandémie de Covid-19,  lève la quarantaine qu'elle avait imposée à ses habitants depuis le 23 janvier. Après deux mois et demi, 11 semaines, 73 jours, cette ville de 11 millions d'habitants a vu effectivement se lever les barrières qui l'isolaient du reste du monde. Mais chaque habitant doit obtenir  un code de santé QR vert pour quitter la capitale, une application mobile qui certifie que le porteur est exempt du virus. 

Mais la plupart des cas de coronavirus dans le monde ne sont pas détectés, ce qui augmente le risque de nouvelles épidémies si les mesures de distanciation sociale et les restrictions de voyage sont levées trop tôt (University of Gottingen, Germany):  la seule façon d'éviter une nouvelle épidémie de Covid-19, la maladie causée par le coronavirus, était de procéder à des tests à grande échelle suivis de l'isolement des personnes infectées. L'équipe du Centre des modèles mathématiques des maladies infectieuses de la London School of Hygiene and Tropical Medicine avertit que même les mesures d'isolement ne permettront probablement pas d'empêcher une deuxième vague de Covid-19 en octobre, car une grande partie de la population n'a pas encore été immunisée...

Plus d'un tiers de la population mondiale est aujourd'hui en confinement plus ou moins strict, soit 2,6 milliards de personnes sur les 7,8 milliards d'habitants vivant sur notre planète en 2020. Au 15 avril, la pandémie Covid-19 a franchi la barrière des deux millions de personnes dans le monde confirmés infectés et les 130.000 décès. En Asie, les habitants de Wuhan, l'épicentre de la première épidémie, ont quitté le blocus avec de nombreuses restrictions qui restent en place, tandis qu'en Corée du Sud, à Singapour ou au Japon, la pandémie reste un sujet toujours préoccupant, on évoque le terme de 2e vague. Aux États-Unis, on observe plus de 500 000 cas et près de 2 000 décès par jour. En Amérique latine, les mesures d'endiguement ont été très précoces et seul le Brésil a accumulé plus de 1 000 morts. En Europe, on observe une très légère stabilisation, un plateau relativement élevé que parviennent à absorber les structures de santé, mais sans réel retournement de tendance. La grande question qui mobilise notamment l'Espagne (169000 cas, 17400 décès), l'Italie (156000 cas, 19.000 décès), l'Allemagne (132000 cas, 3500 décès), la France (143000 cas, 15700 décès) est désormais celle de la levée progressive du confinement, des estimations de date permettent aux population de garder espoir, la deuxième moitié du mois de mai est ciblé. Alors que le Royaume-Uni subit encore une situation critique (98000 cas, 12800 décès), l'Autriche, la Tchéquie et le Danemark assouplissent leur quarantaine tandis que l'Espagne se détache de l'exemple italien pour sortir de l'hibernation économique. L'Afrique compte au moins neuf foyers pandémiques et la situation reste globalement préoccupante. En Océanie, le bilan est inférieur à une centaine de morts, avec une Australie, qui compte un peu plus de 6000 cas confirmés et 63 décès.

27 AVRIL 2020 - On approche des 3 millions de cas Covid-19 officiellement recensés (2 844 712 cases) et des 200.000 morts dans le monde (201 315 deaths). Le 26 avril, la ville chinoise de Wuhan, où la pandémie mondiale de coronavirus a commencé, a déclaré qu'il ne restait plus de cas d'infection dans ses hôpitaux. Au 27 avril,
alors que la situation épidémiologique connaît une relative stabilisation dans la plupart des pays, en terme de décès et d'hospitalisation, certains pays commencent à lever quelques restrictions économiques, la République tchèque, l'Allemagne, la Norvège, la Pologne, l'Espagne, l'Italie, l'Autriche, le Danemark, la Slovénie, la Belgique, la Bulgarie, le Royaume-Uni, malgré une décrue encore loin d'être engagée : une hausse des cas Covid-19 est possible. Une deuxième vague déferle avec des patients non atteints de Covi-19 et qui n'ont pu accéder aux soins. La prudence et l'hésitation des gouvernements, qui consolident encore leurs stratégies de déconfinement, contrastent avec des scènes de promenades et de regroupements dans les rues et jardins...

