John Milton (1608-1674) - "The Paradise Lost"  (1667) - Andrew Marvel (1621-1678) - Oliver Cromwell (1599-1658) - Edmund Waller (1607-1687) - Thomas Browne (1605-1682) - William Dobson (1610-1646) -  ....

Last update 10/10/2021

"We bring not innocence into the world, we bring impurity much rather, that which purifies us is trial, and trial is by what is contrary..." - John Milton, le vieux poète aveugle, le rêveur divin d'un Paradis perdu et d'un Paradis retrouvé, avait l'habitude de s'asseoir dans son manteau gris à la porte de sa maison près de Bunhill Fields par temps ensoleillé, ni totalement puritain, ni non-conformiste,...

et pourtant son oeuvre est indissociable de cette fameuse révolution puritaine au coeur de ces trois guerres civiles successives qui déchirent, entre 1642 et 1651, les trois royaumes d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande. Une révolution opposant des dissidents exaltés, les «têtes rondes» (the Roundheads), et les fidèles d'une monarchie liée au sort de l'Église épiscopalienne d'Angleterre, les «Cavaliers» (the Cavaliers)...

Mais la situation est encore plus complexe qu'on ne le pense, s'affrontent non seulement les Cavaliers et les Parliamentarians en Angleterre, les Covenanters en Écosse, les Confederates, en Irlande, mais dans ce vaste ensemble des trois royaumes, catholiques, anglicans et presbytériens, baptistes, congrégationalistes et autres non-conformistes, et face à eux un nouvel esprit nourri de la traduction de la Bible en anglais par William Tyndale, au sein duquel "le plus petit paysan des puritains se sentait élevé au rang d'enfant de Dieu, et le noble le plus fier reconnaissait une égalité spirituelle dans le saint le plus pauvre".

Et Milton va faire de son âme ou de sa vision le creuset d'un espoir, celui d'une humanité au seuil de la réconciliation, mais qui bascule rapidement en nostalgie d'un paradis perdu avec l'échec d'une transformation politique radicale et la restauration de la monarchie en 1660..

Le Paradis perdu? Un souffle puissant anime ce vaste poème cosmique au rythme grave au cours duquel Milton nous confie, non sans prendre d'ailleurs quelques libertés avec l'orthodoxie, ses idées religieuses, politiques et sociales. Que cherche-t-il en réécrivant la Génèse, en la recentrant sur la Chute du mythique premier couple humain, en déroulant les premiers temps d'une histoire humaine qui n'a consistance que par le drame héroïque de Satan, esprit du mal à mi-chemin de l'Homme et de Dieu? Milton cherche à faire descendre le ciel sur la terre sous une forme arbitraire et définie, et mobilise à cette fin tout ce que l'histoire et l'Ecriture peut lui fournir d'arguments.  Dans les ténèbres et les dangers qui nous entourent, dans la solitude extrême de l'être humain privé de lumière, se jouent les grands espoirs de liberté humaine et le triomphe de la vérité divine, le tableau est grandiose et impressionnant, la leçon héroïque que nous donne Satan est d'autant plus évidente que son échec est d'évidence une nécessité cosmique.  

Mais un autre paradis a également été perdu. La monarchie avait été restaurée, en 1660, et les sujets anglais n'étaient plus "libres". Milton croyait passionnément en l'importance de l'indépendance de Jugement politique - dissidence n'était pas systématiquement symbole de désobéissance. Si nous devons nous soumettre a la volonté du Dieu dans lequel il croyait, Dieu ne pouvait pas être un tyran comme le fut Charles ler. C'est à un Satan rebelle que sont consacrés les meilleurs vers du poème, et les plus mémorables. Peut-être l'attitude de Milton envers Satan était-elle plus admirative et plus politique que ne l'autoriserait la tradition de la Bible. C'est cette dernière adaptation de l'humanisme de la Renaissance par Milton et l'autorité du poète face aux circonstances politiques changeantes de l'époque qui font de lui qu'il clôture parfaitement cette période si riche de la littérature anglaise. Et le rayonnement que Milton a pu connaître en France, de Vigny à Hugo, ne rend pleinement justice ni à son œuvre ni à sa personne. L'optique du siècle des Lumières, l'engouement romantique relèvent d'une tradition intellectuelle éloignée du courant judéo-chrétien qui anime le XVIIe siècle anglais...

 

Sous Jacques Ier, l'AngIeterre et l'Écosse furent unifiées et le processus de centralisation de l'autorité alla bon train. Les conflits entre Charles Ier, le fils de Jacques Ier, qui multipliait les actions autoritaires, et le Parlement ne tardèrent pas à paraître au grand Jour. La cour entendait être le centre de la production culturelle, mais la bataille était perdue d'avance. Le degré d'aIphabétisation croissait et le clergé était plus instruit que jamais. Oxford et Cambridge étaient, une fois de plus, au coeur de ia culture européenne. La révolution scientifique de Londres était beaucoup plus dépendante des simples apothicaires et mécanicens qu'elle ne l'était du roi ou de la noblesse. Les théâtres constituaient un nouveau lieu de débats populaires autour des idées. Mêmes les femmes se lançaient dans l'impression. Bien que le gouvernement ne puisse pas être considéré comme un protecteur du droit d'expression et des droits de l'Homme dans le sens moderne du terme, les confllts se succédaient, mettant en exergue la grande diversité des sources d'autorité en Angleterre.

En outre, la langue anglaise entrait dans une étonnante ère de richesse. La poésie avait gagné en densité et en complexité à la fin du règne d'Élisabeth Ier, grâce a des écrivains comme William Shakespeare (164-1616), John Donne (1572-1631) et Samuel Daniel (1562-1619). Vers le milieu du XVIIe siècle, l'Angleterre voit émerger des écrivains d'une grande subtilité, puissance et grâce, comme Thomas Browne (1605-1682), dont "Hydriotaphia, Urn Burial, or, a Discourse of the Sepulchral Urns lately found in Norfolk" (1658) est considéré comme l'oeuvre de prose anglaise la plus aboutie du XVIIe slècle. 

La plupart des poètes s'insurgèrent contre la complexité de Donne : la poésie de l'époque privilégiait en effet les oeuvres structurées comme une chanson, qui imitait (pour le moins avec succès) la tradition lyrique italienne. Edmund Waller (1607-1687) en est vraisemblablement le meilleur représentant: "Go, Lovely Rose / Tell her that wastes my time, and me / That now she knows / When / resemble her to thee / How sweet and fair she seems to be.".... 

 

Dans les années 1640, le conflit entre Charles Ier et le Parlement dégénère en une guerre civile qui sonna la fin provisoire de la monarchie avec la décapitation de Charles ler. La personnalité littéraire qui incarne le mieux cette période de gouvernement républicain et l'héritage de la notion d'autorité poétique et de République des Lettres est John Milton (1608-1674). Le Protectorat républicain qui se mit en place après Charles Ier fut placé sous la houlette d'Oliver Cromwell. Milton resta longtemps à son service et il fut intimement impliqué dans la rédaction de documents en relation directe avec le nouvel ordre politique. On comprend mieux son évolution, de poète humaniste précoce en serviteur civil de la politique, à travers sa conception de son autorité à s'exprimer, une autorité aussi séculière que poétique. 

Plus que quiconque dans l'histoire antérieure de l'Angleterre, Milton s'était sciemment défini comme poète. Comme Edmund Spencer (1552-1599) avant lui, il s'inspira de Virgile. Son premier poème, qu'il écrivit pendant et après ses études à Cambridge, était remarquable (tout comme les premières poésies pastorales de Virgile) en raison de ses structures sonores élaborées. Il participa pleinement à la culture européenne du savoir et de la littérature et partit pour l'Italie où il fut chaleureusement accueilli par divers poètes et érudits. C'était un puritain convaincu dont le respect envers l'ancien idéal de parrhèsia (incarné par sa défense exaltée delia liberté d'expression et de la presse dans Aeropagitica) était associé avec sa croyance dans l'importance de construire un nouveau Jérusalem pour le divin. Milton écrivit une œuvre encore plus importante, "Le paradis perdu". Ce poème épique raconte une nouvelle fois comment Adam et Ève furent chassés du Jardin d'Eden. Leur péché fut d'avoir désobéi à Dieu en mangeant le fruit de l'arbre de la connaissance, du bien et du mal. Le poème commence par ces mots:  "La première désobéissance de l'homme...", "Of Mans First Disobedience, and the Fruit Of that Forbidden Tree, whose mortal tast Brought Death into the World, and all our woe..."


John Milton (1608–1674)

Né à Bread Street, au coeur de Londres, Milton appartient à une famille bourgeoise et cultivée, où le chant, les lettres, la peinture viennent parer la gravité profonde du christianisme de la Réforme. Son enfance s'est déroulée à une époque agitée et mouvementée, le successeur écossais d'Elisabeth,  Jacques I er d'Angleterre (1603-1625), un mélange  de vanité, de ruse, d'arrogance et de poltronnerie, avait réussi à s'annihiler les parlementaires, tandis que son animosité à l'égard de l'esprit montant du puritanisme l'avait conduit à un soutenir le catholicisme et exaspérer ainsi les oppositions religieuses.

Une enfance traversée par des évènements comme la mort de William Shakespeare (1616), la montée en puissance de George Villiers, le 1er duc de Buckingham (1615), celle de William Laud, le chapelain du roi Jacques Ier en 1611 devienne évêque de Saint David's en 1621 et qui n'aura de cesse de lier indissolublement le destin de l'Église et celui de l'État , et la décapitation de Walter Raleigh (1618). Et Charles Ier, un roi persécutant les sectes «dissidentes», dont le nombre s'accroît de baptistes, d'indépendants, et dont les plus menacées ont le choix entre l'exil en Hollande ou l'émigration vers l'Amérique, à l'instar des voyageurs du Mayflower en 1620. Un Charles Ier qui suivra l'exemple de son père et, dans les années 1630, conseillé par l'archevêque Laud, multipliera les poursuites, faisant traduire les dissidents pour rébellion devant la "Star Chamber", - cour de justice et instrument de pouvoir absolu permet d'obtenir rapidement satisfaction dans les cas de désobéissance, de rébellion ou de contestation des lois et arrêt -, suscitant à leur encontre des peines d'emprisonnement, mais aussi d'exposition au pilori. 

Pendant ce temps, écrit Milton, "My father destined me, while yet a little boy, for the study of humane letters, for which my appe- tite was so voracious, that, from the twelfth year of my age, I s'carcel} ever went from my lessons to bed before midnight; which, indeed, was the primary cause of injury to my eyes, to whose natural weakness there were also added frequer at headaches." (Defendo Secunda )....

 

IERE PARTIE, LA JEUNESSE DE MILTON, A LA VEILLE DE LA GUERRE CIVILE (1608-1640)

Lors de son séjour au Christ's College de Cambridge (1615-1652), Milton accepte la discipline scolastique, apprend à disserter en latin et  compose sa première oeuvre significative, "On the Morning of Christ's Nativity" (1629), on y reconnaît déjà complexité baroque et une spiritualité marquée de néo-platonisme. 

 

"Ring out, ye crystal spheres, 

Once bless our human ears,

If ye have power to touch our senses so ; 

And let your silver chime 

Move in melodious time ;

And let the bass of Heaven's deep organ blow ; 

And with your nine-fold harmony, 

Make up full concert to the angelick symphony.

 

"For if such holy song 

Enwrap our fancy long,

Time will run back and fetch the age of gold ; 

And speckled vanity 

Will sicken soon and die, 

And leprous sin will melt from earthly mould ;

And hell itself will pass away, 

And leave her dolorous mansions to the peering day."

....

The oracles are dumb. 

No voice or hideous hum

Runs through the arched roof in words deceiving: 

Apollo from his shrine 

Can no more divine,

With hollow shriek the steep of Delphos leaving. 

No nightly trance or breathed spell, 

Inspires the pale-eyed priest from the prophetick cell

The lonely mountains o'er. 

And the resounding shore,

A voice of weeping heard and loud lament ; 

From haunted spring and dale, 

Edged with poplar pale,

The parting genius is with sighing sent ; 

With flower-inwoven tresses torn, 

The nymphs in twilight-shade of tangled thickets mourn."

 

Au sortir de l'université, en 1632, Milton rejoint son père à Horton, près de Windsor, pour s'y plonger dans une solitude studieuse (the endless delight of speculation) et réfléchir à ses choix personnels. Il renonce alors à entrer dans le clergé anglican, trop soumis à une hiérarchie temporelle et suspect aussi à ses yeux de donner dans les pratiques et le rituel romains. L'époque voit en effet Charles Ier (1625-1649) incliner à imiter ces pratiques, sous la conduite de l'archevêque William Laud, un ritualiste particulièrement rigoureux .. : "what tyranny had invaded the Church, ... I thought it better to prefer a blameless silence before the sacred office of speaking, bought and begun with servitude and forswearing" (The Reason of Church Government).

Et Milton, trop érudit pour véritablement s'accommoder du fanatisme puritain, va pourtant soutenir les partisans du Parlement, rebelle à l'autoritarisme royal et hostile au courant d'immoralité qu'encourage la reine Henriette et ses fêtes à la françaises.

 

Une première période poétique se dessine jusqu'à son voyage sur le Continent en 1638, six à sept années parmi sans doute les plus heureuses qu'il ait jamais connues, abandonnant son imagination aux "outward shows of sky and earth" 

1631-1632, "L'Allegro" et "Il Penseroso", deux courts poèmes qui se correspondent l'un l'autre et  en toute simplicité se renvoient deux états d'âme,  "Allegro", la journée de la joie qui éclaire la nature et les hommes, "Il Penseroso", plus méditative, le penseur envahi par une mélancolie surgie des différents éléments de la nature. L'Allegro, L'homme joyeux, recherche instinctivement la joie et la gaieté de la nature et s'en délecte. Pour lui, l'alouette fait sursauter l'aube pommelée, le chantre chante avec vivacité, les chasseurs réveillent les matins endormis, le grand soleil monte dans le ciel dans sa robe d'ambre flamboyant, le laboureur siffle et la laitière chante, les bergers dansent au son des cloches et des coqs endiablés, on boit de la bière brune épicée, on voit passer des foules de barons audacieux, et une foule de dames aux yeux les plus brillants.. 

 

L'ALLEGRO.

HENCE, loathed Melancholy,

Of Cerberus and blackest Midnight born,

In Stygian cave forlorn,

'Mongst horrid shapes, and shrieks, and sights unholy! 

Find out some uncouth cell, 

Where brooding Darkness spreads his jealous wings,

And the night-raven sings ; 

There under ebon shades, and low-browed rocks, 

As ragged as thy locks,

In dark Cimmerian desert ever dwell. 

But come, thou Goddess fair and free, 

In Heaven ycleped Euphrosyne, 

And by Men, heart-easing Mirth ;

Whom lovely Venus, at a birth, 

With two sister Graces more, 

To ivy-crowned Bacchus bore :

Or whether (as some sager sing)

The frolick wind, that breathes the spring,

Zephyr, with Aurora playing,

As he met her once a-Maying ;

There on beds of violets blue,

And fresh-blown roses washed in dew,

Filled her with thee a daughter fair,

So buxom, blithe, and debonair.

Haste thee, Nymph, and bring with thee 

Jest, and youthful Jollity,

Quips, and Cranks, and wanton Wiles, 

Nods, and Becks, and wreathed Smiles, 

Such as hang on Hebe's cheek, 

And love to live in dimple sleek ; 

Sport that wrinkled Care derides, 

And Laughter holding both his sides. 

Come, and trip it, as you go, 

On the light fantastick toe ; 

And in thy right hand lead with thee 

The mountain-nymph, sweet Liberty ; 

And, if I give thee honour due, 

Mirth, admit me of thy crew, 

To live with her, and live with thee, 

In unreproved pleasures free ;

To hear the lark begin his flight, 

And singing startle the dull night, 

From his watch-tower in the skies ; 

Till the dappled dawn doth rise 

Then to come, in spite of sorrow, 

And at my window bid good morrow, 

Through the sweet-briar, or the vine,

Or the twisted eglantine : 

While the cock, with lively din,

Scatters the rear of Darkness thin ;

And to the stack, or the barn-door,

Stoutly struts his dames before :

Oft listening how the hounds and horn

Cheerly rouse the slumbering morn,

From the side of some hoar hill,

Through the high wood echoing shrill :....

 

II Penseroso, L'homme pensif, aime les bosquets et les ombres chatoyantes, la musique mélancolique du rossignol, la lune errante haut dans les cieux, le son profond de la cloche du couvre-feu qui se balance, les enchantements mystiques de minuit ,un matin de vent, de nuages et de faibles pluies ; des bosquets solitaires où le murmure des ruisseaux attire le sommeil de la rosée, et où des rêves mystérieux agitent leurs ailes autour de son âme ; la lumière sombre et religieuse des cloîtres ; le son solennel de l'orgue ; les extases de la dévotion ; et une vieillesse aux connaissances merveilleuses, élevant son âme à quelque chose comme une tension prophétique. "Arcades", un poème du même genre que Comus, mais beaucoup plus court, est décrit comme faisant partie d'un divertissement présenté à la Comtesse-Dowager de Derby à Harejield par quelques nobles fils de sa famille. On suppose qu'il a été écrit vers 1634. 

Milton n'écrira plus rien écrit d'important pendant environ trois ans et demi. Il est vrai que le contexte politique s'obscurcissait, Laud était devenu archevêque de Canterbury, ses partisans occupaient les plus hautes fonctions, et le mot d'ordre était de pourchasser le non conformisme tandis qu'un corps de "dragons noirs" s'efforçait de réprimer les sentiments puritains... 

 

IL PENSEROSO.

HENCE, vain deluding Joys,

The brood of Folly without father bred !

How little you bested, 

Or fill the fixed mind with all your toys ! 

Dwell in some idle brain,

And fancies fond with gaudy shapes possess,

As thick and numberless

As the gay motes that people the sun-beams;

Or likest hovering dreams, 

The fickle pensioners of Morpheus' train. 

But hail, thou Goddess, sage and holy, 

Hail, divinest Melancholy ; 

Whose saintly visage is too bright 

To hit the sense of human sight, 

And therefore to our weaker view 

O'erlaid with black, staid Wisdom's hue;

Black, but such as in esteem

Prince Memnon's sister might beseem,

Or that starred Ethiop queen that strove

To set her beauty's praise above

The Sea- Nymphs, and their powers offended :

Yet thou art higher far descended :

Thee bright-haired Vesta, long of yore,

To solitary Saturn bore :

His daughter she ; in Saturn's reign,

Such mixture was not held a stain:

Oft in glimmering bowers and glades

He met her, and in secret shades

Of woody Ida's inmost grove,

Whilst yet there was no fear of Jove.

Come, pensive Nun, devout and pure,

Sober, stedfast, and demure,

All in a robe of darkest grain,

Flowing with majestick train,

And sable stole of Cyprus lawn,

Over thy decent shoulders drawn.

Come, but keep thy wonted state,

With even step, and musing gait;

And looks commercing with the skies,

Thy rapt soul sitting in thine eyes :

There, held in holy passion still,

Forget thyself to marble, till

With a sad leaden downward cast

Thou fix them on the earth as fast :

And join with thee calm Peace, and Quiet,

Spare Fast, that oft with Gods doth diet,

And hears the Muses in a ring

Aye round about Jove's altar sing:....

 

En 1634, Milton représente à Ludlow "Comus",  un «masque», un drame pastoral en vogue sur la scène anglaise à l'époque de la Renaissance, une oeuvre de circonstance, commandée et mise en musique par Henry Lawey, écrite pour le comte de Bridgewater, en l'honneur de son installation de Lord President au pays de Galles, une allégorie qui nous conte la délivrance d'une jeune fille égarée dans un bois aux prises avec un malin génie, Comus, fils de Bacchus et de Circé. Mais si la chasteté est la meilleure défense contre les sortilèges, 

 "A solemn-breathing sound 

Rose like a steam of rich distill'd perfumes, 

And stole upon the air, that even Silence 

Was took ere she was ware, and wish'd she might 

Deny her nature, and he never more, 

Still to be so dipplaced. I was all ear, 

And took in strains that might create a soul 

Under the ribs of Death !

il faut le secours de la déesse de la Severn (Sabrina) pour libérer la jeune victime. Les discours de celle-ci sur l'harmonie dans l'univers et son refus du chaos préfigurent la geste du Paradis reconquis de 1671. 

 

En 1637, Milton compose "Lycídas", élégie pastorale à la mémoire d'Edward King, membre du Christ's College de Cambridge, qui s'est noyé lors de son voyage en Irlande à l'automne de cette année-là, et qui nous montre un Milton en colère prédisant la ruine d'un clergé corrompu, tandis qu'au milieu des phrases poétiques et musicales, retentissent pour la première fois des paroles graves, mystérieuses et menaçantes, qui annoncent le fougueux partisan des années de lutte... 

"... But O the heavy change, now thou art gone,

Now thou art gone, and never must return!

Thee, shepherd, thee the woods and desert caves,

With wild thyme and me gadding vine o'ergronn,

And all their echoes mourn.

The willows and the hazel copses green

Shall now no more be seen,

Fanning their joyous leaves to thy soft lays.

As killing as the canker to the rose,

Or taint-worm to the weanling herds that graze,

Or frost to flowers that their gay wardrobe wear

When firšt the white-thorn blows;

Such, Lycidas, thy loss to shepherd's ear.

Where were ye, nymphs, when the remorseless deep

Closed o'er the head of your loved Lycidas?

For neither were ye playing on the steep

Where your old bards, the famous Druids, lie,

Nor on the shaggy top of Mona high,

Nor yet where Deva spreads her wizard stream:

Ay me! I fondly dream - 

Had ye been there - for what could that have done?"

 

"... Mais quel dur changement, maintenant, toi parti,

Toi parti, pour ne plus jamais nous revenir!

Sur toi, berger, sur toi les bois, les antres vides

Couverts de thym sauvage et de vignes errantes,

Et tous leurs échos, se lamentent.

Les saules et les verts taillis de noisetiers,

On ne les verra plus jamais

Agiter à tes chants si doux leur gaie ramure.

Aussi funeste qu'est à la rose le chancre,

Ou le ver au bétail frais sevré qui pâture,

Ou la gelée aux fleurs portant claire parure

Quand l'épine va fleurissant,

Est, Lycidas, ta perte au berger qui l'apprend.

Nymphes, où étiez-vous, quand sans remords l'abîme

Se ferma sur le front de votre Lycidas?

Car vous ne jouiez pas où reposent aux cimes

Vos bardes anciens, les Druides fameux,

Non plus que sur Mona au sommet broussailleux,

Ni aux lieux où la Dee répand son fiot devin.

Hélas ! je fais un songe vain.

Eussiez-vous été là - Et qu'eussiez-vous donc fait?

 


Au printemps 1638, Milton entreprend son Grand Tour, muni de lettres de recommandation, traverse rapidement la France, rencontre Grotius à Paris, Nice, Gêne, et séjourne seize mois en Italie, à Florence, visite le vieux Galilée devenu aveugle, Sienne, Rome, où il rencontre le cardinal Barberini, Naples, Venise, lit Dante, Pétrarque, Le Tasse, et et rentre en Angleterre, à Londres le 8 août 1639. "The sad news of civil war coming from England called me back; for I considered it disgraceful that, while my fellow-countrymen were fighting at home for liberty, I should be travelling abroad at ease for intellectual purposes..."

Milton s'installe à Londres, loue une chambre dans la maison d'un certain Russel, un tailleur, à St Bride's Churchyard, puis à Aldersgate Street, et donne des leçons.

En 1640, l'histoire de l'Angleterre commence à basculer, le mémorable Long Parliament se réunit, s'opposant à Thomas Wentworth, jadis champion des libertés anglaises, opposé à Jacques Ier puis Charles Ier, acceptant de suivre ce dernier et allant jusqu'à définir le thorough system, qui organise le régime autoritaire mis en place entre 1629 et 1640: il est en effet l'un des théoriciens les plus convaincus du droit divin et absolu des rois. C'est lui qui qui encouragera la poursuite de la guerre contre les Écossais révoltés, et persuadera Charles Ier, à court d'argent, de convoquer un Parlement en 1640 : mais le Court Parliament décevra tous les espoirs imprudemment placés en lui. Thomas Wentworth devient en 1640 comte de Strafford en janvier 1640, puis lieutenant général de l'armée anglaise. Il est arrêté en vertu d'une procédure d'impeachment ouverte contre lui par la Chambre des communes, à l'instigation de Pym, son procès débute le 22 mars 1641 sur fond d'un complot mettant en cause une partie de l'armée pour rétablir l'autorité du roi, et sous la pression de la foule londonienne, il sera exécuté le 12 mai, rendant à son roi l'ultime service de permettre provisoirement de rejeter sur de « mauvais conseillers » la responsabilité de la politique absolutiste antérieurement suivie...

"I could not be ignorant what is of Divine and what of human right" - En 1641-1642, Milton va quitter "l'air calme et tranquille des études" pour "la mer agitée des querelles" : " I trust to make it manifest with what small willingness I endure to interrupt the pursuit of no less hopes than these, and leave a calm and pleasing solitariness, fed with cheerful and confident thoughts, to embark in a troubled sea of noises and hoarse disputes, put from beholding the bright countenance of truth in the quiet and still air of delightful studies, to come in to the dim reflection of iollo w antiquities sold by the seeming bulk." 

 

Il entame donc en 1641 sa croisade sur le gouvernement de l'Eglise, publiant, après quelques pamphlets (" Of Reformation touching Church Discipline in England ", " Of Prelatical Episcopacy ", " Animadversions upon the Remonstrant's Defence against Smectymnuus ", "The Reason of Church Government urged against Prelacy" et "The Apology for Smectymnuus"), et l'année suivante "The Reason of Church Government urged against Prelacy". Milton soutient une vision idéalisée de la fonction épiscopale : "Certainly there is no employment more honourable, more- worthy to take up a great spirit, more requiring a generous and free nurture, than to be the messenger and herald of heavenly truth from God to man, and by the faithful work of holy doctrine to procreate a number of faithful men, making a kind of creation like to God's by infusing his spirit and likeness into them, to their salvation, as. God did into him ; arising to what climate soever he turn him, like that Sun of Righteousness that sent him, with healing jn his wings,, and new light to break in upon the chill and gloomy hearts of his. hearers, raising out of darksome barrenness a delicious and fragrant spring of saving knowledge and good works..." La quête du Paradis perdu est déjà présent...

 

"He for God only, she for God in him" - En 1642, en pleine guerre civile entre Cavaliers et Puritains, l'austère Milton cède à l'amour fou en épousant Mary Powell, de parents royalistes. Au bout d'un mois les époux se brouillent et se séparent, ou du moins est-ce Mary Milton qui part, victime de l'austérité et de l'idéalisation du poète. La vie intime de Milton vient ici brouiller quelque peu son parcours. Sans doute amer, Milton va publier, à la hâte et pour se justifier,  et affirmer son idéal du mariage,"The Doctrine and Discipline of Divorce, and The Judgement of Martin Bucer concerning Divorce" (1644), puis "Tetrachordon ; or, Expositions upon the four chief Places of Scripture, which treat of Marriage". Les deux époux se réconcilieront en 1645 et auront quatre enfants. Mary Powell mourra cependant en 1652. En 1656, Milton épousera (1656) Catherine Woodcock, qui meurt ainsi que sa fille, quinze mois après : cette mort lui suggère un de ses plus beaux sonnets. En 1663 le poète se remarie avec Elisabeth Minshull, de trente ans plus jeune que lui et qui lui survivra....

 

"J'ai cru voir ma défunte, ma sainte épouse", sonnet composé en hommage à sa deuxième épouse, Katherine Woodcock, vers 1658 et publié en 1673...

Methought I saw my late espouséd saint

Brought to me like Alcestis from the grave,

Whom ]ove's great son to her glad husband gave

Rescued from Death by force, though pale and faint.

Mine, as whom washed from spot of child-bed taint

Purification in the Old Law did save,

And such, as yet once more I trust to have

Full sight of her in heaven Without reštraint,

Came vešted all in White, pure as her mind.

Her face was veiled; yet to my fancied sight

Love, sweetness, goodness, in her person shined

So clear as in no face with more delight.

But O, as to embrace me she inclined,

I waked, she fled, and day brought back my night.

 

J'ai cru voir ma défunte, ma sainte épousée

Ramenée à moi de la tombe, comme Alceste

Par le grand Héraklès à son mari comblé:

Arrachée à la mort, fût-ce blême et sans forces.

La mienne, comme indemne de cette souillure

Dont la Loi commandait qu'on lavât l'accouchée,

Et telle que je me promets de la revoir

Au Ciel, sans nulle réticence, en plénitude,

Parut, vêtue de blanc aussi pur que son âme.

Malgré ses traits voilés, pour ma vue inventée,

Amour, bonté, douceur brillaient dans sa personne,

Plus exquis qu'en aucun visage. - Oh! mais vient-elle

A se pencher sur moi, je m'éveille, elle fuit

Et le jour aussitôt de me rendre à ma nuit.

 


IIe PARTIE, LES VINGT ANNEES DE LA GUERRE CIVILE ET DU COMMONWEALTH  (1660-1674)

La phase puritaine de John Milton...

1642, début des guerres civiles anglaises (English Civil war or Great Rebellion, 1642 à 1651), entre les partisans de la monarchie de Charles Ier (et de son fils et successeur, Charles II) et des groupes opposés dans chacun des royaumes, les Parlementaires (Parliamentarians) en Angleterre, les "Covenanters" en Écosse et les Confédérés (Confederates) en Irlande. Ces guerres civiles anglaises ont commencé plus tôt, avec la tentative de Charles, en 1637, d'introduire une version modifiée du Book of Common Prayer anglais qui provoquera une vague d'émeutes en Écosse dont les guerres des évêques (the Bishops’ Wars) de 1639-40, puis en Irlande, la rébellion d'Ulster (the Ulster rebellion) de 1641, enfin en Angleterre, en août 1642, lorsque Charles Ier leva une armée contre la volonté du Parlement, pour faire face à la rébellion irlandaise. Tout au long des années 1640, la guerre entre le roi et le Parlement va ravager l'Angleterre, mais frapper aussi tous les royaumes détenus par la maison Stuart. Les guerres ne prendront fin qu'en1651 avec la fuite de Charles II en France et, avec lui, les espoirs de la monarchie britannique.

