1620-1640 - Lectures XVIIe Chronologie/Timeline

Last update 12/31/2016

XVIIe - Oeuvres 1620-1640 - Francis Bacon, Novum Organum (1620) - Pierre Paul Rubens, Le débarquement de Marie de Médicis (1623-25) John Donne, Devotions upon Emergent Occasions (1624) - Hugo Grotius, De jure belli ac pacis (1625) - Francisco de Quevedo y Villegas, Historia de la vida del Buscón (1626) - René Descartes, Règles pour la direction de l'esprit (1628) - Galilée, Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (1632) - Diego Velasquez, La reddition de Breda (1634-35) - Pedro Calderón de la Barca, La vie est un songe (1635) - Georges de La Tour, Le Tricheur à l'as de carreau (vers 1635) - René Descartes, Le Discours de la méthode (1637) - Pierre Corneille, Le Cid (1637) - Claudio Monteverdi, "Madrigali guerrieri et amorosi" (1638) - Joost van den Vondel, "Gisbrecht van Aemstel" (1638)

1618-1648, la guerre de Trente ans et les épidémies qui sévissent sur la planète Terre vont réduire d'un tiers la population de l'Allemagne qui passe d'environ 15 millions à 10 millions, 1628-1630,le temps de terribles épidémies de peste en Allemagne, en France, en Italie du nord; mais 1620, c'est aussi le début de la dramatique traite des esclaves dans les colonies anglaises, puis dans le colonies françaises en 1636; 1620, c'est encore 102 émigrants à bord du Mayflower, dont 41 puritains, quittant le port de Southampton le 16 septembre 1620 pour débarquer le 26 décembre près du Cap Cod, sous la conduite de William Bradford, et fonder Plymouth en Nouvelle-Angleterre (Massachusetts), le fait religieux reste encore et toujours un ferment intellectuel travaillant une élite qui tente de survivre. C'est aussi vers 1620 que se situe le renversement de la conjoncture qui va transformer l'Atlantique espagnol en un Atlantique européen, où la part de Séville et du complexe portuaire andalou sera de plus en plus modeste et le commerce hollandais s'immiscer dans les affaires du monde pendant près d'un demi-siècle. En France, 1620 c'est Marie de Médicis admise à nouveau au Conseil du roi et qui va parvenir à persuader Louis XIII de faire du cardinal de Richelieu son principal ministre, ouvrant une nouvelle ère dans l'histoire politique du royaume, la naissance de l'absolutisme...

La guerre de Trente ans - La bataille de la Montagne Blanche, le 8 novembre 1620, le premier épisode guerrier de la guerre de Trente Ans, va marquer  le début d'un conflit entre protestants et catholiques qui gagne l'Allemagne du nord et  va déboucher sur la soumission de la Bohême à la maison des Habsbourg pendant près de trois siècles. Aux portes de Prague, sur une hauteur appelée Montagne Blanche (Bílá Hora en tchèque), sur laquelle s'est repliée l'armée tchèque, qui compte 21 000 hommes dont une bonne part de mercenaires étrangers, cèdent en quelques deux heures  aux Impériaux, au nombre de 25 000 environ, sous le commandement du comte wallon Jean de Tilly. Commencée en Bohême par la défenestration de Prague (23 mai 1618), cette guerre de Trente ans va se dérouler principalement sur le territoire du Saint Empire, puis 1630 voit intervenir les Suédois au côté des princes protestants d'Allemagne du Nord en guerre contre les forces catholiques de l'empereur du Saint Empire romain germanique. A partir de 1635, cette guerre prend une nouvelle tournure en intégrant tous les ingrédients de la lutte traditionnelle que se livrent l'Espagne et la France depuis plus d'un siècle. A cela s'ajoute la terrible évolution des épidémies, la peste, responsable de la grande majorité des décès dans la seconde moitié de la guerre, est remplacée désormais par le typhus au cours de la seconde moitié de la guerre...

Guerre de la liberté aux Pays-Bas du Nord (1568-1648), union d'Utrecht (1579) et déclaration d'indépendance contre les tyrans espagnols, l'Angleterre soutient les Provinces Unies et la constitution de leur empire colonial, Maurice d'Orange (1585-1625) est l'acteur principal qui va parvenir à faire reconnaître à l'Espagne la nouvelle république (1648). C'est au cours de ces 80 années de guerre, avec une émigration vers le Nord (Amsterdam) que la Hollande devient la première puissance commerciale du monde : jusqu'au milieu du XVIIe siècle qui verra l'Angleterre s'imposer pour un siècle...

Âge d’or de la peinture hollandaise - Dans la République des Sept Pays-Bas-Unis (Republiek der Zeven Verenigde Nederlanden), militaires et la bourgeoisie d’affaires ont établi une république tolérante et prospère qui devint la nation la plus riche de l’Europe du 17e siècle. Les goûts de cette  riche bourgeoisie commerçante qui dispose des moyens financiers ne coïncident pas avec la demande traditionnelle de l’aristocratie et de l’Eglise, axée sur les scènes historiques et religieuses : les portraits des membres de la famille, les natures mortes, les paysages et les scènes de genre vont dominer la peinture hollandaise et le 17e siècle devient ainsi l’âge d’or de la peinture hollandaise, produisant plus de cinq millions de tableaux...

Onze années d'absolutisme (1629-1640) sous Charles Ier - Le Parlement en Angleterre n'a de cesse les "libertés anglaises", et c'est ainsi que John Pym, qui sera l'un des principaux chefs de la révolution de 1640 contre le régime de Charles Ier, justifie la Pétition du droit de 1628 qui, pour Charles Ier, constitue un sévère limitation de ses prérogatives. Elle est «la revendication d'anciennes et justes libertés et non pas la recherche de quelque nouvelle franchise » , et contre les théoriciens de l'absolutisme royal, Pym affirme que «la liberté du sujet est... indispensable pour le roi ». Mais celui-ci rejette cette Pétition et va engager l'Angleterre dans onze années de gouvernement absolutiste. Il est alors soutenu par la rigidité de l'archevêque de Cantorbéry, William Laud, qui impose une stricte observance du culte anglican, persécute les puritains anglais, et suscite la révolte des Ecossais en 1637-1639, quand il étend à cette nation, en majorité presbytérienne, la liturgie anglaise.  Et par Thomas Wentworth qui, après avoir mené en 1633-1939 une politique brutale et arbitraire en Irlande, est devenu le principal conseiller du roi.  Mais acculé par le manque d'argent, Charles Ier se résignera, en avril 1640, à céder, convoquant successivement le «Court Parlement»,  puis le «Long Parlement», s'engageant insensiblement dans la première révolution d'Angleterre (1642-1649). L'Angleterre moderne débute avec la charge de la brigade des puritains de Cromwell à Naseby le 14 juin 1645. 

Paradoxalement, les deux décennies de règne de Charles Ier (1625-1649) marquent un tournant dans l’histoire du goût et de la peinture en Angleterre. Le roi a découvert les œuvres de Titien lors d’un voyage en Espagne, commande à Rubens un plafond pour la salle des Banquets de Whitehall (1635), et obtient les services de Van Dyck (1599-1641) qui, comblé de faveurs, va s'installer définitivement à Londres en 1632. L'époque pour les "grands" de ce monde est au portrait, flatteur mais naturel, puis aux portraits de groupe, Antoine Van Dyck et son fameux "Charles I at the Hunt" (1635), tandis que Frans Pourbus le Jeune (1569-1622), appelé par Marie de Médicis, s'est déjà installé à Paris en 1609 pour implanter le "portrait d'apparat" qui séduira tant les cours de toute l'Europe...

The Puritan Age (1620-1660) - Le puritanisme est une singularité du XVIIe britannique qui accompagnera tant la formation de la future nation américaine, dès son origine, que la révolution politique qui fera de l' Angleterre la première monarchie constitutionnelle. Vaste mouvement de réforme religieuse de la fin du XVIe et du XVIIe siècle visant à purifier l'Église d'Angleterre des vestiges de la papauté catholique et à vivifier le lien social par la communauté et la prédication, le puritanisme en un demi-siècle, aux alentours de 1620, engendre tout à la fois la guerre civile en Angleterre et la grande migration vers la Nouvelle-Angleterre...

Depuis Élisabeth Ire, avec les Actes de suprématie et d'uniformité (1559) et les Trente-Neuf Articles de religion (1563), l'Église anglicane était parvenue à trouver une voie moyenne reposant sur l'autorité suprême du souverain, excepté en matière doctrinale, sur une hiérarchie et une liturgie de type catholique et sur des dogmes d'inspiration calviniste. Mais opposés à la prédestination, ce qui suscitera des réactions. Un compromis global que n'accepte pas le mouvement puritain, mais jusqu'en 1620 l'Eglise anglicane se montrera tolérante à l'égard des tendances calvinistes. C'est dans ces premières décennies du XVIIe siècle, que se constituent des communautés de croyants (voire de "saints") sous l'égide de prédicateurs plus proches des attentes des fidèles à une époque d'extrêmes bouleversements, certains se qualifiant de Puritains (Puritans), et les autres, délibérement séparatistes, de Pélerins (Pilgrims), qui alimenteront les colonies du Massachusetts, du Connecticut, du New Hampshire ou de Rhode Island, en passant, pour certains, par la Hollande...

The Great Migration of Puritans (1620-40) - La migration puritaine qui gagne à partir de 1620 la Nouvelle-Angleterre est en grande majorité une migration de familles, de classes moyennes, avec un taux d'alphabétisation aussi élevée que ne l'est l'intensité de leur vie dévotionnelle. Les autres migrations vers l'Amérique, telle que celles vers la Virginie, sont de structures différentes, non pour vivre une existence plus juste mais pour sortir de la précarité et s'enrichir. Dès leur arrivée, cette migration puritaine verra proliférer nombre de communautés dissidentes, déjà potentiellement constituées en terre d'Angleterre, ainsi des quakers (plus de trois mille de disciples de George Fox connurent l'emprisonnement en Angleterre de 1650 à 1689), et des baptistes (John Smyth en Hollande en 1609, Thomas Helwys en Angleterre en 1612). Cette réaction de religiosité extrême et individualiste, fortement émotionnelle, est commune à toute l'Europe à la même époque. En Allemagne, le piétisme luthérien de Philipp Jakob Spener (1675) peut être considéré comme une réaction contre les tendances «mondaines» que semble manifester le protestantisme à partir du XVIIe siècle. L'arminianisme, qui se développe au XVIIe siècle au sein du protestantisme réformé en Hollande (Jacobus Armenius, 1560-1609, pasteur d'Amsterdam en 1588 et professeur à Leyde en 1603) entend atténuer les conceptions calvinistes concernant la prédestination et se font les premiers apôtres de la tolérance dans un contexte populaire qui reste alors attaché à une stricte doctrine de la prédestination...