Le nombre total de décès aux États-Unis a dépassé les 50 000, parmi plus de 880 000 cas signalés. Au Royaume-Uni, 813 personnes supplémentaires sont mortes à l'hôpital après avoir été testées positives pour le COVID-19, ce qui porte le total du pays à 20 319. La France passe le cap "symbolique et douloureux" des 20.000 morts. L'Afrique recense 30 316 cas et l'Asie 456 350 cas. Le Brésil est le deuxième pays le plus positif (87 000), suivi du Canada, du Pérou, de l'Équateur, du Mexique et du Chili. Une douzaine d'États d'Amérique latine comptent déjà plus de 4 000 personnes infectées et craignent constamment que le taux de nouvelles infections, comme en Europe, ne commence à augmenter de manière exponentielle.
L'OMS a déclaré que jusqu'à la moitié de tous les décès dus au coronavirus en Europe ont eu lieu dans des maisons de retraite, qualifiant cette situation de "tragédie inimaginable". Le Royaume-Uni, premier marché touristique de l'Espagne (18 078 076 millions de touristes) et l'Allemagne, le deuxième marché (plus de 11 millions de visites en 2019), ont fait savoir à leurs citoyens qu'ils ne pourront sans doute pas se rendre dans des destinations espagnoles cet été, il en est de même pour la Turquie ou la Grèce...


TIMELINE - MAI 2020
Le 4 mai, 2,7 millions d'Italiens reprennent le travail, dans la construction, les industries du textile et de la mode. Le 5 mai, plus de 3,5 millions de personnes dans plus de 185 pays du monde ont déjà été diagnostiquées atteints du covid-19, plus d'un million ont déjà été guéris et 250 000 ont perdu la vie. Le Royaume-Uni est devenu le premier pays à dépasser les 30.000 morts alors que les week-ends voient les promeneurs envahirent les parcs. Il en est de même aux Etats-Unis qui comptent pourtant près de 1,2 million de personnes diagnostiquées, et constituent le nouvel épicentre, le pays au monde où l'on recense le plus grand nombre de séropositifs. Avec également plus de morts : plus de 68 000 morts. Le virus infecte également la population d'autres pays américains. Le Brésil est le deuxième pays le plus positif (108 000), suivi du Canada, du Pérou, de l'Équateur, du Mexique et du Chili. Tous ont accumulé plusieurs dizaines de milliers de cas détectés. L'Allemagne voit nombre de Länder alléger toutes mesures et les populations sortir en nombre...

11 MAI (Total cases, Tot Cases/1M pop - Total Deaths, Tot Deaths/1M pop)...
USA (1369000 cas, 4.3 par 1M - 82000 décès, 257 pour 1M), Russie (232000 cas, 1.7 par 1M - 2100 décès, 16 par 1M), Espagne (228000 cas, 5,8 par 1M - 27000 décès, 580 par 1M), Royaume-Uni (227000 cas, 3,3 par 1M - 32000 décès, 489 par 1M), Italie (221000 cas, 3,6 par 1M - 30000 décès, 514 pour 1M), France (178000 cas, 2.7 par 1M - 27000 décès, 416 pour 1M), Brésil (178000 cas, 0.9 par 1M - 12000 décès, 62 par 1M), Allemagne (173000 cas, 2 par 1M - 7700 décès, 94 par 1M), Turquie (141000 cas, 1.7 par 1M - 3800 décès, 47 par 1M), Iran (110000 cas, 1.3 par 1M - 6700 décès, 81 par 1M), Chine (84000 cas, 0.58 par 1M - 4600 décès, 3 par 1M), Inde (74000 cas, 0.57 par 1M - 2415 décès, 2 par 1M), Canada (72000 cas, 1.9 par 1M - 5300 décès, 140 par 1M), Pérou (72000 cas, 2.3 par 1M - 2000 décès, 66 par 1M), Belgique (53000 cas, 4,6 par 1M - 8700 décès, 763 par 1M), Pays-Bas (43000 cas, 2.5 par 1M - 5500 décès, 325 pour 1M), Arabie Saoudite (42000 cas), Mexique (38000 cas, 3900 décès), Equateur (30000 cas, 2000 décès), Suède (27000 cas, 2.7 par 1M - 3200 décès, 343 pour 1M), ...