Les Covenanters (les rebelles écossais) submergent rapidement l'armée anglaise mal entraînée, obligeant le roi à signer un traité de paix à Berwick (18 juin 1639), Charles refuse de concéder la victoire et convoque un parlement anglais, considérant que c'est le seul moyen de réunir rapidement des fonds pour financer sa guerre contre les Écossais, un Parlement qui se réunit trois semaines en avril 1640 (Short Parliament) mais qui réclame auparavant que soient réglés un certains nombre de leurs griefs.  Charles dissout précipitamment le Parlement court et envoie une force mal armée pour combattre les Écossais dans la deuxième guerre des évêques. Le 20 août 1640, les Covenanters envahissent l'Angleterre pour la deuxième fois et, au cours d'une campagne militaire spectaculaire, ils prennent Newcastle après la bataille de Newburn (28 août). Humilié, le roi n'a d'autre choix que de négocier et, sur l'insistance des Écossais, de rappeler le Parlement.

Un nouveau parlement (Long Parliament) se réunit à Westminster le 3 novembre 1640 et demande immédiatement la mise en accusation de Wentworth, qui est désormais le comte de Strafford. Le long procès à Westminster, qui se termine par l'exécution de Strafford le 12 mai 1641, est orchestré par des protestants et des catholiques d'Irlande, par les Covenanters écossais et par les opposants anglais du roi, en particulier le chef des Commons, John Pym, ce qui souligne l'importance des liens entre tous les royaumes Stuart à ce moment critique.

 

 THE NEW FORCERS OF CONSCIENCE UNDER THE LONG PARLIAMENT.

BECAUSE you have thrown off your Prelate Lord,

And with stiff vows renounced his Liturgy,

To seise the widowed whore Plurality

From them whose sin ye envied, not abhorred ;

Dare ye for this adjure the civil sword

To force our consciences that Christ set free,

And ride us with a classick hierarchy

Taught ye by mere A. S. and Rotherford ?

Men, whose life, learning, faith, and pure intent,

Would have been held in high esteem with Paul,

Must now be named and printed Hereticks

By shallow Edwards and Scotch what d'ye call :

But we do hope to find out all your tricks,

Your plots and packing worse than those of Trent,

That so the Parliament

May, with their wholesome and preventive shears,

Clip your phylacteries, though bauk your ears,

And succour our just fears,

When they shall read this clearly in your charge,

 

New Presbyter is but old Priest writ large.

 

Mais en octobre 1641, l'insurrection irlandaise va précipiter une crise politique en Angleterre, Charles et son Parlement de Westminster se disputant pour savoir lequel d'entre eux devait contrôler l'armée à lever pour réprimer les insurgés irlandais. Le soulèvement de l'Ulster en Irlande découle de plusieurs causes, dont économiques et religieuses(le désir de voir l'Église catholique romaine retrouver sa position d'avant la Réforme) et débouche sur une guerre confessionnelles entre protestants et catholiques. Charles décidera de se passer du Parlement et se mobilisa seul pour la guerre..

The first English Civil War (1642–46) - La bataille d'Edgehill (octobre 1642), la première grande bataille livrée sur le sol anglais entre royalistes (les Cavaliers, the Cavaliers) ni les parlementaires (les Têtes rondes, the Roundheads),  montre qu'aucun des deux camps, disposant chacun de 60 000 et 70 000 hommes, ne jouit encore d'un avantage probant.  Charles, dont le quartier général se trouve à Oxford, bénéficie de soutiens dans le nord et l'ouest de l'Angleterre, au Pays de Galles et (après 1643) en Irlande. Le Parlement contrôle les régions beaucoup plus riches du sud et de l'est de l'Angleterre, ainsi que la plupart des ports clés et, surtout, Londres, la capitale financière du royaume. En 1643, Cromwell est le colonel d'un régiment, les Côtes de Fer, qu'il a lui-même constitué par l'appel à des engagés volontaires, qu'il contribue à entretenir de ses deniers, qu'il dote d'un bon équipement en chevaux et en armes, qu'il soumet à des officiers recrutés au mérite, sans égard pour le rang social et sans considération pour l'appartenance à telle ou telle secte religieuse. 

La situation globale se débloque finalement avec le triomphe des Roundheads à la bataille de Marston Moor (2 juillet 1644) et la mise en déroute de la cavalerie royaliste du prince Rupert par la cavalerie parlementaire sous les ordres d'Oliver Cromwell : cette victoire signe l'abandon par les royalistes du contrôle du nord de l'Angleterre. Mais les succès royalistes en Angleterre au printemps et au début de l'été 1643, combinés à la perspective d'une aide irlandaise pour le roi, vont inciter les Covenanters écossais à signer une alliance politique, militaire et religieuse - la Solemn League and Covenant (25 septembre 1643) - avec les parlementaires anglais. C'est que cette guerre sur le sol anglais se double de conflits en Ecosse et en Irlande entre 1643 et 1645..

William Dobson (1610-1646), "Portrait of the artist with Nicholas Lanier and Sir Charles Cotterell", oil painting, In the collection of Alnwick Castle, Northumberland, England - Van Dyck (1599-1641) avait été le peintre idéal pour rendre compte de l'âge d'or de Charles Ier, mais il n'était pas l'artiste de la situation pour peindre la guerre civile. Le destin s'en mêle et Van Dyck meurt en décembre 1641, quelques semaines seulement avant le début de la guerre. Mais le roi avait besoin d'un peintre, William Dobson se présente, parfaitement formé et talentueux . Il s'installe à Oxford (St. John's College ) et  commence à peindre de très nombreux portraits, des courtisans, des administrateurs hautains, des poètes et des hommes de lettres, des politiciens et des diplomates, surtout des soldats, des héros royalistes et des Cavaliers. À partir de 1645, ses portraits reflètent les regards inquiets et incertains de ceux qui restent encore à Oxford, imprégnés d'une tristesse mélancolique qui reflète bien l'état d'esprit du moment. Le roi abandonne Oxford aux petites heures du 27 avril 1646, déguisé en serviteur, quelques semaines plus tard, la ville tombe et les partisans royalistes qui restent, dont William Dobson, rentrent discrètement chez eux, à Londres pour notre peintre qui meurt trois mois plus tard... Le hollandais Peter Lely (1618-1680) arrive à Londres en 1641, il prend la succession de Van Dyck en devenant le portraitiste à la mode en Angleterre, portraitiste officiel de Charles I mais aussi d'Olivier Cromwell...

 

Entre 1641 et 1649, Milton publie pamphlet sur pamphlet et devient l`un des polémistes attitrés du parti purítain, plus d'une vingtaine, contre le gouvernement de l'Eglise par les évêques (Of Prelatical Episcopacy, 1641), "La Raison du gouvernement de l'Église" (Reason of Church-Government Urged against Prelaty, 1641), le plus célèbre, "Areopagitica" (1644) contre les presbytériens eux-mêmes et leur volonté d'instituer la censure politique («Autant supprimer un homme que de supprimer un livre»), un texte qui sera traduit par Mirabeau en France,"De l'éducation" (Of Education, 1644), inspiré en partie par les idées du Tchèque Comenius, son contemporain, des traités dur le divorce ("Tetrachordon et Colasterion" , 1645), "The Judgment of Martin Bucer concerning Divorce", 1644), qui affirme que le mariage ne peut être fondé que sur une harmonie spirituelle...

 

"Areopagitica, a Speech for the Liberty of Unlicensed Printing" (1644) est dirigé contre la suppression de la liberté de la presse décrétée par le Parlement dans une loi du 14 juin 1643. Procéder ainsi, c'est instaurer dans le cadre de la société anglaise des méthodes issues de la Curie papale et du tribunal de l'Inquisition après le Concile de Trente ans. Tous les grands prophètes, les apôtres, les Pères de l'Eglise ont déclaré implicitement ou explicitement que les productions de l'esprit humain devaient rester libres, devaient être connues et porter à réfutation s'il en était nécessaire. En permettant la lecture tant de bons que de mauvais ouvrages, on habitue l'intelligence humaine à discerner d'elle-même le bien du mal, la liberté du jugement est une constante de la pensée de Milton. L'exemple de l'oeuvre de Galilée, qu'il a personnellement rencontré, jadis condamnée, aujourd'hui considérée comme celle de l'un des plus grands savants de cette époque fournit la preuve de son argumentation...

"I deny not but that it is of greatest concernment in the Church and Commonwealth, to have a vigilant eye how Bookes demeane themselves as well as men ; and thereafter to confine, imprison, and do sharpest justice on them as malefactors: For Books are not absolutely dead things, but doe contain a potencie of life in them to be as active as that soule was whose progeny they are ; nay, they do preserve as in a violl the purest efficacie and extraction of that living intellect that bred them. I know they are as lively, and as vigorously productive, as those fabulous Dragons teeth ; and being sown up and down, may chance to spring up armed men. And yet on the other hand, unlesse warinesse be us'd, as good almost kill a Man as kill a good Book ; who kills a Man kills a reasonable creature, Gods Image; but hee who destroyes a good Booke, kills reason it selfe, kills the Image of God as it were in the eye. Many a man lives a burden to the Earth ; but a good Booke is the pretious life-blood of a master spirit, imbalm'd and treasur'd up on purpose to a life beyond life. 'Tis true, no age can restore a life, whereof perhaps there is no great losse ; and revolutions of ages doe not oft recover the losse of a rejected truth, for the want of which whole Nations fare the worse. We should be wary therefore what persecution we raise against the living labours of publick men, how we spill that season'd life of man preserv'd and stor'd up in Books; since we see a kinde of homicide may be thus committed, sometimes a martyrdome, and if it extend to the whole impression, a kinde of massacre, whereof the execution ends not in the slaying of an elementall life, but strikes at that ethereall and fift essence, the breath of reason it selfe, slaies an immortality rather then a life. 

But lest I should be condemn'd of introducing licence, while I oppose Licencing, I refuse not the paines to be so much Historicall as will serve to shew what hath been done by ancient and famous Commonwealths against this disorder, till the very time that this project of licencing crept out of the Inquisition,  was catcht up by our Prelates, and hath caught some of our Presbyters.

"Je ne prétends pas, milords et messieurs, que l'Eglise et le gouvernement n'aient intérêt à surveiller les livres aussi bien que les hommes, afin, s'ils sont coupables, d'exercer sur eux la même justice que sur des malfaiteurs; car un livre n'est point une chose absolument inanimée: il est doué d'une vie active comme l'âme qui le produit; il conserve même cette prérogative de l'intelligence vivante qui lui a donné le jour. Je regarde donc les livres comme des êtres aussi vivants et aussi féconds que les dents du serpent de la fable; et j'avouerai que semés dans le monde, le hasard peut faire qu'ils y produisent des hommes armés; mais je soutiens que l'existence d'un bon livre ne doit pas plus être compromise que celle d'un bon citoyen: l'une est aussi respectable que l'autre, et l'on doit également craindre d'y attenter. Tuer un homme, c'est détruire une créature raisonnable; mais étouffer un bon livre c'est tuer la raison elle-même. Quantité d'hommes n'ont qu'une vie purement végétative, et pèsent inutilement sur la terre; mais un livre est l'essence pure et précieuse d'un esprit supérieur, c'est une sorte de préparation que le génie donne à son âme, afin qu'elle puisse lui survivre. La perte de la vie, quoique irréparable, peut quelquefois n'être pas un grand mal; mais il est possible qu'une vérité qu'on aura rejetée ne se représente plus dans la suite des temps, et que da perte entraîne le malheur des nations.

Soyons donc circonspects dans nos persécutions contre les travaux des hommes publics. Examinons si nous avons le droit d'attenter à leur vie intellectuelle dans les livres qui en sont dépositaires; car c'est une espèce d'homicide, quelquefois un martyre, et toujours un vrai massacre, si la proscription s'étend sur la liberté de la presse en général. 

Mais, afin qu'in ne m'accuse pas d'introduire une licence pernicieuse en m'opposant à la censure des livres, j'entrerai dans quelques détails historiques, pour montrer quelle fut, à cet égard, la conduite des gouvernements les plus célèbres, jusqu'au moment où l'Inquisition imagina ce beau projet de censure que nos prélats et nos prêtres adoptèrent avec tant d'avidité..."


Après avoir utilisé tous les arguments historiques, Milton en vient à aborder la nature même des choses, Dieu a permis à l'être humain d'user modérément de toutes les productions de la nature, et voulait aussi que l'esprit puisse jouir du même privilège...

"Good and evil we know in the field of this world grow up together almost inseparably; and the knowledge of good is so involved and interwoven with the knowledge of evil, and in so many cunning resemblances hardly to be discerned, that those confused seeds which were imposed on Psyche as an incessant labor to cull out and sort asunder were not intermixed. It was from out the rind of one apple tasted, that the knowledge of good and evil, as two twins cleaving together, leaped forth into the world. And perhaps this is that doom which Adam fell into of knowing good and evil, that is to say of knowing good by evil.

As therefore the state of man now is, what wisdom can there be to choose, what continence to forbear, without the knowledge of evil? He that can apprehend and consider vice with all her baits and seeming pleasures, and yet abstain, and yet distinguish, and yet prefer that which is truly better, he is the true warefaring Christian. I cannot praise a fugitive and cloistered virtue, unexercised and unbreathed, that never sallies out and sees her adversary, but slinks out of the race where that immortal garland is to be run for, not without dust and heat. Assuredly we bring not innocence into the world, we bring impurity much rather, that which purifies us is trial, and trial is by what is contrary..."

"Le bien et le mal que nous connaissons dans le champ de ce monde grandissent ensemble presque inséparablement ; et la connaissance du bien est tellement impliquée et entrelacée avec la connaissance du mal, et dans tant de ressemblances astucieuses à peine discernables. Et peut-être est-ce là le malheur dans lequel Adam est tombé de connaître le bien et le mal, c'est-à-dire de connaître le bien par le mal.

Dans l'état actuel de l'homme, comment l'innocence pourra-t-elle se préserver des atteintes du vice, si elle n'en a pas quelque idée? Et puisqu'il faut absolument appréhender et considérer le vice avec tous ses appâts et ses plaisirs apparents, pour se conduire sagement dans le monde; puisqu'il faut aussi démêler l'erreur pour atteindre la vérité, est-il une méthode moins dangereuse de parvenir à ce but, que celle d'écouter et de lire toutes sortes de traités et de raisonnements?  Avantage qu'on ne peut se procurer qu'en lisant indistinctement toutes sortes de livres. Craindra-t-on qu'avec cette liberté infinie l'esprit ne soit bientôt infecté du venin et de l'erreur?  Assurément, nous n'apportons pas l'innocence dans ce monde, nous apportons bien plutôt l'impureté, et ce qui nous purifie, c'est l'épreuve..."

 

En 1645, Milton publia la première édition de ses poèmes anglais et latins et, à peu près au même moment, il se réconcilia avec sa femme, celle-ci semble avoir pris cette décision sur le conseil de ses proches, qui commençaient probablement à s'alarmer des succès militaires des puritains, et aussi de l'audace du poète, qui avait entrepris de faire la cour à une autre femme. Après la prise d'Oxford par les forces parlementaires en juin 1646, son père, sa mère, ses frères et ses soeurs vinrent à Londres. Un mois plus tard environ, elle donna naissance à son premier enfant, une fille nommée Anne. La plume de Milton reste alors inactive pendant un certain temps. Le 1er janvier 1647, son beau-père mourut, et en mars suivant, il perdit son propre père, qui vécut assez longtemps pour voir au moins les débuts de la réputation de son fils. En 1647, il déménagea dans une maison plus petite à Holborn, donnant à l'arrière sur Lincoln's Inn Fields, où il poursuivit ses études privées et commença son History of England. Dans les controverses politiques, son aide n'était pas nécessaire à ce moment-là, car le triomphe des puritains était total... 

1645-1646 -  L'armée parlementaire, désormais reconstruite en "New Model Army" (sur les 88 000 hommes des forces parlementaires, Cromwell en sélectionnera et en entraînera un quart, 22 000, pour en faire une Armée Nouveau Modèle, permanente et mieux équipée), s'attaque aux forces royalistes et une série de succès, la bataille de Naseby (14 juin 1645), Langport (10 juillet), Rowton Heath (24 septembre) et Annan Moor (21 octobre), contraignent le roi à se rendre aux Écossais à Newark le 5 mai 1646, qui le livrent au Parlement anglais le 30 janvier 1647...

Entre-temps, le Parlement a établi l'Église d'Angleterre comme presbytérienne, avec l'ordre de persécuter les baptistes, les congrégationalistes et les autres non-conformistes. Quant à l'armée parlementaire, elle est désormais divisée en deux groupes, les "Independents", qui avec Cromwell plaident en faveur d'une "rule by the virtuous, selected by men of standing", et les "Levellers", plus radicaux, partisans d'une véritable démocratie et de propositions particulièrement audacieuses pour l'époque. Cromwell va se charger de maintenir un semblant d'ordre entre ces différentes tendances...

En 1647, Charles s'enfuit et cherche à relancer la guerre avec le soutien des Covenanters écossais. Ceux-ci qui avaient contribué à la victoire du Parlement lors de la première guerre civile anglaise, vont soutenu le roi lors des deuxième (1648) et troisième guerres civiles anglaises. Le 26 décembre 1647, Charles signe un accord (Engagement) avec un certain nombre de leaders du Covenant : en échange de l'établissement du presbytérianisme en Angleterre pendant une période de trois ans, les Écossais promettent d'unir leurs forces à celles des royalistes anglais et de rétablir le roi sur son trône...

 

Milton écrivit entre 1642 et 1648 vingt-quatre sonnets, cinq sonnets en langue italienne, marqués par l'influence de Pétrarque et de la Renaissance italienne, et qui remontent à ses jeunes années, les autres, très divers, plus personnels, sont adressés à des amis ou évoquent sa seconde femme, sa cécité, le massacre de Vaudois par les troupes du duc de Savoie, en 1655.

L'un des plus célèbres s'intitule "À un rossignol" (To a Nightingale)...

 

O Nightingale that on yon bloomy spray

Warblest at eve, when all the woods are still,

Thou with fresh hope the lover’s heart dost fill,

While the jolly Hours lead on propitious May.

Thy liquid notes that close the eye of day, 

First heard before the shallow cuckoo’s bill,

Portend success in love. O, if Jove’s will

Have linked that amorous power to thy soft lay,

Now timely sing, ere the rude bird of hate

Foretell my hopeless doom, in some grove nigh; 

As thou from year to year hast sung too late

For my relief, yet hadst no reason why.

Whether the Muse or Love called thee his mate,

Both them I serve, and of their train am I.

 

Second and third English Civil Wars (1648–51) - Au début du mois de juillet 1648, une force écossaise envahit l'Angleterre, mais l'armée parlementaire la met en déroute à la bataille de Preston (17 août), "It pleased God to enable us to give them a defeat…", dira Cromwell. Le 6 décembre 1648, est déclenché la "Pride's Purge" qui vise à expulser du Parlement tous ses membres qui ne soutiennent pas les Independents, un nouveau Parlement est constitué sous l'égide de Cromwell (le Parlement croupion). Un Parlement qui s'empresse de réviser le système judiciaire, vote l'abolition de la Cour de chancellerie, rend possible les mariages par une cérémonie civile...

Après avoir vaincu les rebelles royalistes gallois et écossais en 1648, Cromwell soutient un procès pour trahison du roi qui se termine par l'exécution de Charles le 30 janvier 1649.

L'exécution de Charles Ier en janvier 1649 ne fit que galvaniser le soutien écossais (et irlandais) au fils du roi, Charles II, qui fut couronné roi des Écossais à Scone, près de Perth, le 1er janvier 1651. Finalement, la défaite d'une force combinée de royalistes et de confédérés irlandais aux mains des parlementaires anglais après août 1649 empêcha les Irlandais de servir aux côtés de leurs alliés écossais et anglais lors de la troisième guerre civile anglaise. Mais à quel prix : chef d'armée, Cromwell est l'homme de la féroce répression du soulèvement de l'Irlande en août-septembre 1649, le massacre de Drogheda du 12 septembre est associé à cette tragique formule, où «Dieu reconnaîtrait les siens» .

Cette troisième guerre civile se déroula en grande partie sur le sol écossais, Oliver Cromwell et sa New Model Army ayant envahi l'Écosse en juillet 1650. Bien qu'ils aient été mis en déroute lors de la bataille de Dunbar (3 septembre 1650), que Cromwell considérait comme "l'une des plus grandes miséricordes que Dieu ait faites à l'Angleterre et à son peuple", les Écossais ont réussi à lever une autre armée qui s'est lancée dans une course spectaculaire vers l'Angleterre. Cette folle tentative de prendre Londres n'aboutira pas. La victoire retentissante de Cromwell à Worcester (3 septembre 1651), assisté du général Monck, et la fuite de Charles II en France qui s'ensuivit ont non seulement donné à Cromwell le contrôle de l'Angleterre, mais ont également mis fin aux guerres des trois royaumes. 

Ces guerres des Trois Royaumes furent parmi les conflits le plus sanglant de l'histoire des îles britanniques, près de 200 000 personnes, soit environ 2,5 % de la population civile, y perdront la vie directement ou indirectement, et notamment en Ecosse et en Irlande.... 

En 1652, débutait la première des quatre guerres anglo-néerlandaises, suscitée par le Parlement qui entendait affaiblir les royalistes pouvant s'exiler dans les colonies, à cette époque avait été financé un énorme chantier de reconstruction navale...

 

 

"The Tenure of Kings and Magistrates" (1649)

Probablement écrit avant et pendant le procès du roi Charles Ier, mais publié après sa mort, le 30 janvier 1649, Milton prône l'abolition de la royauté tyrannique et l'exécution des tyrans. Le traité cite toute une série d'autorités de l'Antiquité classique, des Écritures, des Pères de l'Église, des philosophes politiques du début de l'ère moderne et des théologiens de la Réforme, qui soutiennent tous des mesures aussi extrêmes - mais justes, selon Milton - pour punir les tyrans. 

 

1649, Milton, Secretary for Foreign Tongues

 Milton fait alors  partie du Conseil d'Etat en qualité de secrétaire latin du Commonweath (Secretary for Foreign Tongues) et s'y maintiendra jusqu'à la mort de Cromwell (1658) : sa maitrise du latin lui permet en effet de prendre en main toute la correspondance officielle avec l'étranger, une correspondance qui prend surtout la forme d'une apologie constante, peu de gouvernements souhaitant avoir affaire au régime anglais. Milton va passer ainsi son temps à écrire des tracts de propagande pour ses employeurs, "Eikonoklastes" ("The Image-Breaker"), publié en octobre 1649 et contre-attaque à l'Eikon Basilike ("L'image royale"), censé être un récit des derniers jours de sa vie par le martyr Charles lui-même. Milton supervise également le journal pro-gouvernemental Mercurius Politicus. Il écrira peu de poésie pendant cette période de sa vie.

 

 

"Pra populo anglicano defensio" (1651), Défense du peuple anglais..

En décembre 1649, Milton compose "Le Pouvoir des rois et des magistrats" (The Tenure of Kings and Magistrates), où il justifie la suppression de tout tyran, puis "Eikonoklastes" pour défendre les parlementaires contre les royalistes. En 1651 parait le "Leviathan" de Hobbes, en exil à Paris. Cette même année John Milton écrit en latin, afin de lui assurer une plus grande diffusion sur le continent, une réponse à la "Defensio regia pro Carolo I" de Claude Saumaise (1588-1653), dit Salmasius, savant français établi en Hollande. Cette œuvre vouait à l'exécration de l'Europe tous ceux qui, en 1649, avaient été responsables de la mort de Charles Ier d'Angleterre. Milton attaque Saumaise avec violence : il démontre que le régicide est justifié parle droit de nature selon la sagesse antique et moderne. Dans le cas de Charles Ier, il s'agissait, de plus, d'une nécessité publique. ll dénonce et blâme enfin l'ingérence des étrangers dans les affaires intérieures de l'Etat. L'ouvrage fit beaucoup de bruit et suscita d'âpres et violentes controverses, dont un écrit de Pierre du Moulin intitulé "Regii sanguinis clamor ad coelum" (1652, Le Cri du

sang royal vers le Ciel), contre les régicides anglais.

À celui-ci, Milton répliqua par une Secunda defensío (1654), prenant à parti notamment à Alexandre More, savant écossais et catholique résidant en Hollande, ami de Saumaise et auteur présumé du plaidoyer royaliste. Milton prend la défense de Cromwell et des Puritains, invoque Dieu lui-même et la liberté, rappelle ce qu'il a fait au service de l'Etat, et comment sa cécité a été compensée par une illumination intérieure envoyée par le Seigneur. Ce passage constitue un repère biographique précieux que l'on peut rapprocher de certaines pages écrites plus tard dans Le Paradis perdu et dans Samson Agonistes.. 

"...  je vais parler de sujets qui ne sont ni incohérents ni communs, mais de la façon dont un roi très puissant, après avoir foulé aux pieds les lois de la nation, choqué sa religion et commencé à gouverner à sa guise et selon son bon plaisir, a finalement été soumis sur le champ de bataille par ses propres sujets, qui avaient subi un esclavage de Jong sous son règne ; comment ensuite il fut jeté en prison, et comme il ne donnait aucune raison, ni en paroles ni en actes, d'espérer mieux de lui, il fut finalement condamné à mort par le conseil suprême du royaume et décapité devant les portes mêmes du palais royal. Je raconterai aussi (ce qui contribuera beaucoup à soulager l'esprit des hommes d'une grande superstition) en vertu de quel droit, et surtout selon notre loi, ce jugement a été rendu, et toutes ces affaires traitées... ; et je pourrai facilement défendre mes vaillants et dignes compatriotes (qui ont extrêmement bien mérité de tous les sujets et de toutes les nations du monde) contre les calomnies les plus méchantes, tant de la part des calomniateurs nationaux qu'étrangers, et surtout contre les reproches de ce sophiste très vain et très vide, qui s'érige en capitaine et en meneur de tous les autres. Car jamais la majesté d'un roi assis sur un trône élevé n'a brillé d'un tel éclat que celle du peuple d'Angleterre lorsque, se débarrassant de la vieille superstition qui prévalait depuis longtemps, il jugea le roi lui-même, ou plutôt un ennemi qui avait été son roi, pris pour ainsi dire dans un filet par ses propres lois, (qui seul de tous les mortels s'est attribué l'impunité par un droit divin) et n'hésita pas à lui infliger le même châtiment. étant coupable, que celui qu'il aurait infligé à tout autre ? Mais pourquoi mentionner ces choses comme étant accomplies par le peuple, qui ouvre presque sa voix lui-même, et témoigne de la présence de Dieu partout ? qui, aussi souvent qu'il semble bon à sa sagesse infinie, a l'habitude de renverser les rois fiers et indociles, s'élevant au-dessus de la condition de la nature humaine, et de les exterminer complètement, eux et toute leur famille. Sous son impulsion manifeste, nous nous sommes mis à l'œuvre pour recouvrer notre liberté presque perdue, en le suivant comme guide, et en adorant les empreintes de sa puissance divine manifestées en toute occasion, nous avons avancé dans un passage non pas obscur, mais mais guidé par Dieu lui-même...."

 

1653-1658, Cromwell, lord protecteur des Trois Royaumes..

C'est le temps d'un homme qui fascina la littérature européenne, le premier régicide de l'Europe moderne à avoir recours à la procédure judiciaire, qui fit disparaître la féodalité (abolition de toutes les contraintes féodales en 1656), insuffla l'élan commercial et colonial qui allait faire la grandeur de l'Angleterre (Acte de navigation de 1651, acquisition de la Jamaïque en 1655), et refusa une couronne tout en tentant pendant cinq années d'instaurer un modèle politique et social d'austérité et de rigueur. Oliver Cromwell (1599-1658), le riche propriétaire foncier qui se fait élire en 1640 tant au Court qu'au Long Parlement par le bourg de Cambridge, s'est converti au calvinisme en 1636 et a acquis ainsi l'extraordinaire la conviction de son élection divine. Il est l' «Anglais de Dieu », l'élu chargé par la Providence de faire de son pays le Nouvel Israël et de rapprocher l'avènement du royaume divin. En 1643, à la mort de John Pym, il a déjà quarante-quatre ans et devient l'inspirateur majeur d'une révolution en marche. Le 16 décembre 1653, par le Parlement, il devient le  «lord protecteur des Trois Royaumes», jusqu'à sa mort, le 3 septembre 1658. Comme John Milton, il est l'adversaire de tout monopole d'État, et sa tolérance ne connaît que les limites du rejet du catholicisme romain, de l'anglicanisme, et des sectes les plus "agitées"...

TO THE LORD GENERAL CROMWELL

Crornwell, our chief of men, Who through a cloud,

Not of war only, but detractions rude,

Guided by faith and matchless fortitude,

To peace and truth thy glorious way hašt ploughed

And on the neck of crowned Fortune proud

Hast reared God's trophies, and His work pursued,

While Darwen stream, with blood of Scots imbrued,

And Dunbar field, resounds thy praises loud,

And Worcešter's laureate wreath: yet much remains

To conquer still; peace hath her victories

No less renowned than war: new foes arise,

Threatening to bind our souls with secular chains.

Help us to save free conscience from the paw

Of hireling wolves, whose gospel is their rnaw.

 

AU LORD GÉNÉRAL CROMWELL

Cromwell, notre chef, toi qui, perçant la nuée

Des combats mais aussi des détractions grossières,

Suivant ta foi et ton courage sans pareil,

Vers paix et vérité fis ton sillon de gloire,

Et sur le col de Fortune couronnée, fier,

Dressant de Dieu les trophées, poursuivis son œuvre

Avec la Darwen charriant du sang d'Ecossaís,

Le champ de Dunbar résonnant de tes louanges,

Puis les lauriers de Worcester; mais il reste tant

A conquérir ; la paix, par ses victoires, brille

Autant que la guerre ; de nouveaux ennemis,

Menacent nos âmes de chaînes séculaires.