Pour ceux restés en Angleterre, il s'agit, par le biais de la réforme de l'Église, de concevoir un style de vie qui puissent servir de modèle pour toute la nation. Et ce sont ces efforts pour transformer la nation, dans la décennie à suivre, qui vont contribuer à faire éclater la guerre civile en Angleterre, face à l'intransigeance d'un absolutisme qui va revendiquer, a contrario, la suprématie du pouvoir civil sur les ecclésiastiques...

De 1648 à 1660, une période d'interrègne voit se développer les non-conformismes. Il faut attendre la restauration de 1660 pour voir le rétablissement de l'Église d'Angleterre sur fond de privation pour les dissidents de la liberté de culte et de tout droit civil et politique. Puis la révolution de 1689 qui, chassant le catholique Jacques II, donne par l'Acte de tolérance la liberté de conscience à tous les protestants en accordant aux anglicans le monopole en matière politique. Ainsi s'instaure au XVIIIe siècle un consensus global en matière religieuse. «On est si tiède en Angleterre, écrira Voltaire, qu'il n'y a plus guère de fortune à faire pour une religion nouvelle ou renouvelée.» De fait, dans ces premières décennies du XVIIIe siècle, on ne peut que constater, au pays du puritanisme, qu'un affaiblissement des convictions et du sentiment religieux. Du moins, comme souvent, comme toujours, la religiosité du peuple restait plus forte qu'il n'y paraissait, et, en 1739, George Whitefield puis John Wesley entreprirent avec succès, via le "méthodisme" la première campagne d'évangélisation moderne menée dans un pays de chrétienté...

Le baroque en littérature, 1630s - Une seconde période de la vague baroque, après celle de 1590-1610, voit son apogée autour des années 1630, marqué par une extension considérable du genre dramatique, en Espagne (les cent vingt comédies et quatre-vingts "autos-sacramentales" de Pedro Calderon de la Barca (1600-1681), Lope Félix de Vega Carpio (1562-1635) et ses mille cinq cents pièces religieuses et profanes dont moins de cinq cents nous sont parvenues), en France (Pierre Corneille, que Le Cid le rendit célèbre en 1636, inaugurant une série de chefs-d'œuvre tragiques, Horace, Cinna, Polyeucte (1640 à 1643), puis La Mort de Pompée et Rodogune (entre 1643 et 1646), plus tard Nicomède (1651), Jean de Rotrou (1609-1650), qui adapte "Diane" de Lope de Vega, "Hercule mourant", de Sénèque en 1633, et soutenu par de puissants protecteurs tel que Richelieu, en Hollande (Joost van den Vondel (1587-1679), dont l'œuvre dramatique et poétique représente avec la peinture de Rembrandt, le moment baroque de l'«âge d'or» néerlandais), en Allemagne (Martin Opitz, 1597-1639), et en Angleterre (John Ford (1586-env. 1639)...

Baltasar Gracián dans "Agudeza y arte de ingenio" (1648) réunira à sa manière les deux grands courants du baroque littéraire espagnol, le "conceptisme", naît en Castille et Aragón (d'Alonso de Ledesma, 1562-1623, à Quevedo, 1580-1645), et le "cultéranisme", originaire d'Andalousie (de Luis Carrillo de Sotomayor à Góngora (1561-1627), Polyphème), deux expressions d'une même vacuité, commentera un grand écrivain particulièrement hostile au baroque, Antonio Machado...

La poésie lyrique a pour représentants les "baroques" français que sont Théophile de Viau, Saint-Amant (1594-1661), Tristan L'Hermite (1601-1655), ou italiens, avec Giovanni Battista Marino (1569-1625), le Cavalier Marin auteur de l'Adone (1623), le chef de file controversé d'un baroque italien qui compte une foule de poètes oubliés depuis,  Achillini, Battista, Preti, Artale, Morando, Casoni, Mennini, Fontanella, Canale, Dotti, Cino di Pers, Sempronio, Giacomo Lubrano, avec des talents divers. L'art baroque naît ici de l'étonnement, mais aussi de l'étrange et de l'aberrant, dans un langage foisonnant d'analogies. Etonnante contradiction et richesse d'un même mouvement, la poésie «métaphysique» anglaise, contemporaine et proche parente de la poésie que l'on dit baroque sur le Continent, trouvera ses accents les plus émouvants dans l'expression de la perplexité, dans le clair-obscur d'une transition entre deux mondes, l'un mourant, l'autre s'efforçant de naître (John Donne, 1572-1631).

Le fameux salon parisien de la marquise de Rambouillet (1620-1650), qui accueille les plus grands guerriers, les femmes les plus séduisantes, les hommes du monde les plus spirituels, les écrivains, les poètes et les savants les plus fameux du temps, débute après la mort d’Henri IV, mais connaît ses heures de gloire vers la fin du règne de Louis XIII, de 1638 à 1642 : on y édifie un temple du jugement délicat et du bon goût, à y perdre tout bon sens...

Alors que le genre romanesque cherche encore sa voie autour du roman dit "précieux", à la française dans le sillage de l'Astrée, en roman picaresque ou burlesque, avec Charles Sorel (1599-1674) et Paul Scarron (1610-1660), ou dans un libertinage qui devient "érudit" autour de Gabriel Naudé (1600-1653), François de La Mothe de la Vayer (1588-1672), c'est l'essai philosophique, théologique, politique, scientifique qui connaît un singulier essor lié au développement de la méthode et de la science, avec Francis Bacon (1561-1626), "Novum Organum" (1600), Hugo Grotius, "De jure belli ac pacis" (1625), Galilée, "Dialogue sur les deux grands systèmes du monde" (1632), Thomas Hobbes, "De Cive" (1641), Blaise Pascal, "Expériences nouvelles touchant le vide" (1647), mais aussi Marin Mersenne (1588-1648), Pierre Gassendi (1592-1655), et René Descartes ...

 

1637, Le Discours de la méthode, Descartes - A l'instar d'un René Descartes (1596-1650) en quête d'une rationalisation du monde, ou d'un Galileo Galilei, dit Galilée (1564-1642) décrivant la mécanique de la planète Terre, en ces temps troublés, de nombreux écrivains semblent en quête d'un individu s’appuyant sur l’unité et l’ordre, que cette unité soit celle de la raison ou de l’autorité. La vie semble se retirer de la Nature. Un désir de raison et d'ordre, de pouvoir, qui s'accorde avec la volonté étatique d'unifier linguistiquement le royaume,  - la création de l'Académie Française en 1634 -, tandis que se met en place le fameux idéal dit "classique", à la française, entre 1630 et 1660, fondé sur la vraisemblance et la bienséance, en quête d'équilibre et d'harmonie, pout tenter d'atteindre une perfection formelle, reflet d'une beauté universelle et intemporelle...

Mais plus que tout, on ne se rend sans pas suffisamment compte tant cela nous paraît aujourd'hui aller de soi, à quel point Descartes oriente définitivement notre structure de pensée : les idées claires et distinctes viennent remplacer le discours simplement vraisemblable...


1620

- Les persécutions religieuses en Europe provoquent la création des Etats de la Nouvelle Angleterre, en Amérique du Nord,  alors que Walter Raleigh a déjà fondé la Virginie en 1584. 

- "Pilgrim Fathers", les puritains séparatistes des comtés du nord de l'Angleterre, après un exil de douze ans à Leyde, et pour éviter toute corruption de leur postérité en Hollande, gagnent le Massachusetts à bord du Mayflower. Débarquant en novembre 1620 sur la côte du cap Cod, ils fondent New Plymouth, affrontent épidémies et la famine et parviennent à survivre avec l'aide des Indiens. Une seconde vague d'émigration, numériquement plus importante, commencera en 1630...

- La guerre de Trente Ans (1618-1648), guerre palatine (1618-1624) - Bataille de la Montagne Blanche du 8 novembre, défaite des protestants et capitulation des Etats de Bohême et de Moravie face aux 20.000 hommes des forces impériales, l'électeur palatin est mis au ban de l'Empire...

- Révoltes huguenotes sous Louis XIII - les huguenots se réunissent à La Rochelle le 25 décembre 1620 et décident de résister par la force à toute menace royale et d'établir un «État dans l'État»...

- Fin de la grande période de l'Atlantique sévillan (1580-1620), les marchandises importées d'Amérique étaient essentiellement la cochenille, l'indigo, les cuirs, les bois tinctoriaux, les plantes médicinales et le tabac, dont l'importance croissait au début du XVIIe siècle. Les deux grands ports de l'Amérique espagnole furent Vera Cruz, en Nouvelle-Espagne, Nombre de Dios (jusqu'en 1598), puis Porto Bello...

- Début de la traite des esclaves dans les colonies anglaises - Au milieu du 16e siècle, John Hawkins obtint la permission de la reine Elizabeth I de capturer des navires négriers portugais, puis le commerce des esclaves prends son essor lorsque la Grande-Bretagne s'engage dans la colonisation des Amériques. Leur première colonie réussie est fondée à Jamestown, en Virginie, en 1607, la culture du tabac prospère, quelques décennies plus tard, l'influence s'étend aux îles des Caraïbes, la Barbade, la Jamaïque, où s'impose une nouvelle culture commercial, la canne à sucre...

- Lima, capitale de la vice-royauté du Pérou, se développe pour devenir la ville la plus importante des Amériques après le Mexique, les mines de Potosí, riche en argent, alimente la cinquième ville la plus peuplée du monde en 1620. Le cœur du Pérou est alors divisé entre Lima, sur la côte Pacifique, près de 50 % de criollos, et Cuzco, le siège de la civilisation inca dans les hautes Andes, où la population est majoritairement indigène. On observe au XVIIe la croissance de l'autonomie locale et la montée des identités criollo (personnes d'origine européenne nées dans les Amériques) dans l'ensemble des Amériques espagnoles, alors même que la population indigène poursuit son tragique déclin.

- Francis Bacon (1561-1626), "Novum Organum", produire une nouvelle logique pour la science à venir et supplanter l’Organon d’Aristote,  une science fondée sur l’expérience et une méthode, dite de l’induction...

- John Donne (1572-1631), le plus adulé des prédicateurs dont les Sermons fascinent les auditeurs par l'évocation des conflits de l'âme en proie aux péchés et par la description éloquente de la putréfaction des corps rongés par la vermine, mais aussi le chef de file des poètes métaphysiques selon une terminologie de Samuel Johnson qui, en 1744, rassemblera des poètes tels que George Herbert, Andrew Marvell, Thomas Traherne, Richard Crashaw ou Henry Vaughan sous sa bannière..