11 MAI - Alors que le nombre d'infections dans le monde a dépassé les 4 millions de cas, et que le nombre de décès celui de 280.000, les pays qui furent les plus strictement confinés, l'Italie, l'Espagne, la France, la Belgique assouplissent très progressivement leurs mesures de restriction, la pression hospitalière s'allège... Les pays moins restrictifs comme l'Allemagne, le Royaume-Uni ou la Suède observent avec quelque inquiétude des flambées sporadiques de nouveaux cas, il en est de même en Corée du Sud, à Singapour ou en Chine.

Plus de 1,34 million de cas et plus de 80.000 décès ont été signalés aux États-Unis. La pandémie a touché les 50 États, la grande majorité des cas ayant été enregistrés à New York. L'Iran, le pays le plus touché du Moyen-Orient, a également assoupli ses mesures de bouclage, et les bazars et centres commerciaux de la capitale, Téhéran, ont recommencé à s'animer après avoir été presque désertés pendant des semaines. Pendant ce temps, la Russie et le Brésil ont tous deux franchi des étapes sombres, la Russie a dépassé les 200 000 cas et son chiffre devrait devenir le plus élevé d'Europe d'ici quelques jours, même si le nombre de décès reste relativement faible, à moins de 2 000. Pour le Brésil, les signes sont plus inquiétants, plus de 10 000 personnes décès ont été annoncés dans le pays d'Amérique latine le plus durement touché.  En Inde, l'un des plus grands réseaux ferroviaires du monde va "progressivement" reprendre ses activités. Il y a maintenant plus de 60 000 cas confirmés de Covid-19 sur le continent africain, et un certain nombre de pays africains imposent une série de mesures de prévention et de confinement contre la propagation de la pandémie.

21 mai, plus de 5 millions de cas dans le monde, l'OMS signale un record de nouvelles infections, plus de 320 000 décès à ce jour, avec une accélération notable en Amérique latine. Parmi ces cinq millions de cas, plus de 70% se trouvent en Europe (1 755 620) et aux Etats-Unis (1 551 853). Les Etats-Unis enregistrent 1 561 décès supplémentaires, ce qui porte à plus de 93 400 le nombre total de décès dans le pays. L'État de New York a été particulièrement touché, avec plus de 28 000 décès, mais le nombre de nouveaux cas y a connu une tendance à la baisse. Quatre pays où les décès sont sur une trajectoire ascendante, le Brésil, qui se classe désormais au troisième rang mondial pour le nombre d'infections (291 579), devançant le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie, le Mexique a également connu un pic de nouvelles infections (56 594), l'Équateur a vu son système de santé s'effondrer en avril, le Pérou (104 020). Certains pays hors d'Amérique du Sud, la Russie a vu les infections augmenter rapidement et a maintenant le deuxième nombre le plus élevé au monde, selon les données officielles. Elle a signalé environ 10 000 nouveaux cas par jour depuis le début du mois de mai.
En Afrique (95 104 cas), le Lesotho a confirmé ses premiers cas le 13 mai, ce qui signifie que le coronavirus est désormais présent dans tous les pays du continent, principalement dans les populations urbaines. Les pays les plus touchés sont l'Afrique du Sud, l'Égypte et l'Algérie. 

21 mai - "Countries around the world are reopening " - Après avoir été qualifiée d'épicentre de la pandémie par l'OMS en mars, l'Europe commence lentement à assouplir les restrictions imposées pour ralentir la propagation du virus. Le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne et la France, ainsi que d'autres pays, semblent maintenant avoir dépassé le pic, le nombre de nouveaux cas confirmés et de décès ayant diminué. Le Royaume-Uni et l'Italie ont connu plus de 30 000 décès, tandis que la France et l'Espagne en ont tous deux enregistré environ 28 000. L'Espagne et surtout la France sont parmi les pays européens qui font preuve de la plus grande réserve dans la levée des restrictions, le confinement à 100km reste en France une mesure discutable imposée par les autorités. Au Royaume-Uni, le Premier ministre a été critiqué pour sa confusion et son imprécision lorsqu'il a expliqué son projet d'assouplissement progressif de la politique de verrouillage en Angleterre. L'Italie a autorisé la réouverture de cafés, de restaurants et de bars pour la première fois en deux mois. Les fidèles sont retournés dans les églises et les marchés locaux ont vendu leurs produits. Dans 70 % de l'Espagne, les gens sont désormais autorisés à manger ou à boire sur les terrasses des restaurants et des bars, et le conseil municipal de Barcelone a annoncé que les habitants pourront retourner sur le sable pour prendre un bain de soleil. Entre-temps, la Grèce a signalé qu'elle allait annoncer un plan pour relancer son secteur touristique. Selon les médias, les frontières du pays pourraient être rouvertes d'ici la mi-juin, soit deux semaines plus tôt que prévu...