Ensemble arrachons la conscience libre aux griffes

De loups mercenaires qui n'ont foi qu'en leur ventre.

 


Puritanisme et musique - Mais un aspect important de la cour de Cromwell fut la splendeur royale des fêtes données non seulement pour les ambassadeurs en visite mais aussi pour célébrer les mariages des filles de Cromwell, qui avaient toutes deux épousé des membres de la vieille noblesse. Lors du mariage de Lady Mary Cromwell en 1657, le poète Andrew Marvell a mis en scène un divertissement pastoral dans lequel, étonnamment, Oliver Cromwell aurait lui-même joué un rôle. En 1654, William Davenant, le poète officiel de Charles Ier, qui a été libéré, écrit "A Proposition for Advancement of Moralitie",  et ouvre la voie dans un pays où les pièces de théâtre ne sont plus autorisées depuis 1642 à l'opéra, en 1656, le premier opéra anglais, The Siege of Rhodes, est joué devant un public payant à Rutland House à Londres...

 

Milton devient aveugle en 1652, mais son âme indomptable n'est pas brisée par ce malheur; il continue d'écrire, ayant pour aide au Conseil d'Etat, à partir de 1657, son ami Andrew Marvel, qui le protégera après la Restauration....

On His Blindness

When I consider how my light is spent

Ere half my days, in this dark world and wide,

And that one talent which is death to hide,

Lodged with me useless, though my soul more bent

To serve therewith my Maker, and present

My true account, lest he, returning, chide:

Doth God exact day labour, light denied?

I fondly ask. But Patience, to prevent

That murmur, soon replies: God doth not need

Either man's work or his own gifts. Who best

Bear his mild yoke, they serve him best. His state

Is kingly; thousands at his bidding speed

And post o'er land and ocean without rest;

They also serve who only stand and wait.

 

Sur sa cécité

À mesurer que ma lumière s'est épuisée

Avant le midi de mes jours, dans l'obscurité du vaste monde,

Et que mon précieux talent, voué à la mort s'il demeure enfoui,

Est vainement niché en moi, alors que mon âme penche encore plus

À s'en servir pour mon créateur et lui présenter

Le compte qui est mien, de peur qu’il ne me tance à son retour :

« Dieu exige-t-il le labeur quotidien, quand la lumière est refusée ?

Questionné-je sottement. Mais Patience, pour prévenir

Ma fâcheuse récrimination, aussitôt répond : « Dieu n’a nul besoin

De la tâche de l'homme ou de ses offrandes. Qui mieux

Supportent son aimable joug, mieux le servent. Son état

Est souverain ; des milliers sont-ils qui à son appel se lancent

Et se hâtent par la terre et les océans sans répit.

Ils le servent aussi qui debout savent attendre.

 


Andrew Marvel (1621-1678), fils d'un ecclésiastique anglican calviniste, avait débuté en 1633  ses études au Trinity College de Cambridge, pour en sortir en 1641 et réaliser un Grand Tour de quatre ans en Europe. Alors que ses poèmes écrits entre 1645 et 1649 manifeste des sympathies royalistes, il est attiré par la forte personnalité d'Oliver Cromwell, et en 1650 écrivit "An Horatian Ode upon Cromwell's Return from Ireland", célébrant tant le vainqueur de Marston Moor tel un dieu olympien que l'héroïsme d'un roi martyr. Pendant deux ou trois ans, à partir de 1651, il est précepteur de Mary Fairfax, fille de Lord General Fairfax, un général du Commonwealth à la retraite qui vivait à Nun Appleton, et c'est là qu'il a écrit quelques poèmes bien connus, "Music's Empire", "Upon Appleton House, to My Lord Fairfax". 

T.S.Eliot en 1932 réhabilitera sa poésie lyrique, caractérisée par une culture puritaine teintée de platonisme et d'un épicurisme proche de celui des poètes "cavaliers". L'une des images les plus célèbres du potee est celle de l'esprit, "that ocean where each kind/ Does straight its own resemblance find", replié sur lui-même et détaché du monde, "Annihilating all that's made/ To a green thought in a green shade". L'ardeur sensuelle et désespérée de "To His Coy Mistress" est représentative de cette imagination singulière qui veut dévorer un temps qui le dévore lui-même : "Had we but world enough and time,/ This coyness, Lady, were no crime…. / But at my back I always hear/ Time's winged chariot hurrying near:/ And yonder all before us lie/ Deserts of vast eternity."). L'une des images les plus célèbres du poème est celle de l'esprit, "that ocean where each kind/ Does straight its own resemblance find", replié sur lui-même et détaché du monde, "Annihilating all that's made/ To a green thought in a green shade".

En 1653, il devient le précepteur d'un jeune pupille de Cromwell, William Dutton. En 1657, Marvell est nommé "Latin secretary" et reste en poste jusqu'à la restauration de la monarchie des Stuart en 1660. Il continue à écrire des poèmes politiques, dont la plupart célèbrent son admiration pour Cromwell, comme "The First Anniversary of the Government under Oliver Cromwell" en 1655 et "Upon the Death of O.C." en 1658. En 1659, il est élu membre du Parlement pour Hull et siège à la Chambre des communes jusqu'à la fin de sa vie. L'indignité des gouvernants, l'intolérance envers les Dissidents susciteront sa virulence satirique . Sa dernière œuvre de combat, Relation des progrès du papisme (An Account of the Growth of Popery), inquiètera le gouvernement en 1677. Il meurt l'année d'après, et ses Poèmes variés (Miscellaneous Poems) ne seront publiés qu'en 1681 par une « veuve » fictive : il ne s'était pas marié...

 

1658 - Lors des funérailles nationales de Cromwell, trois grands poètes, Milton, Marvell et Dryden, marchent ensemble derrière le cercueil du Lord Protecteur. La mort de Cromwell porta un coup fatal aux espoirs politiques de Milton, notamment celui de maintenir une forme républicaine de gouvernement dans l'Église et l'État ; pourtant, il ne sembla pas s'en rendre compte immédiatement et pendant les dix-huit ou vingt mois suivants, il déversa des traités, des lettres et des pamphlets, mais en vain. L'esprit du puritanisme s'était consumé, et la nation dans son ensemble n'aspirait plus qu'à redevenir "the merry England". La conséquence fut la restauration de Charles II en 1660. Il ne restait plus au poète aveugle qu'à se retirer dans son sanctuaire intérieur, que le nouvel ordre des choses ne pouvait atteindre...

 

IIIe PARTIE, DE LA RESTORATION A LA MORT DE JOHN MILTON (1660-1674)

1660 - Restoration - A la mort d'Oliver Cromwell (1658), une part de la New Model Army se rallie à Charles II, qui tente dans le fil de la Restauration monarchique de rétablir, en vain, l'absolutisme : en 1679, le Parlement votera l'habeas corpus et dix années plus tard la Glorieuse Révolution constituera une étape décisive dans la construction d'une monarchie constitutionnelle. C'est aussi l'époque de l'expansion de l'empire colonial notamment dans les Amériques. Avec la Restauration, on assiste non seulement au retour de l'Église anglicane et de l'intolérance envers les sectes, mais un extraordinaire relâchement moral..

 

1660 - A la Restauration, Milton doit se cacher, et malgré la promulgation d'une loi d'amnistie en août 1660, il sera emprisonné puis relâché en décembre de la même année, sans doute grâce à l'intervention d'Andrew Marvell et du dramaturge William Davenant, qu'il avait sauvé naguère. Vers 1662, il déménagea de Rolborn à Jewin Street, où il épousa sa troisième femme, Elizabeth Minshull, fille d'un gentleman du Cheshire. Elle s'est avérée être une bonne infirmière pour le poète aveugle. En 1665, Milton changea une dernière fois de résidence pour s'installer dans une petite maison de l'Artillery Walk, qui débouche sur Bunhill Fields. Critiques, infirmités, mépris, pauvreté l'accablent, mais il s'en glorifie et continue de se considérer comme le champion élu de Dieu, et c'est ce vieil homme aveugle, recru d'épreuves et comprenant à peine le dessein divin derrière ses souffrances, qui va composer trois ouvrages majeurs de la poésie anglaise, et de la littérature universelle.

Après environ sept ans de travail régulier, "le Paradis perdu" fut achevé et vendu le 27 avril 1667 à Samuel Simmons, libraire. La première édition fut vendue en l'espace de deux ans, mais la deuxième ne parut que l'année de la mort du poète. Lorsqu'il eut terminé son poème, il le montra à son ami Ellwood, le quaker, qui lui fit remarquer : " Thou hast said much here of Paradise Lost, but what hast thou to say of Paradise found? "

Environ un an plus tard, Milton remit à son ami un second manuscrit. C'était "le Paradis retrouvé" ! Ce dernier poème ne fut toutefois pas publié avant 1671, date à laquelle il parut avec "Samson Agonistes" - son dernier effort poétique.

Deux ans plus tard, une deuxième édition de ses "minor poems" leur succède. En outre, il a écrit plusieurs œuvres en prose dans l'intervalle qui s'est écoulé entre la Restauration et sa mort : "Accidence Commence' t Grammar" (de la langue latine, 1661 ;) "The History of Britain" (as far as the Conquest, 1670 ;) "Artis Logicae Plenior Institutio", (after the method of Ramus, 1672 ;) "Of True Religion", (in which he is for tolerating every religious sect sauf Roman Catholics, partly on the ground that there is no heresy except a denial of the paramount authority of Scripture, 1673 ;) "Epistolarum Familiarum Liber Unus', (une collection de lettres latines à ses amis, et des exercices de collège, 1674 :) "A Brief History of Moscovia" et son désormais célèbre "De Doctrina Christiana" (découvert en 1823)...

 

"The Paradise Lost"  (Le Paradis Perdu, 1667)

Poème biblique ou épopée chrétienne, initialement en dix chants (1667), puis redistribué en douze chants en 1674,  dans lequel le protestant John Milton traite de la vision chrétienne de l'origine de l'Homme, en évoquant la tentation d'Adam et Ève par Satan puis leur expulsion du jardin d'Eden. Le poète conçut son oeuvre  dans la solitude, l'amertume de l'échec et la cécité, après la Restauration et vingt ans de vie publique. A l'époque où semble triompher la tyrannie et se précipite le naufrage des justes. 

Dans la préface, Andrew Marvell a ajouté en 1674 un hommage à Milton qui rappelle les sept années difficiles qui ont entouré la publication de l'oeuvre, entre 1667 et 1674; et "The Verse", une note en prose de Milton qui justifie son utilisation des vers blancs, jusque-là cantonnés qu'aux pièces de théâtre.

(illustration by Gustave Doré)

The Paradise Lost, BOOK I, the argument....

Les anges rebelles précipités dans les enfers conçoivent le projet de regagner le ciel , leur première demeure , on tout au moins de se venger de l'Éternel qui les a foudroyés. Satan les rassemble. Dénombrement de l'armée infernale. Caractère des principaux chefs. Ils construisent un palais appelé Pandaemonium afin de délibérer.

Milton a choisi singulièrement de débuter son épopée chrétienne par une présentation des plus héroïque de Satan, un Satan qui galvanise ses troupes et leur laisse espérer des jours meilleurs. Et tout en faisant une présentation détaillée de celui-ci et de ses démons qui peuplent sous son autorité l'Enfer, Milton ne cesse de révéler sa présence aux commandes d'une mise en scène qui entend nous tenir à distance de cette entreprise de séduction dans laquelle nous entraînerait l'héroïsation du Mal. Milton présentera Satan et ses partisans comme des soldats tragiques et vaincus tout en rappelant au lecteur chrétien combien il est dangereux de sympathiser avec ces entités si particulières. Tout au long du livre, nous sommes ainsi confrontés à une incertitude qui n'a pas d'équivalent dans la littérature anglaise. 

Les vingt-six premiers vers du livre I vont introduire le thème du poème, "la première désobéissance de l'homme, et le fruit de cet arbre défendu, dont le goût mortel a apporté la mort dans le monde..." (1-3). 

 

Of Man’s first disobedience, and the fruit 

Of that forbidden tree whose mortal taste 

Brought death into the world, and all our woe,

With loss of Eden, till one greater Man

Restore us and regain the blissful seat,

Sing, heav'nly Muse, that on the secret top

Of Oreb, or of Sinai, didst inspire

That shepherd who first taught the chosen seed,

In the beginning how the heavens and earth 

Rose out of Chaos ; or if Sion hill 

Delight thee more, and Siloa’s brook that flow'd 

Fast by the oracle of God, I thence 

Invoke thy aid to my adventurous song.

That with no middle flight intends to soar

Above th’ Aonian mount, while it pursues,

Things unattempted yet in prose or rhyme.

 

La première désobéissance de l'Homme et le fruit défendu, dont la connaissance fatale introduisit la mort et tous les maux sur la terre, et causa la perte d'Eden, jusqu'au jour où l'homme Dieu régénéra la race d'Adam et reconquit pour elle le séjour de la suprême félicité ; voilà les suets qu'il faut chanter , ô muse céleste , qui, sur les sommets sacrés d'Oreb ou de Sina , inspiras ce pasteur, qui , le premier, apprit au peuple choisi comment dans le principe le ciel et la terre sortirent du chaos ! ou si la colline de Sion , si les bords du Siloë, qui coulait près des lieux où l'Eternel rendit ses oracles, ont plus de charmes pour toi, c'est de là que je t'invoque! Viens soutenir mon génie audacieux , qui d'un vol rapide aspire à s'élever au-dessus des monts Aoniens , tandis qu'il suit la trace des grands événements dont la prose ni les vers n'ont encore essayé de les représenter...

 

Puis Milton nous explique qu'il va tenter une entreprise sans précédent, la réécriture du livre de la Genèse, soutenu dans cette aventure  par l'Esprit saint pour l'aider à "affirmer la providence éternelle et justifier les voies de Dieu aux hommes"...

 

And chiefly Thou, O Spirit, that dost prefer

Before all Temples th' upright heart and pure,

Instruct me, for Thou know'st; Thou from the first

Wast present, and with mighty wings outspread

Dove-like satst brooding on the vast Abyss

And mad'st it pregnant: What in me is dark

Illumin, what is low raise and support;

That to the highth of this great Argument

I may assert Eternal Providence,

And justifie the wayes of God to men.

 

Et toi surtout , ô Esprit saint , qui préfères à tous les temples un cœur droit et pur, instruis-moi; rien ne t'est caché ! Dès l'origine du monde, tu étais; et, semblable à une colombe qui dispose à la vie une famille nouvelle , étendant tes ailes puissantes sur le vaste abime , tu l'échauffas et le rendis fécond. Eclaire mon esprit, élève et fortifie sa faiblesse, afin que soutenu à la hauteur de mon sujet, je puisse disculper l'éternelle Providence et justifier aux yeux des hommes les voies de Dieu...

..L'aventure débute donc avec le récit héroïque de cette première révolte contre Dieu réduite par la puissance divine et enchaînée à la souffrance et à l'obscurité...

Say first, for Heav'n hides nothing from thy view

Nor the deep Tract of Hell, say first what cause

Mov'd our Grand Parents in that happy State,

Favour'd of Heav'n so highly, to fall off

From thir Creator, and transgress his Will

For one restraint, Lords of the World besides?

Who first seduc'd them to that foul revolt?

Th' infernal Serpent; he it was, whose guile

Stird up with Envy and Revenge, deceiv'd

The Mother of Mankind, what time his Pride

Had cast him out from Heav'n, with all his Host

Of Rebel Angels, by whose aid aspiring

To set himself in Glory above his Peers,

He trusted to have equal'd the most High,

If he oppos'd; and with ambitious aim

Against the Throne and Monarchy of God

Rais'd impious War in Heav'n and Battel proud

With vain attempt.   Him the Almighty Power

Hurld headlong flaming from th' Ethereal Skie

With hideous ruine and combustion down

To bottomless perdition, there to dwell

In Adamantine Chains and penal Fire,

Who durst defie th' Omnipotent to Arms.

Nine times the Space that measures Day and Night

To mortal men, he with his horrid crew

Lay vanquisht, rowling in the fiery Gulfe

Confounded though immortal: But his doom

Reserv'd him to more wrath; for now the thought

Both of lost happiness and lasting pain

Torments him; round he throws his baleful eyes

That witness'd huge affliction and dismay

Mixt with obdurate pride and stedfast hate:

At once as far as Angels kenn he views

The dismal Situation waste and wilde,

A Dungeon horrible, on all sides round

As one great Furnace flam'd, yet from those flames

No light, but rather darkness visible

Serv'd onely to discover sights of woe,

Regions of sorrow, doleful shades, where peace

And rest can never dwell, hope never comes

That comes to all; but torture without end

Still urges, and a fiery Deluge, fed

With ever-burning Sulphur unconsum'd:

Such place Eternal Justice had prepar'd

For those rebellious, here thir prison ordained

In utter darkness, and thir portion set

As far remov'd from God and light of Heav'n

As from the Center thrice to th' utmost Pole.

O how unlike the place from whence they fell!

There the companions of his fall, o'rewhelm'd

With Floods and Whirlwinds of tempestuous fire,

He soon discerns, and weltring by his side

One next himself in power, and next in crime,

Long after known in Palestine, and nam'd

Beelzebub.   To whom th' Arch-Enemy..

"..Dis d'abord , puisque rien ne se dérobe à tes regards , ni dans les cieux , ni dans la profondeur des enfers; dis quelle cause porta nos premiers pères , comblés de tant de faveurs dans leur heureuse demeure, à se révolter contre leur Créateur , à transgresser l'unique défense qu'il leur avait imposée en leur donnant l'empire du monde. Qui les séduisit le premier ? qui les poussa à cette folle rébellion ? le serpent infernal.

Ce fut lui dont la malice , animée par la vengeance et l'envie , trompa la mère du genre humain , après que son orgueil l'eut expulsé des cieux' avec son armée d'anges rebelles. Aidé de tels guerriers , il aspirait à s'élever au- dessus de la gloire de ses égaux ; et si l'Eternel s'y fût opposé , il se flattait de monter Jusqu'au trône même de l'Éternel.

Dans cet ambitieux projet contre la monarchie et la souveraineté de Dieu, il alluma dans le ciel le feu de la guerre et des combats sacrilèges. Le téméraire ! la Toute-puissance le précipita de la voûte éthérée, au milieu de la foudre et des flammes dévorantes, dans l'immense profondeur de l'abîme.

Là fut chargé d'indestructibles chaînes et consumé d'un feu vengeur, l'insensé qui osa défier au combat le Tout-puissant.

Durant neuf fois le temps que l'intervalle d'un jour et d'une nuit mesure aux hommes , il resta accablé de sa défaite , roulant , ainsi que sa horde perverse, au gré des vagues enflammées, et confondu quoique immortel. Mais son arrêt le réservait à d'autres supplices.

Aux maux qu'il endure se joint le souvenir de son bonheur passé. Il lance autour de lui ses sombres regards , dans lesquels sont peints la profonde douleur et le désespoir, avec l'orgueil farouche et l'irréconciliable haine.

De cette vue perçante propre aux natures célestes, il plonge au fond de ces affreux déserts, de ce donjon épouvantable enflammé comme une vaste fournaise; mais de ces flammes il ne sortait point de lumière : c'étaient des ténèbres visibles qui servaient seulement à découvrir des scènes de désolation, des régions de misère, de tourments et d'horreur; désert battu sans relâche d'un déluge de soufre enflammé, séjour de perpétuelles tortures, dont jamais n'approchèrent le repos ni la paix , où ne pénétra jamais l'espérance , qui pénètre partout ailleurs.

Telle est la place que l'éternelle justice a destinée à ces esprits rebelles : c'est dans la profondeur des plus épaisses ténèbres qu'est creusée leur prison ; trois fois aussi loin de la lumière céleste et de son auteur, que le centre du monde l'est de l'extrémité du pôle.

Oh ! combien cette demeure est différente de celle qu'ils ont perdue ! Là sont les compagnons de sa chute, ensevelis au sein des vagues et dans des tourbillons de flammes orageuses ; il les aperçoit , et bientôt il voit rouler à ses côtés cet Esprit , le premier , après lui , en pouvoir ainsi qu'en crime , longtemps après connu dans la Palestine sous le nom de Belzébuth..."


... surgit Satan haranguant, en chef des armées, ses troupes,  affirmant à Belzébuth, son second, que tout n'est pas perdu, que tout est encore possible et que "mieux vaut régner en enfer que servir au paradis", "Tout n'est pas perdu" (105-6).  

And thence in Heav'n call'd Satan, with bold words

Breaking the horrid silence thus began.

If thou beest he; But O how fall'n! how chang'd

From him, who in the happy Realms of Light

Cloth'd with transcendent brightness didst out-shine

Myriads though bright: If he whom mutual league,

United thoughts and counsels, equal hope

And hazard in the Glorious Enterprize,

Joynd with me once, now misery hath joynd

In equal ruin: into what Pit thou seest

From what highth fall'n, so much the stronger prov'd

He with his Thunder: and till then who knew

The force of those dire Arms?   yet not for those,

Nor what the Potent Victor in his rage

Can else inflict, do I repent or change,

Though chang'd in outward lustre; that fixt mind

And high disdain, from sence of injur'd merit,

That with the mightiest rais'd me to contend,

And to the fierce contention brought along

Innumerable force of Spirits arm'd

That durst dislike his reign, and me preferring,

His utmost power with adverse power oppos'd

In dubious Battel on the Plains of Heav'n,

And shook his throne.   What though the field be lost?

All is not lost; the unconquerable Will,

And study of revenge, immortal hate,

And courage never to submit or yield:

And what is else not to be overcome?

That Glory never shall his wrath or might

Extort from me.   To bow and sue for grace

With suppliant knee, and deifie his power,

Who from the terrour of this Arm so late

Doubted his Empire, that were low indeed,

That were an ignominy and shame beneath

This downfall; since by Fate the strength of Gods

And this Empyreal substance cannot fail,

Since through experience of this great event

In Arms not worse, in foresight much advanc't,

We may with more successful hope resolve

To wage by force or guile eternal Warr

Irreconcileable, to our grand Foe,

Who now triumphs, and in th' excess of joy

Sole reigning holds the Tyranny of Heav'n.

(82-124)

.. le chef ennemi , qui depuis sa révolte est nommé Satan dans le ciel, élevant une voix arrogante., rompt ainsi l'effroyable silence.

« Est-ce toi ! mais ô combien tu es meurtri ! combien tu es différent de celui qui , couronné de rayons éblouissants , éclipsait , dans l'heureux empire de la lumière, des millions de brillants chérubins ! Si c'est toi cependant qu'une parfaite conformité de vue et d'opinion , de danger et d'espérance , unit naguère à ma fortune dans une glorieuse entreprise , et qu'aujourd'hui l'adversité plonge avec moi dans une ruine commune , tu vois de quelle hauteur, dans quel abime nous sommes tombés ! tant son tonnerre lui donna de supériorité ! Et qui connaissait , jusqu'à ce moment, la force de cette arme cruelle?

Mais quels que soient nos malheurs, quelque changement qu'ait éprouvé l'éclat dont je brillais jadis , dût le vainqueur dans sa rage frapper encore de plus terribles coups, mon âme immuable est incapable de faiblesse ou de repentir. Je sens toujours en moi ce ferme courage , ce superbe orgueil né du ressentiment de mon mérite offensé , sujet de ma querelle avec le puissant monarque , de cette terrible querelle qu'accoururent soutenir , les armes à la main , d'innombrables bataillons d'immortels.

Préférant mon empire à celui de mon ennemi , qu'ils osèrent abjurer, leurs forces s'élevèrent contre les siennes , tinrent la victoire en suspens dans les plaines célestes , et firent chanceler son trône. Eh! qu'importe la perte du champ de bataille !

Non , tout n'est pas perdu , puisqu'il me reste , avec la soif de la vengeance, avec une haine immortelle, un courage intrépide , une fermeté inébranlable , tout ce qu'il faut enfin pour être à jamais invincible.

Voilà mon appui , voilà ma gloire : jamais ni sa colère, ni sa puissance ne pourront m'en dépouiller. Moi ramper ! moi fléchir le genou ! moi rendre hommage à celui que ce bras formidable a fait trembler pour sa couronne! C'est là que serait en effet la bassesse ; c'est là ce qui serait un opprobre , une infamie plus avilissante que notre chute.

Puisque, par la loi du destin, les êtres célestes sont immortels , puisque l'expérience de ce grand événement a augmenté nos lumières sans diminuer nos forces, c'est maintenant que , remplis d'un espoir mieux fondé que jamais, il faut reprendre les armes : ennemis implacables , surprenons par la ruse , ou renversons par la force ce superbe despote , tandis qu'il jouit d'un vain triomphe , tandis que seul maître et transporté de joie , il accable les cieux de sa tyrannie. »

 


Tel fut , au milieu des tourments , le discours de l'Ange apostat : déchiré par le profond désespoir, il exhalait une bruyante audace. Son fier compagnon lui répondit ainsi...

O Prince, O Chief of many Throned Powers,

That led th' imbattelld Seraphim to Warr

Under thy conduct, and in dreadful deeds

Fearless, endanger'd Heav'ns perpetual King;

And put to proof his high Supremacy,

Whether upheld by strength, or Chance, or Fate,

Too well I see and rue the dire event,

That with sad overthrow and foul defeat

Hath lost us Heav'n, and all this mighty Host

In horrible destruction laid thus low,

As far as Gods and Heav'nly Essences

Can perish: for the mind and spirit remains

Invincible, and vigour soon returns,

Though all our Glory extinct and happy state

Here swallow'd up in endless misery.

But what if he our Conquerour, (whom I now

Of force believe Almighty, since no less

Then such could hav orepow'rd such force as ours)

Have left us this our spirit and strength intire

Strongly to suffer and support our pains,

That we may so suffice his vengeful ire,

Or do him mightier service as his thralls

By right of Warr, what e're his business be

Here in the heart of Hell to work in Fire,

Or do his Errands in the gloomy Deep;

What can it then avail though yet we feel

Strength undiminisht, or eternal being

To undergo eternal punishment?

"O prince , ô chef des nombreux et puissants monarques qui , sous tes ordres, guidèrent aux combats tant de bataillons de séraphins ; guerrier intrépide au milieu des dangers dont tu assiégeas le perpétuel roi des cieux ; qui mis à l'épreuve sa haute souveraineté , soit qu'elle ait pour soutien la force , le hasard ou le sort! je ne vois que trop notre chute épouvantable ;

je vois toute l'horreur de cet affreux destin qui nous fit perdre l'empire céleste et qui tient tous ces vaillants guerriers renversés dans de profonds abîmes, anéantis autant que peuvent l'être des essences divines.

Car, quoique notre gloire soit éteinte , quoique notre bonheur soit englouti dans une éternelle misère, il nous reste un esprit invincible , une vigueur renaissante aussitôt qu'abattue.

Mais si le vainqueur, que son triomphe me force à croire tout-puissant, puisque aucun autre n'aurait eu cet avantage ;

s'il ne nous a laissé cette intégrité de force et de courage, qu'afin de nous rendre plus capables de résister à l'excès de nos maux , et de supporter le poids de son courroux vengeur;

ou si, nous considérant comme de robustes esclaves que vient de lui donner le droit de la guerre , il nous condamne aux plus rudes travaux dans le sein du brasier infernal, ou aux plus humiliants messages dans la profondeur des ténèbres,

que nous sert de conserver des forces indestructibles , une substance éternelle tourmentée par d'éternels châtiments ? »

 


Toute cette première partie nous livre un spectacle extraordinaire de l'enfer, de ses terribles héros, Moloch, Chamos, Astoroth, Thammuz, Dagon, Rimmon, "Belial came last, than whom a spirit more lewd Fell not from heaven, or more gross to love Vice for itself", de ses cortèges de diables et de monstres rassemblés, de ses démonstrations de puissance si singulières, les puissances du mal dégagent chez Milton une fascinante dimension...

Forthwith upright he rears from off the Pool

His mighty Stature; on each hand the flames

Drivn backward slope thir pointing spires, and rowld

In billows, leave i'th'midst a horrid Vale.

Then with expanded wings he stears his flight

Aloft, incumbent on the dusky Air

That felt unusual weight, till on dry Land

He lights, as if it were Land that ever burn'd

With solid, as the Lake with liquid fire;

And such appear'd in hue, as when the force

Of subterranean wind transports a Hill

Torn from Pelorus, or the shatter'd side

Of thundring Aetna, whose combustible

And fewel'd entrals thence conceiving Fire,

Sublim'd with Mineral fury, aid the Winds,

And leave a singed bottom all involv'd

With stench and smoak: Such resting found the sole

Of unblest feet.   Him followed his next Mate,

Both glorying to have scap't the Stygian flood

As Gods, and by thir own recover'd strength,

Not by the sufferance of supernal Power.

Tout à coup il se lève sur l'abîme; des deux côtés de son énorme stature , les flammes, chassées en arrière, recourbent leurs spirales acérées, et roulent en tourbillons, en laissant au milieu une horrible vallée. Les ailes étendues,

il prend son vol vers le haut de la voûte, en comprimant l'air ténébreux qui ressent un poids jusqu'alors inconnu. 

Il s'arrête sur la terre aride , si l'on peut appeler terre ce qui brûlait continuellement d'un feu solide ,

comme le lac d'un feu liquide. Tels se présentent les débris d'une montagne qu'un ouragan souterrain a détachée du Pelore;

ou lorsque les vents fougueux , trouvant un accès au sein de l'Etna tonnant, vont allumer dans ses entrailles combustibles un feu qu'exalte le soufre en furie;

tels sont, après l'explosion , ses flancs brûlés et déchirés, et tout couverts d'infection et de fumée;

ainsi parait le lieu de repos qu'aborde le pied du proscrit. Belzébuth le suit de près ;

tous deux s'enorgueillissent d'être échappés des eaux infernales , par leur nature divine et leurs propres forces revenues, et non par la permission de l'Éternel.


Le portrait de l'archange foudroyé est celui d'un chef de guerre rompu à toutes les tragédies...

