PAYSAGES, LANDSCAPES

La définition objective d'un paysage est celle d'une portion de l'espace terrestre, vue ou représentée par un observateur humain. Un paysage est toujours le résultat d'un point de vue, et il y a au bout du compte, pour un même substrat, une même base matérielle, naturelle, urbaine ou sociale, autant de points de vue, autant de représentations picturales ou littéraires que d'observateurs. Merleau-Ponty reprend ainsi ce propos en écrivant qu'un paysage semble contenir "tous les visibles de tous les voyants". Les spécificités culturelles et les circonstances de la vie agissent de concert dans la re-construction que nous effectuons d'un paysage : écriture, peinture, photographie ne sont plus uniquement des formes d'expression mais de véritables expériences au travers desquelles nous éprouvons le sens que nous donnons à notre vie.

Notre esprit se construit par et dans l'image, par l'image du monde intérieur ou extérieur, dans l'image qu'il a de lui-même, lui et son corps... Le peintre ou le photographe livrent plus qu'un tableau plus qu'une photographie, mais une véritable histoire, et de quels paysages sommes-nous les enfants, réels, désirés ou imaginés ... puis vient la "turismania" de soi, des autres, de notre planète terre, de soi à travers notre planète terre, que nous vidons de toute substance sans nous en rendre totalement compte ...

 

The objective definition of a landscape is that of a portion of the Earth's space, viewed or represented by a human observer. A landscape is always the result of a point of view, and there is ultimately, for the same substrate, the same material, natural, urban or social basis, as many points of view, as many pictorial or literary representations as observers. Merleau-Ponty thus repeats this statement by writing that a landscape seems to contain "all the visible of all the seers". The cultural specificities and the circumstances of life act together in the rebuilding of a landscape: writing, painting, photography are no longer just forms of expression but real experiences through which we experience the meaning we give to our life. 

Our mind is built by and in the image, by the image of the inner or outer world, in the image it has of itself, itself and its body. The painter or photographer delivers more than a painting, more than a photograph, but a true story, and of what landscapes are we the children, real, desired or imagined... 

then comes the "turismania" of oneself, of others, of our planet earth, of oneself through our planet earth, which we empty of all substance without realizing it completely...

 

La definición objetiva de un paisaje es la de una porción del espacio terrestre, vista o representada por un observador humano. Un paisaje es siempre el resultado de un punto de vista, y en última instancia, para el mismo sustrato, existe la misma base material, natural, urbana o social, tantos puntos de vista, tantas representaciones pictóricas o literarias como observadores. Merleau-Ponty repite así esta afirmación escribiendo que un paisaje parece contener "todo lo visible de todos los videntes". Las especificidades culturales y las circunstancias de la vida actúan conjuntamente en la reconstrucción de un paisaje: la escritura, la pintura, la fotografía ya no son meras formas de expresión, sino experiencias reales a través de las cuales experimentamos el sentido que damos a nuestra vida.

Nuestra mente está construida por y en la imagen, por la imagen del mundo interior o exterior, en la imagen que tiene de sí misma, de sí misma y de su cuerpo. El pintor o fotógrafo entrega más que una pintura, más que una fotografía, pero una historia real, y de qué paisajes somos niños, reales, deseados o imaginados...   

luego viene la "turismania" de uno mismo, de los demás, de nuestro planeta tierra, de uno mismo a través de nuestro planeta tierra, que vaciamos de toda sustancia sin darnos cuenta completamente....


Far away from the crowd and human flood? Notre planète Terre de plus de 7 milliards d'habitants est l'objet d'un flux touristique sans équivalent à la mesure de notre si courte histoire, plus de 670 millions à destination de l' Europe (se répartissant principalement entre la France, 82 millions, l'Espagne, 75 millions, l'Italie, 52 millions (et 10%  à 12% du PIB), le Royaume-Uni, 36 millions, l'Allemagne, 35 millions), plus de 320 millions à destination de l'Asie et du Pacifique (dont une Chine à 60 millions et une Thaïlande à 32 millions), plus de 200 millions vers le continent américain (dont 77 millions vers les Etats-Unis, 35 millions vers le Mexique), plus de 60 millions vers l'Afrique et plus de 50 millions vers le Proche-Orient. 