25 MAI - Plus de 5,4 millions de personnes ont été infectées depuis le début de la pandémie de coronavirus et plus de 345 000 sont mortes, selon l'université Johns Hopkins. Le pays le plus touché jusqu'à présent est les États-Unis, avec 100 000 morts et 1,6 million de personnes infectées. Le seul État de New York, avec 29 021 décès, compte déjà plus de morts que l'Espagne (28 725). Mais le virus se développe fortement en Amérique, en Asie du Sud-Est et au Proche-Orient.

La pandémie connaît une propagation qui peut dépasser les 100 000 cas par jour dans le monde, ainsi les 17, 21 et 22 mai. L'Inde représente aujourd'hui environ un quart des nouveaux cas de coronavirus en Asie (66 330 dans un pays de 1,3 milliard d'habitants) et connaît une augmentation record des cas de coronavirus avec 6 000 nouvelles infections, alors que le nombre de morts en Indonésie dépasse les 1 000 et que le régime iranien exhorte les gens à ne pas voyager à la fin du Ramadan car des millions de personnes sont encore vulnérables. C'est à Qom que les premiers cas de nouveau coronavirus avaient été détectés mi-février en Iran, pays le plus touché au Moyen-Orient avec plus de 135.700 personnes infectées. Depuis le 11 avril, Téhéran a autorisé une réouverture progressive des commerces, levant les restrictions sur les déplacements à l'intérieur du pays malgré une récente hausse des cas de Covid-19. L'Amérique latine et les Caraïbes ont dépassé les 40.000 morts. Avec 22.666 morts, le Brésil est de loin le pays le plus touché dans la région, suivi par le Mexique (7394 morts) et par le Pérou (3456 décès). 

Globalement, entre le 16 et le 22 mai, le monde a connu une augmentation de 12,8% de cas, avec +34,3% en Asie du Sud-Est, +26,1% sur l'ensemble du continent américain ((États-Unis, Brésil, Chili, Mexique et Pérou), +23,3% au Moyen-Orient, + 16,2% en Afrique, +6,6 dans le Pacifique Ouest (Chine, Japon, Corée) et seulement 3,2% en Europe, où l'augmentation la plus importante est observée au Royaume-Uni.  
Plus de 173.000 personnes ont été tuées en Europe, où l'épidémie apparaît désormais sous contrôle. De nombreux pays procèdent à la réouverture de certaines activités, tout en n'abandonnant pas leurs mesures de précaution. En Europe, les restrictions continuent à se lever progressivement suivant les pays, la France se montrant particulièrement prudente, l'Italie, l'Espagne et la Grèce tentant de préserver leur tourisme d'été. 

Coronavirus 31 May: at a glance

Le bilan mondial des décès dus aux coronavirus s'élève à 370 078, selon l'université Johns Hopkins. Il y a eu 6 104 980 cas confirmés dans le monde. Pendant un certain temps, il semblait que les pays en développement avaient été épargnés par le pire de la pandémie. Au 30 avril, avec 84% de la population mondiale, les pays à faibles et moyens revenus n'abritaient que 14% des décès connus de covid-19, selon une analyse de la Brookings Institution. Cela peut s'expliquer en partie par le manque de tests et l'incapacité à attribuer les décès au covid-19. Dans une grande partie du monde développé, la courbe du coronavirus s'aplatit lentement, mais cela cache une réalité tragique : la deuxième phase de la crise a commencé avec la propagation du virus aux pays en développement. Dix des douze pays qui comptent le plus grand nombre de nouvelles infections confirmées sont aujourd'hui des économies en développement, avec en tête le Brésil, la Russie, l'Inde, le Pérou et le Chili. La dévastation qui en résultera annulera très probablement des années, voire des décennies, de progrès économique. Les maisons de retraite, qui représentent un pourcentage important des décès dans les pays développés, sont inhabituelles dans les pays en développement, de sorte que les personnes âgées ne deviennent pas un centre d'intérêt lorsqu'elles sont ensemble. La chaleur peut également avoir un certain effet sur la réduction de la propagation du virus. Certains experts médicaux spéculent en privé sur le fait que les populations de ces pays ont un système immunitaire plus fort parce qu'elles ont été exposées à de nombreuses maladies tout au long de leur vie.
Il existe une autre possibilité. Le monde en développement a évité la maladie pendant les premiers mois de la pandémie parce qu'il était moins connecté, en termes de commerce et de voyages, aux centres initiaux (Chine et Europe). Ces dernières semaines, cependant, le coronavirus a progressé lentement mais sûrement en Asie du Sud-Est et en Amérique latine. Le Brésil enregistre aujourd'hui environ 1 000 décès par jour, et les cas augmentent de manière exponentielle. L'Afrique n'a pas connu un pic important de cas confirmés - jusqu'à présent - mais des exemples concrets suggèrent que la maladie se propage également.