Thus far these beyond

Compare of mortal prowess, yet observ'd

Thir dread commander: he above the rest

In shape and gesture proudly eminent

Stood like a Towr; his form had yet not lost

All her Original brightness, nor appear'd

Less then Arch Angel ruind, and th' excess

Of Glory obscur'd;   As when the Sun new ris'n

Looks through the Horizontal misty Air

Shorn of his Beams, or from behind the Moon

In dim Eclips disastrous twilight sheds

On half the Nations, and with fear of change

Perplexes Monarch.   Dark'n'd so, yet shon

Above them all th' Arch Angel; but his face

Deep scars of Thunder had intrencht, and care

Sat on his faded cheek, but under Browes

Of dauntless courage, and considerate Pride

Waiting revenge: cruel his eye, but cast

Signs of remorse and passion to behold

The fellows of his crime, the followers rather

(Far other once beheld in bliss) condemn'd

For ever now to have thir lot in pain,

Millions of Spirits for his fault amerc't

Of Heav'n, and from Eternal Splendors flung

For his revolt, yet faithfull how they stood,

Thir Glory witherd.   As when Heavens Fire

Hath scath'd the Forrest Oaks, or Mountain Pines,

With singed top thir stately growth though bare

Stands on the blasted Heath.   He now prepar'd

To speak; whereat thir doubl'd Ranks they bend

From wing to wing, and half enclose him round

With all his Peers: attention held them mute.

 

... Au-dessus d'eux cependant, fixant tous les regards attentifs , leur chef redoutable élevait sa taille et sa tête altière , semblable à une tour. Il conservait encore plusieurs marques de sa brillante origine.

C'était un archange foudroyé qui n'avait perdu que la supériorité de sa gloire. Ainsi l'astre du jour, montant sur l'horizon nébuleux , paraît privé de ses rayons; ainsi, éclipsé par la lune, il répand une lueur funèbre sur la moitié de la terre , et jette dans le cœur des rois les terreurs d'une révolution.

Tel l'archange obscurci effaçait encore tous les esprits de l'abîme.

La foudre a sillonné son front de profondes cicatrices ; sur ses joues flétries siège l'inquiétude; mais sous son fier sourcil est le courage intrépide, l'orgueil indompté qui ne respire que la vengeance.

De son œil cruel s'échappent cependant des marques de douleur et de remords, à l'aspect des complices , ou plutôt des imitateurs de son crime ; de cette foule innombrable d'Esprits jouissant naguère du bonheur suprême, tous condamnés à partager le châtiment de sa révolte , chassés des cieux, expulsés , pour sa perfidie , de l'éternelle clarté , et qui , malgré la perte de leur gloire , lui sont restés fidèles.

Ainsi, lorsque le feu du ciel a frappé les chênes des forêts, ou les pins des montagnes, on voit ces arbres soutenir au-dessus de la bruyère dévorée leur tête encore superbe , quoique dépouillée de feuillage et à demi consumée. Il se dispose à parler ; aussitôt les ailes de l'armée se replient et forment un cercle autour du général et de ses pairs. L'attention leur impose un profond silence...

 


The Paradise Lost, BOOK II, Satan part à la découverte de l'Eden, la dernière création de Dieu..

Dans une première partie (1-628), Satan, Moloch, Belial, Mammon et Belzébuth échafaudent des stratégies pour reprendre pied dans le monde terrestre. Moloch (50-105), le plus violent, le plus impétueux, et qui se prétend posséder un pouvoir équivalent à celui de l'Eternel, plaide pour la poursuite de la guerre contre Dieu, "il entendra le tonnerre infernal répondre à son puissant tonnerre; il verra nos sombres flammes combattre ses brillants éclairs; ses anges frappés à leur tour d'épouvante et d'horreur, et son trône, enseveli sous le souffre du Tartare..."

 

My sentence is for open Warr: Of Wiles,

More unexpert, I boast not: them let those

Contrive who need, or when they need, not now.

For while they sit contriving, shall the rest,

Millions that stand in Arms, and longing wait

The Signal to ascend, sit lingring here

Heav'ns fugitives, and for thir dwelling place

Accept this dark opprobrious Den of shame,

The Prison of his Tyranny who Reigns

By our delay? no, let us rather choose

Arm'd with Hell flames and fury all at once

O're Heav'ns high Towrs to force resistless way,

Turning our Tortures into horrid Arms

Against the Torturer; when to meet the noise

Of his Almighty Engin he shall hear

Infernal Thunder, and for Lightning see

Black fire and horror shot with equal rage

Among his Angels; and his Throne it self

Mixt with Tartarean Sulphur, and strange fire,

His own invented Torments.   

 

Bélial (118-228), l'astucieuse et perverse créature qui savait mieux que tout le monde usait de persuasion, et Mammon (237-83) se replient dans une forme de résignation stoïque, pourquoi perdre cet enfer si protecteur, qu'avons-nous à gagner à déclencher une guerre, et peut-être le courroux de notre ennemi s'apaisera-t-il un jour, "cherchons notre bonheur au fond de nous-mêmes", "what can heaven show more?" L'assemblée semble se ranger à cet avis, "tant ils étaient épris du projet de fonder, dans leur sombre demeure, un empire qui, par l'ordre et la sagesse, pût un jour être opposé à celui des cieux". On retrouve dans le discours de ces démons toute l'expérience des débats politiques et pamphlets vécus par Milton pendant la guerre civile. Il est troublant de voir ainsi par exemple tant Milton que Moloch évoquer l'image de la défense de la liberté contre un tyran autocratique.

Mais voici que Belzébuth (309-416) prend la parole, son regard commande l'attention: la guerre nous a déjà montré ce que nous pouvions en attendre, et la paix n'est qu'esclavage. Le voici évoquant une troisième solution, une possible conquête, celle de l'Eden, la dernière création de Dieu ..

.. Nor will occasion want, nor shall we need

With dangerous expedition to invade

Heav'n, whose high walls fear no assault or Siege,

Or ambush from the Deep.   What if we find

Some easier enterprize? There is a place

(If ancient and prophetic fame in Heav'n

Err not) another World, the happy seat

Of some new Race call'd Man, about this time

To be created like to us, though less

In power and excellence, but favour'd more

Of him who rules above; so was his will

Pronounc'd among the Gods, and by an Oath,

That shook Heav'ns whol circumference, confirm'd.

Thither let us bend all our thoughts, to learn

What creatures there inhabit, of what mould,

Or substance, how endu'd, and what thir Power,

And where thir weakness, how attempted best,

By force or suttlety: Though Heav'n be shut,

And Heav'ns high Arbitrator sit secure

In his own strength, this place may lye expos'd

The utmost border of his Kingdom, left

To their defence who hold it: here perhaps

Som advantagious act may be achiev'd

By sudden onset, either with Hell fire

To waste his whole Creation, or possess

All as our own, and drive as we were driven,

The punie habitants, or if not drive,

Seduce them to our Party, that thir God

May prove thir foe, and with repenting hand

Abolish his own works.   This would surpass

Common revenge, and interrupt his joy

In our Confusion, and our joy upraise

In his disturbance; when his darling Sons

HurI'd headlong to partake with us, shall curse

Thir frail Original, and faded bliss,

Faded so soon.   Advise if this be worth

Attempting, or to sit in darkness here

Hatching vain Empires. ....

.. Est-il donc besoin , pour obtenir ce succès, de tenter une attaque contre le ciel ? Ses remparts élevés ne bravent-ils pas également les assauts et les sièges , et la force et la ruse ? Et ne pouvons-nous trouver quelque entreprise plus facile et plus sûre ? Si l'on en doit croire une ancienne prédiction répandue dans les cieux, il existe un autre monde, la demeure fortunée d'une nouvelle espèce de créatures qui portent le nom d'Hommes.

Formée depuis peu , semblable à nous , quoique plus faible et moins parfaite , elle est cependant l'objet préféré des faveurs du Très-Haut : ainsi l'a-t-il déclaré lui-même en présence de ses anges , en confirmant sa volonté par un  serment qui fit trembler toute la circonférence du ciel.

C'est ce monde qu'il faut chercher. Sachons quelle nouvelle race l'habite , quelle est sa forme, sa substance, son génie, sa puissance ou sa faiblesse , et quelles sont les meilleures armes pour en triompher, la ruse ou la violence. Le ciel est fermé pour nous ; le suprême dominateur se repose avec sécurité sur ses propres forces.

Mais ce globe, placé aux bornes de son empire , est peut-être abandonné à la défense de ses seuls habitants. Quelques grands avantages couronneraient peut-être une attaque imprévue; armés du feu des enfers, nous pourrions, ou dévaster ce nouveau monde , ou nous en rendre maîtres, et chasser de leur patrie ses jeunes habitants , comme nous l'avons été de la nôtre: et si, sans employer la force, nous, les attirions dans notre parti par la séduction, leur Dieu les prendrait en horreur, et sa main repentante anéantirait son propre ouvrage.

Représentez-vous ces enfants chéris précipités comme nous, partageant notre horrible infortune, maudissant leur impuissant Créateur, et leur félicité si frêle et si promptement flétrie : quelle sublime vengeance ! qu'elle suspendrait bientôt la joie que lui causent nos peines ! et quelle serait la nôtre en voyant commencer les siennes !

C'est à vous de juger si ce projet mérite votre attention , ou s'il vaut mieux, languir dans ces tristes ténèbres , rêvant à de chimériques empires...


C'est ainsi donc que s'élabore sous les auspices de Belzebuth et de Satan "l'horrible dessein de détruire, dans sa racine , le genre humain tout entier ; de bouleverser la terre et de la confondre avec l'enfer, sans autre but que d'affecter le puissant Créateur". Mais à qui confier la recherche de ce nouveau monde? Satan se propose et rappelle l'immense difficulté de ce périple ...

 

... long is the way

And hard, that out of Hell leads up to light;

Our prison strong, this huge convex of Fire,

Outrageous to devour, immures us round

Ninefold, and gates of burning Adamant

Barr'd over us prohibit all egress.

These past, if any pass, the void profound

Of unessential Night receives him next

Wide gaping, and with utter loss of being

Threatens him, plung'd in that abortive gulf.

If thence he scape into whatever world,

Or unknown Region, what remains him less

Then unknown dangers and as hard escape.

 

... Le chemin qui mène des enfers à la lumière est long et difficile. Vous voyez quelle est la force de notre prison : une voûte énorme de feux dévorants nous entoure neuf fois de son horrible épaisseur, et des portes d'un diamant brûlant, fermées sur nous , repoussent toute espérance de fuite. Sorti de là , si l'on peut en sortir, la nuit informe, ouvrant sa gueule immense, menace d'un entier anéantissement le téméraire plongé dans ce gouffre effroyable. S'il échappe cependant, s'il aborde quelque région inconnue , que peut-il attendre, sinon d'autres dangers également inconnus , et aussi difficiles à surmonter? ...

 

Ainsi les habitants de l'enfer ont-ils su s'entendre et s'accorder sur un scénario, une harmonie qu'ignore l'humanité, et Satan, en intrépide général, se sacrifiant pour les siens et entame un voyage dont Milton nous conte les milles et un dangers. Le voici apercevant "les remparts de l'enfer, ces murailles élevées qui soutiennent la voûte de l'immense fournaise ; il aperçoit les portes formées de neuf plaques réunies , trois d'airain , trois de fer, et trois de diamants, portes impénétrables , palissadées par un feu circulaire , inextinguible et perpétuel. Au-devant sont assises de chaque coté deux figures effroyables. 

 

Dans cette seconde partie, Satan perd une part de sa référence humaine, passage essentiel pour nous permettre un semblant de compréhension d'un monde dont la connaissance nous est impossible depuis la Chute. Le chef des armées tant exalté entre désormais dans une toute autre dimension, celle du symbolique au fur et à mesure qu'il s'approche des portes de l'enfer et les franchit. Il rencontre le Péché, né de sa tête au moment de la rébellion, et la Mort, fruit de leur coexistence (II : 666-967)...

"chère fille, lui dit-il, dans la traduction de Chateaubriand, apprends que je ne viens pas en ennemi, mais pour vous délivrer de ce morne et affreux séjour des peines, vous deux, mon fils et toi, et toute la troupe des esprits célestes qui, pour nos justes prétentions armées, tombèrent avec nous. Envoyé par eux, j'entreprends seul cette rude course, m'exposant seul pour tous ; je vais poser mes pas solitaires sur l'abîme sans fond, et dans mon enquête errante, chercher à travers l'immense vide, s'il ne serait pas un lieu prédit, lequel, à en juger par le concours de plusieurs signes, doit être maintenant créé vaste et rond. C'est un séjour de délices, placé sur la lisière du ciel, habité par des êtres de droite stature, destinés peut-être à remplir nos places vacantes; mais ils sont tenus plus éloignés, de peur que le ciel, surchargé d'une puissante multitude, ne vînt à exciter de nouveaux troubles. Que ce soit cela ou quelque chose de plus secret, je cours m'en instruire ; le secret une fois connu, je reviendrai aussitôt et je vous transporterai, toi et la Mort, dans un séjour à votre convenance, on en haut et en bas vous volerez silencieusement, sans être vus, dans un doux air embaumé de parfums. Là, vous serez nourris et repus sans mesure ; tout sera votre proie. »

Il se tut, car les deux formes parurent hautement satisfaites, et la Mort grimaçai horrible un sourire épouvantable, en apprenant que sa faim serait rassasiée..."

La porte de l'enfer s'ouvre sur l'abîme et le chaos, les images sont fortes...

Before thir eyes in sudden view appear

The secrets of the hoarie deep, a dark

Illimitable Ocean without bound,

Without dimension, where length, breadth, & highth,

And time and place are lost; where eldest Night

And Chaos.   Ancestors of Nature, hold

Eternal Anarchie, amidst the noise

Of endless Warrs, and by confusion stand.

For hot, cold, moist, and dry, four Champions fierce

Strive here for Maistrie, and to Battel bring

Thir embryon Atoms; they around the flag

Of each his Faction, in thir several Clanns,

Light-arm'd or heavy, sharp, smooth, swift or slow,

Swarm populous, unnumber'd as the Sands

Of Barca or Cyrene's torrid soil,

Levied to side with warring Winds, and poise

Thir lighter wings.   To whom these most adhere,

Hee rules a moment; Chaos Umpire sits,

And by decision more imbroiles the fray

By which he Reigns: next him high Arbiter

Chance governs all.   Into this wilde Abyss,

The Womb of nature and perhaps her Grave,

Of neither Sea, nor Shore, nor Air, nor Fire,

But all these in thir pregnant causes mixt

Confus'dly, and which thus must ever fight,

Unless th' Almighty Maker them ordain

His dark materials to create more Worlds,

Into this wild Abyss the warie fiend

Stood on the brink of Hell and look'd a while,

Pondering his Voyage; for no narrow frith

He had to cross...

"Soudain à leurs regards se découvrent les secrets de l'antique abime, océan ténébreux, sans rivages et sans fond , où sont engloutis et le temps et l'espace ;

où le Chaos et la Nuit primitive, ancêtres de la nature , règnent par la confusion et maintiennent une perpétuelle anarchie au milieu des rugissements d'une éternelle guerre.

C'est là que quatre fougueux adversaires, le froid et le chaud, le sec et l'humide , combattent pour la domination, à la tête de leurs atomes embryons.

Des étendards différents rallient les guerriers de chaque différent parti , soit légèrement, soit pesamment armés, unis ou raboteux, vifs ou lents ; fourmilière empressée , aussi nombreuse que les sables des brûlants déserts de Cyrène ou de Barca , qui s'élèvent pour lester les ailes trop légères des vents belliqueux. Il règne un moment, celui des combattants à qui ses atomes sont le plus fortement unis.

Arbitre de leurs discordes , le Chaos les redouble encore, et ce désordre est son triomphe. Près de lui est le Hasard qui les tient tous asservis sous son empire suprême. 

Debout sur le bord des enfers, Satan plonge un moment ses regards dans le vaste abîme, le berceau de la nature et peut-être son tombeau. Il n'aperçoit ni mer, ni rivage , ni feu , ni air. Confusément épars dans leurs germes féconds , ces éléments se livrent d'éternels combats , jusqu'à ce que le tout-puissant Créateur emploie leurs noirs éléments à former d'autres mondes. En contemplant cet effroyable gouffre , il pèse tous les dangers du voyage et mesure dans sa pensée le vaste espace qu'il faut franchir..."

 


Satan, pour traverser l'abîme du Chaos qui est entre les enfers et le ciel, obtient l'aide du souverain de cet abîme, "je ne viens point épier et trahir les secrets de votre empire, lui dit-il, mais le chemin qui mène à la lumière, traverse vos vastes états, et seul , égaré , sans guide", je ne peux qu'errer dans ces sombres déserts , en cherchant quelque sentier qui me conduise aux limites qui séparent vos obscures frontières de la clarté des cieux. Satan obtient de l'aide et à peine a-t-il atteint le terme de son voyage, déjà la Mort et le Péché ont construit un large chemin sur le noir abime : un chemin qu'empruntent les esprits pervers qui passent et repassent sur la terre , pour corrompre ou punir les humains que le Très-Haut et ses anges fidèles n'ont pas favorisés d'une grâce particulière. Satan, quant à lui, peut enfin contempler "dans le lointain l'empyrée, dont l'immense étendue dérobe la forme à ses yeux ; il admire les tours d'opale et les créneaux de vivant saphir, ornements de ce séjour, qui fut autrefois sa demeure ; il voit au-dessous, suspendu par une chaîne d'or, le nouvel univers , qui lui paraît ainsi que parait à nos yeux une étoile de la plus petite grandeur , près du disque de la lune. A cet aspect , son coeur se gonfle d'une noire vengeance ; il jure la perte de l'Homme et dans ce projet infernal , il précipite son vol vers le monde."

 

Or in the emptier waste, resembling Air,

Weighs his spread wings, at leasure to behold

Farr off th' Empyreal Heav'n, extended wide

In circuit, undetermind square or round,

With Opal Towrs and Battlements adorn'd

Of living Saphire, once his native Seat;

And fast by hanging in a golden Chain

This pendant world, in bigness as a Starr

Of smallest Magnitude close by the Moon.

Thither full fraught with mischievous revenge,

Accurst, and in a cursed hour he hies.

 

The Paradise Lost, BOOK III. Au ciel.

L'Éternel voit Satan qui s'avance vers sa nouvelle Création. Il prédit à son fils qu'il réussira dans son dessein de corrompre l'Homme, mais déclare en même temps qu'il fera grâce à l'Homme séduit , pourvu qu'il se trouve une victime capable de satisfaire la Justice divine offensée. Le Fils de Dieu s'offre pour être cette victime, et le père l'accepte. Concert d'adoration des chœurs célestes. 

 

Le IIIe chant débute par une "Adresse à la lumière" (1-55), le poète traite de sa cécité comme d'une fatalité positive qui l'approche de l'ineffable, de ces " choses invisibles à la vue des mortels", inconcevables.. 

 

Seasons return, but not to me returns

Day, or the sweet approach of Ev'n or Morn,

Or sight of vernal bloom, or Summers Rose,

Or flocks, or heards, or human face divine;

But cloud in stead, and ever-during dark

Surrounds me, from the chearful wayes of men

Cut off, and for the Book of knowledg fair

Presented with a Universal blanc

Of Natures works to mee expung'd and ras'd,

And wisdome at one entrance quite shut out.

So much the rather thou Celestial light

Shine inward, and the mind through all her powers

Irradiate, there plant eyes, all mist from thence

Purge and disperse, that I may see and tell

Of things invisible to mortal sight.

 

".. Les saisons reviennent avec l'année , mais le jour ne revient plus pour moi , ni la douce lueur du soir et du matin, ni le spectacle enchanteur de la fleur printanière , de la rose d'été, des troupeaux errants dans les campagnes , ni la majesté du céleste visage de l'homme. Un nuage, une éternelle nuit m'environne. Je suis rejeté loin des riants sentiers des humains. Le livre des savantes merveilles est vainement ouvert. La nature a perdu sa forme et sa couleur ; et la sagesse avait un accès dans mon âme qui lui est fermé sans retour. O céleste lumière ! au défaut du dehors daigne du moins éclairer l'intérieur, épure et vivifie toutes les facultés de mon âme, donne- lui des yeux , qu'aucun nuage ne les obscurcisse , afin que je puisse voir et raconter ce que nul œil mortel ne peut apercevoir..."

 

"Now had the Almighty Father from above,

From the pure Empyrean where he sits

High Thron'd above all highth, bent down his eye,

His own works and their works at once to view"   

Au ciel, du haut de ce pur empyrée, où il est assis sur un trône élevé au- dessus de toutes les grandeurs , le Tout-puissant avait abaissé ses regards pour considérer son propre ouvrage et celui de ses créatures. Debout , autour de lui, les saintetés célestes , aussi nombreuses que les étoiles, goûtaient , en le voyant, une béatitude inexprimable ; à sa droite était assis son Fils unique, la rayonnante image de sa gloire. Il aperçoit d'abord sur la terre Adam et Eve , les deux premières créatures et les seules encore de l'espèce humaine , recueillant, dans l'heureuse solitude d'Eden, les fruits immortels de l'amour et du contentement, d'un contentement inaltérable, d'un amour sans rivalité : ensuite il observe l'enfer et l'abîme entre l'enfer et la terre; il voit, élevé au-dessus des frontières de la Nuit, Satan , qui côtoie dans l'obscurité les remparts du ciel , près de reposer ses pieds impatients et ses ailes fatiguées sur l'aride surface du monde ; le prince des rebelles ne peut distinguer encore si cette sphère sans firmament est suspendue au milieu des airs ou d'un vaste océan. L'Eternel , suivant son vol du haut de son trône sublime, d'où il découvre à la fois le passé , le présent et l'avenir, l'oeil fixé sur cet avenir, le révèle en ces termes à son Fils unique...

Onely begotten Son, seest thou what rage

Transports our adversarie, whom no bounds

Prescrib'd, no barrs of Hell, nor all the chains

Heapt on him there, nor yet the main Abyss

Wide interrupt can hold; so bent he seems

On desparate reveng, that shall redound

Upon his own rebellious head.   And now

Through all restraint broke loose he wings his way

Not farr off Heav'n, in the Precincts of light,

Directly towards the new created World,

And Man there plac't, with purpose to assay

If him by force he can destroy, or worse,

By some false guile pervert; and shall pervert

For man will hark'n to his glozing lyes,

And easily transgress the sole Command,

Sole pledge of his obedience: So will fall,

Hee and his faithless Progenie: whose fault?

Whose but his own? ingrate, he had of mee

All he could have; I made him just and right,

Sufficient to have stood, though free to fall.

Such I created all th' Ethereal Powers

And Spirits, both them who stood and them who faild;

Freely they stood who stood, and fell who fell.

Not free, what proof could they have givn sincere

Of true allegiance, constant Faith or Love,

Where onely what they needs must do, appeard,

Not what they would? what praise could they receive?

What pleasure I from such obedience paid,

When Will and Reason (Reason also is choice)

Useless and vain, of freedom both despoild,

Made passive both, had servd necessitie,

Not mee.   They therefore as to right belongd,

So were created, nor can justly accuse

Thir maker, or thir making, or thir Fate,

As if predestination over-rul'd

Thir will, dispos'd by absolute Decree

Or high foreknowledge; they themselves decreed

Thir own revolt, not I: if I foreknew,

Foreknowledge had no influence on their fault,

Which had no less prov'd certain unforeknown.

So without least impulse or shadow of Fate,

Or aught by me immutablie foreseen,

They trespass, Authors to themselves in all

Both what they judge and what they choose; for so

I formd them free, and free they must remain,

Till they enthrall themselves: I else must change

Thir nature, and revoke the high Decree

Unchangeable, Eternal, which ordain'd

Thir freedom, they themselves ordain'd thir fall.

The first sort by thir own suggestion fell,

Self-tempted, self-deprav'd: Man falls deceiv'd

By the other first: Man therefore shall find grace,

The other none: in Mercy and Justice both,

Through Heav'n and Earth, so shall my glorie excel,

But Mercy first and last shall brightest shine.

 

"...Toi que j'ai seul engendré , ô mon fils ! vois-tu quelle race transporte notre ennemi? Ni les barrières de l'enfer, ni l'immensité de l'abîme , ni le poids de ses chaînes , rien n'a pu le retenir, tant il est violemment entraîné par une vengeance désespérée qui retombera sur sa tête rebelle.

Déjà près de la voûte céleste , il vole , dégagé de ses fers , sur les confins de la lumière ; il s'avance vers ce nouveau monde où j'ai placé l'Homme , résolu de travailler à le détruire par la force , ou , ce qui lui sera plus funeste encore , à le corrompre par quelque insidieux artifice : il le corrompra; l'Homme prêtera l'oreille à sa flatteuse imposture; il violera, sans hésiter, l'unique défense qui lui fut imposée, seul gage de son obéissance. Il tombera, il entraînera dans sa chute toute sa race infidèle. 

Qui pourra- t-il accuser? qui , si ce n'est lui-même? L'ingrat ! il a reçu de moi tout ce qu'il en pouvait recevoir : je l'ai créé juste et droit , libre de tomber, mais capable de se soutenir ; tels j'ai formé tous les esprits , toutes les puissances célestes , les fidèles ainsi que les coupables.

Aussi libre fut la chute des coupables , que la persévérance des fidèles. 

S'ils n'avaient été libres , si la nécessité , et non leur volonté , eût produit leurs actions , où auraient été les vraies preuves d'une foi sincère , d'un pur amour ? quel eût été leur mérite ?

Et moi , si leur volonté , si leur raison , cette raison qui n'est que la faculté de choisir, si l'une et l'autre , vaines et nulles , esclaves et passives , n'eussent servi que la nécessité en m'obéissant , quelle satisfaction aurais-je pu recueillir d'une telle obéissance ? 

Ils sont donc formés comme ils ont dû l'être.

Nul ne peut, sans injustice , accuser son Créateur, sa nature ou son sort; comme si sa volonté , soumise à la prédestination, était déterminée par une inflexible loi, ou par la prescience suprême.

La révolte des pervers est leur propre ouvrage , et non pas le mien ; quoique je l'eusse prévue , ma prévision n'eut, aucune influence sur leur faute; ils ne l'auraient pas moins commise, quand je ne l'aurais pas prévue. 

Ainsi , maître absolu de toutes ses actions , si l'Homme devient coupable , ce sera sans là moindre impulsion du destin , et sans que ma prescience rende l'avenir immuable.

Je l'ai créé libre ; il ne cessera de l'être que lors qu'il s'enchaînera lui-même; autrement il faudrait changer sa nature , et révoquer la loi suprême , immuable , éternelle , qui lui assigne cette liberté dont il se servira pour opérer sa ruine. 

Corrompus et dépravés par eux-mêmes, les premiers rebelles sont tombés de leur propre mouvement: l'Homme tombe égaré par leurs artifices ; l'Homme trouvera donc grâce ; il n'en est point pour les autres. 

Ainsi ma gloire éclatera dans le ciel et sur la terre par la miséricorde et la justice , par la miséricorde surtout ; elle parut la première: elle brillera la dernière , et avec le plus d'éclat..."

 


"Mine ear shall not be slow, mine eye not shut.

And I will place within them as a guide

My Umpire Conscience, whom if they will hear,

Light after light well us'd they shall attain,

And to the end persisting, safe arrive"

Le Créateur explicite à son fils comment il agira pour sauver ceux qui l'écoutent, "Mon oreille ne sera pas sourde, mon œil ne sera pas fermé à la prière , au repentir, à l'obéissance, pourvu que cet hommage, prescrit par le devoir, soit inspiré par un cœur sincère. Je mettrai dans leur sein un infaillible , guide , leur arbitre et le mien; la conscience. Du moment qu'il l'écouteront , ils marcheront de lumière en lumière , et en persévérant jusqu'au port , ils y arriveront sans naufrage. Ceux qui , sans respect pour ma longue attente , ne profiteront pas de mon jour de grâce , ne le reverront jamais..."

 

"And now without redemption all mankind

Must have bin lost, adjudg'd to Death and Hell"

Mais sans rédempteur, le genre humain sera perdu, livré à la Mort et aux enfers. Et le Fils accepte de prendre la place de l'Homme, que la Mort déploie sur moi toute sa fureur, lui répond-il. La rédemption est ainsi consacrée pour répondre à à la chute de l'homme jugée dès à présent inévitable...

 

"Behold mee then, mee for him, life for life

I offer, on mee let thine anger fall;

Account mee man; I for his sake will leave

Thy bosom, and this glorie next to thee

Freely put off, and for him lastly dye

Well pleas'd, on me let Death wreck all his rage"

 

Cependant Satan avait suspendu son vol et marchait sur l'enceinte extérieure du monde, "barrière opaque et convexe, qui garantit du Chaos et des incursions de l'antique Nuit les orbes lumineux roulant au-dessous d'elle", il marche à grand pas, cherchant sa pâture, et parvient enfin au séjour d'Eden, à la porte des cieux, "the gate of heaven".. Il découvre un monde qui, quoique habitué à bien des mondes, le plonge dans une profonde admiration...

Satan , descendu sur la surface du monde , après avoir trouvé le Limbe de vanité , passe à l'orbe du Soleil. Uriel , conducteur de cet orbe, trompé par Satan déguisé en chérubin, lui indique le chemin de la terre, et Satan s'y envole...

 

The Paradise Lost, BOOK IV. Satan entre dans le Paradis et découvre  Adam et Eve, que Milton nous décrit à sa façon, s'inspirant de la Cosmographie de Peter Heydyn (1652).

Discours de Satan au Soleil, Soleil que je hais ton éclat, toi qui retrace toute ma gloire passée!, Je suis banni et sans retour, et c'est l'Homme qui me remplace, le nouveau favori de l'Eternel. La colère, l'envie, le désespoir, mais il lui faut se dissimuler et rependre son chemin vers le Paradis. Après une description de la montagne qui sert de fondement au Paradis,  Satan pénètre dans l'enclos du Seigneur, s'arrête à l'arbre de vie, le plus haut de tous planté au milieu du jardin et s'y repose sous la forme d'un cormoran. Près de ce germe de la vie était celui de la mort; l'arbre de la science , de cette science du bien, que la connaissance du mal a fait payer si cher. Une large rivière traversait, au midi, la campagne d'Eden, et, sans détourner son cours, allait se perdre dans un gouffre au pied de la montagne ; le Seigneur avait posé cette montagne pour servir de fondement à son jardin... Milton nous offre alors une grande description de ce jardin et de ses habitants, et parmi eux Adam et Eve, une austérité que tempère la liberté, mais le sexe détermine leurs caractères, l'Homme associé à Dieu, la Femme associée à Dieu ... et à l'Homme...