Massive tourism more than mass tourism, impossible to contain especially since from now on every living being of this planet is a potential tourist in search of a quickly consumable and digitally reproducible emotion... Turismo masivo más que turismo de masas, imposible de contener sobre todo porque a partir de ahora cada ser vivo de este planeta es un turista potencial en busca de una emoción rápidamente consumible y digitalmente reproducible...

La gestion du flux de ces visiteurs, de ces foules, le plus souvent indifférentes, qui envahissent les ruelles, les places, les musées, les ponts, les autobus, les restaurants devient de plus en plus problématique, - l'Espagne et l'Italie, ne serait-ce que par la configuration exiguë de certains sites "touristiques", Venecia et Roma en sont des exemples parfaits -, devient véritablement problématique : on comptait 25 millions de touristes dans le monde dans les années 1950, aujourd'hui, XXIe siècle, c'est bien 1,1 milliard de personnes (près de 10% du PIB mondial) qui "voyagent" dans le monde chaque année, et ce phénomène ne peut que progresser, mondialisation oblige..  

Tourisme massif plus que tourisme de masse, impossible à contenir d'autant que désormais tout être vivant de cette planète est un touriste potentiel et que l'offre touristique s'est élargie, nous n'y recherchons pas tant des monuments et des visites de musées que de l'expérience, une expérience des plus singulières, superficielle, pacagée, un service de consommation standardisé ou personnalisable, quête de souvenirs, d'exotisme et d'émotions au sens le plus large possible. Et dans un même lieu se succèdent désormais au long de l'année des vagues de touristes, touristes consommateurs d'objets et d'émotions, mais totalement indifférents aux lieux et aux habitants qu'ils envahissent le temps d'un bref séjour, l'impact est à peine mesurable aujourd'hui, mais cette mondialisation s'accompagne d'une homogénéisation progressive des sites...

Et l'une des grandes activités de notre habitant de la planète Terre, et notamment de l'Homo turisticus, est la photographie digitale, de soi et éventuellement de l'alentour, plus d'1 trillon de photographies digitales sont ainsi produites par an par plus de 7 billions de personnes, mais que deviennent-elles donc.... 


Début du XXe, avant que la photographie ne s'empare des lieux de mémoire et de communication, quelques centaines de peintres persévéraient encore à délivrer l'émotion d'un regard, nous avons en fait changer de monde dans notre monde...

Maurice Utrillo (1883-1955) fut le peintre de Montmartre, des vieilles églises et bâtisses de Paris et de sa banlieue, notamment entre1909 et 1915. Alcoolique et bohème, le fils de Suzanne Valadon privilégie la figuration où s’opposent les couleurs de la réalité, sombres, terreuses ou blanchâtres des faubourgs.


Winslow Homer (1836-1910) débute comme reporter dessinateur durant la guerre de Sécession, avant de peindre des scènes décrivant le quotidien de l'armée et du monde rural dans la précision naturaliste qui dominait alors la peinture américaine. Après un séjour parisien, Homer trouve sa marque définitive, entre réalisme et symbolisme.

 Lovis Corinth (1858-1925)

Peintre synthétisant impressionnisme et expressionnisme dans ses mythologies, ses nus, ses portraits, le peintre allemand Lovis Corinth avait un amour profond pour la nature : peints entre 1918 et 1925, ses paysages, notamment les bords du lac de Walchen, nous restituent une nature changeante au gré des heures et des saisons,ces tableaux aux couleurs floues et entremêlées se caractérisent par la dissolution des formes,l'expressivité de la peinture l'emporte sur le rendu précis du sujet.

Max Slevogt (1868-1932), peintre et graveur allemand, est considéré comme l'un des grands représentants de l'impressionnisme allemand avec Liebermann et Corinth. Slevogt appartient à cette génération d'artistes que l'exemple de Liebermann (d'environ vingt ans plus âgé) poussa à s'affranchir des modèles académiques, mais la critique lui reproche de ne pas proposer autre chose que l'imitation d'une facture lâchée...