 En Inde, un cinquième de tous les cas connus se trouvent à Mumbai, où un bidonville, Dharavi, abrite environ un million de personnes et a une densité de population environ 30 fois supérieure à celle de New York. La plus grande ville d'Afrique, Lagos, a eu relativement peu d'infections jusqu'à présent. Malgré cela, le fait que deux tiers de ses habitants vivent dans des bidonvilles et que beaucoup prennent des bus bondés pour aller travailler signifie que ce n'est probablement qu'une question de temps avant que les cas n'augmentent. Les complexes hospitaliers dans les pays à faible revenu sont rares. Au Bangladesh, on compte huit lits d'hôpital pour 10 000 habitants, soit un quart des chiffres des États-Unis et huit fois moins que dans l'Union européenne. Il y a moins de 2 000 ventilateurs dans l'ensemble des 41 pays africains, contre 170 000 aux États-Unis. D'autre part, dans beaucoup de ces pays, de larges pans de la population gagnent juste assez pour se nourrir et nourrir leur famille au quotidien, des mesures de confinement avec arrêt de l'économie auraient des conséquences désastreuses. A cela s'ajoute la crise de la dette, qui touchera particulièrement le monde en développement.


TIMELINE - JUIN 2020
Depuis le 31 décembre 2019 et au 3 juin 2020, 6 348 900 cas de COVID-19 ont été signalés, dont 380 810 décès. Le nombre de cas continue d'augmenter dans le monde entier, mais à un rythme beaucoup plus lent en Europe, en Asie et en Amérique du Nord qu'au plus fort de la propagation de la pandémie. Le Brésil est le deuxième pays où le nombre de cas confirmés de Covid-19 est le plus élevé (555 383 cas, 31 199 décès), derrière les États-Unis (1 831 821 cas, 106 181 décès). Avec plus de 183.198 cas, dont 5301 décès, le Pérou est le deuxième pays d'Amérique latine en nombre de contaminés, après le Brésil. Plus de 9000 malades du nouveau coronavirus sont actuellement hospitalisées, mettant le système de santé au bord de la rupture. Le Mexique a lui aussi rapporté un nombre record de victimes du coronavirus dans les dernières vingt-quatre heures avec 816 morts, le nombre total de décès dans le pays dépasse, lui, les 12.000.

La Russie (423 741 cas) et certaines régions du Moyen-Orient continuent à lutter pour contenir la propagation du virus, ce qui laisse penser que le pic d'infection n'a peut-être pas encore été atteint. Dans le monde entier, les économies commencent lentement à s'ouvrir à nouveau, car de nombreux restaurants, bars, salles de sport, centres commerciaux ont maintenant ouvert leurs portes mais poursuivent leurs efforts pour appliquer les protocoles de distanciation sociale..