 

"Of living Creatures new to sight and strange:

Two of far nobler shape erect and tall,

Godlike erect, with native Honour clad

In naked Majestie seemd Lords of all,

And worthie seemd, for in thir looks Divine

The image of thir glorious Maker shon,

Truth, wisdome, Sanctitude severe and pure,

Severe but in true filial freedom plac't;

Whence true autoritie in men; though both

Not equal, as thir sex not equal seemd;

For contemplation hee and valour formd,

For softness shee and sweet attractive Grace,

Hee for God only, shee for God in him:

His fair large Front and Eye sublime declar'd

Absolute rule; and Hyacinthin Locks

Round from his parted forelock manly hung

Clustring, but not beneath his shoulders broad:

Shee as a vail down to the slender waste

Her unadorned golden tresses wore

Dissheveld, but in wanton ringlets wav'd

As the Vine curles her tendrils, which impli'd

Subjection, but requir'd with gentle sway,

And by her yielded, by him best receivd,

Yielded with coy submission, modest pride,

And sweet reluctant amorous delay.

Nor those mysterious parts were then conceald,

Then was not guiltie shame, dishonest shame

Of natures works, honor dishonorable,

Sin-bred, how have ye troubl'd all mankind

With shews instead, meer shews of seeming pure,

And banisht from mans life his happiest life,

Simplicitie and spotless innocence.

So passd they naked on, nor shund the sight

Of God or Angel, for they thought no ill:

So hand in hand they passd, the lovliest pair

That ever since in loves imbraces met,

Adam the goodliest man of men since borne

His Sons, the fairest of her Daughters Eve.

Under a tuft of shade that on a green

Stood whispering soft, by a fresh Fountain side

They sat them down, ..."

 

"... Parmi les êtres animés de toute espèce qui paraissent pour la première fois à ses yeux , son attention s'arrête sur deux créatures d'une forme plus noble. Leur stature droite et élevée comme celle des habitants du ciel, l'innocence primitive qui couvre leur majestueuse nudité,  tout annonce qu'elles commandent aux autres créatures, et qu'elles sont dignes de leur empire.

Dans leurs divins regards, respirent, avec l'image de leur glorieux Créateur, ce qui constitue sur la terre une légitime puissance, la vérité, la sagesse, la piété pure et même austère, mais de cette austérité que tempèrent la confiance et la liberté finale. La différence de leur sexe met cependant entre elles quelque inégalité; l'un est formé pour le courage et la méditation, l'autre pour la mollesse et les grâces , dont l'empire est si doux ; celui-ci pour Dieu seul, celle-là pour l'homme et pour Dieu.  

Un front grand et superbe, un œil sublime annoncent la suprême autorité du premier ; ses cheveux , de couleur d'hyacinthe, partagés de chaque côté de son front, tombent en se bouclant avec noblesse sur ses larges épaules , où ils vont se terminer.

La blonde chevelure de l'autre, éparse et flottante en folâtres anneaux, descend, ainsi qu'un voile jusqu'au bas de sa taille élégante et svelte. Ces longs cheveux ondoyants, semblables aux tendres filets de la vigne qui cherche un appui, sont une marque de dépendance ; mais l'obéissance est aussi douce que l'empire ; elle est accompagnée d'une pudeur ingénue, d'une fierté modeste et de cette molle résistance, de ces tendres refus qui lui prêtent tant de charmes ; on ne cachait pas alors ce que le mystère a depuis enveloppé de son ombre, et la coupable, honte n'existait pas encore. Misérable honte, l'honneur infâme, triste enfant du péché, dans quelles erreurs vos vains dehors, vos fausses apparences de vertu ont fait tomber le genre humain ! Vous lui avez ravi tout ce qui eût fait le bonheur de ses jours, la simplicité et l'innocence. 

Ils marchaient ainsi sans vêtement, ces heureux époux, les plus tendres que l'amour ait jamais unis. Adam, le plus majestueux des hommes de sa postérité ; Eve, la plus belle des femmes dont elle sera la mère ; ils marchaient, en se tenant par la main, sans rougir de leur nudité, sans éviter les regards de Dieu ou des anges ; car ils n'avaient pas l'idée du mal. Ils s'assirent sur la verdure près d'une claire fontaine , à l'ombre d'un bocage qui résonnait d'un doux murmure...."

 

Satan découvre ainsi avec un infini désespoir une "nouvelle espèce de créatures au faîte de gloire", "des êtres qui, loin de posséder, une essence spirituelle, sont peut-être sortis des entrailles de la terre " et "déjà presque égaux aux augustes enfants des cieux". Milton nous décrit le prince des rebelles dans son humanité, irrésistiblement conduit à admirer et à aimer ce premier couple humain tant la main du Créateur s'est admirablement surpassée. Satan formule alors son projet, quoique lui-même abandonné sans pitié, il vient s'unir avec eux si étroitement qu'il saura les entraîner dans sa demeure. Satan entraîné par la "nécessité", "l'excuse des tyrans", ajoute Milton. Satan recherche alors une forme animale qui convient le mieux à son dessein tout en écoutant le dialogue qui s'instaure entre Adam et Eve : il y apprend ainsi que défense leur a été faite de toucher à l'arbre de la science (tree of knowledge), planté près de l'arbre de vie (tree of life), "tant est étroit l'intervalle entre la vie et la mort" (so near grows death to life). Et chacun de se raconter, "Je me souviens souvent de ce jour où, tirée du sommeil, je me réveillai pour la première fois", dit Adam, permettant à Satan, comme à nous-même de revivre leur conception et leur rencontre...

"That day I oft remember, when from sleep

I first awak't, and found my self repos'd

Under a shade of flours, much wondring where

And what I was, whence thither brought, and how.

Not distant far from thence a murmuring sound

Of waters issu'd from a Cave and spread

Into a liquid Plain, then stood unmov'd

Pure as th' expanse of Heav'n; I thither went

With unexperienc't thought, and laid me downe

On the green bank, to look into the cleer

Smooth Lake, that to me seemd another Skie.

As I bent down to look, just opposite,

A Shape within the watry gleam appeerd

Bending to look on me, I started back,

It started back, but pleas'd I soon returnd,

Pleas'd it returnd as soon with answering looks

Of sympathie and love; there I had fixt

Mine eyes till now, and pin'd with vain desire,

Had not a voice thus warnd me,   What thou seest,

What there thou seest fair Creature is thy self,

With thee it came and goes: but follow me,

And I will bring thee where no shadow staies

Thy coming, and thy soft imbraces, hee

Whose image thou art, him thou shall enjoy

Inseparablie thine, to him shalt beare

Multitudes like thy self, and thence be call'd

Mother of human Race..."

 

".. Je me rappelle souvent ce jour où, sortant pour la première fois du sommeil, je me trouvai reposant à l'ombre sur des fleurs, étonnée, ignorant qui j'étais, où j'étais, d'où et comment j'avais été portée en ce lieu. Non loin de là sortait , en murmurant, du creux d'un rocher, un ruisseau qui s'épandait en une plaine liquide , immobile et pure comme l'étendue des cieux ; je m'avance vers cette eau , dans la simplicité d'une âme sans expérience , et je m'assieds sur la rive verdoyante pour considérer le lac transparent qui me semblait un autre ciel.

Comme je me penchais pour regarder, à l'instant devant moi paraît, au sein, du cristal humide , une figure qui se penche pour me regarder ; je recule de surprise ; elle recule de même ; je reviens, attirée par le plaisir ; avec le même plaisir elle revient aussitôt, en répondant à mes regards par des regards de sympathie et d'amour ; et les miens seraient encore fixés sur cet objet, je me consumerais encore en vains désirs, si je n'eusse entendu une voix s'écrier : Ce que tu vois, ce que, tu vois ici , belle créature, c'est toi-même, c'est ta ressemblance ; avec toi elle vient et s'enfuit.

Mais suis-moi, viens trouver, non plus une ombre qui trompe ton attente et tes doux embrassements, mais un être dont tu es l'image ; tu seras sa compagne inséparable ; tu lui donneras une multitude de créatures semblables à toi, et l'on t'appellera la mère du genre humain...."

 


Satan découvre ainsi que ces deux créatures ont trouvé "dans les bras l'une de l'autre un paradis encore plus heureux que celui d'Eden", des plaisirs immenses qui viennent s'ajouter à leur félicité suprême, "tandis que moi , je suis relégué dans l'enfer, sans joie ni amour", mais surtout  prend connaissance de l'existence d'un arbre fatal qui désormais devient l'instrument de sa vengeance. Non loin, Gabriel, le chef des gardes célestes, apprend d'Uriel, qui descend du Soleil pour l'avertir Gabriel, qu'un esprit infernal est parvenu à se glisser dans le jardin. La Nuit arrive, la ronde des astres emplit le ciel, Adam et Eve  se retirent, Eve, la femme originelle vue par Milton, rappelle son extrême dévouement à son époux, " Dieu est ta loi, tu es la mienne" ("God is thy lauw, thou mine"), et pendant leur sommeil, "tandis que nous veillons, des millions de créatures spirituelles parcourent la terre sans être vues...."

Adam et Eve se retirent en quelques lieux secrets et Milton, rejetant toute pudibonderie, nous explique qu'ils font ainsi le plus naturellement du monde l'amour, "Je te salue , amour conjugal, loi mystérieuse, vrai conservateur du genre humain, seul trésor de ce lieu de dé- lices" ("true source of human offspring"), "source intarissable de félicité domestique", nous avoue le puritain Milton ("perpetual fountain of domestic sweets")...

 

"Here Love his golden shafts imploies, here lights

His constant Lamp, and waves his purple wings,

Reigns here and revels; not in the bought smile

Of Harlots, loveless, joyless, unindeard,

Casual fruition, nor in Court Amours

Mixt Dance, or wanton Mask, or Midnight Bal,

Or Serenate, which the starv'd Lover sings

To his proud fair, best quitted with disdain.

These lulld by Nightingales imbraceing slept,

And on thir naked limbs the flourie roof

Showrd Roses, which the Morn repair'd.   Sleep on

Blest pair; and O yet happiest if ye seek

No happier state, and know to know no more."

 

"..Ici l'amour n'a que des traits dorés , n'allume qu'une flamme constante, et n'agite que des ailes de pourpre; ici enfin l'amour règne et jouit; loin du faux sourire de la beauté vénale, de ses tristes et froides caresses qui changent au gré de l'aveugle fortune ; loin de la fade galanterie des cours, des danses bruyantes, du masque de la folie , des bals nocturnes et des sérénades dont un amant transi régale sa fière maîtresse, qu'il devrait bien plutôt quitter avec mépris. Les deux époux, se tenant embrassés , s'endormirent aux chants des rossignols ; et la voûte fleurie les couvrit d'une pluie de roses que renouvela l'aurore. Dors, couple heureux, à jamais le plus heureux , si tu ne cherches pas à l'être davantage , et si tu sais borner ton savoir".

 

Satan est découvert par la garde céleste. Il reprend sa figure et veut combattre Gabriel, après lui avoir expliqué pourquoi être venu seul, avoir traversé l'abîme pour découvrir ce nouveau monde dont la création a retenti jusque dans l'enfer. Mais l'ange des ténèbres pressent que s'il vient à se battre des évènements les plus extrêmes se déchaîneront, et prévoyant sa défaite, s'enfuit hors du Paradis, et avec lui s'enfuient les "ombres de la nuit"...

 

The Paradise Lost, BOOK V. Raphaël vient recommander à Adam de se tenir sur ses gardes. 

La présence de Raphaël, envoyé par Dieu au Paradis au début du livre V comme instructeur et conseiller d'Adam et Ève, structure les quatre chants suivants, V à VIII. Ève, à son réveil , raconte à Adam le songe qui l'a troublée pendant la nuit : "Mange de ce fruit , deviens déesse, et , quittant désormais la terre, lève-toi comme nous, tantôt dans les airs et tantôt jusqu'au ciel : prends-y parmi les dieux la place qui t'est due; sois témoin de leur vie, et jouis de leur bonheur", c'est la toute première tentation du mal, et de là de la dualité de la raison et de l'imagination. L'humaine nature se complexifie.

"Mais où serait la source de ce mal ? Ame pure , ce ne peut être en toi. Apprends cependant qu'il est au dedans de nous plusieurs facultés subalternes qui sont asservies à la raison comme à leur souveraine. Entre ces facultés , l'imagination tient le premier rang. De toutes les perceptions dont nos cinq sens sont les organes , elle forme de légères images , de simples esquisses ; et ensuite la raison , en réunissant ou dispersant ces premiers traits , détermine ce que nous devons admettre ou rejeter : de là , ce que nous appelons connaissance ou opinion. Quand la nature se repose , la raison va jouir du même repos au fond de son sanctuaire. Alors l'imagination, ardente copiste, profite souvent de son absence pour l'imiter ; mais souvent aussi, faute de savoir assortir les figures qu'elle-même a tracées , elle compose des tableaux informes , et reproduit , dans un bizarre désordre , surtout pendant le sommeil , les discours et les actions de la veille ou d'un temps plus reculé..." Adam la rassure et tente une explication. Leur cantique du matin à la porte de leur "bower" accompagne alors la levée du jour...

 

"Happiness in his power left free to will,

Left to his own free Will, his Will though free,

Yet mutable; whence warne him to beware

He swerve not too secure: tell him withall

His danger, and from whom, what enemie

Late falln himself from Heav'n, is plotting now

The fall of others from like state of bliss.."

Dieu intervient enfin et envoie Raphaël avertir Adam du péril auquel il est exposé: "converse avec lui le reste du jour, comme un ami avec son ami ; fixe son attention sur le bonheur dont il jouit ; qu'il observe que ce bonheur est en son pouvoir , et dépend de sa propre volonté, de sa volonté libre , mais sujette au changement, et qu'il tremble de se perdre par un excès de sécurité. Dis-lui par qui et de quel danger il est menacé ; dis quel est l'ennemi récemment tombé du ciel, qui , jaloux de voir encore des heureux, travaille à le précipiter dans sa ruine, non par la force , car elle serait repoussée, mais par la ruse et l'imposture;  il faut qu'il soit instruit de l'attaque, afin que, s'il succombe, il ne puisse imputer sa chute volontaire à l'ignorance ou à la surprise..." Raphael s'envole, séraphin éclatant, son corps céleste est ombragé de six ailes...

 

"To whom the Angel. Son of Heav'n and Earth,

Attend: That thou are happie, owe to God;

That thou continu'st such, owe to thy self,

That is, to thy obedience; therein stand.

This was that caution giv'n thee; be advis'd.

God made thee perfet, not immutable;

And good he made thee, but to persevere

He left it in thy power, ordaind thy will

By nature free, not over-rul'd by Fate

Inextricable, or strict necessity..."

Adam invite Raphael à partager son repas, que l'ange accepte. Leurs échanges pendant ce repas donnera lieu à nombre d'interprétations. L'arrivée de Raphaël (V : 308-576) apporte en effet avec elle un certain nombre de précisions sur l'existence, la pensée de cette existence (notre nature intellectuelle est asservie aux mêmes besoins que notre substance raisonnable..), le monde environnant, mais aussi des questions intrigantes, souvent déroutantes. La nourriture y joue un rôle symbolique important, lien entre la condition humaine, charnelle, et l'élévation spirituelle, l'ange mange, et le "superflu des mets transpire à travers son enveloppe céleste". Raphaël poursuit l'éducation intellectuelle d'Adam, - "il viendra peut-être un jour où les hommes participeront aux aliments des anges" -, mais le message le plus essentiel est de persévérer dans l'obéissance et l'amour du Créateur. Adam ne comprend pas ces recommandations, "le bonheur dont tu jouis, lui répète Raphael, tu le dois à l'Eternel, mais sa continuation, c'est à toi-même, c'est à ton obéissance envers lui que tu la devras". Et devant l'insistance d'Adam, l'ange lui fait connaître l'ennemi qui les menace et la cause de celle-ci, lui conte le commencement de la révolte de Satan contre Dieu , et quel en fut le motif. 

Dieu semble donc savoir que l'homme transgressera sa loi, nous confrontant à la question du libre-arbitre. Dieu reste insondable...

 

The Paradise Lost, BOOK VI. Raphaêl continue son récit relatif à la révolte de Satan, au combat entre son armée et celle des anges restés fidèles, puis la nuit les sépare. Satan tient conseil, invente les instruments d'artillerie. Le lendemain le combat reprend, et lorsque sa fureur est au plus haut point, l'Eternel envoie le Messie qui, la foudre à la main, poursuit ses ennemis jusqu'aux extrémités du ciel. Les voici se précipitant eux-mêmes au fond de l'abîme, et le Messie triomphant retourne vers son Père...

 

"...  under his burning Wheeles

The stedfast Empyrean shook throughout,

All but the Throne it self of God.   Full soon

Among them he arriv'd; in his right hand

Grasping ten thousand Thunders, which he sent

Before him, such as in thir Soules infix'd

Plagues; they astonisht all resistance lost,

All courage; down thir idle weapons drop'd;

O're Shields and Helmes, and helmed heads he rode

Of Thrones and mighty Seraphim prostrate,

That wisht the Mountains now might be again

Thrown on them as a shelter from his ire.

Nor less on either side tempestuous fell

His arrows, from the fourfold-visag'd Foure,

Distinct with eyes, and from the living Wheels

Distinct alike with multitude of eyes,

One Spirit in them rul'd, and every eye

Glar'd lightning, and shot forth pernicious fire

Among th' accurst, that witherd all thir strength,

And of thir wonted vigour left them draind,

Exhausted, spiritless, afflicted, fall'n.

Yet half his strength he put not forth, but check'd

His Thunder in mid Volie, for he meant

Not to destroy, but root them out of Heav'n:

The overthrown he rais'd, and as a Heard

Of Goats or timerous flock together throngd

Drove them before him Thunder-struck, pursu'd

With terrors and with furies to the bounds

And Chrystal wall of Heav'n, which op'ning wide,

Rowld inward, and a spacious Gap disclos'd

Into the wastful Deep; the monstrous sight

Strook them with horror backward, but far worse

Urg'd them behind; headlong themselves they threw

Down from the verge of Heav'n, Eternal wrauth

Burnt after them to the bottomless pit.

Hell heard th' unsufferable noise, Hell saw

Heav'n ruining from Heav'n and would have fled

Affrighted; but strict Fate had cast too deep

Her dark foundations, and too fast had bound.

Nine dayes they fell; confounded Chaos roard,

And felt tenfold confusion in thir fall

Through his wilde Anarchie, so huge a rout

Incumberd him with ruin: Hell at last

Yawning receavd them whole, and on them clos'd,

Hell thir fit habitation fraught with fire

Unquenchable, the house of woe and paine.

Disburd'nd Heav'n rejoic'd, and soon repaird

Her mural breach, returning whence it rowld.

Sole Victor from th' expulsion of his Foes

Messiah his triumphal Chariot turnd..."

"Sous ses roues brûlantes l'immobile empyrée trembla dans tout son entier, tout excepté le trône même de Dieu. Bientôt il arrive au milieu d'eux ; dans sa main droite tenant dix mille tonnerres, il les envoie devant lui tels qu'ils percent de plaies les âmes des rebelles. Étonnés ils cessent toute résistance, ils perdent tout courage : leurs armes inutiles tombent.

Sur les boucliers et casques, et les têtes des Trônes et des puissants séraphins prosternés, le Messie passe; ils souhaitent alors que les montagnes soient encore jetées sur eux comme un abri contre sa colère!

Non moins tempétueuses, des deux côtés ses flèches partent des quatre figures à quatre visages semés d'yeux, et sont jetées par les roues vivantes également semées d'une multitude d'yeux.

Un esprit gouvernait ces roues; chaque oeil lançait des éclairs, et dardait parmi les maudits une pernicieuse flamme qui flétrissait toute leur force, desséchait leur vigueur accoutumée, et les laissait épuisés, découragés, désolés, tombés.

Encore le Fils de Dieu n'employa-t-il pas la moitié de sa force, mais retint à moitié son tonnerre ; car son dessein n'était pas de les détruire, mais de les déraciner du ciel. Il releva ceux qui étaient abattus, et comme une horde de boucs, ou un troupeau timide pressé ensemble, il les chasse devant lui foudroyés, poursuivis par les Terreurs et les Furies , jusqu'aux limites et à la muraille de cristal du ciel.

Le ciel s'ouvre, se roule en dedans, et laisse à découvert, par une brèche spacieuse, l'abîme dévasté.

Cette vue monstrueuse les frappe d'horreur ; ils reculent, mais une horreur bien plus grande les repousse : tête baissée, ils se jettent eux-mêmes en bas du bord du ciel : la colère éternelle brûle après eux dans le gouffre sans fond.

L'enfer entendit le bruit épouvantable ; l'enfer vit le ciel croulant du ciel ; il aurait fui effrayé; mais l'inflexible destin avait jeté trop profondément ses bases ténébreuses, et l'avait trop fortement lié.

Neuf jours ils tombèrent ; le chaos confondu rugit, et sentit une décuple confusion dans leur chute à travers sa féroce anarchie; tant cette énorme déroute l'encombra de ruines!

L'enfer béant les reçut tous enfin, et se referma sur eux;  l'enfer, leur convenable demeure; l'enfer pénétré d'un feu inextinguible, maison de malheur et de tourment. Le ciel soulagé se réjouit; Il répara bientôt la brèche de sa muraille, en retournant au lieu d'où il s'était replié.

Seul vainqueur par l'expulsion de ses ennemis, le Messie ramena son char de triomphal ...."


 À la fin du livre VI, Raphaël établit un lien entre la raison (563-76) et le libre arbitre (520-35) et explique à Adam que son avenir ne dépendra pas d'un "destin" préétabli mais de ses propres décisions et actions, et qu'il doit donc rester prudent et apprendre à comprendre pleinement le dessein et les intentions de Dieu. En bref, leur avenir sera le fruit de leurs propres efforts, alors que leur compréhension du cadre plus large dans lequel ils doivent prendre leurs décisions est limitée et partielle... 

 

The Paradise Lost, BOOK VII. L'histoire de la Création - Raphaël révèle à Adam l'origine da monde et des créatures qui l'habitent..

Adam écoute ce récit, plongé dans un profond étonnement, comment et pourquoi, de quels éléments ont été créés la terre et la voûte éclatante qui la couvre, et quel était avant lui l'état d'Eden et de l'univers, et ne cesse d'interroger Raphaël, son céleste convive : 'dis nous la cause qui fit sortir le Créateur du repos sacré dont il jouit de toute éternité pour bâtir si tard dans le chaos..". Mais tout ne peut pas être connu, le poète nous évoque une connaissance humaine qui ne peut être que limitée, et plus encore une frontière du savoir qui ne peut être franchie par l'être humain sans conséquences...

 

"This also thy request with caution askt

Obtaine: though to recount Almightie works

What words or tongue of Seraph can suffice,

Or heart of man suffice to comprehend?

Yet what thou canst attain, which best may serve

To glorifie the Maker, and inferr

Thee also happier, shall not be withheld

Thy hearing, such Commission from above

I have receav'd, to answer thy desire

Of knowledge within bounds; beyond abstain

To ask, nor let thine own inventions hope

Things not reveal'd, which th' invisible King,

Onely Omniscient, hath supprest in Night,

To none communicable in Earth or Heaven:

Anough is left besides to search and know.

But Knowledge is as food, and needs no less

Her Temperance over Appetite, to know

In measure what the mind may well contain,

Oppresses else with Surfet, and soon turns

Wisdom to Folly, as Nourishment to Winde."

 

"Tes désirs n'ont rien d'indiscret, et je consens à les satisfaire. Quel est cependant le séraphin, quelle est la langue céleste, ô Adam! capable de raconter l'histoire des œuvres du Tout-puissant? Et où est le mortel en état de la comprendre? Je te révélerai ce qui est à la portée de ton esprit, ce qui peut contribuer à la gloire du Créateur et à ta félicité ; tel est l'ordre que j'ai reçu de l'Éternel. 

Mais de sages limites sont imposées à l'étendue des connaissances humaines : garde-toi de vouloir les franchir ; n'espère pas, quelles que soient tes recherches , pénétrer des secrets que l'invisible monarque, que le seul être dont l'œil embrasse toute la nature , a cachés dans une nuit profonde, pour être à jamais ignorés de la terre et des cieux ; il reste assez d'autres objets livrés à ta curiosité. L'esprit est comme le corps; l'un et l'autre ont besoin de tempérance, et la folie naît d'un amas indigeste de connaissances , comme la maladie d'une surabondance d'aliments."

 

Adam apprend ainsi que la race des hommes, les premières de ces créatures, est destinée à remplacer dans ce nouveau monde les anges rebelles pour jamais expulsés du ciel ; telle est la volonté de Dieu...

 

"... and in a moment will create

Another World, out of one man a Race

Of men innumerable, there to dwell,

Not here, till by degrees of merit rais'd

They open to themselves at length the way

Up hither, under long obedience tri'd,

And Earth be chang'd to Heav'n, & Heav'n to Earth,

One Kingdom, Joy and Union without end.

Mean while inhabit laxe, ye Powers of Heav'n,

And thou my Word, begotten Son, by thee

This I perform, speak thou, and be it don:

My overshadowing Spirit and might with thee

I send along, ride forth, and bid the Deep

Within appointed bounds be Heav'n and Earth,

Boundless the Deep, because I am who fill

Infinitude, nor vacuous the space.

Though I uncircumscrib'd my self retire,

And put not forth my goodness, which is free

To act or not, Necessitie and Chance

Approach not mee, and what I will is Fate."

 

"... Je vais en un moment former un autre monde ; j'y placerai un Homme de qui sortira une race innombrable d'autres hommes ; ils habiteront ce monde jusqu'à ce qu'éprouvés par une longue obéissance , et s'élevant par leurs propres vertus , ils s'ouvrent enfin un chemin jusqu'ici ; alors le ciel et la terre ne formeront plus qu'un seul empire, où régneront à jamais l'union et le bonheur. Jouissez en attendant , o Puissances célestes , de toute l'étendue de ce séjour ; et toi , mon Verbe , mon Fils unique , c'est par toi que je vais produire ; parle, et qu'il soit fait. 

A tes côtés seront ma Puissance et mon Esprit qui couvre tout de son ombre. Va, monte sur l'abîme, sur cet abîme sans limites et sans vide, parce que je suis celui qui remplit l'infini, et qu'il n'est point d'espace où je ne sois. Commande à la portion que tu auras circonscrite de se transformer en terre et en firmament. Quoique ma divinité s'étende de toutes parts sans bornes, je concentre mes bienfaits, libre de les dispenser ou de les retenir. La nécessité ni le hasard n'approchent de moi, et le destin n'est que ma volonté."

 

Et c'est ainsi que son fils part pour exécuter le plan de son Père et créer ce nouveau monde; suivi d'un cortège d'esprits célestes, il pénètre dans le Chaos où il forme et distribue les différentes parties de l'univers ; et l'ouvrage des six jours étant accompli , il remonte dans les cieux. 

 

"Let ther be Light, said God, and forthwith Light

Ethereal, first of things, quintessence pure

Sprung from the Deep, and from her Native East

To journie through the airie gloom began,

Sphear'd in a radiant Cloud, for yet the Sun

Was not; shee in a cloudie Tabernacle

Sojourn'd the while.   God saw the Light was good;

And light from darkness by the Hemisphere

Divided: Light the Day, and Darkness Night

He nam'd.   Thus was the first Day Eev'n and Morn:

Nor past uncelebrated, nor unsung

By the Celestial Quires, when Orient Light

Exhaling first from Darkness they beheld;

Birth-day of Heav'n and Earth; with joy and shout

The hollow Universal Orb they fill'd,

And touch't thir Golden Harps, and hymning prais'd

God and his works, Creatour him they sung,

Both when first Eevning was, and when first Morn."

 

"Que la Lumière soit faite , dit le Seigneur ; et tout à coup jaillit , du fond de l'abîme, la lumière éthérée, pure quintessence et la première des choses. Elle s'élève de son orient natal , et traverse l'obscurité des airs , renfermée dans un nuage radieux , de forme sphérique ; nébuleux tabernacle qu'elle habita quelque temps , car le soleil n'existait pas encore. Dieu vit que la lumière était bonne, et il la sépara des ténèbres par l'hémisphère ; il donna à la lumière le nom de jour, et aux ténèbres celui de nuit : ainsi du matin et du soir fut formé le premier jour..."

 Milton réécrit ainsi le livre de la Génèse et en tire une épopée héroïque jusqu'à la création d'Adam, "tes désirs , ô Adam , sont maintenant remplis, en termine Raphaël, voilà l'origine du monde , l'histoire de sa forme première et de tout ce qui s'est passé avant et jusqu'à ta naissance ; transmets ce récit à ta postérité : s'il est encore quelque secret que tu désires connaître , je suis prêt à te le révéler, pourvu qu'il ne sorte pas des bornes prescrites à la faiblesse humaine...."

 

The Paradise Lost, BOOK VIII. "When I behold this goodly frame, this World Of heaven and earth consisting, and compute Their magnitudes.." - Adam interroge Raphaël sur les mouvements célestes, Milton fait ici le choix, en toute connaissance de cause, de suivre l'ancienne théorie de Ptolémée selon laquelle la terre est le centre de l'univers : à l'encontre donc de Copernic et de Galilée, mais il est vrai qu'il ne fait pas oeuvre de scientifique mais de dramaturge. 

Adam lui raconte ensuite sa propre histoire, ses premières réactions au commencement de sa conception. Comme il est difficile à l'Homme en effet de pouvoir dire comment a commencé son existence, si ce n'est que ..

 

"For Man to tell how human Life began

Is hard; for who himself beginning knew?

Desire with thee still longer to converse

Induc'd me.   As new wak't from soundest sleep

Soft on the flourie herb I found me laid

In Balmie Sweat, which with his Beames the Sun

Soon dri'd, and on the reaking moisture fed.