- Denis van Asloot (1570-1626), "Skating during Carnival", c. 1620, Museo del Prado, Madrid

- Hendrick van Balen (1575-1632), "Bacchus and Diana", 1620s, Rijksmuseum, Amsterdam

- Vers la fin de l’année 1620, Anthony van Dyck (1599-1641) part pour Londres à l’invitation du comte d’Arundel (1580-1642), grand amateur d’art et mécène. Le roi Jacques 1er (1566-1625) lui allouera une rente de 100 livres...

- Frans Hals (1580-1666), "Catharina Hooft et sa nourrice" (1619-20), Staatliche Museen, Berlin. Catharina Hooft épousera Cornelis de Graeff (1599-1664), de 19 ans son aîné, l'un des plus puissants maires d'Amsterdam. 

- Bartholomeus van Bassen (1590-1652), "A Company in an Interior", 1620s, Rijksmuseum, Amsterdam.

- Simon Vouet (1590-1649), "La Diseuse de bonne aventure" (v. 1620), National Gallery of Canada.

- Valentin de Boulogne (1591-1632), le plus original des caravagesques français, Réunion dans un cabaret, la Diseuse de bonne aventure, Réunion avec une diseuse de bonne aventure, Concert (Gemäldegalerie, Dresden, National Gallery of Art, Washington, Liechtenstein Museum, Vienna, Musée du Louvre, Paris).

- Peeter Snayers (1592-1667) peintre d'un grand nombre de scènes de bataille pour la cour autrichienne, (dont douze pour la galerie impériale à Vienne), "La Bataille de la Montagne Blanche" (Schlacht am Weißen Berg, 1620), "La bataille de Preßnitz" (Schlacht bei Preßnitz, 1641), "La bataille de Kirholm" (1605)...

- Willem Pietersz. Buytewech (1591-1624), "Joyeuse Compagnie" (1620, Musée Boijmans Van Beuningen)


1621

- Révoltes huguenotes sous Louis XIII - En 1621, le roi de France s'empare de la place protestante de Saumur et de Saint-Jean-d'Angély, soumet la Guyenne, prend Clairac, dont il massacre la population, puis assiège Montauban, dont il abandonne la prise au bout de trois mois..

- Exécution de 27 nobles, chevaliers et bourgeois bohémiens meneurs de la révolte de Bohême contre la Maison autrichienne des Habsbourg, le 21 juin 1621 sur la place de la Vieille-Ville à Prague.

- Règne de Philippe IV en Espagne (1621-1665), et de son ministre Olivarez (1621-1643), le déclin de la puissance espagnole se poursuit (perte du Portugal, de la Catalogne en 1640, reconnaissance des Pays-Bas en 1648, traité des Pyrénées avec la France en 1652)...

- Thanksgiving, les Pèlerins du Massachusetts prennent un repas avec le chef Wompanoag, Massasoit, et plus de quatre-vingt-dix de ses guerriers...

- Abbas Ier le Grand (1571-1629) shah de Perse (1587-1629), reprend progressivement le contrôle de son territoire aux mains des Ottomans et des Ouzbeks, rétablit la suprématie iranienne sur le golfe Persique, et fait d' Ispahan, sa nouvelle capitale (place Naqsh-e Jahan , porte du palais royal (Ali Qapu), mosquée du Chah)...

 

- Thomas Middleton (1580-1627), "Women Beware Women"

- Robert Burton (1577-1640), "The Anatomy of Melancholy" (1621), un essai de définition et de compréhension de la suprématie de la mélancolie (théorie des humeurs) sur l'humanité entière. 

- Antoine van Dyck (1599-1641), "Frans Snyders et sa femme" (1621), Staatliche Museen, Kassel - "Portrait de Famille" (1621), Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg - "Frans Snyders et sa femme" (1621), Staatliche Museen, Kassel. De 1621 à 1627, Van Dyck voyage en Italie, découvre les œuvres des grands peintres de la Renaissance, Titien (1488-1576), Giorgione (1477-1510) et Véronèse (1528-1588). Il commence une carrière de portraitiste et réalise la décoration de palais et d’édifices religieux...

- Pieter Lastman (1583-1633), "Jonas et la baleine (1621), Museum Kunstpalast, Düsseldorf.

- José de Ribera (1591-1652), "Sébastien soigné par les saintes femmes" (San Sebastián curado por las Santas Mujeres, Museo de Bellas Artes de Bilbao)

- Jan Brueghel The Elder (1568-1625),"The Archdukes Albert and Isabella Visiting a Collectors Cabinet" (Walters Art Museum, Baltimore, 1621-1623) 


1622

- Révoltes huguenotes sous Louis XIII - Combat de Riez ou bataille de l'île de Ré, expédition militaire de Louis XIII, en 1622, contre une concentration de troupes huguenotes située dans l'île de Riez, commandée par Benjamin de Rohan seigneur de Soubise. - Siège de Royan.

- Révoltes huguenotes sous Louis XIII - Paix de Montpellier entre le roi Louis XIII de France et le duc de Rohan, chef des forces huguenotes, mettant fin à la Première rébellion des protestants (1620-1622): ceux-ci ne gardent plus que La Rochelle et Montauban comme place de sûreté, une paix qui ne durera que deux ans....

- Charles Sorel (1599-1674), "Vraie histoire comique de Francion", burlesque.

- Parution du "Parnasse satyrique", recueil de textes licencieux et satirique prolongeant le "Cabinet satyrique" de 1618, qui provoque la réaction du redoutable jésuite François Garasse, "La Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps" (1622) : celui-ci désigne par le terme de "libertin", les impies, les disciples d'Épicure et tous les esprits qui mettent en doute les vérités révélées et revendiquent, au nom de l'indépendance de la pensée, le droit à l'incrédulité, et va concentrer toutes ses attaques contre Théophile de Viau. La scène représentant la courtisane entourée de jeunes nobles inexpérimentés, qui ruinent leurs familles pour posséder cette femme à la mode, est devenue célèbre...

- Pierre de Bérulle (1575-1629), "Discours de l'estat et des grandeurs de Jésus" (1622), est un des maîtres livres de la spiritualité..

- Succès dramatique d'Alarcon, de Tirso de Molina (1579-1648), l'un des auteurs les plus prolifiques du baroque espagnol.

- Francisco de Quevedo y Villegas (1580-1645),"Los Sueños" (1605-1622), “Sueños y discursos de verdades descubridoras de abusos, vicios y engaños en todos los oficios y estados del mundo", "Rêves et discours des vérités découvrant les abus, vices et tromperies dans tous les métiers et états du monde", le premier exposé philosophique de Quevedo..

 - Pierre Paul Rubens (1577-1640), "Marie de Médicis" (1622), Musée du Prado, Madrid. 

- Frans Hals (1580-1666), "Portrait de mariage d'Isaac Massa et Beatrix Van der Laen" (1622), Rijksmuseum, Amsterdam. 

- Dirck van Baburen (1595-1624), "L'Entremetteuse", 1622, Museum of Fine Arts, Boston.

- Dong Qichang  (1555-1636), peintre paysagiste, calligraphe et théoricien chinois, mais aussi homme politique qui mena une vie controversée pendant la dynastie Ming, la dernière dynastie chinoise à être dirigée par les Hans.


1623

 - Le poète Théophile de Viau, qui incarne le libertinage spirituel, est condamné par contumace à être brûlé avec ses œuvres en juillet 1623. Il échappe au bûcher, est incarcéré deux années (1623-16235), banni puis gracié, il mourra un an après sa libération, à trente-six ans..

- Une colonie anglaise est fondée à l'emplacement de Portsmouth dans le New Hampshire en Amérique du Nord.

- Parution en 1623 du Premier Folio (First Folio), premier recueil publié des œuvres théâtrales de William Shakespeare, mort en 1616, "Les Comédies, histoires et tragédies de M. William Shakespeare" (Mr. William Shakespeares Comedies, Histories, & Tragedies). - "All the world’s a stage, / And all the men and women merely players; / They have their exits and their entrances; / And one man in his time plays many parts..." (from As You Like It, spoken by Jaques, le monde entier est une scène .. et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles)..

 

- Théophile de Viau (1590-1626), "Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé"

"Celui qui lance le tonnerre / Qui gouverne les éléments, / Et meut avec des tremblements

La grande masse de la terre, / Dieu qui vous mit le sceptre en main, / Qui vous le peut ôter demain,

Lui qui vous prête sa lumière, / Et qui, malgré les fleurs de lys, / Un jour fera de la poussière

De vos membres ensevelis. / Ce grand Dieu qui fit les abîmes / Dans le centre de l'univers,

Et les tient toujours ouverts / A la punition des crimes, / Veut aussi que les innocents,

A l'ombre de ses bras puissants, / Trouvent un assuré refuge, / Et ne sera point irrité

Que vous tarissiez le déluge / Des maux où vous m'avez jeté...."

 

- Francis Bacon (1561-1626), "De la Dignité et de l'Accroissement des Sciences" 

- Giambattista Marino (1569-1625), "Adone" (1623), un poème de 40 000 vers, le poème le plus long de la littérature italienne, qui raconte l’histoire d’Adonis et Vénus, vide de pensée mais plein d'artifice verbal...

- Yang Erzeng, "The Story of Han Xiangzi: The Alchemical Adventures of a Daoist Immortal", l'histoire de Han Xiangzi, l'un des huit immortels de la légende chinoise...

- Guido Reni (1575-1642), "Le baptême du Christ" (1623), Kunsthistorisches Museum, Vienne. "L’enlèvement d’Hélène" (1626-29), musée du Louvre, Paris. - "La toilette de Vénus" (1620-25), National Gallery, Londres. - "Le Christ remettant les clefs à saint Pierre" (1624-26), musée du Louvre, Paris. 

- Domenico Zampieri, dit Domenichino ou Le Dominiquin (1581-1641), "Herminie chez les bergers" (1622-25), musée du Louvre, Paris. 

- Dirck Van Baburen (1595-1624), l’école caravagesque d’Utrecht, "Prométhée enchaîné par Vulcain", 1623, Rijksmuseum, Amsterdam. 

- Gerrit Van Honthorst (1592-1656), "Le Fils prodigue", 1623, Alte Pinakothek, Munich. 

- "L’Histoire de la Résurrection", oratorio, par Heinrich Schütz (1585-1672), le «père de la musique allemande» et le premier grand musicien protestant, maître de chapelle à la cour de Saxe (Hofkapellmeister)..


1624

- Ministère de  Richelieu (1624-1642) - artisan de la réconciliation de Louis XIII et de la reine mère, Armand-Jean du Plessis devient cardinal de Richelieu, revient au conseil du roi en 1624 et impose rapidement son ascendant sur Louis XIII. L'équilibre entre le roi et Marie de Médicis s'effondre en 1630, se met en place une période de gouvernement du royaume à deux têtes, le roi et son ministre, qui voit la mise au pas des grands seigneurs à l’intérieur et la lutte contre les Habsbourg à l’extérieur, jusqu’à la mort de Richelieu en 1642.