I can’t breathe" - La mort de George Floyd le 25 mai 2020 lors d'une violente arrestation à Minneapolis provoque des soulèvements dans nombre de villes américaines (Oakland, Portland, Detroit, Los Angeles, Atlanta, Brooklyn, Washington DC) de la part de la communauté Afro-Américaine, principalement touchée par le Covid et la brutalité policière. Au cours du week-end 7 juin, des manifestations ont eu lieu dans le monde entier, avec des milliers de personnes à l'extérieur des États-Unis qui ont défilé pour manifester leur solidarité avec les protestations américaines concernant le meurtre de George Floyd par la police de Minneapolis. Dans de nombreux endroits, les manifestants ont également exprimé leur colère face au racisme systémique et à la brutalité policière dans leur propre pays, en Suède, en Angleterre, au Japon, au Brésil, en Espagne, au Sénégal, au Danemark, en Écosse, en Corée du Sud, en Belgique, en Hongrie, en Italie, en Australie, en Pologne, en Turquie, en France, en Suisse, au Portugal, au Canada et en Allemagne....

Au 12 juin, dans le monde, le Covid-19 a fait plus de 417.000 morts, et infecté plus de 7,4 millions de personnes. «Bien que la situation en Europe s'améliore, dans le monde elle s'aggrave», a alerté le patron de l'OMS. En France, et plus largement en Europe, l'esprit est au déconfinement, que l'on espère volontiers plus rapide, conforté par des statistiques rassurantes. «L'épidémie circule, mais elle est contrôlée». Bruxelles a préconisé la levée de toutes les restrictions de voyage au sein de l'Union européenne et de l'espace Schengen dès le 15 juin, et la réouverture des frontières extérieures de l'UE dès le 1er juillet aux voyageurs des Balkans occidentaux. Mais on note plus d'1,5 million de cas confirmés en Amérique latine et une accélération en Afrique. L'Iran est devenu le premier pays à signaler une deuxième vague d'infections . L'Amérique du Sud, touchée de plein fouet par le Covid-19, est devenue le nouvel épicentre de la pandémie. Le nombre de contaminations constatées vient de dépasser le cap des 1,5 million. En additionnant les Caraïbes, on y déplore plus de 73.000 morts, dont plus de la moitié au Brésil. Le cap des 2 millions de malades a été franchi aux États-Unis, le pays le plus touché au monde. Le pays comptabilise 113.209 décès. Suivent le Royaume-Uni avec 41.279 morts, le pays européen qui compte le plus grand nombre de décès, le Brésil (40.919), l'Italie (34.167) et la France (29.346).

La pandémie s'accélère aussi en Afrique. Il a fallu 98 jours pour atteindre la barre des 100.000 cas et 18 seulement pour franchir, mardi, celle des 200.000.. Même si ces cas enregistrés en Afrique représentent moins de 3% du total mondial, la maladie progresse sur le continent. Dix des 54 pays d'Afrique recensent 80% des cas, et l'Afrique du Sud à elle seule 25% d'entre eux. Plus de 70% des décès sont enregistrés dans seulement cinq pays: Afrique du Sud, Algérie, Nigeria, Égypte et Soudan.

La pandémie a provoqué un chômage de masse dans de nombreux pays, car les mesures de confinement ont maintenu les gens chez eux et gelé l'activité économique. Aujourd'hui, alors que de nombreux pays assouplissent les restrictions dans l'espoir de relancer leur économie, de nouveaux foyers apparaissent. Au 29 juin, le nombre de cas déclarés Covid-19 dans le monde dépasse les 10 millions. Ce nombre a doublé en un peu plus d’un mois, avec plus d’un million de nouveaux cas sur les seuls six derniers jours. Parmi ces cas, 498 779 décès ont été recensés, notamment en Europe, continent le plus touché (2 637 546 cas et 195 975 décès), ainsi qu’aux Etats-Unis (2 510 323 cas, dont 125 539 décès), pays le plus touché. En Chine, aux Etats-Unis ou au Portugal, un reconfinement partiel se met en place. En Inde, la quinzaine de millions d'habitants de l'agglomération de Chennai (sud de l'Inde) est entrée dans un nouveau confinement face à l'intensification de l'épidémie.
La pandémie progresse désormais le plus rapidement en Amérique latine, avec plus de 400 000 cas recensés ces sept derniers jours sur le continent. «Le monde est entré dans une phase nouvelle et dangereuse. Beaucoup de gens sont évidemment fatigués de rester chez eux. Les pays sont désireux de rouvrir leur société et leur économie», a déclaré le chef de l'OMS. «Mais le virus continue de se propager rapidement, il reste mortel et la plupart des personnes restent exposées»...