Strait toward Heav'n my wondring Eyes I turnd,

And gaz'd a while the ample Skie, till rais'd

By quick instinctive motion up I sprung,

As thitherward endevoring, and upright

Stood on my feet; about me round I saw

Hill, Dale, and shadie Woods, and sunnie Plaines,

And liquid Lapse of murmuring Streams; by these,

Creatures that livd, and movd, and walk'd, or flew,

Birds on the branches warbling; all things smil'd,

With fragrance and with joy my heart oreflow'd.

My self I then perus'd, and Limb by Limb

Survey'd, and sometimes went, and sometimes ran

With supple joints, and lively vigour led:

But who I was, or where, or from what cause,

Knew not; to speak I tri'd, and forthwith spake

My Tongue obey'd and readily could name

What e're I saw.   Thou Sun, said I, faire Light,

And thou enlight'nd Earth, so fresh and gay,

Ye Hills and Dales, ye Rivers, Woods, and Plaines,

And ye that live and move, fair Creatures, tell,

Tell, if ye saw, how came I thus, how here?

Not of my self; by some great Maker then,

In goodness and in power praeeminent;

Tell me, how may I know him, how adore,

From whom I have that thus I move and live,

And feel that I am happier then I know."

 

".. Tout à coup , et comme subitement tiré du plus profond sommeil , je me trouvai couché sur l'herbe fleurie, le corps couvert d'une sueur odorante, l'aliment du soleil, que ses ardents rayons desséchèrent promptement. Mes yeux étonnés se tournent aussitôt vers le ciel ; je contemple un moment sa voûte immense ; puis , inspiré par un rapide instinct , je m'élance comme pour y monter, et je me trouve debout sur mes pieds. Je vois autour de moi des montagnes , des vallées , des bois sombres , des plaines dorées par le soleil , des nappes liquides qui tombent en murmurant ; parmi ces objets , des créatures qui vivent , qui se meuvent, qui marchent, qui volent, j'entends le chant des oiseaux ; toute la nature est riante et parfumée, et mon cœur nage dans l'enchantement et la joie. Bientôt mes regards se portent sur moi-même ; je les promène attentivement sur chacun de mes membres ; tantôt je marche , tantôt je cours , et mon pied souple et docile semble animé de force et de mouvement. Qui suis-je cependant? où suis-je? et d'où suis-je venu? Je l'ignorais. J'essaye de parler; aussitôt ma langue obéit et donne des noms à tout ce que je vois, - Soleil , m'écriai-je , superbe flambeau ! toi qu'inonde sa lumière, ô terre, si riante et si fraîche ! vous, montagnes et vallées ! vous, fleuves, forêts, vastes plaines ! et vous, aimables créatures , qui avez reçu avec l'existence la faculté de vous mouvoir! parlez, dites, si vous l'avez vu, comment je me trouve ici, comment je suis né ; ce n'est pas de moi-même ; je suis donc l'ouvrage d'un grand maître, aussi supérieur en bonté qu'en puissance. Ah ! parlez , apprenez- moi à connaître , à adorer celui de qui je tiens le mouvement et la vie, qui me révèle le bonheur d'une manière si touchante , et me le fait sentir encore mieux..."

 

Plus loin, toujours dans le chant VIII (357-451), Dieu se fait connaître, le place au centre du Paradis, et lui rappelle l'interdiction de toucher et manger les fruits de l'arbre de la connaissance (le célèbre "dès ce jour, devenu mortel, tu mourras", "Transgress'd, - inevitably thou shalt die.."). Puis Adam conte à Raphaël sa première conversation avec Dieu, juste avant la création d'Ève, un véritable dialogue socratique ...

Adam se plaint de sa solitude. Dieu répond : "What call'st thou solitude", tu n'es pas seul, tu as d'autres créatures, les anges et moi. Oui, dit Adam, mais je veux un partenaire égal. "Le lien de la société est un échange de plaisirs réciproques" ("Among unequals what society Can sort, what harmony, or true delight? Which must be mutual.."). Dieu répond : Considère mon état. Je n'ai pas besoin d'un compagnon. Adam revient à la charge avec l'argument que Dieu est un autosuffisant, mais que l'homme doit être complété pour se multiplier. Tout à fait, dit Dieu. C'était mon intention depuis le début. Et il crée Eve à partir d'Adam, la chair de sa chair. Et le poète d'ajouter cette mise en garde, longuement développée, "mais si ce plaisir, source de la propagation de ton espèce, te paraît le plus grand des plaisirs, songe qu'il t'est commun avec tout ce qui respire. Une jouissance , que le dernier des animaux éprouve comme toi , n'est pas faite pour exciter les transports de l'Homme et subjuguer son cœur. Continue d'aimer ce qui te charme le plus dans ta compagne, l'honnêteté, la douceur et les grâces ; aime, mais garde-toi de la passion, si différente de l'amour..."

Cet échange entre Adam et Dieu anticipe une conversation similaire qui se déroulera au chant suivant (IX) entre Ève et Satan, et qui décidera celle-ci à manger du fruit de la connaissance. La question d'interprétation qui se pose ici est celle de l'étendue de la raison humaine, Adam et Eve use-t-il de leur raison sans vraiment comprendre ce qu'elle est et où elle peut les conduire? Et cette lumière de la raison n'est-elle effective que si elle coïncide avec la parole de Dieu? Le poète interroge, mais ne répond pas...

 

The Paradise Lost, BOOK IX. La Tentation.

Satan, après avoir parcouru la terre, revient au Paradis terrestre , et s'insinue dans le corps du serpent. Adam et Eve, au lever de l'aurore, sortent pour aller à leurs occupations ordinaires. Eve allègue différents prétextes pour y aller seule, dont l'efficacité de leur travail respectif, son comportement est singulier, et elle n'obtient la permission d'Adam qu'avec beaucoup de difficulté, un Adam qui craint toute séparation dans un contexte où règne la menace d'un ennemi aussi fort que rusé. Un instant séduit par la vision de la jeune femme, Satan se ressaisit et s'adresse à Eve comme un amant à sa maîtresse, le fruit qu'il l'invite à cueillir lui permet d'accéder à la raison et au langage. C'est le passage le plus important du poème puisque c'est lui qui va déclencher la chute de l'humanité. Face à lui, Eve, et la naïveté d'une raison qui ne se connaît pas et ne s'est jamais encore réellement exercée. Une raison qui va se construire pour la première fois en conversant avec Satan et elle en vient ainsi à goûter du fruit de l'arbre de la Connaissance, qui est aussi l'arbre de l'interdiction. Un fruit, emblème du pacte qui va lier l'humanité au démon, source d'illusion et de concupiscence...

 

Hee boulder now, uncall'd before her stood;

But as in gaze admiring: Oft he bowd

His turret Crest, and sleek enamel'd Neck,

Fawning, and lick'd the ground whereon she trod.

His gentle dumb expression turnd at length

The Eye of Eve to mark his play; he glad

Of her attention gaind, with Serpent Tongue

Organic, or impulse of vocal Air,

His fraudulent temptation thus began.

Wonder not, sovran Mistress, if perhaps

Thou canst, who art sole Wonder, much less arm

Thy looks, the Heav'n of mildness, with disdain,

Displeas'd that I approach thee thus, and gaze

Insatiate, I thus single, nor have feard

Thy awful brow, more awful thus retir'd.

Fairest resemblance of thy Maker faire,

Thee all things living gaze on, all things thine

By gift, and thy Celestial Beautie adore

With ravishment beheld, there best beheld

Where universally admir'd; but here

In this enclosure wild, these Beasts among,

Beholders rude, and shallow to discerne

Half what in thee is fair, one man except,

Who sees thee? (and what is one?) who shouldst be seen

A Goddess among Gods, ador'd and serv'd

By Angels numberless, thy daily Train.

 

"...Bientôt il s'enhardit , et va se placer sous ses yeux ; mais il reste en extase , comme frappé d'admiration , puis il incline plusieurs fois sa crête superbe ; il la salue de son cou émaillé, et baise la terre où ses pas ont marché. Ces aimables et muettes caresses attirent enfin les regards de la compagne d'Adam. Ravi d'un tel avantage, il commence son attaque par ce discours séducteur, soit, qu'en effet il parlât par l'organe du serpent, soit qu'il modifiât l'air de manière à rendre les sons de la voix : 

" O puissante souveraine , cessez d'être étonnée , s'il est possible que vous le soyez, vous la seule créature qu'on ne peut voir sans étonnement ; cessez surtout d'armer de dédain vos yeux, siège céleste  de la douceur, et ne soyez pas irritée si, brûlant du plus ardent désir de vous contempler, j'ose approcher de vous sans trembler devant ce front auguste que la solitude rend encore plus imposant. Magnifique image de votre auguste Créateur, tout vous admire , tout vous est soumis dans la nature, tout adore avec transport votre céleste beauté ; elle est la gloire et l'ornement de l'univers. 

Mais dans ce désert sauvage , parmi ces brutes grossières incapables d'apprécier la moitié de ce que vous valez , où est l'être qui vous regarde? L'Homme en est le seul digne. Et qu'est-ce qu'un spectateur pour une divinité dont la place est marquée parmi les Dieux , qui devrait être sans cesse entourée d'une foule innombrable d'anges jaloux de la servir et de l'adorer?» .

 

Tel fut le début plein d'adulations du tentateur. A cette voix d'un reptile , Eve est frappée d'un profond étonnement, et cependant la louange a passé dans son cœur (into the heart of Eve his words made way)...

What may this mean?   Language of Man pronounc't

By Tongue of Brute, and human sense exprest?

The first at lest of these I thought deni'd

To Beasts, whom God on thir Creation-Day

Created mute to all articulat sound;

The latter I demurre, for in thir looks

Much reason, and in thir actions oft appeers.

Thee, Serpent, suttlest beast of all the field

I knew, but not with human voice endu'd;

Redouble then this miracle, and say,

How cam'st thou speakable of mute, and how

To me so friendly grown above the rest

Of brutal kind, that daily are in sight?

Say, for such wonder claims attention due.

To whom the guileful Tempter thus reply'd.

Empress of this fair World, resplendent Eve,

Easie to mee it is to tell thee all

What thou commandst, and right thou shouldst be obeyd:

I was at first as other Beasts that graze

The trodden Herb, of abject thoughts and low,

As was my food, nor aught but food discern'd

Or Sex, and apprehended nothing high:

Till on a day roaving the field, I chanc'd

A goodly Tree farr distant to behold

Loaden with fruit of fairest colours mixt,

Ruddie and Gold: I nearer drew to gaze;

When from the boughes a savorie odour blow'n,

Grateful to appetite, more pleas'd my sense

Then smell of sweetest Fenel or the Teats

Of Ewe or Goat dropping with Milk at Eevn,

Unsuckt of Lamb or Kid, that tend thir play.

To satisfie the sharp desire I had

Of tasting those fair Apples, I resolv'd

Not to deferr; hunger and thirst at once,

Powerful perswaders, quick'nd at the scent

Of that alluring fruit, urg'd me so keene.

About the mossie Trunk I wound me soon,

For high from ground the branches would require

Thy utmost reach or Adams: Round the Tree

All other Beasts that saw, with like desire

Longing and envying stood, but could not reach.

Amid the Tree now got, where plenty hung

Tempting so nigh, to pluck and eat my fill

I spar'd not, for such pleasure till that hour

At Feed or Fountain never had I found.

Sated at length, ere long I might perceave

Strange alteration in me, to degree

Of Reason in my inward Powers, and Speech

Wanted not long, though to this shape retain'd.

Thenceforth to Speculations high or deep

I turnd my thoughts, and with capacious mind

Considerd all things visible in Heav'n,

Or Earth, or Middle, all things fair and good;

But all that fair and good in thy Divine

Semblance, and in thy Beauties heav'nly Ray

United I beheld; no Fair to thine

Equivalent or second, which compel'd

Mee thus, though importune perhaps, to come

And gaze, and worship thee of right declar'd

Sovran of Creatures, universal Dame.

 

".. Qu'entends-je? s'écria-t-elle enfin toute troublée ; et que signifie ce prodige? Ce langage de l'Homme sur les lèvres d'une brute ! l'intelligence humaine dans ses discours ! Je croyais que du moins le premier de ces avantages avait été refusé aux animaux , et qu'au jour de la création Dieu les avait formés incapables d'articuler des sons.

Quant à la pensée , je flottais dans le doute , tant je voyais souvent de raison dans leurs regards et dans leurs actions. 

Toi ! ô serpent ! je te connaissais bien pour la plus subtile des bêtes , mais j'ignorais que tu fusses doué d'une voix humaine. Renouvelle ce prodige; dis-moi comment ta langue, formée muette, est devenue parlante , et pourquoi de tous les animaux tu es celui qui me témoigne le plus d'affection. Parle ; une semblable merveille a droit à toute mon attention."

Le rusé séducteur lui répondit : « souveraine de ce beau monde, femme éblouissante , il m'est aisé de vous satisfaire ! vos désirs sont des ordres , et tout ici doit vous être soumis. Je suis né semblable aux autres animaux , borné à quelques idées abjectes et basses comme l'herbe que vous foulez aux pieds, et dont je me nourrissais, ne connaissant , ne désirant rien au delà d'une femelle et de cette vile pâture; Errant un jour dans la campagne, j'aperçus de loin un bel arbre chargé de fruits, dont le superbe coloris était mélangé de pourpre et d'or. 

A peine m'en fus-je approché pour l'admirer, qu'un parfum délicieux, s'exhalant de ses branches, excita vivement mon appétit; jamais mes sens n'avaient été aussi agréablement flattés par la douce odeur du fenouil, ou par celle du lait que distillent à la fin du jour les mamelons gonflés des chèvres et des brebis, lorsque leurs petits, trop occupés de leurs folâtres jeux, ont oublié de les sucer :

j'avais peine à contenir le désir dont m'enflammait l'odeur divine de ces belles pommes : deux éloquentes puissances , la soif et la faim, achevèrent de me persuader.

Aussitôt je me roulai autour du tronc couvert de mousse , car les branche s'élevaient au-dessus de la terre de toute votre hauteur, ou de celle d'Adam.

Un même désir enflammait les autres animaux attroupés devant cet arbre ; leurs ardents regards dévoraient les productions qu'ils ne pouvaient atteindre. Parvenu au milieu de ces fruits si séduisants , j'en cueillis, j'en mangeai avec un plaisir que, jusqu'à ce moment, ne m'avaient procuré ni le suc des plantes, ni l'eau des claires fontaines. 

A peine fus-je rassasié , qu'il se fît un changement étrange , non dans la forme de mon corps, qui resta telle que vous la voyez, mais la raison vint m'éclairer, et ma langue articula des mots. Dès. ce moment mes idées s'élevèrent aux plus sublimes contemplations ; j'embrassai d'un vaste regard les cieux, la terre et les airs.

Je connus toutes les merveilles de la nature ; mais l'union précieuse de la beauté et de la bonté, Je ne l'ai vue qu'en vous seule, que dans cette céleste figure où brillent les rayons de la divinité.

O vous qui naquîtes sans égale ! pardonnez si, peut-être spectateur importun, je viens admirer, je viens adorer celle que toutes les créatures reconnaissent pour leur souveraine, celle à qui sont dus les hommages de l'univers entier..."


Ainsi parla le rusé séducteur sous la forme du serpent. Eve, de plus en plus étonnée, mais l'esprit encore sans défiance, lui demande alors où se trouve cet arbre, "notre choix s'égare au milieu de l'abondance des fruits ; la plus grande partie reste suspendue aux branches , provision incorruptible , réservée pour les hommes qui doivent naître ; leurs mains nous aideront à soulager la nature du poids de ses richesses.". Le serpent le lui indique et accepte de la guider. Eve lui rappelle l'interdiction formelle de Dieu, Satan s'étonne, insidieusement, "Quoi! Dieu ne vous a pas permis de manger tous les fruits de ce jardin , et cependant il vous a déclarés les maîtres de tout sur la terre et dans l'air !" (hath God then said that of the Fruit

Of all these Garden Trees ye shall not eate, Yet Lords declar'd of all in Earth or Aire?). Mais Satan, grand séducteur, reprend son discours laudateur, ce fruit donne de la consistance à l'intelligence humaine, permet de connaître un mal que l'on tout intérêt à connaître. Dieu est-il le Dieu juste qu'il se prétend être? ou ne craint-il pas plutôt que l'être humain acquiert une puissance qui vienne à l'égaler? En quoi le progrès de vos connaissances peut-il le blesser ?

 

"O Sacred, Wise, and Wisdom-giving Plant,

Mother of Science, Now I feel thy Power

Within me cleere, not onely to discerne

Things in thir Causes, but to trace the wayes

Of highest Agents, deemd however wise.

Queen of this Universe, doe not believe

Those rigid threats of Death; ye shall not Die:

How should ye? by the Fruit? it gives you Life

To Knowledge? By the Threatner, look on mee,

Mee who have touch'd and tasted, yet both live,

And life more perfet have attaind then Fate

Meant mee, by ventring higher then my Lot.

Shall that be shut to Man, which to the Beast

Is open? or will God incense his ire

For such a petty Trespass, and not praise

Rather your dauntless vertue, whom the pain

Of Death denounc't, whatever thing Death be,

Deterrd not from atchieving what might leade

To happier life, knowledge of Good and Evil;

Of good, how just? of evil, if what is evil

Be real, why not known, since easier shunnd?

God therefore cannot hurt ye, and be just;

Not just, not God; not feard then, nor obeyd:

Your feare it self of Death removes the feare.

Why then was this forbid?   Why but to awe,

Why but to keep ye low and ignorant,

His worshippers; he knows that in the day

Ye Eate thereof, your Eyes that seem so cleere,

Yet are but dim, shall perfetly be then

Op'nd and cleerd, and ye shall be as Gods,

Knowing both Good and Evil as they know.

That ye should be as Gods, since I as Man,

Internal Man, is but proportion meet,

I of brute human, yee of human Gods.

So ye shall die perhaps, by putting off

Human, to put on Gods, death to be wisht,

Though threat'nd, which no worse then this can bring.

And what are Gods that Man may not become

As they, participating God-like food?

The Gods are first, and that advantage use

On our belief, that all from them proceeds;

I question it, for this fair Earth I see,

Warm'd by the Sun, producing every kind,

Them nothing: If they all things, who enclos'd

Knowledge of Good and Evil in this Tree,

That whoso eats thereof, forthwith attains

Wisdom without their leave? and wherein lies

Th' offence, that Man should thus attain to know?

What can your knowledge hurt him, or this Tree

Impart against his will if all be his?

Or is it envie, and can envie dwell

In heav'nly breasts? these, these and many more

Causes import your need of this fair Fruit.

Goddess humane, reach then, and freely taste."

 

"O plante auguste et sainte , source lie sagesse et de lumière ! c'est maintenant que je sens ta puissance ; ma vue perçante ne se borne pas à pénétrer les principes des choses , elle remonte jusqu'à leurs auteurs ; elle les suit dans leurs voies mystérieuses et que l'on croit si sages. Reine de l'univers , n'ajoutez pas foi à cette terrible menace; vous ne mourrez point. £t qui pourrait vous causer la mort? ce fruit? Il donnera la vie à votre intelligence. L'être qui vous en a menacé? Regardez-moi , j'en ai cueilli , j'en ai mangé, et je vis ; et la vie dont je jouis est plus parfaite que celle qui m'était accordée par le sort : tel est le prix de mon heureuse audace.

La porte du savoir, ouverte à la brute, serait-elle fermée pour l'Homme ? ou la désobéissance sur un point aussi peu important pourrait-elle allumer la colère de Dieu? Ne louera-t-il pas plutôt ce courage intrépide qui, sans être arrêté par la crainte de la mort, quelle que soit cette mort dont on vous effraye, vous aura conduite à la jouissance d'une vie plus heureuse , à la connaissance du bien et du mal? Du bien; quoi de plus juste? du mal; s'il est vrai qu'il existe, pourquoi ne pas le connaître? Il serait alors plus facile de l'éviter. 

Dieu ne peut vous frapper et être juste. S'il n'est pas juste, « il n'est pas Dieu : il ne faut ni le craindre, ni lui obéir ; et vous ne devez avoir aucune crainte, si vous avez celle de la mort. Pourquoi donc une semblable défense ? Pourquoi? pour vous tenir dans la bassesse et l'ignorance , vous ses humbles adorateurs. Il sait que le jour même où vous mangerez ce fruit , vos yeux s'ouvriront ; ces yeux si clairs en apparence , et si troubles en effet , brilleront d'une lumière parfaite ; vous deviendrez alors semblables à des dieux, possédant comme eux la connaissance du bien et du mal. 

Rien de plus exact en effet que cette proportion : puisque de brute que j'étais je suis devenu intérieurement un homme , vous monterez de l'espèce humaine au rang de l'espèce divine ; pour vous revêtir de la divinité, vous dépouillerez l'humanité, et c'est peut-être ainsi que vous mourrez ; mort désirable, malgré la menace, si elle n'a pas d'effet plus funeste ! Eh ! que sont les dieux , pour que l'Homme ne puisse les égaler en se nourrissant comme eux de mets divins?  Ils ont existé les premiers , et se sont prévalus de cet avantage peur nous persuader que tout émanait d'eux. 

Pour moi , j'en doute en voyant cette superbe terre , échauffée par le soleil , produire tant de choses, tandis que ces dieux languissent dans une profonde nullité. S'ils ont tout fait , qui a donc renfermé la science du bien et du mal dans cet arbre, dont le fruit , sans leur permission, dispense soudain la sagesse à quiconque en mange ? 

Quel mal l'Homme lui fait- il en aspirant à la science ? £n quoi le progrès de vos connaissances peut-il le blesser ? Et si tout dépend de lui , que peut-on dérober à cette plante sans son consentement ? Son refus serait alors inspiré par la jalousie. Mais la jalousie peut-elle habiter dans des âmes célestes? Rendez-vous donc à tant de raisons : cueillez, terrestre déesse , cueillez dé ce beau fruit , et mangez-en sans crainte."

 

Cependant l'heure de midi s'approchait, Eve tient un derniers discours, mais déjà totalement convaincue par le démon : nous défendre d'acquérir la connaissance, n'est-ce pas nous interdire d'être age et heureux. "Et si le mort vient nous enchaîner, à quoi nous servira la liberté que nous possédons en nous-mêmes?" (But if Death Bind us with after-bands, what profits then Our inward freedom? ) Le jour où nous mangerons de ce beau fruit, nous mourrons, mais le serpent qui en a mangé, en est-il mort? Il vit, il parle, il raisonne. "Est-ce donc pour nous seuls que la mort a été faite"? (For us alone Was death invented?)...

 

"What fear I then, rather what know to feare

Under this ignorance of good and Evil,

Of God or Death, of Law or Penaltie?

Here grows the Cure of all, this Fruit Divine,

Fair to the Eye, inviting to the Taste,

Of vertue to make wise: what hinders then

To reach, and feed at once both Bodie and Mind?"

 

"Qu'est-ce donc que je crains? ou plutôt , dans l'ignorance ou je suis du bien et du mal , sais-je ce qu'il faut craindre de Dieu ou de la Mort, de la loi ou de la punition? Ici est l'éclaircissement de tous les doutes. Voilà le fruit divin qui charme la vue et le goût, et remplit l'âme de sagesse et de clarté. Qui m'arrête ? Cueillons et nourrissons à la fois mon corps et mon esprit." Eve ne comprend ni le sens de la mort ni la menace d'une sanction en cas de transgression.

pour avoir mangé le fruit...

Eve saisit le fruit et le mange, c'est alors que se fait entendre la première conséquence physique, la Nature toute entière réagit, "soupire" et "gémit", et perd son aura sacramentelle, s'isole des humains et se dégrade en un monde de phénomènes...

 "So saying, her rash hand in evil hour

Forth reaching to the Fruit, she pluck'd, she eat:

Earth felt the wound, and Nature from her seat

Sighing through all her Works gave signs of woe,

That all was lost. ..."

Quant au coupable serpent, il s'est dérobé dans l'épaisseur des bois, Eve ne s'en est guère aperçue toute entière à cette nouvelle sensation qu'elle éprouve. Décidée désormais à pendre soin de cet arbre, pour décupler ses connaissances et égaler celle des dieux. Puis la voici s'interrogeant sur les conséquences de son acte, a-t-elle été vue par quelque être céleste, doit-elle en parler à Adam, deviendra-t-elle enfin son égal.

"... but what if God have seen,

And Death ensue? then I shall be no more,

And Adam wedded to another Eve,

Shall live with her enjoying, I extinct;

A death to think.   Confirm'd then I resolve;

Adam shall share with me in bliss or woe:

So dear I love him, that with him all deaths

I could endure, without him live no life."

 "... de quelle liberté jouirai- je? Mais si Dieu m'a vue, si la Mort vient me frapper ; si, lorsque je ne serai plus, Adam trouve une autre Eve, l'épouse, et vit heureux avec elle; ah ! cette seule idée me fait mourir. Allons, n'hésitons plus ; qu'Adam partage mon malheur ou ma félicité : je l'aime trop tendrement pour ne pas endurer avec lui mille morts, ou pour prendre sans lui quelque intérêt à la vie."

Adam arrive au même instant, "il l'aperçoit non loin de cet arbre, tenant à la main une branche garnie de ses superbes fruits, qu'elle venait de cueillir, l'air était parfumé de l'odeur d'ambrosie qui s'en exhalait". Eve s'explique, a goûté du fruit, a connu le bonheur, atteint le rang de divinité, mais ce bonheur ne peut être que partagé : "au récit de sa fatale désobéissance , Adam demeure immobile, pâle, interdit, frappé d'un profond étonnement. Une froide horreur court dans ses veines , et ses forces l'abandonnent (Astonied stood and Blank, while horror chill Ran through his veins, and all his joynts relax'd). De sa main défaillante tombe la guirlande formée pour son épouse ; la terre est jonchée des roses inodores et flétries. Il rompt enfin le silence pour exprimer sa conternation, comment as-tu pu transgresser la parole divine? Mais après le "tumulte de son âme", Adam finit prendre le parti de l'imiter, "comment penser que Dieu, que ce sage Créateur, quelle que soit sa menace, veuille anéantir les premières créatures qui soient sorties de ses mains et qu'il combla de si hautes faveurs". 

"However I with thee have fixt my Lot,

Certain to undergoe like doom, if Death

Consort with thee, Death is to mee as Life;

So forcible within my heart I feel

The Bond of Nature draw me to my owne,

My own in thee, for what thou art is mine;

Our State cannot be severd, we are one,

One Flesh; to loose thee were to loose my self."

Et "Quoi qu'il en soit, ma place est fixée à tes côté; nous subirons le même arrêt ; et si la mort m'unit à toi, la mort me sera aussi chère que la vie. Je sens au fond de mon cœur la chaîne irrésistible de la nature ; elle m'entraîne, elle m'attache à moi-même en m'attachant à toi ; ta vie est la mienne, notre existence est indivisible ; nous n'avons qu'une même chair, nous ne faisons qu'un seul être, et te perdre, c'est me perdre moi-même." Le comportement d'Adam et sa décision finale peuvent intriguer, il a pu, il a su, avant Eve, développer son don de la raison, mais semble alors choisir de se laisser aller à l'émotionnel et à l'instinctif, à l'attraction, une motivation physique qui pourtant semblait une conséquence de la chute, le poète nous déroute quelque peu, mais pour le poète, le "lien de la nature", celui de la chair, est d'une attraction sans partage...

Loin d'avoir trouvé la mort, ajoute Eve, je sens au contraire ma vie augmenter, animée de nouveaux espoirs, de nouveaux plaisirs, "fie-toi à mon expérience, lui-dit-elle, mange hardiment, et livre aux vents fugitifs les terreurs du trépas" (And fear of Death deliver to the Windes). "Subjugué" (fondly overcome with Femal charm), Adam prend le fruit et le dévore..

Une seconde fois la nature jette sa plainte, l'arrêt de mort pour toute l'espèce humaine vient d'être prononcé... Premières conséquences de leur désobéissance, la connaissance d'un sens du goût jusque-là inconnu, et l'envie de céder à d'autres voluptés, l'impudicité et l'abandon aux "transports d'amour les plus lascifs", mais succèderont querelles et remords....

"As with new Wine intoxicated both

They swim in mirth, and fansie that they feel

Divinitie within them breeding wings

Wherewith to scorne the Earth: but that false Fruit

Farr other operation first displaid,

Carnal desire enflaming, hee on Eve

Began to cast lascivious Eyes, she him

As wantonly repaid; in Lust they burne"

"L'impudicité s'est emparée de leurs âmes. Enflammé de luxure , Adam jette un regard lascif sur Eve , dont les yeux étincellent de volupté ; tous deux sont embrasés du même feu..."

Après qu'Adam ait traduit cette passion sans borne qui l'étreint soudainement, Milton nous entraîne dans une scène d'amour...

"For never did thy Beautie since the day

I saw thee first and wedded thee, adorn'd

With all perfections, so enflame my sense

With ardor to enjoy thee, fairer now

Then ever, bountie of this vertuous Tree.

So said he, and forbore not glance or toy

Of amorous intent, well understood

Of Eve, whose Eye darted contagious Fire.

Her hand he seis'd, and to a shadie bank,

Thick overhead with verdant roof imbowr'd

He led her nothing loath; Flours were the Couch,

Pansies, and Violets, and Asphodel,

And Hyacinth, Earths freshest softest lap.

There they thir fill of Love and Loves disport

Took largely, of thir mutual guilt the Seale,

The solace of thir sin, till dewie sleep

Oppress'd them, wearied with thir amorous play.

Soon as the force of that fallacious Fruit,

That with exhilerating vapour bland

About thir spirits had plaid, and inmost powers

Made erre, was now exhal'd, and grosser sleep

Bred of unkindly fumes, with conscious dreams

Encumberd, now had left them, up they rose

As from unrest, and each the other viewing,

Soon found thir Eyes how op'nd, and thir minds

How dark'nd; innocence, that as a veile

Had shadow'd them from knowing ill, was gon,

Just confidence, and native righteousness

And honour from about them, naked left

To guiltie shame hee cover'd, but his Robe

Uncover'd more, so rose the Danite strong

Herculean Samson from the Harlot-lap

Of Philistean Dalilah, and wak'd

Shorn of his strength, They destitute and bare

Of all thir vertue: silent, and in face

Confounded long they sate, as struck'n mute,

Till Adam, though not less then Eve abash't,

At length gave utterance to these words constraind."