- Guerre de Trente Ans (1618-1648), internationalisation du conflit (1620-1635) avec l'intervention danoise (1625-1629) - Le roi d'Espagne Philippe IV de Habsbourg prend prétexte des événements pour reprendre la guerre contre ses anciennes possessions des Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels). Les protestants allemands, inquiets, se tournent en 1625 vers le roi Christian IV de Danemark. Ce luthérien conclut une alliance contre l'Espagne avec l'Angleterre anglicane et les Provinces-Unies calvinistes....

- En 1624, trente familles dirigées par le capitaine Cornelius May s'embarquent pour le Nouveau Monde et s'installent sur le fleuve Delaware, leur colonie prendra nom de "New Netherland". Le troisième gouverneur des Nouveaux Pays-Bas, Peter Minuit (1589-1638), déplacera la capitale de la colonie sur l'île de Manhattan en 1626, et la ville qui s'y installera s'appellera la Nouvelle Amsterdam.

- Le 10 mai 1624, une expédition de 3300 hommes, financée par la Compagnie des Indes occidentales, commandée par Jakobs Willekens, s'empare de Bahia.

-  Nzinga (1583-1663), reine du royaume de Ndongo et du royaume de Matamba (Angola).

- Martin Opitz (1597-1639), "Buch von der deutschen Poeterey" (Traité de la poésie allemande), le théoricien de la poésie baroque et le «père de la poésie allemande». L'Allemand est ainsi exploré comme un moyen d'expression en soi de la pensée et de la littérature..

- Marin Mersenne (1588-1648), "L’Impiété des déistes, athées et libertins de ce temps, combattue et renversée de point en point par des raisons tirées de la philosophie et de la théologie".

- Pierre Gassendi (1592-1655), "Exercitationes paradoxicae adversus Aristoteleos (Dissertations en forme de paradoxes contre les aristotéliciens), le critique d'Aristote et de Descartes, on peut parvenir à des principes premiers entièrement vrais ni à des définitions véritablement essentielles...

- Jean Louis Guez de Balzac (1597-1654), "Lettres" (premier recueil 1624), un succès prodigieux dans toute l'Europe. Choyé par Richelieu (qui en fit l'un des premiers membres de l’Académie), Guez de Balzac se retira cependant sur ses terres de l'Angoumois et se consacra aux belles-lettres..

- Joost van den Vondel (1587-1679), "Palamède, ou l'Innocence assassinée" (Palamedes oft Vermoorde Onnooselheyd, 1625), le plus grand poète dramatique néerlandais, satiriste converti au catholicisme, il combat les calvinistes et l'intolérance, dramaturge du bien et du mal, il compose "Lucifer" (1654), "Adam en exil" (Adam in Ballingschap, 1664) et "Noé" (Noah, 1667).

- John Donne (1572-1631), "Devotions upon Emergent Occasions" ("No man is an island, entire of itself..")

- Bernin Gian Lorenzo Bernini dit Le Cavalier (1598-1680) dessine, à Rome, le Baldaquin de marbre et de bronze qui se trouve sous le dôme à l'emplacement du tombeau de saint Pierre (1624-1633), et la décoration des quatre grands piliers qui supportent le dôme...

- Francesco Castelli, dit Borromini (1599-1667), contemporain de Bernin et frère ennemi, une carrière d'architecte essentiellement romaine et au service de l'Église (l'église Sant'Ivo de 1642 à 1650)

- Nicolas Poussin (1594-1665) arrive à Rome au printemps 1624. 

- Frans Hals (1580/83-1666), "Le cavalier riant" (1624), Wallace Collection, Londres, très célèbre portrait, le traitement du costume est un chef-d'œuvre.

- Gerrit van Honthorst (1590-1656), l’école caravagesque d’Utrecht, "Le Joyeux Violoniste au verre de vin", v.1624, Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid.

- Rubens en 1622-1624 est célèbre et les commandes se multiplient, Marie de Médicis (1575-1642), veuve du roi Henri IV lui commande une série de tableaux devant traiter de sa vie, l’infante Isabelle, régente des Pays-Bas du Sud, le charge en 1628 d’une mission auprès du roi d’Espagne Philippe IV (1605-1665) qui lui commande à cette occasion de nombreux tableaux. Au cours de ce voyage, il rencontrera le jeune Vélazquez (1599-1660)...

- Giovanni Mannozzi (1592-1636), "Histoire des Quatre Saints, Gloire des élus" (1624, Santi Quattro Coronati, Rome)

- Claudio Monteverdi (1567-1643), maître de chapelle de Saint-Marc à Venise, compose "Il combattimento di Tancredi e Clorinda", d'après "La Jérusalem délivrée" du Tasse...


1625

- L'Angleterre sous les Stuarts (1603-1648) - Début du Règne de Charles I Stuart (1625-1649), second fils du roi Jacques Ier d'Angleterre et d'Anne de Danemark. La tension va monter d'un cran, le parlement réclame sa participation au pouvoir...

- Fin de l'âge d'or des relations maritimes entre l'Espagne et la Nouvelle-Espagne qui s'est situé entre 1560 et 1625, et repli sur soi de l'économie mexicaine.

- La production des gisements d'argent de Potosí, découvert en 1545, domine la production mondiale et atteint son apogée entre 1610 et 1630...

- Création du royaume de Dahomey.

- Hugo Grotius (1583­-1645), "De jure belli et pacis" (1625), la doctrine du droit naturel prétend trouver des règles universelles et obligatoires pour tous : ce n’est pas au nom des individus, c’est au nom de la rai­son impersonnelle qu’on se place pour décider si une guerre est juste ou injuste, si le prince a le droit d’imposer ou non une reli­gion à ses sujets, et quelle est l’étendue légitime de son pouvoir. 

 

- Honoré de Racan (1589-1670), "Les Bergeries"

"Que cette nuit est longue et fâcheuse à passer ! / Que de sortes d'ennuis me viennent traverser !

Depuis qu'un bel objet a ma raison blessée, / Incessamment je vois des yeux de ma pensée

Cet aimable soleil auteur de mon amour, / Qui fait qu'incessamment je pense qu'il soit jour,

Je saute à bas du lit, je cours à la fenêtre, / J'ouvre et hausse la vue, et ne vois rien paraître,

Que l'ombre de la nuit, dont la noire pâleur / Peint les champs et les prés d'une même couleur :

Et cette obscurité, qui tout le monde enserre, / Ouvre autant d'yeux au ciel qu'elle en ferme en la terre..."

 

- Gabriel Naudé (1600-1663), "Apologie pour tous les grands hommes qui ont esté accusez de magie", réponse au "Nouveau jugement de ce qui a été dict et escrit pour & contre le livre de "La doctrine curieuse" des beaux esprits de ce temps" écrit par  l'abbé Garasse, le grand déno,ciateur du libertinage de l'époque..

- John Donne (1572-1631), "Devotions upon Emergent Occasions" (1624) : "No man is an island entire of itself; every man is a piece of the continent, a part of the main; if a clod be washed away by the sea, Europe is the less, as well as if a promontory were, as well as any manner of thy friends or of thine own were; any man’s death diminishes me, because I am involved in mankind. And therefore never send to know for whom the bell tolls; it tolls for thee." (Aucun homme n'est une île à part entière ; chaque homme est un morceau du continent, une partie de l'ensemble ; si une motte est emportée par la mer, l'Europe n'en est pas moins, de même que si un promontoire l'était, de même que si n'importe lequel de tes amis ou de tes propres amis l'était ; la mort de n'importe quel homme me diminue, parce que je suis impliqué dans l'humanité. Ne cherche donc jamais à savoir pour qui sonne le glas ; il sonne pour toi.)

- Pierre Paul Rubens (1577-1640), "L'éducation de Marie de Médicis" (1622-25), Musée du Louvre, Paris. La jeune Marie (robe rouge) apprend à écrire sur les genoux de Minerve, déesse de la Sagesse. - "Le débarquement de Marie de Médicis" (1623-25), Musée du Louvre, Paris. Marie de Médicis, princesse italienne, doit épouser Henri IV en 1600 et débarque à Marseille, un chef‑d’œuvre du baroque... - "Le Chapeau de Paille ou Suzanne Fourment" (1622-25), National Gallery, Londres.

- Simon Vouet (1590-1649), "Saint Jérôme et l’ange" (1622-25), National Gallery of Art, Washington. - "Notre-Dame et l’Enfant, Sainte-Élizabeth, Jean-Baptiste et Catherine" (1624-26), musée du Prado, Madrid. - "Sainte Marie-Madeleine" (1623-27), Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome.

- Georges de La Tour (1593-1652), "Rixe de musiciens" (1625-30), J. Paul Getty Museum, Los Angeles. - "Saint Thomas" (1625-30), Musée du Louvre, Paris. - "Les mangeurs de pois (vers 1620), Staatliche Museen, Berlin. 

- Nicolas Poussin (1594-1665), "Renaud et Armide" (1624-25), Dulwich Picture Gallery, Londres. - "Vénus et Mercure" (1626-27), Dulwich Picture Gallery, Londres. - "La mort de Germanicus" (1627), Institute of Arts, Minneapolis. - "L'inspiration du poète" (1627), Niedersächsisches Landesmuseum, Hanovre. 


1626

-  Pierre Minuit (Pieter Minnewit, 1580-1638), pour le compte de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales achète l'île de Manhattan aux Amérindiens Manhattes...

- Les Espagnols débarquent à Keelung au Nord de Taïwan. le 16 mai ils revendiquent cette partie de l’île pour le roi d’Espagne.

- Fondation de la compagnie de Saint-Christophe sous l'égide de Richelieu pour la colonisation des Antilles.

- Fondation de comptoirs coloniaux français au Sénégal.

- Fondation de Salem, au Massachusetts.

- Francisco de Quevedo y Villegas (1580-1645),"Historia de la vida del Buscón, llamado Don Pablos, ejemplo de vagamundos y espejo de tacaños" (El Buscón, la Vie de l'Aventurier Don Pablos de Ségovie), roman picaresque, 1626, parmi les pages satiriques les plus brillantes et les plus populaires de la littérature espagnole..

- John Ford (1586-env. 1639), "Dommage que ce soit une putain" ('Tis a Pity She's a Whore, jouée en 1626-1627, publiée en 1633) - "Le Sacrifice de l'amour" (Love's Sacrifice, jouée en 1627, publiée en 1633)..

- Francisco de Quevedo y Villegas (1580-1645),"Política de Dios, gobierno de Cristo, tiranía de Satanás" (1626), si l'origine du pouvoir politique réside en Dieu, ce n'est pas Dieu qui donne le pouvoir au dirigeant de la monarchie...