Les centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) américains estiment ainsi de l’ordre de dix fois plus le nombre d’Américains ayant été contaminés, soit plus de 20 millions de personnes, ce qui représente entre 5 et 8 % de la population. Aux Etats-Unis, la contagion progresse dans 30 des 50 Etats, notamment dans les plus grands et les plus peuplés du Sud et de l’Ouest : la Californie, le Texas et la Floride. Dans l'État australien de Victoria, les autorités ont enregistré leur plus forte augmentation quotidienne de cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, avec 75 personnes testées positives lundi et une seule personne confirmée comme étant un voyageur international de retour.
L’Asie semble connaître une recrudescence du nombre de cas quotidiens, poussée désormais par la propagation soutenue de la maladie en Inde (528 859 cas, dont 118 398 ces sept derniers jours), au Pakistan (202 955, 26 338 nouveaux) et au Bangladesh (137 787, 25 481 nouveaux). Et pour la « première fois depuis des mois », l’Europe connaît une augmentation du nombre de cas hebdomadaires, notamment dans onze pays, a prévenu l’Organisation mondiale de la santé (OMS), alertant sur la capacité des systèmes de santé à affronter ce rebond...


TIMELINE - JUILLET 2020

Au seuil de l'été, les Européens ont rouvert mercredi leurs frontières aux voyageurs de quinze pays dont la situation épidémiologique est jugée suffisamment sûre pour la reprise des voyages. Les critères retenus excluent notamment les États-Unis. Le nombre de personnes contaminées chaque jour par le nouveau coronavirus dans le monde dépasse les 160.000 depuis une semaine, note l'Organisation mondiale de la santé (OMS). «60% de tous les cas de Covid-19 recensés jusqu'à présent ont été signalés au cours du mois dernier», a indiqué l’organisation, appelant une fois de plus à respecter les règles de distanciation, à détecter et à isoler les cas, et à porter un masque lorsque c'est nécessaire...

Au 26 juillet, à 10h21, 15 745 102 cas confirmés de COVID-19, dont 639 317 décès, ont été signalés à l'OMS. Une augmentation record a été enregistrée en 24h le 24 juillet avec 184196 cas, 259848 le 18 juillet. La pandémie continue donc toujours d'être active et fait craindre une nouvelle vague tant redoutée. En Chine et en Europe, il existe encore des foyers qui maintiennent la population et les autorités en alerte et les obligent à maintenir des mesures de distanciation sociale et même à imposer de nouvelles restrictions. L'Espagne est devenu le pays d'Europe qui suscite le plus d'inquiétude, autour de 1000 cas sont diagnostiqués tous les jours, une "transmission silencieuse" puisque 60 à 70 % des nouveaux positifs sont totalement asymptomatiques ou présentent des symptômes très légers, la Catalogne, Madrid, l'Aragon, des mesures de confinement localisées sont mises en place (Leida, Barcelone), le port du masque rendu obligatoire, le monde de la nuit est particulièrement concerné avec les travailleurs saisonniers, mais aussi et toujours les fêtes de famille et de village. L'Espagne lutte pour conserver son tourisme dans les Baléares et Canaries. En France, selon le dernier communiqué du ministère de la Santé du 24 juillet, la circulation virale est en nette augmentation avec un R à 1,3 : "Avec un nombre de cas journaliers supérieur à 1 000, nous sommes revenus à des niveaux comparables à ceux de la fin de la période du confinement. Nous avons effacé une bonne partie des progrès que nous avions accomplis dans les premières semaines du déconfinement". Le gouvernement appelle à la discipline collective. Mais c'est sur le continent américain que le virus ne cesse de progresser inexorablement, avec de nouveaux records d'infection chaque jour, notamment aux États-Unis et au Brésil, les deux pays où le nombre de cas et de décès dus au covid-19 est le plus élevé, suivi par le Pérou, Chili et le Mexique. En Inde également, qui est de loin le pays asiatique le plus touché. En Asie, l'Iran, le Pakistan et l'Arabie Saoudite sont également préoccupants. En Afrique, le taux d'infection a également augmenté. L'Afrique du Sud compte plus de 381 000 infections et l'Égypte environ 90 000. Au total, 15,5 millions de personnes dans le monde ont été diagnostiquées avec un coronavirus. Parmi eux, 8,8 millions ont déjà été guéris et 633 000 ont perdu la vie....