 

"... Jamais depuis le  jour où je te vis pour la première fois , où je t'épousai brillante de toutes les perfection , tu n'avais enflammé mes sens d'une aussi vive ardeur ;

jamais tu ne me parus si belle, et c'est encore un des bienfaits de cet arbre céleste."

Il dit et ses yeux sont brûlants d'amour ; Eve l'entend , et les siens brûlent de la même flamme.

Il saisit sa main, elle le suit sans résistance ; un bosquet tissu d'épais feuillages leur sert de retraite, et leur lit, le lit le plus doux, le plus frais de la terre, est un riant gazon parsemé de pensées, de violettes, d'asphodèles et d'hyacinthes.

Là y livrés sans réserve aux plaisirs de l'amour, ce sentiment est à la fois la consolation et le sceau de leur crime; 

fatigués de voluptés , le sommeil tombe enfin sur leurs paupières oppressées.

Aussitôt que les sucs de ce fruit trompeur furent dissipés avec la folle joie, les vaines espérances et le dérèglement d'esprit qu'ils avaient produits ; lorsque le lourd sommeil , enfant des noires vapeurs et père des songes révélateurs de la conscience, les eut quittés, ils se levèrent comme accablés d'une pénible insomnie , et , se regardant l'un l'autre , ils reconnurent que leurs yeux étaient ouverts, et leur esprit couvert de ténèbres. 

Ils avaient perdu cette innocence qui, comme un voile, leur dérobait la connaissance du mal.

La confiance mutuelle , la droiture native, l'honneur fuyant loin d'eux, les laissaient nus, exposés à la honte ; et cette fille du crime couvrait seule leur misère, ou plutôt la manifestait davantage.

Tel Samson, l'Hercule de la tribu de Dan, se leva sans force des bras impurs de la Philistine Dalila.

Dépouillés comme lui de toutes leurs vertus , ils restèrent longtemps assis l'un près dé l'autre , immobiles, accablés de confusion, et plongés dans un morne silence..."

 


A la passion amoureuse assouvie, succède le silence des corps. Adam, le premier, fait état du sentiment de désolation qui l'accable, "O Eve ! dans quel moment fatal as-tu prêté l'oreille à ce faux reptile ? Quel qu'ait été son maître dans l'art d'imiter la voix , il a dit la vérité en annonçant notre chute",  et si nous avons acquis la connaissance du bien et du mal, c'est celui du bien que nous avons perdu et du mal que nous nous avons assimilé. Comment désormais paraître devant l'Eternel (How shall I behold the face Henceforth of God), devant ses anges , dont la présence m'a si souvent transporté de joie ? Oh ! que ne puis-je vivre retiré dans quelque sauvage solitude, au fond de quelque forêt impénétrable à la clarté du jour. Et quand bien même se cachent-ils, leur âme est devenue "la proie d'horribles bouleversements", de "passions tumultueuses", autant d'échanges entre l'homme et la femme qui tournent désormais en reproches et querelles sans fin...

 

The Paradise Lost, BOOK X. Qui peut échapper à l'œil d'un Dieu qui voit tout? Qui peut tromper l'Esprit à qui rien n'est caché?

Vient l'instant décisif, celui des conséquences, le jugement de Dieu. Le récit de la Chute se poursuit, les anges qui gardaient le Paradis terrestre remontent au ciel, Dieu prend acte de la désobéissance humaine, et envoie le Fils pour prononcer le jugement sur Adam et Eve, un choix qui entend prouver l'intention de Dieu est d'unir la miséricorde à la justice, et c'est donc "l'ami de l'Homme , son médiateur, son rédempteur",  "le Dieu destiné à se faire homme , qui se fera juge de l'Homme coupable"...

 

"Now was the Sun in Western cadence low

From Noon, and gentle Aires due at thir hour

To fan the Earth now wak'd, and usher in

The Eevning coole when he from wrauth more coole

Came the mild Judge and Intercessor both

To sentence Man: the voice of God they heard

Now walking in the Garden, by soft windes

Brought to thir Ears, while day declin'd, they heard,

And from his presence hid themselves among

The thickest Trees, both Man and Wife, till God

Approaching, thus to Adam call'd aloud.

Where art thou Adam, wont with joy to meet

My coming seen far off? I miss thee here,

Not pleas'd, thus entertaind with solitude,

Where obvious dutie erewhile appear'd unsaught:

Or come I less conspicuous, or what change

Absents thee, or what chance detains? Come forth.

He came, and with him Eve, more loth, though first

To offend, discount'nanc't both, and discompos'd;

Love was not in thir looks, either to God

Or to each other, but apparent guilt,

And shame, and perturbation, and despaire,

Anger, and obstinacie, and hate, and guile.

Whence Adam faultring long, thus answer'd brief.

I heard thee in the Garden, and of thy voice

Affraid, being naked, hid my self. To whom

The gracious judge without revile repli'd.

My voice thou oft hast heard, and hast not fear'd,

But still rejoyc't, how is it now become

So dreadful to thee? that thou art naked, who

Hath told thee? hast thou eaten of the Tree

Whereof I gave thee charge thou shouldst not eat?

 

"...Le soleil, loin du milieu de sa course , descendait lentement vers l'occident, et les zéphyrs, fidèles à l'heure prescrite, d'une aile douce et paisible, ramenaient la fraîcheur sur la terre, lorsque, dans sa colère plus douce et plus paisible encore , le juge et tout à la fois l'intercesseur de l'Homme vint lui prononcer sa sentence. 

Le couple infortuné se promenait dans le jardin ; il entendit la voix de Dieu portée à son oreille par les vents légers, sur le déclin du jour ; il l'entendit, et, fuyant sa présence, il courut se cacher parmi les arbres les plus touffus; mais Dieu, s'approchant, appela Adam à haute voix : « OÙ es-tu, Adam ? tu m'apercevais de si loin autrefois, et tu accourais à ma rencontre avec tant de joie ! Je ne te trouve plus. Pourquoi t'enfoncer ici dans la solitude? Tu ne te plais donc plus en ma présence, qu'un agréable devoir t'avait fait rechercher,  jusqu'à ce moment , sans qu'il fût besoin de t'appeler ? L'éclat dont je brillais ne serait-il plus le même? ou toi-même serais-tu changé? Qu'est-ce enfin qui te retient? Viens, parais à l'instant. »

Il s'avance ; Eve l'accompagne d'un pas timide, elle qui fut la première à marcher au crime. Tous les deux sont déconcertés et confus ; leurs yeux ne brillent plus , ni de l'amour divin , ni de l'amour conjugal ; on n'y voit que le crime, la colère, la haine, l'obstination, le trouble, la honte et le désespoir. Adam, après avoir longtemps hésité  fait cette courte réponse : «J'ai entendu ta voix dans le jardin ; elle m'a effrayé , et je me suis caché parce que j'étais nu. »

- «Eh quoi ! répliqua , sans lui faire de reproche , le juge plein de douceur, tu avais souvent entendu cette même voix , et loin d'en être effrayé, elle te remplissait de joie. Comment est-elle devenue si terrible à ton oreille? Tu es nu; qui te l'a dit? As-tu mangé du fruit que je t'avais interdit? »

Adam s'explique, évoque la responsabilité d'Eve, celle-ci avoue sa faute, Dieu les condamne donc, enveloppant dans sa sentence Satan, c'est le fameux jugement : 

"Because thou hast done this, thou art accurst

Above all Cattle, each Beast of the Field;

Upon thy Belly groveling thou shalt goe,

And dust shalt eat all the dayes of thy Life.

Between Thee and the Woman I will put

Enmitie, and between thine and her Seed;

Her Seed shall bruse thy head, thou bruise his heel.

So spake this Oracle, then verifi'd

When Jesus son of Mary second Eve,

Saw Satan fall like Lightning down from Heav'n,

Prince of the Aire; then rising from his Grave

Spoild Principalities and Powers, triumpht

In open shew, and with ascention bright

Captivity led captive through the Aire,

The Realm it self of Satan long usurpt,

Whom he shall tread at last under our feet;

Eeven hee who now foretold his fatal bruise,

And to the Woman thus his Sentence turn'd.

Thy sorrow I will greatly multiplie

By thy Conception; Children thou shalt bring

In sorrow forth, and to thy Husbands will

Thine shall submit, hee over thee shall rule.

On Adam last thus judgement he pronounc'd.

Because thou hast heark'nd to the voice of thy Wife,

And eaten of the Tree concerning which

I charg'd thee, saying: Thou shalt not eate thereof,

Curs'd is the ground for thy sake, thou in sorrow

Shalt eate thereof all the days of thy Life;

Thorns also and Thistles it shall bring thee forth

Unbid, and thou shalt eate th' Herb of th' Field,

In the sweat of thy Face shalt thou eat Bread,

Till thou return unto the ground, for thou

Out of the ground wast taken, know thy Birth,

For dust thou art, and shalt to dust returne.

So judg'd he Man, both Judge and Saviour sent,

And th' instant stroke of Death denounc't that day

Remov'd farr off; then pittying how they stood

Before him naked to the aire, that now

Must suffer change, disdain'd not to begin

Thenceforth the form of servant to assume,

As when he wash'd his servants feet so now

As Father of his Familie he clad

Thir nakedness with Skins of Beasts, or slain,

Or as the Snake with youthful Coate repaid;

And thought not much to cloath his Enemies:

Nor hee thir outward onely with the Skins

Of Beasts, but inward nakedness, much more

Opprobrious, with his Robe of righteousness,

Araying cover'd from his Fathers sight.

To him with swift ascent he up returnd,

Into his blissful bosom reassum'd

In glory as of old, to him appeas'd

All, though all-knowing, what had past with Man

Recounted, mixing intercession sweet."

" «Parce que ta as servi d'instrument à la perte du genre humain, tu es maudit entre tous, les animaux de la terre ; tu ramperas sur le ventre, et tu mangeras la terre chaque jour de ta vie. Je mettrai une inimitié entre la femme et toi , entre sa race et la tienne; sa race te brisera la tête , et tu lui briseras le talon. »

Ainsi parla l'oracle , et sa vérité se manifesta lorsque Jésus, fils de Marie, seconde Eve, vit tomber comme un éclair, du haut des cieux, Satan, prince des airs.

Ce fut alors que, s'élevant de son tombeau, il triompha, aux yeux du monde entier, des Principautés et des Puissances , et que, dans une ascension brillante, il traversa les airs, royaume si longtemps usurpé par Satan, traînant après lui la Captivité captive.

Dans la suite des temps enfin il foulera sous nos pieds celui dont en ce jour il prédit la chute terrible. L'Eternel , se tournant ensuite vers la femme , prononça cette sentence :

«Je multiplierai tes peines durant ta grossesse ; tu enfanteras dans la douleur ; ta volonté sera soumise à celle de ton mari , et il dominera sur toi.»

Enfin , il fit entendre son jugement sur Adam, «Parce que tu as prêté l'oreille à la voix de ta femme, parce que tu as mangé du fruit que je t'avais interdit, en te disant : Tu ne toucheras pas à celui-ci, la terre sera maudite sous tes pas, chaque jour de ta vie tu en mangeras les fruits dans la douleur et la peine; les ronces, les épines hérisseront sa surface ;

l'herbe des champs sera ta nourriture : tu mangeras ton pain à la sueur de ton front, jusqu'au moment où tu rentreras dans le sein de la terre d'où tu es sorti.

Apprends ton origine et ton sort ; tu es poussière , et tu retourneras en poussière. »

Tel fut l'arrêt rendu contre les coupables par celui qui fut tout à la fois leur juge et leur sauveur : il écarta loin d'eux le coup de la mort qui, dès ce jour même, devait les frapper.

Ils étaient debout devant lui, nus, exposés aux rigueurs de l'air, dont la température allait changer; il eut pitié de leur misère, et ne dédaigna pas de prendre pour la secourir la forme d'un serviteur. Avec cette même bonté qui le porta dans la suite à laver les pieds de ses disciples, aujourd'hui père de famille, il couvre leur nudité de la peau des bêtes qu'il trouve sans vie, ou qui, semblables au serpent, s'étaient dépouillées d'elles-mêmes pour se revêtir d'une peau nouvelle. Il ne se contente pas de couvrir le corps de ses ennemis , mais , étendant sa robe de justice, il dérobe aux regards de son Père leur nudité intérieure , bien plus honteuse."

 


La sentence de mort est prononcée,  Adam et Eve condamnés, eux et leurs descendants, à une durée limitée d'existence terrestre, dont une grande partie sera passée dans un labeur ingrat et dans la douleur. Pendant ce temps se mettent en place le Péché et là Mort. Ils construisent un pont sur le Chao , et prêts à descendre sur la terre, prêts à frapper désormais l'humanité. 

Satan poursuit sa route vers l'Enfer pour faire à ses sujets le récit de sa victoire. Mais, en arrivant le chef des rebelles ne trouvent que solitude et désolation. Ayant repris sa place sur le trône, Satan conte qu'il a su plonger dans les flancs de la Nuit primitive et du Chaos barbare, que désormais le passage est ouvert vers le vaste monde, et que les créatures de Dieu ont été livrées aux fureurs du Péché et de la Mort. "Le roi des enfers s'arrête après ces mots , attendant d'une oreille attentive le bruit flatteur des applaudissements. De toutes parts, au contraire , d'innombrables langues font entendre d'horribles sifflements, signes éclatants du mépris public. Il s'étonne, mais à l'instant lui-même devient à ses yeux un objet plus étonnant encore ; son visage s'effile et s'allonge, ses bras rentrent dans ses flancs , ses jambes s'entrelacent et se réunissent ; enfin , perdant tout à coup l'équilibre, il tombe étendu sur le ventre, transformé en serpent monstrueux. Il se débat , mais en vain , contre le pouvoir suprême qui le subjugue.." Les anges rebelles ont tous été soudainement changés en serpents, livrés à la faim et à la soif. Satan subit la même métamorphose tandis que le "couple infernal" (the hellish pair"), le Péché et la Mort, atteignent le Paradis. Les anges détruisent, sur ordre de Dieu, l'équilibre des éléments et de l'Univers et réorganise le monde, froid et chaleur, tempêtes et tourbillons s'étendent la terre et la mer...

 

Pendant ce temps, Adam et Eve réfléchissent à leur existence à venir et iront jusqu'à envisager les conséquences les plus pratiques possibles pour habiter une terre devenue désormais inhospitalière. Dans ce premier mouvement donc, Adam, témoin de ces bouleversements, voit "son coeur flotter au milieu d'une mer de passions" et s'interroge, tout en acceptant son sort, sur la mort et sa culpabilité, prennant conscience "que la mort ne soit pas d'un seul coup, comme je le supposais, Qui m'arrache le sens, mais une misère sans fin. A partir de ce jour, que je sens commencé à la fois en moi, et sans moi, et qui dure donc Jusqu'à la perpétuité" (That death be not one stroke, as I supposed, Bereaving sense, but endless misery From this day onward, which I feel begun Both in me, and without me, and so last To perpetuity)... "Qui me tirera de ces profonds abîmes où chaque pas me plonge dans un abîme plus profond ? ", moi comme mes descendants. Adam repousse Eve qui veut le consoler ; elle Insiste, et par son repentir et ses larmes, elle parvient à l'apaiser, mais pour lui proposer une solution extrême, pour sauver nos enfants de l'insatiable Mort, offrons-nous à elle "et ses flancs avides n'engloutiront que nous".  Mais déjà Adam s'est repris et conçoit quelque espérance en se rappelant la promesse qui leur a été faite. L'ordre naturel des choses voulu par Dieu ne doit pas être bouleversé, Adam semble enfin exercer son don de la raison, et d'une manière conforme à la volonté divine. La raison n'est donc pas le jeu d'une illumination mais celui d'une retenue réfléchie par la punition. Et tous deux, prosternés et baignés de larmes implorent la miséricorde de Dieu...

"So spake our Father penitent, nor Eve

Felt less remorse: they forthwith to the place

Repairing where he judg'd them prostrate fell

Before him reverent, and both confess'd

Humbly thir faults, and pardon beg'd, with tears

Watering the ground, and with thir sighs the Air

Frequenting, sent from hearts contrite, in sign

Of sorrow unfeign'd, and humiliation meek."

Leurs larmes coulant sur la terre , leurs sanglots élancés dans les airs du fond de leurs cœurs contrits , attestèrent leur repentir sincère et leur soumission profonde...

 

The Paradise Lost, BOOK XI. Les premières prières s'élèvent dans l'enceinte céleste, portées par l'intercession du Fils alors qu'Adam et Eve doivent être chassés du Paradis, mais une vision du monde à venir les accompagne pour nourrir leur espérance...

Le couple déchu doit être chassé du Paradis, annonce Dieu à Michael, et vivre sous un autre ciel pour ne plus infecter un univers qui était si parfait dans son origine : ayant perdu le bonheur, l'immortalité ne leur est plus utile, la mort est le seul remède possible et la fin de leurs maux. C'est après une vie éprouvée par des peines cruelles et purifiée par la foi et les bonnes œuvres, qu'ils pourront espérer sortir du sommeil avec les justes, pour commencer une seconde vie sous un ciel et dans un monde nouveau. 

Visions du monde à venir - Et pour atténuer leur peine, Dieu donne ordre à Michael de révéler à Adam ce qui doit arriver dans la suite des temps, une vision de l'avenir, partagée entre souffrance et espérance, tirée principalement de l'Ancien Testament (le Déluge, Moïse) mais qui ressemble parfois de près à la condition de vie dans l'Angleterre du XVIIe siècle : la guerre civile n'avait-elle pas déchirée des familles en opposant frères, fils et pères. "Ouvre les yeux, Adam, reprend Michael, et considère d'abord les effets de ton crime sur quelques-uns de tes futurs enfants. Ils n'ont point touché au fruit défendu, ils n'ont point conspiré avec le serpent, ni commis de mauvaises actions, et cependant de ce péché découlera comme d'une source corrompue les plus affreux désordres : l'image de Caïn tuant son frère Abel, le premier meurtre est de celle qui émeut particulièrement Adam. Michael lui présente d'autres visions possibles, laissant un peu d'espoir et traçant une conduite à tenir en se rappelant que depuis ta chute originelle, la vraie liberté s'est évanouie, sœur inséparable de Ia droite raison, elles n'ont ensemble qu'une même existence. La raison dans l'Homme perd-elle son sceptre ou son flambeau qu'aussitôt les désirs déréglés, les passions fougueuses usurpent l'empire , et l'Homme, libre jusqu'à ce moment, n'est plus qu'un vil esclave...

La vision suit son cours jusqu'au Déluge, entrecoupée de questions et de réflexions sur une histoire humaine au cours de laquelle Dieu ne cesse d'intervenir, mais aux détails de la guerre et de la destruction, s'ajoutent d'autres images toutes autant  bouleversantes de la condition humaine. 

L'Homme et la Mort - Après avoir demandé à Michael s'il n'y avait pas de meilleures façons de mourir qu'au combat, Adam se voit présenter bien d'autres formes qu'épouse la Mort pour se saisir de l'Homme...

 

"To whom thus Michael. Death thou hast seen

In his first shape on man; but many shapes

Of Death, and many are the wayes that lead

To his grim Cave, all dismal; yet to sense

More terrible at th' entrance then within.

Some, as thou saw'st, by violent stroke shall die,

By Fire, Flood, Famin, by Intemperance more

In Meats and Drinks which on the Earth shall bring

Diseases dire, of which a monstrous crew

Before thee shall appear; that thou mayst know

What miserie th' inabstinence of Eve

Shall bring on men.   Immediately a place

Before his eyes appeard, sad, noysom, dark,

A Lazar-house it seemd, wherein were laid

Numbers of all diseas'd, all maladies

Of gastly Spasm, or racking torture, qualmes

Of heart-sick Agonie, all feavorous kinds,

Convulsions, Epilepsies, fierce Catarrhs,

Intestin Stone and Ulcer, Colic pangs,

Daemoniac Phrenzie, moaping Melancholie

And Moon-struck madness, pining Atrophie,

Marasmus, and wide-wasting Pestilence,

Dropsies, and Asthma's, and Joint-racking Rheums.

Dire was the tossing, deep the groans, despair

Tended the sick busiest from Couch to Couch;

And over them triumphant Death his Dart

Shook, but delaid to strike, though oft invok't

With vows, as thir chief good, and final hope.

Sight so deform what heart of Rock could long

Drie-ey'd behold? Adam could not, but wept,

Though not of Woman born; compassion quell'd

His best of Man, and gave him up to tears

A space, till firmer thoughts restraind excess,

And scarce recovering words his plaint renew'd."

 

"Tu viens de voir, dit Michael , sous quelle forme première la Mort se saisira de l'Homme. Elle en a plusieurs autres ; plusieurs routes conduisent à sa triste demeure ; toutes sont affreuses , mais c'est l'entrée surtout qui révolte les sens. Quelques créatures perdront la vie , comme tu viens de le voir, par la violence ; d'autres , par Ie feu , l'eau , la famine; un plus grand nombre par les excès de la table. De cette dernière source découlera sur la terre un monstrueux amas d'infirmités qui vont paraître devant toi , afin que tu connaisses combien de maux l'intempérance d'Eve accumulera sur la race des hommes. 

Aussitôt à ses yeux se découvre un vaste édifice, demeure triste , infecte et sombre de l'humaine misère, réceptacle des maladies de toute espèce. Là sont étendus les spasmes effroyables, les déchirantes douleurs, les agonisantes défaillances, toutes les fièvres diverses; convulsions, épilepsies, cruels catarrhes, ulcères , pierre intestine, torturante colique, furieuse frénésie, stupide mélancolie, lunatique démence , et la languissante atrophie, et le marasme, et les rhumes convulsifs, et la peste dévastant au loin la terre. Quelles horribles contorsions ! quels lamentables gémissements ! comme le Désespoir vole rapidement de lit en lit ! Avec quel insultant triomphe la Mort plane au-dessus de ses victimes, armée d'un dard qu'elle agite et dont elle suspend, hélas! trop souvent le coup au gré des malheureux qui l'invoquent comme leur bien le plus cher et leur dernier espoir ! Quel cœur de rocher eût pu contempler d'un œil sec cet épouvantable spectacle? Adam n'en eut pas la force; il pleura, quoiqu'il n'eut pas été formé dans le sein d'une femme ; la pitié subjugua la plus noble de ses facultés et l'abandonna pour un instant aux larmes.  Mais enfin , de plus solides pensées modérant cet excès de douleur, il poursuivit , d'une voix presque éteinte , ses tristes réflexions..."

 

The Paradise Lost, BOOK XII.

La majeure partie du livre XII est une synthèse de l'Ancien et du Nouveau Testament. L'archange continue d'instruire Adam sur ce qui arrivera après le Déluge, le choix d'un peuple par Dieu, les mystères de l'incarnation, de la mort et de la Résurrection du Fils de Dieu, ainsi que de l'état de l'Eglise qui s'établira sur la terre, jusqu'à ce qu'il vienne au dernier jour juger les hommes. Adam est consolé par cette révélation et va éveiller Eve, dont l'esprit, durant son sommeil, a été également consolé par des songes favorables. L'archange Michael les prend tous deux, par la main et les conduit hors du Paradis, au pied de la Montagne, et disparaît. Ils se mettent en marche, derrière eux brille le glaive de l'archange, et des séraphins gardent l'entrée du Paradis perdu...

Le passage sans doute le plus essentiel se trouve en fin du livre, lorsqu'Adam a l'occasion de réfléchir à ce qu'il a vu, la cause de la Chute est à rechercher dans son désir à "aspirer" à un état de "connaissance"  plus étendu et plus ambitieux, trop ambitieux et étendu. Raphaël enseignait à Adam par le biais du langage, Michel s'appuie davantage sur des preuves empiriques et tangibles, des images. La conclusion s'impose donc à Adam, la Chute semble plus heureuse parce qu'elle donne un sens humain à l'effort, à l'amour, à l'histoire...

 

"This having learnt, thou hast attaind the summe

Of wisdome; hope no higher, though all the Starrs

Thou knewst by name, and all th' ethereal Powers,

All secrets of the deep, all Natures works,

Or works of God in Heav'n, Aire, Earth, or Sea,

And all the riches of this World enjoydst,

And all the rule, one Empire; onely add

Deeds to thy knowledge answerable, add Faith,

Add vertue, Patience, Temperance, add Love,

By name to come call'd Charitie, the soul

Of all the rest: then wilt thou not be loath

To leave this Paradise, but shalt possess

A paradise within thee, happier farr.

Let us descend now therefore from this top

Of Speculation; for the hour precise

Exacts our parting hence; and see the Guards,

By mee encampt on yonder Hill, expect

Thir motion, at whose Front a flaming Sword,

In signal of remove, waves fiercely round;

We may no longer stay: go, waken Eve;

Her also I with gentle Dreams have calm'd

Portending good, and all her spirits compos'd

To meek submission: thou at season fit

Let her with thee partake what thou hast heard,

Chiefly what may concern her Faith to know,

The great deliverance by her Seed to come

(For by the Womans Seed) on all Mankind.

That ye may live, which will be many dayes,

Both in one Faith unanimous though sad,

With cause for evils past, yet much more cheer'd

With meditation on the happie end."

 

"Combien ta prédiction, ô bienheureux voyant, a mesuré vite ce monde passager, la course du temps jusqu'au jour où il s'arrêtera fixé ! au delà, tout est abîme, éternité, dont l'œil ne peut atteindre la fin! Grandement instruit, je partirai d'ici, grandement en paix de pensée, et je suis rempli de connaissances autant que ce vase peut en contenir; aspirer au delà a été ma folie. 

J'apprends de ceci que le mieux est d'obéir, d'aimer Dieu seul avec crainte, de marcher comme en sa présence, de reconnaître sans cesse sa providence, de ne dépendre que de lui, miséricordieux pour tous ses ouvrages, surmontant toujours le mal par le bien, par de petites choses accomplissant les grandes, par des moyens réputés faibles renversant la force du monde, et le sage du monde par la simplicité de l'humble : je sais désormais que souffrir pour la cause de la vérité c'est s'élever par la force à la plus haute victoire, et que pour le fidèle la mort est à la porte de la vie; je suis instruit de cela par l'exemple de celui que je reconnais à présent pour mon Rédempteur à jamais béni. » 

L'Ange à Adam répliqua aussi pour la dernière fois : Ayant appris ces choses, tu as atteint la somme de la sagesse, N'espère rien de plus haut ..."

Alors, réunis, Adam et Eve regardèrent derrière eux, et virent toute la partie orientale du paradis, naguère leur heureux séjour, ondulée par le brandon flambant : la porte était obstruée de figures redoutables et d'armes ardentes.

Ils laissèrent tomber quelques naturelles larmes qu'ils essuyèrent vite. Le monde entier était devant eux, polir y choisir le lieu de leur repos, et la Providence était leur guide. Se tenant la main, à pas incertains et lents, ils prirent à travers Eden leur chemin solitaire ; "The World was all before them, where to choose Thir place of rest, and Providence thir guide: They hand in hand with wandring steps and slow, Through Eden took thir solitarie way."

 


"Paradise Regained" (Le Paradis Reconquis, 1671)

Poème en quatre chants de John Milton, publié en 1671, dans lequel John Milton reprend l`Evangile de saint Luc et réécrit les épisodes de la Tentation du Christ par un Satan machiavélique qui cherche à empêcher l'accomplissement de la Rédemption. Quatre livres au cours desquels Satan offre au Fils de Dieu le pouvoir et la puissance, la libération du royaume de David du joug des Romains, l'empire romain lui-même puis les splendeurs d'Athènes, en vain, jusqu'à l'ultime jour où Satan, de guerre lasse, transporte Jésus au pinacle du temple de Jérusalem et lui dit : "Si tu es Dieu. jette-toi du haut du temple. ou maintiens-toi debout." Jésus restera au-dessus du temple et Satan est vaincu, le Paradis reconquis, cependant que des anges soulèvent le Fils de Dieu dans sa gloire pour s'engager sur son chemin de Rédempteur....

 

Le Paradis Reconquis - LIVRE I

 

I, WHO ere while the happy garden sung 

By one Man's disobedience lost, now sing 

Recovered Paradise to all mankind, 

By one Man's firm obedience fully tried 

Through all temptation, and the Tempter foiled

In all his wites, defeated and repulsed, 

And Eden raised in the waste wilderness..."

"Le Paradis retrouvé" débute par une invocation de la puissance divine, le narrateur du poème fait appel à l'esprit de Dieu pour inspirer son chant. Le poème s'ouvre sur le baptême de Jean au bord du Jourdain. Jésus y vient, est baptisé et il est attesté, par la descente du Saint-Esprit et par une voix venant du ciel, qu'il est le Fils de Dieu. Satan, qui est présent, s'envole aussitôt pour convoquer son conseil infernal, il leur fait part de ses craintes que Jésus ne soit cette semence humaine (that Seed of the Woman, destined to destroy all their power) destinée à détruire tout leur pouvoir. Il leur indique la nécessité  d'apporter des preuves, et de tenter, par la ruse, de contrecarrer et de vaincre l'être qu'ils ont tant à redouter. Satan se propose, son offre ayant été acceptée, il se met en route. Pendant ce temps, Dieu, sous l'égide des Anges, déclare qu'il a livré son Fils à la tentation de Satan, mais prédit que le Tentateur sera complètement vaincu par lui, ce sur quoi les Anges chantent un hymne de triomphe. 

 

"So to the coast of Jordan he directs 

His easy steps, girded with snaky wiles, 

Where he might likeliest find this new-declared, 

This Man of men attested Son of God, 

Temptation and all guile on him to try, 

So to subvert whom he suspected raised 

To end his reign on earth, so long enjoyed : 

But, contrary, unweeting he fulfilled 

The purposed counsel, pre-ordained and fixed, 

Of the Most High ; who, in full frequence bright 

Of Angels, thus to Gabriel smiling spake.