- Pierre Paul Rubens (1577-1640), "Portrait d'Isabelle Brant" (v. 1626), Galerie des Offices, Florence.  

- Domenico Zampieri, dit Domenichino ou Le Dominiquin (1581-1641),"La réprimande d'Adam et Ève" (1626), National Gallery of Art, Washington. 

- José de Ribera (1591-1652), dont l'art se rattache au ténébrisme, devient le peintre officiel du vice-roi de Naples. "Saint Jérôme et l’ange" (1626), Museo e Galleria di Capodimonte Nazionali, Naples. - "Silène ivre"(1626, musée Capodimonte, Naples) - "Saint André" (1630), Musée du Prado, Madrid. - "Martyre de saint Barthélemy" (1630), Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, Madrid.

- Apogée de la carrière de Valentin de Boulogne (1591-1632) avec l’obtention de commandes par la famille Barberini et du pape Urbain VIII (Le Martyre des saints Procès et Martinien).

- Sebastiaen Vrancx (1576-1647), un peintre natif d'Anvers devenu en 1620 le spécialiste des représentations des mouvements de foules, marchés (Marktdag in een Vlaamse stad, 1600-1647, Rijksmuseum), mais surtout pillages, d'embuscades et de batailles, "Das Hagelkreuzfest in Ekeren" (Alte Pinakothek), "Assault on a convoy" (Museo del Prado), "The battle of Leckerbeetje" (Groeningemuseum), "Battle of Vimpfen on 6 May 1622" (Hermitage Museum)...

Brueghel el Joven, Pieter & Vrancx, Sebastian, "El Palacio Real de Bruselas" (Prado Museum)


1627

- Révoltes huguenotes sous Louis XIII - Début du siège de La Rochelle, ordonné par Louis XIII et commandé par le cardinal de Richelieu, le 10 septembre 1627, qui se terminera par la capitulation de la cité protestante, le 28 octobre 1628.

- En Chine, sécheresses catastrophiques qui débutent en 1627 qui vont ébranler jusqu'à le renverser le pouvoir des Ming (1644) et faciliter l'avènement conquérant des Mandchous...

- Règne du grand moghol de l'Inde (1627-1658), Shah Jahan en Inde (1592-1658), qui remportera des succès contre les États du Deccan. 

- Francis Bacon (1561-1626), "La Nouvelle Atlantide" (New Atlantis)

- Marin Mersenne (1588-1648), 'Traité de l'harmonie universelle sur la musique".

 

- Charles Sorel (1599-1674), "Le Berger extravagant", burlesque.

"Je ne puis plus souffrir qu' il y ait des hommes si sots que de croire que par leurs romans, leurs poësies, et leurs autres ouvrages inutiles, ils meritent d' estre au rang des beaux esprits ; il y a tant de qualitez à acquerir avant que d' en venir là, que quand ils seroient tous fondus ensemble, on n' en pourroit pas faire un personnage aussi parfait qu' ils se croyent estre chacun. D' ailleurs puis que toutes les belles choses ne sont pas bonnes, quand ils auroient l' esprit aussi beau comme ils pensent, ce n' est pas à dire qu' il eust cette marque de bonté qui consiste en prudence, et en force, et en la pratique des plus solides vertus qui sont seules dignes d' estre loüees. Qu' on regarde ces escrivains, l' on les trouvera vicieux, insuportables pour leur vanité, et si despourveus de sens commun, que les gens de mestier leur aprendroient à vivre. Tout leur sçavoir ne gist qu' en sept ou huict pointes dont l' on s' est servy si souvent qu' elles sont toutes émousees, et en trois ou quatre maximes frivoles sur le langage, dont ils nous voudroient quasi faire une caballe aussi mysterieuse que celle des rabins. Que si l' on les met hors de là, et l' on traicte avec eux de quelque affaire du monde, ils sont plus estourdis que si l' on les avoit transportez en une region estrange, et font paroistre que ce seroit bien fait de les chasser des villes comme l' on retranche les superfluitez du corps. Il est vray que nostre censure ne doit pas estre si generale qu' il n' y ait une exception si petite qu' elle soit..."

 

- Gabriel Naudé (1600-1653), la publication, 1627, de son Advis pour dresser une bibliothèque. Naudé, "l'homme de France qui avoit le plus de lecture" (Bayle), le futur bibliothécaire de Mazarin, celui, aussi, qui enseigna, plus tard, le classement et le maniement des livres à Leibniz, est le premier théoricien d'une bibliothèque systématiquement organisée10. Il constate que l'intérêt des "sçavants" s'est déplacé vers "la Morale et la Politique", c'est-à-dire vers les deux sciences du gouvernement d'une société civile. Auteur d'un Avis pour dresser une bibliothèque (1627), il rassembla pour Mazarin une collection de 40 000 volumes, noyau de l'actuelle bibliothèque Mazarine.

- Francisco de Quevedo y Villegas (1580-1645), "Sueños y discursos de verdades descubridoras de abusos, vicios y engaños en todos los oficios y estados del mundo"

- En 1627, en l’absence de Nicolas Poussin qui vit à Rome, Simon Vouet (1590-1649) va dominer la peinture française sous le règne de Louis XIII et les plus grands peintres de la génération suivante vont passer par son atelier de Vouet, Eustache Le Sueur (1616-1655), Charles Le Brun (1619-1690)...

- Antoine Van Dyck (1599-1641), le peintre baroque flamand le plus célèbre avec Rubens, est de retour d'Italie en 1627 et séjourne à Anvers.

- Hendrick Terbrugghen (1588-1629), l’école caravagesque d’Utrecht, "Le Concert", 1627, National Gallery, Londres.

- Guido Reni (1575-1642), ""Portrait du cardinal Roberto Ubaldini" (1627), Los Angeles County Museum of Art.


1628

- L'absolutisme triomphe avec Richelieu qui combat l'opposition de la haute noblesse et les droits politiques (mais non religieux) des huguenots dont il enlève en 1628 la dernière place de sûreté, La Rochelle.

- L'Angleterre sous les Stuarts (1603-1648) - Règne de Charles I Stuart (1625-1649) - Pétition des droits du Parlement en 1628, première limitation constitutionnelle des pouvoirs de la monarchie, qui est aussitôt punie par 11 ans de tyrannie de Charles Ier alliant Trône et Autel...

- Terrible épidémie de peste en Allemagne, France, Italie du Nord (1628-1631).

- William Harvey (1578-1657), "Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus", il prouve expérimentalement la circulation du sang chez les vertébrés.

- René Descartes (1596-1650), "Règles pour la direction de l'esprit" (Regulae ad directionem ingenii), vers 1628 - 1629, inachevée, publication posthume.

- Her­bert de Cherbury, "De Veritate" (1628), la raison éclairée est le guide le plus sûr dans la recherche de la vérité. 

- Frans Hals (1580-1666), "Jeune homme tenant un crâne (vanité)" (1626-28), National Gallery, Londres. - "Le joyeux buveur "(1628), Rijksmuseum, Amsterdam. 

- Pierre Paul Rubens (1577-1640), "Portrait d'Ambrogio Spinola" (1625-28), Narodni Galerie, Prague.  

- Le Dominiquin (1581-1641), "Le sacrifice d’Abraham (1627-28), musée du Prado, Madrid.

- Diego Vélasquez (1599-1660) réalise un portait du jeune roi Philippe IV (1605-1665) qui suscite l’admiration générale:  Vélasquez devient peintre du roi et doit s’installer à Madrid. "Philippe IV" (1628), Musée du Prado, Madrid. Son voyage en Italiede 1629 va doter le peintre d’une vaste culture picturale et son prestige est alors immense...

- Pietro Novelli (dit il Monrealese, 1603-1647), le plus important peintre sicilien du XVIIe siècle, Santa Maria del Rosario, Palermo.


1629

- L'Angleterre sous les Stuarts (1603-1648), sous le règne de Charles I Stuart, gouvernement sans parlement et persécution de tous les adversaires (1629-1640), dont les puritains. 

- La guerre de Trente Ans, qui a éclaté en 1618, a d'abord favorisé les catholiques, les armées de l'Empereur commandées par Wallenstein ont ravagé le nord de l'Empire (Holstein et Mecklembourg) et battu le roi de Danemark Christian IV. Mais la Suède de Gustave-Adolphe va signer en 1629 une trêve avec la Pologne (conquête de la Livonie), et débarquer en Poméranie : l'affrontement direct avec l'empereur qui se prépare, marque le sort à venir du protestantisme dans l'Europe du Nord...

- Dans le Saint Empire romain germanique, des centaines de personnes sont brûlées comme sorcières.

- En mars 1629, René Descartes (1596-1650), décide « de se retirer pour toujours du lieu de ses habitudes et de se procurer une solitude parfaite dans un pays médiocrement froid où il ne serait pas connu », afin de se consacrer à la recherche de la vérité. Il prend donc la route de Hollande, où il demeurera plus de vingt ans, préservant jalousement sa solitude, changeant souvent de résidence et menant le train d'un gentilhomme, travaillant à composer ses Méditations métaphysiques. 

- Pierre de Fermat (1601-1665), "Méthode de recherche des maximums et des minimums", un précurseur du calcul différentiel.

 - Pierre Corneille (1606-1684), "Mélite ou les Fausses lettres", première comédie.

- Pedro Calderón de la Barca (1600-1681), "El príncipe constante" - "La dama duende" - "Casa con dos puertas" (Maison à deux issues) ..

- Gian Lorenzo Bernini (1598-1680), Fontana della Barcaccia, 1627-29, Marble, Piazza di Spagna, Rome

- Domenico Zampieri, dit Domenichino ou Le Dominiquin (1581-1641),, "Saint Jean l’Evangéliste" (1625-29), National Gallery, Londres. - "Vierge à l'Enfant avec saint Pétrone et saint Jean l'Évangéliste" (1629), Galleria Nazionale d'Arte Antica, Rome. 

- Claude Vignon (159-1670), "La parabole du serviteur impitoyable" (1629), Musée des Beaux-Arts de Tours. L'un des peintres français les plus célèbres de l'époque de Louis XIII, avec  Simon Vouet. - "Le jeune Chanteur" (vers 1622, Paris, musée du Louvre)...


1630

- Guerre de Trente Ans (1618-1648), période suédoise (1630-1635) - la France s'emploie à couper les communications entre Habsbourg espagnols et autrichiens et pousse Gustave II Adolphe à mener à travers l'Empire une campagne fulgurante jusqu'à sa mort à Lützen. Les Suédois écrasés à Nördlingen, la France va devoir s'engager elle-même dans la guerre...

-  Seconde vague d'émigration des puritains vers l'Amérique, numériquement plus importante (onze navires et 700 passagers), un an après la dissolution du Parlement par Charles Ier : ils sont de condition sociale plus aisée que les Pères Pèlerins de 1620 et s'établissent dans la baie du Massachusetts. A leur tête, John Winthrop (1588-1649) qui prononce le célèbre sermon «A Model of Christian Charity» ("We shall be as a city upon a hill, the eyes of all people are upon us"), qui, en colonisant Boston, entend purifier l'Église anglicane des vestiges du rituel catholique.

- La "Journée des Dupes" (10-11 nov. 1630), Marie de Médicis et  Anne d'Autriche se réconcilient et tentent de convaincre Louis XIII de renvoyer le cardinal Richelieu...

- Nicolas Faret (1596-1646), "L'Honnête Homme ou l'Art de Plaire à la cour", adaptation du célèbre ouvrage de Castiglione, "Le Courtisan", agrémenté de réflexions empruntées à Montaigne.

- François de La Mothe Le Vayer (1588-1672), "Quatre Dialogues faits à l'imitation des Anciens", "Dialogue sur le sujet de la divinité" 

- Tirso de Molina (1579-1648), "El Burlador de Sevilla y convidado de piedra" (Le Séducteur de Séville), la première œuvre littéraire créant le mythe de don Juan..

- Début de la correspondance de Guy Patin (1601-1672), médecin polémiste et homme de lettres, quelque 450 lettres écrites à plus de 60 "beaux esprits" d'Europe...

- Edmund Waller (1606-1687), "On a Girdle", "Go Lovely Rose", poète et membre du Parlement.

- Première des deux peintures de Nicolas Poussin (1594-1665) constitutives de l'ensemble des "Bergers d'Arcadie".

- Pierre Paul Rubens (1577-1640) épouse en 1630 Hélène Fourment (1614-1673), elle a seize ans et lui cinquante trois. L’un de ses portraits les plus célèbres, "Le Chapeau de Paille",  se refère à la sœur aînée de sa jeune épouse, Suzanne Fourment.. - "Hélène Fourment" (1630), Musées Royaux des Beaux-Arts, Bruxelles. - "Le Jardin d'amour" (1630), Musée du Prado, Madrid. - "La Fourrure" (1630), Kunsthistorisches Museum, Vienne. - "Hélène Fourment" (1630-31), Alte Pinakothek, Munich.

 - Antoine van Dyck (1599-1641), "Marie-Louise de Tassis" (1630), Fürstlich Lichtensteinische Gemäldegalerie, Vaduz, l'un des grands chefs-d'œuvre du peintre. 

- Gérard Dou (1613-1675), "Vieille femme lisant la Bible" (v. 1630), Rijksmuseum, Amsterdam. 

- Francesco Albani (1578-1660), "Diana and Actaeon", 1625-30, Gemäldegalerie, Dresden - "The Cupids Disarmed", 1621-33, Musée du Louvre, Paris.

- Abraham Bloemaert (1564-1651), "Allegory of Winter", 1625-30, Musée du Louvre, Paris.

- Jan van Bulert (1597-1671), "Girl Teasing a Cat", c. 1630, Walters Art Museum, Baltimore - "Musical Company", Private collection.

- Simon Vouet (1590-1649), "Sainte Marie-Madeleine" (v. 1630), Museum of Art, Cleveland. - "Gaucher de Châtillon, connétable de France" (1632-35), musée du Louvre, Paris. 

- Claude Lorrain (1600-1682), "Port de mer avec la villa Médicis" (1638), Galerie des Offices, Florence. - "Paysage avec marchands" (1630), National Gallery of Art, Washington. - "Le Campo Vaccino de Rome" (1636), musée du Louvre, Paris.

- Diego Velasquez (1599-1660), "La tunique de Joseph" (1630), Monasterio de San Lorenzo, El Escorial. 


1631

- Sac de Magdebourg par les troupes impériales, l’épisode le plus sombre de la Guerre de Trente Ans, la chute de la cité hanséatique se traduit par le massacre de 20,000 civils, sous le regard complaisant de l’un de plus grands serviteurs du Saint-Empire, Jean t'Serclaes de Tilly. 

- Tournant décisif dans la guerre de Trente Ans, la victoire de Gustave-Adolphe II sur l'armée impériale à Breitenfeld, au nord de Leipzig, le 17 septembre 1631, marque pour la première fois la supériorité suédoise dans la conduite des batailles.

- L'Angleterre sous les Stuarts (1603-1648) - Apogée des "Plantations" en Irlande, expropriés, des milliers d'Irlandais doivent immigrer vers les petites îles antillaises de la Barbade et Montserrat.

- Comenius (1592-1670), "Labyrinthe du monde et paradis du coeur"

- Guez de Balzac (1597-1654), "Le Prince"

- Jean Mairet (1604-1686), "Chriseide et Arimand" (1630), "Silvanire ou La Morte vive" (1631), "Sophonisbe" (1635) 

- Jean Rotrou (1609-1650), " L'Hypocondriaque" (1631), "La Bague de l'oubli" (1635), "La Comédie des Tuileries" (1638), "La Belle Alphrède" (1639), le plus important, après Corneille, des dramaturges français dans les années qui précèdent 1650, s'inspire de Lope de Vega, (Diane, 1633) et de Sénèque (Hercule mourant)... Pendant ce temps, la Société des cinq auteurs, sous l'égide du cardinal, produit La Comédie des Tuileries (1635) et une tragi-comédie, L'Aveugle de Smyrne (1638), dont le plan est conçu par Chapelain et dont les cinq actes sont dus à des auteurs différents : Boisrobert, Colletet, Corneille, L'Estoile et Rotrou...

- En 1631, Domenico Zampieri dit Le Dominiquin (1581-1641) quitte Rome pour entreprendre, dans la cathédrale de Naples, la décoration de la Chapelle du Trésor de San Gennaro (saint Janvier, patron de la ville) et les ses scènes de sa vie de San Gennaro.

- Pieter Saenredam (1597-1665), "Intérieur de l'église Saint-Bavon à Haarlem" (1631), Philadelphia Museum of Art. 

- Rembrandt (1606-1669) se fixe à Amsterdam en 1631. "Portrait de Nicolaes Ruts" (1631), Frick Collection, New York.

- Nicolas Poussin (1594-1665), "La peste d'Ashdod" (1631), Musée du Louvre, Paris. - "L'empire de Flore" (1631), Gemäldegalerie, Dresde. - "Le Triomphe de David" (1631-32), Dulwich Picture Gallery, Londres. - "La danse de la vie humaine" (1633-34), Wallace Collection, Londres. 


1632

- Guerre de Trente ans, bataille de Lützen, en Saxe,  au cours de laquelle le roi de Suède Gustave II Adolphe perd la vie.

- Début du règne de Christine de Suède (1626-1689), reine de 1632 à 1654, elle succède à Gustave II Adolphe, son père, élevée par le théologien Johannes Matthiae pendant la régence du grand chancelier Axel Oxenstierna (1583-1654). Son règne personnel débute en 1644.

- Fondation de la ville de Boston en 1632 et de l'université Harvard en 1636.  

- Galileo Galilei, dit Galilée (1564–1642), publication du " Dialogue sur les deux grands systèmes du monde" (Dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo), parmi les oeuvres les plus célèbres au monde, dialogue entre trois personnes, la première favorable au système héliocentrique de Copernic, la deuxième au système géocentrique de Ptolémée, et la troisième sans opinion préalable sur la question.  

- René Descartes (1596-1650), "Traité du monde et de la lumière", 1632-1633.

- Marin Le Roy de Gomberville (1600-1674), "Polexandre", plus de 4 400 pages qu'il ne cesse de remanier depuis 1619...

- En 1632, Van Dyck s’installe définitivement en Angleterre, sur les instances de Charles 1er (1600-1649) qui le nomme peintre officiel de la famille royale : le portrait en pied sur fond paysager sera une innovation de Van Dyck et celui de Charles 1er d’Angleterre (1635) inspirera de nombreux peintres anglais jusqu’à la fin du 18e siècle. A l'image de son maître, Rubens, Van Dyck reçoit dans son atelier de nombreux élèves et sa production comptera des centaines de toiles... - "Henriette Marie de France" (1632), collection royale, UK. 

- Jacques Blanchard (1600-1638), "Angelica and Medoro", 1630-32, Metropolitan Museum of Art, New York.

- Rembrandt (1606-1669), "La leçon d'anatomie du docteur Nicolaes Tulp" (1632), Mauritshuis, La Haye.

- Guido Reni (1575-1642), "Portrait d’une femme (la mère)" (v. 1632), Pinacoteca Nazionale Bologna.


1633

- Samuel de Champlain (1567-1637) part de Dieppe avec trois navires et 200 colons pour la Nouvelle-France.

- La Compagnie normande obtient le monopole de la traite pour dix ans au Cap Vert, au Sénégal, en Gambie, puis en Guinée.

- Congrès de Heilbronn, alliance de la France avec la Suède, Wallenstein et de nombreux princes allemands contre l’empereur.

- Charles Ier Stuart, roi d'Angleterre est couronné roi d'Écosse à Édimbourg selon le rituel anglican, et veut qu’il soit appliqué dans tout le royaume.

- Galilée est condamné à la prison à vie par le tribunal de l’Inquisition et son dialogue sur les deux grands systèmes du monde est interdit : il prononcera la formule d'abjuration que le Saint-Office avait préparée, reniant ses idées coperniciennes..

- Thomas Wentworth, lord lieutenant , gouverne l’Irlande en tyran et développe la politique de plantation en encourageant l’émigration écossaise..

- "Les Grandes Misères de la guerre", série de dix-huit eaux-fortes, l'une des œuvres maitresses du graveur lorrain Jacques Callo (1592-1635) qui évoque les ravages de la Guerre de Trente Ans.

- Adam Olearius (1603-1671), "Relation du voyage de Moscovie, Tartarie et de Perse, fait à l'occasion d'une ambassade envoyée au Grand-Duc de Moscovie et au Roy de Perse, par le Duc de Holstein, depuis l'an 1633, jusques en l'an 1639".

- L'ouvrage de Galilée, "Dialogue sur les deux grands systèmes du monde", est condamné le 22 juin 1633, l'hypothèse du mouvement de la Terre selon le modèle copernicien (héliocentrisme) ne peut être prise en compte que si l’analyse est effectuée dans une perspective purement mathématique.

- L'historien ottoman Kâtip Çelebi (ou Haji Khalifa) débute la rédaction du "Kaşf az-Zunūn",  une encyclopédie bibliographique des livres et des sciences qu'il achèvera en 1652.

- Pedro Calderon de la Barca (1600-1681), "La devocion de la cruz" (La dévotion de la croix), drame religieux.

- Thomas Carew (1595-1639), "A Rapture", poème de jeunesse, "Coelum Britannicum" (1633), masque composé avec Inigo Jones, joué par "the king and his gentlemen" en 1634, musique de Henry Lawes. - "Ask me no more where Jove bestowes / When June is past, the fading rose / For in your beauties orient deep / These flowers, as in their causes, sleep" (Ne me demande plus où Jupiter dépose / Après le mois de juin la rose qui se fane / Car dans l'orient profond de votre beauté / Ces fleurs, comme dans leur essence, dorment).

- Rembrandt (1606-1669), "Portrait de la jeune Saskia" (1633), Gemäldegalerie, Dresde, Saskia Van Uylenburgh (1612-1642), épouse de Rembrandt, à l’âge de 21 ans...

- Jacques Blanchard (1600-1638), "Danae", 1630-33, Musée des Beaux-Arts, Lyon.

- Pierre Paul Rubens  (1577-1640), "Hélène Fourment et son fils Frans" (1633), Alte Pinakothek, Munich.  


1634

- Bataille de Nördlingen, premier revers suédois dans la guerre de Trente Ans contre les forces impériales.

- Assassinat par les Impériaux d'Albrecht von Wallenstein, duc de Friedland (1583-1634),  condottiere au service du Saint-Empire romain germanique pendant la guerre de Trente Ans et généralissime des armées impériales qui remportera des victoires décisives, reprendra toute l'Allemagne du Nord, repoussera les Danois, et dont la puissance effraiera les Electeurs...

- La sorcellerie au XVIIe siècle - Le 18 août 1634, Urbain Grandier, curé de Saint-Pierre, est brûlé vif sur la place Sainte-Croix pour crime de sorcellerie : il est accusé d'être à l'origine du "mal" qui agitait depuis septembre 1632 les dix religieuses du cloître des Ursulines de Loudun de dix-huit à trente ans. - Etude d'histoire et de psychologie de l'écricain anglais Aldous Huxley (1894-1963), "The Devils of Loundun" (1952)...

- René Descartes (1596-1950) achève son "Traité du monde" et donne une "physique générale" inspirée des conceptions de Copernic et de Galilée...

- Descartes apprend l'issue du procès de Galilée en novembre 1633 et prend connaissance de son ouvrage "Dialogue sur les deux grands systèmes du monde" par l'intermédiaire d'Isaac Beeckman: "Le sieur Beckmann vint ici samedi au soir et me prêta le livre de Galilée ; mais il l'a emporté à Dort ce matin, en sorte que je ne l'ai eu entre les mains que 30 heures. Je n'ai pas laissé de le feuilleter tout entier, et je trouve qu'il philosophe assez bien du mouvement, encore qu'il n'y a que fort peu des choses qu'il en dit que je trouve entièrement véritables ; mais, à ce que j'en ai pu remarquer, il manque plus en ce où il suit les opinions déjà reçues, qu'en ce où il s'en éloigne..."

- Le Père Marin Mersenne (1588-1648) publie "les Mechaniques de Galilée" en 1634.

- Rembrandt (1606-1669), "Diane au bain" (1634), Musée Wasserburg Anholt, Isselburg-Anholt.

- Simon Vouet (1590-1649), "Loth et ses filles" (1633), musée des Beaux-Arts de Strasbourg. - Allégorie de la vertu (v. 1634), musée du Louvre, Paris. - "Les muses Uranie et Calliope" (v. 1634), National Gallery of Art, Washington. 

- Salomon de Bray (1597-1664), "Jeune femme vue en buste, se peignant", musée du Louvre, Paris

- Francisco de Zurbarán (1598-1664) séjourne à Madrid, y retrouve le peintre sévillan Diego Vélasquez, et voit les commandes affluer - "Christ en Croix" (1627), Art Institute, Chicago. - "L’exposition du corps de Saint Bonaventure" (1629), musée du Louvre, Paris - "Sainte Casilda" (1630), Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid. - "Sainte Marguerite" (1631), National Gallery, Londres - "Saint Hugues au réfectoire des Chartreux" (1633), Museo de Bellas Artes, Séville. - ..


1635

- Guerre de Trente Ans (1618-1648), la France relance la guerre (1635-1648) pour se libérer de l'étreinte des Habsbourgs et rétablir les frontières dites naturelles (Rhin, Pyrénées).

- Fondation de l'Académie française dont le Cardinal de Richelieu est nommé «le chef et le protecteur» :  l’ «une des plus glorieuses marques de la félicité d’un État est que les sciences et les arts y fleurissent et que les lettres y fussent en honneur aussi bien que les armes»...

-  Charles Liènard de l'Olive et Jean du Plessis d'Ossonville débarquent à la Martinique avec 550 hommes.

- Marin Mersenne (1588-1648) fonde l'Academia Parisiensis.

- Pedro Calderón de la Barca (1600-1681), "La vie est un songe" (La vida es sueño)

- Tirso de Molina (1579-1648), "El condenado por desconfiado"

- Lope de Vega (1562-1635), "El mejor alcalde, el rey" (Le Meilleur Alcade, c'est le roi, 1635)

- James Shirley (1596-1666), "The Wittie Faire One" (1628), "Hyde Park" (1632), "The Lady of Pleasure" (1635), dramaturge disciple de Ben Jonson.

- Vincent Voiture (1597-1648), "La Belle matineuse" - "Des portes du matin l'Amante de Céphale, / Ses roses épandait dans le milieu des airs, / Et jetait sur les cieux nouvellement ouverts / Ces traits d’or et d’azur qu’en naissant elle étale, / Quand la Nymphe divine, à mon repos fatale, / Apparut, et brilla de tant d'attraits divers, / Qu'il semblait qu'elle seule éclairait l'Univers / Et remplissait de feux la rive Orientale..." 

- Pierre Paul Rubens (1577-1640), "Rubens, sa femme Hélène Fourment et leur fils Frans" (v. 1635), Metropolitan Museum of Art, New York. 

- Gérard Dou (1613-1675), "L’arracheur de dents" (1630-35), musée du Louvre, Paris. 

- Van Dyck (1599-1641), "Charles Ier d'Angleterre à la chasse" (1635), musée du Louvre, Paris. 

- Cornelis de Baellieur (1607-1671), "Gallery of a Collector", c. 1635, Residenzgalerie, Salzburg.

- Paulus Bor (1601-1669), "Ariadne", 1630-35, Muzeum Narodowe, Poznan.

- Salomon de Bray (1597-1664), "Jael, Deborah and Barak", 1635, Museum Catharijneconvent, Utrecht.

- Georges de La Tour (1593-1652), "Le Tricheur à l'as de carreau" (vers 1635), Musée du Louvre, Paris. - "La Diseuse de bonne aventure (1633-39), Metropolitan Museum of Art, New York. - "Madeleine en pénitence" (1625-50), Metropolitan Museum of Art, New York. - "La femme à la puce" (vers 1630), Musée lorrain, Nancy.

- La réputation de Laurent de La Hyre (1606-1656) se consolide, "Saint-Pierre guérissant les malades de son ombre" (1635), Cathédrale Notre-Dame de Paris. - "La conversion de Saint Paul" (1637), Cathédrale Notre-Dame de Paris. 

- Artemisia Gentileschi (1593-1653), "Esther et Assuérus" (1628-35), Metropolitan Museum of Art, New York.

- Diego Velasquez (1599-1660), le très célèbre tableau "La reddition de Breda" (1634-35), musée du Prado, Madrid, la cité hollandaise est assiégée par une armée de 40.000 hommes,  Justin de Nassau remet ici les clés de la ville au vainqueur, le général Spinola (1569-1630). - "Philippe IV à cheval" (1634-35), musée du Prado, Madrid...

- José de Ribeira (1591-1652), la grandiose Immaculée de 1635, commandée par le vice-roi Monterrey (Salamanque, Agustinas Recoletas), le Triomphe de la Madeleine de 1636 (Madrid, Acad. S. Fernando), le Martyre de saint Philippe de 1639 (Prado)...

- Judith Leyster (1609-1660), "Self-Portrait" (1635, National Gallery of Art, Washington)

- Juan Bautista Maíno (1581-1649),"Reprise de Bahia de Todos los Santos" (1635, Musée du Prado, Madrid)


1636

- Début de la traite des esclaves dans les colonies françaises.

- Les puritains de la colonie du Massachusetts bannissent un ecclésiastique anglais, Roger Williams, qui s'installe dans ce qui est aujourd'hui le Rhode Island, où il établir une colonie et fonde en 1638 la première église baptiste d'Amérique (Providence, Rhode Island).

- Gondar devient la capitale de l'Ethiopie.

- Pedro Calderon de la Barca (1600-1681), "Los dos amantes del cielo", comédie en 3 actes.

- Pierre Corneille (1606-1684) écrit six comédies entre 1629 et 1636, "la Veuve", 1632, "la Galerie du palais", 1633, "la Suivante", 1634, "la Place royale", 1634, "l'Illusion comique", 1636). A la même époque il donna la tragi-comédie "Clitandre" (1631), ainsi que Médée (1635), sa première tragédie. Il revint plus tard à la comédie, notamment avec le Menteur (1643). Corneille n'est ni «classique» ni «baroque», son théâtre, 3é pièces, est remarquablement varié. 

- Tristan L'Hermite (1601-1655), "Marianne" (1636)

- Gilles Personne de Roberval (1602-1675), "Traité de mécanique des poids soutenus par des puissances sur des plans inclinés à l’horizontale"

- Georges de Scudéry (1601-1667), "Didon", tragédie, un rival malheureux de Corneille.

- Andreas Gryphius (1616-1664), "Les larmes de la patrie" (Die Tränen des Vaterlandes), un poète qui grandit pendant la guerre de Trente Ans..

- Pierre Paul Rubens (1577-1640), "La danse des villageois italiens" (1636), Musée du Prado, Madrid.  

- Rembrandt (1606-1669), "Danaé" (1636), Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg. - "L'aveuglement de Samson" (1636), Städelsches Kunstinstitut, Francfort. - "Belshazzar's Feast" (National Gallery, London).

- Nicolas Poussin (1594-1665), "Le Triomphe de Neptune" (1635-36), Philadelphia Museum of Art, Philadelphie. - "La Nourriture de Jupiter" (1636-37), Dulwich Picture Gallery, Londres. - "Paysage avec homme buvant" (1637-38), National Gallery, Londres.


1637

- L'insurrection des Croquants du 22 avril 1637 - En France, les dernières années du règne de Louis XIII sont marquées par des révoltes anti-fiscales, la plus célèbre est celle des Croquants, près de 8000 paysans de l'Angoumois et du Périgord  qui seront anéantis le 1er juin à Sauvetat.

- 1637-1638 Soulèvement des Écossais (révolte de la cathédrale) contre Charles Ier.

- Shogunat des Tokugawa au Japon - Rébellion de Shimabara du 17 décembre 1637 - Révolte de 40.000 paysans chrétiens japonais de la région de Nagasaki contre le shôgunat et le brutal Matsukura Shigeharu.  La popularité initiale de la révolte est due en partie au leadership charismatique d'Amakusa Shiro (1621-1638). La répression de la rébellion marquera la fin de la dernière opposition sérieuse au régime des Tokugawa...

- Les troupes mandchoues traversent le fleuve Yalu et pénètrent dans le nord de la Corée.  

- René Descartes (1596-1650), "Le Discours de la méthode"  (Pour bien conduire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences), publié anonymement à Leyde le 8 juin 1637, introduction à trois traités mettant en application cette méthode : "La Dioptrique", "Les Météores" et "La Géométrie". Une oeuvre qui fonde la philosophie moderne. La quatrième partie du Discours établit le lien entre la vérité première sur laquelle toute sa réflexion prend appui, le célèbre "Cogito ergo sum" (Je pense donc je suis) et la vérité de certitude évidente de l'existence de Dieu, se protégeant ainsi de tous soupçons de libre pensée que son scepticisme méthodique pouvait laisser supposer...

"Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée; car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent: mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes; et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien. Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent et qui s'en éloignent.

Pour moi, je n'ai jamais présumé que mon esprit fût en rien plus parfait que ceux du commun; même j'ai souvent souhaité d'avoir la pensée aussi prompte, ou l'imagination aussi nette et distincte, ou la mémoire aussi ample ou aussi présente, que quelques autres. Et je ne sache point de qualités que celles-ci qui servent à la perfection de l'esprit; car pour la raison, ou le sens, d'autant qu'elle est la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes, je veux croire qu'elle est tout entière en un chacun; et suivre en ceci l'opinion commune des philosophes, qui disent qu'il n'y a du plus et du moins qu'entre les accidents, et non point entre les formes ou natures des individus d'une même espèce...."

 

- Pierre Corneille (1606-1684), "Le Cid", pièce inspirée des Enfances du Cid, de Guillén de Castro. Rodrigue (le "Cid") est le fils de don Diègue et l'amant de Chimène, elle-même fille du comte de Gormas, lequel a giflé don Diègue suite à une querelle qui les opposait sur la fonction de gouverneur du prince. Du fait de son grand âge, don Diègue ne peut se venger et demande à son fils de retrouver un honneur perdu, c'est le célèbre Acte I, scène 5, "Rodrigue, as-tu du cœur? / Tout autre que mon père L'éprouverait sur l'heure.."

 

- La "querelle du Cid" et la formation de l'esthétique classique  - Accueillie avec enthousiasme par le public mais critiquée par l'Académie, sous prétexte que les règles de la tragédie n'y étaient pas respectées : les règles de la vraisemblance et de la bienséance, celle des trois unités, ainsi que celle qui préconise la séparation distincte des tons et des genres (Les Sentiments de l'Académie sur le Cid, 1638).

- "Iphis et Iante", la première comédie d’Isaac de Benserade (1612-1691), écrivain précieux adulé par les milieux mondains de son époque.

- Jean Desmarets, dit Desmarets de Saint-Sorlin (1595-1676), "Les Visionnaires", "Les délices de l’esprit"

- La galerie des hommes illustres, conçue par Richelieu pour le Palais Cardinal (Palais Royal à Paris) et confiée à Simon Vouet et à Philippe de Champaigne (1602-1674), et est achevée en 1637.

- Au comble des faveurs et des honneurs, Richelieu va orchestrer sa mise en scène et cela les talents d'un peintre flamand établi à paris, Philippe de Champaigne (1602-1674), à qui il commande au total pas moins de 21 portraits...

- Cornelis de Baellieur (1607-1671), "Interior of a Collector's Gallery of Paintings and Objets d'Art", 1637, Musée du Louvre, Paris.

- Pieter de Bloot (1601-1658), "Barn Interior", 1637s, Private collection.


1638

- L'Angleterre sous les Stuarts (1603-1648) - Après avoir persécuté les puritains anglais, l'archevêque de Cantorbéry, nommé par Charles Ier, William Laud, décide, en 1637, d'étendre à l'Écosse (en majorité presbytérienne) la liturgie anglaise. L'Écosse presbytérienne réagit aussitôt par le Covenant de 1638 pour défendre ses libertés, une réaction tant nationale que religieuse, vis-à-vis de laquelle Charles Ier ne peut espérer le moindre soutien de l'Angleterre tant est grande l'hostilité envers son gouvernement...

- Début de la querelle janséniste en France avec l'emprisonnement de Saint-Cyran, directeur de Port-Royal et ami de Jansénius. 

- Un raid des Indiens Pequot tue 600 membres de la colonie de la Baie du Massachusetts.

- Galileo Galilei, dit Galilée (1564-1642), "Discorsi e dimostrazioni matematiche intorno a due nuove scienze attenenti alla mecanica ed ai movimenti locati", Galilée expose les lois de la chute des corps et l'isochronisme du pendule.

- Joost van den Vondel (1587-1679), "Gisbrecht van Aemstel", l'âge d'or néerlandais.

- Antonio Mira de Amescua (1574-1644), "Obligar contra su sangre" (La décision contre son propre sang), drame, esp.

- 1638-1642, Catherine de Vivonne , marquise de Rambouillet (1588-1665), tient le premier salon,avec  sa fille Julie d’Angennes, dans son hôtel de Rambouillet situé à Paris, rue Saint-Thomas-du-Louvre,  François de Malherbe, Vincent Voiture , Jean Chapelain,  Antoine Godeau, Claude Favre de Vaugelas et Tallemant des Réaux s'y côtoient dans la "chambre bleue"...

- Tristan L'Hermite (1601-1655), "Les Plaintes d'Acante" (1633), "Les Amours" (1638), dont le fameux «Promenoir des deux amants», "La Lyre" (1641) : "Auprès de cette grotte sombre / Où l’on respire un air si doux / L’onde lutte avec les cailloux / Et la lumière avecque l’ombre. / Ces flots lassés de l’exercice / Qu’ils ont fait dessus ce gravier / Se reposent dans ce vivier / Où mourut autrefois Narcisse..."

- Une querelle  jadis célèbre divise les milieux littéraires de l'hôtel Rambouillet entre Vincent Voiture (Uranie) et Isaac de Benserade (Job)..

- Anne-Marie de Schurman (1607-1678), "Amica dissertatio inter Annam Mariam Schurmanniam et Andream Rivetum de capacitate ingenii muliebris ad scientias", sur l'adéquation de l'esprit féminin à la science et aux humanités..

- John Suckling (1609-1642), "Aglaura" (1637),  "Les Lutins" (The Goblins, 1638) et "Ballade sur un mariage" (A Ballad Upon a Wedding), poète, dramaturge et coutisan, de ces "poètes cavaliers" qui soutinrent Charles I durant la guerre civile anglaise, avec Thomas Carew et Richard Lovelace...

- Antoine van Dyck (1599-1641), "Lord John and Lord Bernard Stuart" (1638), National Gallery, Londres. - "Mary Hill, lady Killigrew "(1638), Tate Britain, Londres. - "Henriette Marie de France" (1636-38), San Diego Museum of Art, San Diego.

- Pierre Paul Rubens (1577-1640), "Les trois Grâces" (1636-38), Musée du Prado, Madrid.

- Avec  environ 240 tableaux, Frans Hals (15800-1666) signe de grands chefs-d’œuvre de l’art du portrait avec une mise en page puissante et vive soulignée par le geste des personnages. - "La Bohémienne" (1628-30), Musée du Louvre, Paris...

- Gaspard Dughet (1615-1675), "Paysage italien" (1638-40), Rikjsmuseum, Amsterdam, élève de Nicolas Poussin, influencé par Claude Lorrain, tous trois vivaient à Rome..

- Sébastien Bourdon (1616-1671), "L'Osteria au fumeur de pipe" (1638-42), musée Fabre, Montpellier. 

- Nicolas Poussin (1594-1665), " Dance to the Music of Time" (1638, Wallace Collection, London)

- Gentileschi, Artemisia (1593-1654), "Autoportrait en Allégorie de la peinture" (1638-1639, Royal Collection, Windsor), la première grande peintre de l'Histoire...

- Claudio Monteverdi (1567-1643) publie ses "Madrigali guerrieri et amorosi", grand recueil rétrospectif couvrant une trentaine d'années. Son art de tisser des polyphonies savantes et une vocalité soliste expressive le place à la charnière de la Renaissance et de l'esprit baroque.


1639

- L'Angleterre sous les Stuarts (1603-1648) - Guerres des Trois Royaumes (Wars of the Three Kingdoms), série de conflits qui se déroulèrent dans les royaumes d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande entre 1639 et 1651, alors que ces trois pays étaient sous le régime personnel du même monarque, Charles Ier d'Angleterre.

- En France, entre juillet et novembre 1639, révolte des va-nu-pieds de Normandie  à la suite de la décision de Louis XIII d’instaurer la gabelle dans le Cotentin.

- Fin de la suprématie navale espagnole - Durant la guerre de Quatre-Vingts Ans, ou révolte des Pays-Bas menée de 1568 à 1648 contre la Monarchie espagnole par une partie des Dix-Sept Provinces des Pays-Bas espagnols, au large de Douvres, la flotte néerlandaise de l'amiral Maarten Tromp (1598-1653) remporte une grande victoire sur la flotte espagnole commandée par l'amiral Antonio de Oquendo (bataille des Downs ou bataille des Dunes, 21 octobre 1639)

- Paix de Qasr-e Chirin entre l'Iran séfévide et l'Empire ottoman qui conserve Bagdad et Bassora.

- Gabriel Naudé (1600-1653) fait paraître "Considérations politiques sur les coups d’État".

- François Maynard (1582-1646), "Odes"

- Georges de Scudéry (1598-1667), " L'Apologie du théâtre", "L'Amour tyrannique "

- Saint-Simon (1675-1755) quitte la Cour à la mort du Régent et commence la rédaction de ses Mémoires, un abrégé sera publié en trois volumes en 1788 et la première édition complète en en 1829-1831 par un de ses descendants, le duc de Saint-Simon.

- Antoine van Dyck (1599-1641), "Mary Ruthven" (1639), Alte Pinakothek, Munich, l'épouse de Van Dyck.

- Franz Hals (1582-1666), "Cortège des officiers et des sous-officiers du corps des archers de Saint-Georges" (1639), Frans Halsmuseum, Haarlem. 

- Rembrandt (1606-1669), "Portrait d'Andries de Graeff" (1639), Staatliche Museen, Kassel.  

- José de Ribera (1591-1652), "Le martyre de saint Philippe" (1639), Musée du Prado, Madrid. 

- Francisco Herrera, el Viejo (1576-1656), "Saint Basile dictant sa règle", Le Louvre, Paris.