Gabriel, this day by proof thou shalt behold, 

Thou and all Angels conversant on earth 

With man or men's affairs, how I begin 

To verify that solemn message, late 

On which I sent thee to the Virgin pure 

In Galilee, that she should bear a son, 

Great in renown, and called the Son of God ; 

Then told'st her, doubting how these things could be 

To her a virgin, that on her should come 

The Holy Ghost, and the power of the Highest 

O'er-shadow her. This Man, born and now up-grown, 

To show him worthy of his birth divine 

And high prediction, henceforth I expose

To Satan; let him tempt, and now assay

His utmost subtlety, because he boasts

And vaunts of his great cunning to the throng

Of his apostasy : he might have learnt

Less overweening, since he failed in Job,

Whose constant perseverance overcame

Whate'er his cruel malice could invent.

He now shall know I can produce a Man,

Of female seed, far abler to resist

All his solicitations, and at length

All his vast force, and drive him back to Hell,

Winning, by conquest, what the first Man lost,

By fallacy surprised. But first I mean

To exercise him in the wilderness ;

There he shall first lay down the rudiments

Of his great warfare, ere I send him forth

To conquer Sin and Death, the two grand foes,

By humiliation and strong sufferance :

His weakness shall o'ercome Satanick strength,

And all the world, and mass of sinful flesh,

That all the Angels and ethereal Powers,

They now, and Men hereafter, may discern,

From what consummate virtue I have chose

This perfect Man, by merit called my Son,

To earn salvation for the sons of men.

 

C'est ainsi que le Fils de Dieu, se promenant un jour, seul, de pensées en pensées, se retrouve dans un vaste désert, conduit par le Saint Esprit. Milton nous le présente dans son humanité rêvant de combats héroïques, puis apprenant de sa mère le secret de sa naissance, sa vocation de Messie, et par le baptême la réalité de sa mission. 

Débute les fameux quarante jours de solitude absolue dans un désert aride, il y connaît sa première tentation, "si tu es le Fils de Dieu", lui dit un vieil homme qui surgit près de lui, commande que ces pierres dures se changent en pain; tu te sauveras ainsi toi-même..."  

Mais déguisement et tentation sont rapidement éventés, Satan est réduit à se découvrir et tente d'apitoyer son interlocuteur, on me regarde comme un ennemi de l'humanité, mais pourquoi le serais-je? Satan, avec une grande apparence d'humilité, s'efforce encore de se justifier ; et, professant son admiration pour Jésus et son respect pour la vertu, il demande à être autorisé, à une époque ultérieure, à entendre davantage sa conversation ; mais il lui est répondu que cela doit se faire que lorsqu'Il en sera décidé. Satan disparaît alors, et le livre se termine par une brève description de la nuit qui tombe sur le désert.

 

Le Paradis Reconquis - LIVRE II

 

"MEAN while the new-baptized, who yet remained

At Jordan with the Baptist, and had seen

Him whom they heard so late expressly called

Jesus Messiah, Son of God declared,.."

La nuit tombe et les disciples du Christ, ainsi que Marie sa mère, craignent s'inquiètent de sa longue absence et discutent entre eux à ce sujet. Marie donne aussi libre cours à son inquiétude maternelle : elle récapitule, dans l'expression de cette inquiétude, de nombreuses circonstances relatives à la naissance et aux débuts de la vie de son Fils. 

Satan rencontre de nouveau son Conseil infernal, lui rapporte l'échec de sa première tentation du Fils de Dieu, et lui demande conseil et assistance. "Quoique Adam n'ait succombé que par les séductions de sa femme, il est de beaucoup inférieur à cet homme; si celui-ci appartient à l'humanité du côté de sa mère, il a été doué par le ciel de dons supérieurs, d'une perfection absolue, d'une grâce divine et d'une force d'esprit capable des plus grandes actions". Bélial propose de tenter Jésus avec des femmes, même le sage Salomon fut vulnérable aux charmes des femmes.

Satan rejette sa proposition comme n'ayant aucune chance de réussir : "la beauté n'inspire de l'admiration qu'aux esprits faibles, qui se laissent captiver par elle. Cessez de l'admirer, et toutes ses plumes tombent, et se réduisent à de vils hochets; elle est promptement confondue au premier signe de mépris. En conséquence, c'est avec des moyens plus énergiques que nous devons éprouver sa fermeté; il s'agit de faire briller à ses yeux, avec tout leur éclat, le mérite, l'honneur, la gloire, la faveur populaire, ces écueils contre lesquels les plus grands hommes se sont fréquemment brisés; ou bien d'éveiller en lui ces désirs qui peuvent être légitimement satisfaits, sans violer les lois de la nature. Je sais, par exemple, que maintenant il souffre de la faim dans un vaste désert, où l'on ne saurait trouver de nourriture..." 

("...for Beauty stands In the admiration only of weak minds Led captive ; cease to admire, and all her plumes Fall flat, and shrink into a trivial toy, At every sudden slighting quite abashed. Therefore with manlier objects we must try His constancy ; with such as have more show Of worth, of honour, glory, and popular praise, Rocks whereon greatest men have oftest wrecked, Or that which only seems to satisfy Lawful desires of nature, not beyond ; And now I know he hungers, where no food Is to be found, in the wide wilderness...").

Satan suggère donc d'autres modes de tentation, se proposant notamment de profiter de la faim et de la soif que subit le Fils de Dieu dans ce désert aride. Emmenant avec lui une bande d'Esprits choisis, il revient pour reprendre son entreprise. 

Jésus a faim dans le désert et passe une première nuit. Au matin, Satan lui apparaît de nouveau et le tente avec des visions de banquets somptueux. mais sans effets. Satan change de stratégie et l'interroge sur ses motivations, sur la finalité de sa venue, et lui des richesses, comme moyen d'acquérir du pouvoir : "de grandes entreprises réclament de puissants moyens. Tu es inconnu, sans amis, d'une basse naissance, tu passes pour le fils d'un charpentier; tu as été élevé dans la pauvreté et à l'étroit dans ta demeure ; tu es perdu dans ce désert, en proie à la faim. Par quelle voie et en vertu de quel espoir aspires-tu à la grandeur? sur quelle autorité t'appuies-tu? Quels sectateurs, quels partisans peux-tu gagner? Ou bien penses-tu que la multitude inconstante s'attache à tes pas plus longtemps que tu ne pourras la nourrir à tes frais? C'est l'argent qui procure des honneurs, des amis, des conquêtes et des royaumes. Qui a élevé Antipater, l'Eduméen, et qui a placé son fils Hérode sur le trône de Juda, ce trône qui t'appartient, si ce n'est l'or par lequel il s'est acquis de puissants amis? Si donc tu veux parvenir à de grandes choses, commence par acquérir des richesses, des biens, par amasser des trésors : la chose ne te sera pas difficile si tu veux suivre mes avis. Je dispose des richesses, la fortune dépend de moi ; ceux que je favorise prospèrent et s'enrichissent promptement, tandis que la vertu, la valeur, la sagesse, restent dans l'indigence."  

 

"High actions : but wherewith to be achieved ? 

Great acts require great means of enterprise ; 

Thou art unknown, unfriended, low of birth, 

A carpenter thy father known, thyself 

Bred up in poverty and straits at home,

 Lost in a desert here and hunger-bit..."

 

Le Fils de Dieu rejette également cette proposition, en produisant de nombreux exemples de grandes actions accomplies par des personnes dans une pauvreté vertueuse, et en spécifiant le danger des richesses, ainsi que les soucis et les douleurs inséparables du pouvoir et de la grandeur. Les richesses sont superflues pour gagner un sceptre, qui n'est pas en capacité de gouverner ses désirs et ses craintes ne peut aspirer à gouverner les cités des hommes et des multitudes turbulentes...

 

Le Paradis Reconquis - LIVRE III

 

"So spake the Son of God ; and Satan stood 

A while, as mute, confounded what to say, 

What to reply, confuted, and convinced 

Of his weak arguing and fallacious drift ; 

At length, collecting all his serpent wiles, 

With soothing words renewed him thus accosts.."

Satan, dans un discours plein d'éloges flatteurs, s'efforce d'éveiller en Jésus la passion de la gloire, en citant de nombreux exemples de conquêtes et de grandes actions accomplies par des jeunes hommes.... 

 

"These God-like virtues wherefore dost thou hide, 

Affecting private life, or more obscure 

In savage wilderness ? Wherefore deprive 

All Earth her wonder at thy acts, thyself 

The fame and glory; glory, the reward 

That sole excites to high attempts, the flame 

Of most erected spirits, most tempered pure 

Ethereal, who all pleasures else despise, 

All treasures and all gain esteem as dross, 

And dignities and powers all but the highest ? 

Thy years are ripe, and over-ripe ; the son 

Of Macedonian Philip had ere these 

Won Asia, and the throne of Cyrus held 

At his dispose ; young Scipio had brought down 

The Carthaginian pride ; young Pompey quelled 

The Pontick king, and in triumph had rode.

Yet years, and to ripe years judgement mature, 

Quench not the thirst of glory, but augment."

 

"Pourquoi donc caches-tu ces vertus divines, affectant une vie retirée, ou même encore plus obscure dans ce désert sauvage? Pourquoi priver la terre entière de l'admiration que méritent tes oeuvres, et toi-même de la renommée et de la gloire, cette récompense qui seule excite à de grandes entreprises, cette flamme des esprits les plus élevés, de ces esprits éthérés, les plus purs et les plus calmes, qui dédaignent tout autres plaisirs, qui regardent comme de la boue tous les trésors, tous les profits, et de tous les honneurs, de tous les pouvoirs, n'aspirent qu'aux plus éminents? Tu as atteint et même dépassé l'âge viril; le fils du Macédonien Philippe avait déjà conquis l'Asie et s'était rendu maître du trône de Cyrus ; le jeune Scipion avait déjà abattu l'orgueil Carthaginois; le jeune Pompée avait soumis le roi du Pont et obtenu le triomphe. Toutefois les années et un jugement mûri par les années n'ont pas coutume d'éteindre la soif de la gloire; au contraire, cette soif augmente avec l'âge..."

 

Le Fils de Dieu répond en montrant la vanité de la gloire mondaine, et les moyens impropres par lesquels elle est généralement atteinte ; et il lui oppose la vraie gloire de la patience religieuse et de la sagesse vertueuse, telles qu'elles sont illustrées dans le personnage de Job. Tu ne saurais me persuader ni d'amasser des richesses pour parvenir à l'empire, ni d'aspirer au trône pour recueillir quelque gloire, quels que soient tes arguments, et qu'est-ce-que cette gloire, les applaudissements d'un peuple, d'une multitude confuse qui admirent ce qu'ils ne connaissent pas et se laissent entraîner les uns les autres sans discernement. 

 

"They err, who count it glorious to subdue 

By conquest far and wide, to over-run

 Large countries, and in field great battles win, 

Great cities by assault : what do these worthies, 

But rob and spoil, burn, slaughter, and enslave 

Peaceable nations, neighbouring, or remote, 

Made captive, yet deserving freedom more 

Than those their conquerours, who leave behind 

Nothing but ruin wheresoe'er they rove..."

"Que font-ils donc ces prétendus héros, que de dévaster, piller, incendier, massacrer, réduire en servitude de paisibles nations, des peuples voisins ou éloignés, bien plus dignes de la liberté que leurs conquérants qui ne laissent que des ruines partout où ils passent, et qui détruisent toutes les oeuvres d'une paix prospère? Alors ils s'enflent d'orgueil, ils se font adorer  ils se font appeler libérateurs, grands bienfaiteurs de l'humanité; ils se font rendre un Culte dans des temples et offrir des sacrifices par des prêtres qui leur sont consacrés. Celui-ci est le fils de Jupiter; celui-là est le fils de Mars; jusqu'à ce que la Mort, qui est le vrai conquérant, montre qu'ils sont à peine des hommes qui se sont laissés abrutir par des vices grossiers, et qui trouvent dans un trépas violent ou honteux leur digne récompense.."

 

Satan justifie l'amour de la gloire par l'exemple de Dieu lui-même, qui l'exige de toutes ses créatures. Jésus détecte la fausseté de cet argument, en montrant que, la bonté étant le véritable motif de la gloire due au grand Créateur de toutes choses, l'homme pécheur ne peut y avoir aucun droit. 

 

Satan fait ensuite pression le Fils de Dieu au sujet de sa prétention au trône de David : il lui dit que le royaume de Judée, qui était à l'époque une province de Rome, ne peut être obtenu sans un grand effort personnel de sa part, et le presse de ne pas perdre de temps pour commencer à régner. "Ne sais-tu pas que mon élévation entraînera ta chute, que mon triomphe sera le signal de ta ruine?" Le Tentateur se sait déjà condamné, mais singulièrement il avoue qu'il espérait ...

"..d'après cet aspect paisible et ce regard serein, que ton règne devait plutôt alléger qu'aggraver ma peine, qu'il serait comme un intermédiaire entre moi et la colère de ton Père, que je redoute bien plus que le feu de. l'enfer, qu'il serait comme une sorte de rafraîchissement, comme un nuage d'été. Si donc je suis impatient de connaître ce malheur extrême dont je suis menacé, pourquoi t'avances-tu d'un pas si lent vers l'avenir le meilleur, vers ce qui doit mettre le comble à ton bonheur et à celui du  monde entier, lorsque tu régneras, toi qui es le plus digne du trône? Peut-être suspends-tu, plongé dans de profondes méditations, l'exécution d'une entreprise si hasardeuse et si importante. Mais il n'y a pas lieu de s'en étonner; car, bien que tu réunisses en ta personne tout ce qui peut se trouver de perfection dans l'homme, toute celle dont l'humaine nature est susceptible, mais tu as passé chez toi la plus grande partie de ton temps, tu as à peine visité les villes de la Galilée, tu n'as séjourné à Jérusalem que peu de jours, tu ne connais rien du monde, ni ses empires, ses monarques, leurs brillantes cours, qui sont la meilleure école de l'expérience, et qui vous donnent la connaissance la plus prompte et la plus sûre de toutes les choses qui conduisent aux plus grandes actions...."

 

See how in warlike muster they appear,

In rhombs, and wedges, and half-moons, and wings.

He looked, and saw what numbers numberless 

The city gates out-poured, lightrarmed troops, 

In coats of mail and military pride ; 

In mail their horses clad, yet fleet and strong, 

Prauncing their riders bore, the flower and choice 

Of many provinces from bound to bound ; 

From Arachosia, from Candaor east, 

And Margiana to the Hyrcanian cliffs 

Of Caucasus, and dark Iberian dales ;

From Atropatia and the neighbouring plains 

Of Adiabene, Media, and the south 

Of Susiana, to Balsara's haven. 

He saw them in their forms of battle ranged, 

How quick they wheeled, and flying behind them shot 

Sharp sleet of arrowy showers against the face 

Of their pursuers, and overcame by flight..

 

Face à son inexpérience du monde, Satan conduit le Fils de Dieu au sommet d'une haute montagne, et de là lui montre la plupart des royaumes d'Asie, lui faisant remarquer en particulier certains préparatifs militaires extraordinaires des Parthes pour résister aux incursions des Scythes. Il voit ainsi combien les exercices militaires sont nécessaires pour conserver la possession des royaumes, combien il est difficile de maintenir la Judée contre deux voisins aussi puissants que les Romains et les Parthes, et qu'il a besoin de ces derniers s'il veut que le trône de Judée soit vraiment le trône de David et la délivrance et la restauration des dix tribus, encore en état de captivité. Et le Fils de Dieu de répondre qu'il n'est point venu uniquement dans l'intention de ne sauver qu'un peuple, celui d'Israël, qui s'est fourvoyé dans l'idolâtrie ; mais il ajoute qu'il plaira peut-être à Dieu, dans un temps futur, de les rappeler et de les rendre à leur liberté et à leur pays natal.

 

Le Paradis Reconquis - LIVRE IV

 

"PERPLEXED and troubled at his bad success

The Tempter stood, nor had what to reply,

Discovered in his fraud, thrown from his hope

So oft, and the persuasive rhetorick

That sleeked his tongue, and won so much on Eve,

So little here, nay lost; but Eve was Eve.."

Satan, persistant dans la tentation du Fils de Dieu, lui montre la Rome impériale dans sa plus grande splendeur, lui dit qu'il pourrait avec la plus grande facilité expulser Tibère, rendre aux Romains leur liberté, et se rendre maître non seulement de l'Empire romain, mais par là du monde entier, et donc du trône de David. Mais le Fils de Dieu lui répond qu'à ces splendeurs, il aurait pu ajouter banquets et luxures, on ne peut, en chassant l'Empereur, espérer sauver le peuple, les Romains sont responsables de leur propre perte, puisqu'ils ont abandonné la vraie vertu pour poursuivre les plaisirs de toutes sortes, même un souverain vertueux ne serait en capacité de corriger leur mentalité. 

Satan monte dans la surenchère, et propose au Fils de Dieu, s'il accepte de l'adorer, de lui accorder la domination de toute la civilisation. La réponse  exprime une indignation ferme et lui rappelle sa damnation. 

Après une justification confuse, Satan propose au Fils de Dieu la puissance intellectuelle de la sagesse et de la connaissance de l'antique Athènes. "Sois donc illustre par la sagesse, et comme ton empire doit s'étendre sur tout l'univers, que ton esprit embrasse du moins en connaissance le monde entier et tout ce qu'il contient. Toute la science n'est pas contenue dans la loi de Moïse, dans le Pentateuque et dans les écrits des Prophètes; les Gentils aussi, conduits par la lumière naturelle, connaissent, écrivent, enseignent des choses dignes d'admiration, et tu dois conférer avec les Gentils, les dirigeant par la persuasion selon tes vues. Si tu es étranger à leur savoir, comment veux-tu l'entretenir avec eux, ou qu'ils s'entendent avec toi?" Le Fils de Dieu réitère son rejet de toutes les supposées richesses matérielles ou intellectuelles qui aveuglent les hommes, lui montrent la vanité et l'insuffisance de la philosophie païenne , et préférant à l'éloquence et à la politique didactique des Grecs, celles des prophètes hébreux : que peut-on enseigner quand on ne sait pas "comment le monde a commencé, comment l'homme est tombé....". 

 

"Since neither wealth nor honour, arms nor arts, 

Kingdom nor empire pleases thee, nor aught 

By me proposed in life contemplative 

Or active, tended on by glory or fame, 

What dost thou in this world ? The wilderness 

For thee is fittest place ; I found thee there, 

And thither will return thee : yet remember 

What I foretel thee, soon thou shalt have cause 

To wish thou never hadst rejected, thus 

Nicely or cautiously, my offered aid, 

Which would have set thee in short "time with ease

 On David's throne, or throne of all the world.."

 

Satan s'interroge sur le type de royaume que la Fils de Dieu entend mettre en place, «Puisque ni les richesses, ni les honneurs, ni les armes, ni les arts, ni trône ou empire, n'ont pour toi de charmes ou de valeur ; puisque tout ce que je te propose pour acquérir la gloire ou la renommée par une vie contemplative ou active, est rejeté par toi, que fais-tu dans ce monde ? Le désert est la place qui te convient le mieux; c'est là que je t'ai trouvé, et c'est là que je veux te ramener. Cependant, souviens-toi de ce que je te prédis : bientôt tu auras des motifs de regretter d'avoir ainsi repoussé, avec tant de scrupule et de prudence, l'aide que je fai. offerte et par laquelle tu serais monté promptement et facilement sur le trône de David ou sur le trône du monde entier. Maintenant que tu es parvenu à l'âge viril, le temps est arrivé, c'est le moment marqué où les prophéties qui te concernent peuvent le mieux s'accomplir. Au contraire, si je sais lire quelque chose dans le ciel, ou si le ciel annonce quelque chose de la destinée, d'après ce que les étoiles immenses ou de simples caractères qui se trouvent en conjonction, me permettent de lire, voici des chagrins et des fatigues, l'opposition, la haine te menacent; tu dois t'attendre à des moqueries, à des reproches, à des injures, à la violence, aux coups, et finalement à une mort cruelle. Ces signes annoncent bien pour toi un royaume, mais quel royaume? réel ou allégorique, je ne discerne pas, ni quand; éternel, sans doute, n'ayant ni commencement ni fin; car aucune date précise ne me dirige dans le cercle étoile.» 

 

Puis profondément irrité de l'échec de toutes ses tentations, ramène celui-ci dans le désert pour l'exposer à ce que peut être la souffrance. Satan remplit les cieux d'obscurité et suscite une énorme tempête, puis tente de le déstabiliser par des rêves les plus effrayants et des spectres terrifiants et menaçants. Au matin, la calme revenu, Satan découvre le Fils de Dieu impassible. Il lui fait alors un récit des souffrances qu'il allait certainement subir. 

 

".... Darkness now rose, 

As day-light sunk, and brought in lowering Night, 

Her shadowy offspring; unsubstantial both, 

Privation mere of light and absent day. 

Our Saviour meek, and with untroubled mind 

After his aery jaunt, though hurried sore, 

Hungry and cold, betook him to his rest, 

Wherever, under some concourse of shades, 

Whose branching arms thick intertwined might shield 

From dews and damps of night his sheltered head ; 

But, sheltered, slept in vain ; for at his head 

The Tempter watched, and soon with ugly dreams 

Disturbed his sleep. And either tropick now 

'Gan thunder, and both ends of Heaven -, the clouds, 

From many a horrid rift, abortive poured 

Fierce rain with lightning mixed, water with fire

In ruin reconciled : nor slept the winds 

Within their stony caves, but rushed abroad 

From the four hinges of the world, and fell 

On the vexed wilderness, whose tallest pines, 

Though rooted deep as high, and sturdiest oaks, 

Bowed their stiff necks, loaden with stormy blasts, 

Or torn up sheer. Ill wast thou shrouded then, 

O patient Son of God, yet only stood'st 

Unshaken ! Nor yet staid the terrour there..."

 

Satan, maintenant au comble du désespoir, confesse qu'il a souvent observé Jésus depuis sa naissance, dans le but de découvrir s'il était le vrai Messie ; et, ayant compris, d'après ce qui s'est passé au Jourdain, qu'il l'était très probablement, il l'a depuis lors suivi plus assidûment, dans l'espoir d'obtenir sur lui quelque avantage qui prouverait de la manière la plus efficace qu'il n'était pas vraiment cette Personne divine destinée à être son "fatal Ennemi".  En cela, il reconnaît qu'il a jusqu'à présent complètement échoué, mais il décide encore de le mettre à l'épreuve une dernière fois...

 

Il le conduit au Temple de Jérusalem et, le plaçant sur une éminence, lui demande de prouver sa divinité, soit en s'y tenant, soit en s'y jetant, car n'est-il pas écrit que les anges veilleront sur toi? Mais le Fils de Dieu demeura calme et immobile, et tandis que Satan tombe et regagne l'Enfer, une troupe d'anges recueille le Sauveur. En triomphant de la tentation, il a reconquis le Paradis perdu et dépouillé Satan de sa conquête...

Therefore to know what more thou art than Man,

Worth naming Son of God by voice from Heaven,

Another method I must now begin.

So saying he caught him up, and, without wing

Of hippogrif, bore through the air sublime,

Over the wilderness and o'er the plain,

Till underneath them fair Jerusalem,

 The holy city, lifted high her towers,

And higher yet the glorious temple reared

Her pile, far off appearing like a mount

Of alabaster, topped with golden spires :

There, on the highest pinnacle, he set

The Son of God; and added thus in scorn.

 

There stand, if thou wilt stand j to stand upright

Will ask thee skill; I to thy Father's house

Have brought thee, and highest placed: highest is best :

Now show thy progeny ; if not to stand,

Cast thyself down ; safely, if Son of God :

For it is written, " He will give command

Concerning thee to his Angels, in their hands

They shall up lift thee, lest at any time

Thou chance to dash thy foot against a stone."

To whom thus Jesus : Also it is written,

"Tempt not the Lord thy God." He said, and stood :

But Satan, smitten with amazement, fell.

.....



"Samson Agonistes" (1671)

Poème dramatique qui suit le récit de la Bible, en cinq actes, publié en 1671 dans le volume qui contenait "Le Paradis reconquis", et reproduisant la structure de la tragédie grecque et celle de la tragédie néo-classique italienne, le poème de Milton retient les dernières phases de la vie de Samson, chante la ténacité sublime du vaincu qui préfère la mort au servage, mais contient aussi une part d'autobiographie, un Milton, aveugle et solitaire, traversant l'une des plus sombres périodes de son existence, une Dalila exprimant son souverain mépris de la femme, car sa vie conjugale fut des plus malheureuses. C'est l'une des œuvres les plus achevées de Milton. La division du poème en actes et en scènes n'est pas de lui, mais de certains éditeurs.

Le poème commence par un soliloque de Samson. Il est emprisonné, mais libéré des travaux forcés pour la journée parce que les Philistins, ses ravisseurs, célèbrent une fête en l'honneur de Dagon, l'un des dieux qu'ils adorent. Conduit dans un coin de la prison où il peut tenter de respirer un peu, le voici se lamentant intérieurement, se remémorant  la prédiction divine, le don de sa force, mais une force qui s'avère source de misères plus que de vie, le grand guerrier qu'il fut, et Dalila, la femme qui l'a trahi, et le prisonnier aveugle qu'il est devenu, plus bas qu'un esclave...

 

SAMSON, [Attendant leading him.] 

A LITTLE onward lend thy guiding hand 

To these dark steps, a little further on;

 For yonder bank hath choice of sun or shade : 

There I am wont to sit, when any chance 

Relieves me from my task of servile toil, 

Daily in the common prison else enjoined me, 

Where I, a prisoner chained, scarce freely draw 

The air imprisoned also, close and damp, 

Unwholesome draught : but here I feel amends, 

The breath of Heaven fresh blowing, pure and sweet, 

With day-spring born ; here leave me to respire. 

This day a solemn feast the people hold 

To Dagon their sea-idol, and forbid 

Laborious works ; unwillingly this rest 

Their superstition yields me ; hence with leave 

Retiring from the popular noise, I seek 

This unfrequented place to find some ease, 

Ease to the body some, none to the mind 

From restless thoughts, that, like a deadly swarm

Of hornets armed, no sooner found alone,

But rush upon me thronging, and present

Times past, what once I was, and what am now.

O, wherefore was my birth from Heaven foretold

Twice by an Angel, who at last in sight

Of both my parents all in flames ascended

From off the altar, where an offering burned,

As in a fiery column charioting

His God-like presence, and from some great act

Or benefit revealed to Abraham's race ?

Why was my breeding ordered and prescribed

As of a person separate to God,

Designed for great exploits ; if I must die

Betrayed, captived, and both my eyes put out,

Made of my enemies the scorn and gaze ;

To grind in brazen fetters under task

With this Heaven-gifted strength ? O glorious strength,

Put to the labour of a beast, debased

Lower than bond-slave ! Promise was that I

Should Israel from Philistian yoke deliver !

Ask for this great deliverer now, and find him

Eyeless in Gaza at the mill with slaves,

Himself in bonds under Philistian yoke :

Yet stay, let me not rashly call in doubt

Divine prediction ; what if all foretold

Had been fulfilled but through mine own default,

Whom have I to complain of but myself ?

Who this high gift of strength committed to me,

In what part lodged, how easily bereft me,

Under the seal of silence could not keep,

But weakly to a woman must reveal it

O'ercome with importunity and tears.

O impotence of mind, in body strong !

But what is strength without a double share

Of wisdom ? vast, unwieldy, burdensome,

Proudly secure, yet liable to fall

By weakest subtleties, not made to rule,

But to subserve where wisdom bears command !

God, when he gave me strength, to show withal

How slight the gift was, hung it in my hair.

But peace, I must not quarrel with the will

Of highest dispensation, which herein

Haply had ends above my reach to know :

Suffices that to me strength is my bane,

And proves the source of all my miseries ;

So many, and so huge, that each apart

Would ask a life to wail ; but chief of all,

O loss of sight, of thee I most complain !

Blind among enemies, O worse than chains,

Dungeon, or beggery, or decrepit age !

Light, the prime work of God, to me is extinct.

And all her various objects of delight

Annulled, which might in part my grief have eased,

Inferiour to the vilest now become

Of man or worm j the vilest here excel me ;

They creep, yet see ; I, dark in light, exposed

To daily fraud, contempt, abuse, and wrong,

Within doors, or without, still as a fool,

In power of others, never in my own ;

Scarce half I seem to live, dead more than half.

O dark, dark, dark, amid the blaze of noon, .....

 

Le chœur, composé des admirateurs et des amis de Samson, comme son père Manoah, refuse de croire ce qui est arrivé à leur héros et cherchent un moyen de le libérer...

 

"Emprisoned now indeed,

In real darkness of the body dwells,

Shut up from outward light

To incorporate with gloomy night j

For inward light alas !

Puts forth no visual beam.

O mirrour of our fickle state,

Since man on earth, unparallelled !

The rarer thy example stands,

By how much from the top of wonderous glory,

Strongest of mortal men,

To lowest pitch of abject fortune thou art fallen." (Chorus)

 

Manoah voudrait le pousser à douter de la justice divine et lui conseille de traiter avec les chefs des Philistins en vue d'obtenir sa libération. Mais Samson refuse toute compromission. et sa douleur n'en devient que plus grande...

 

"Sams. O that Torment should not be confined 

To the body's wounds and sores, 

With maladies innumerable 

In heart, head, breast, and reins 

But must secret passage find 

To the inmost mind, 

There exercise all his fierce accidents, 

And on her purest spirits prey, 

As on entrails, joints, and limbs, 

With answerable pains, but more intense, 

Though void of corporal sense.

My griefs not only pain me 

As a lingering disease, 

But, finding no redress, ferment and rage ; 

Nor less than wounds immedicable 

Rankle, and fester, and gangrene, 

To black mortification..."

 

C`est ensuite Dalila, sa femme, qui s'avance : elle implore son pardon et voudrait se réconcilier avec lui. Mais, comme elle est restée aussi fourbe que naguère, Samson oppose à ses propos l'ardeur de sa foi ; sa tristesse et sa solitude se font plus amères encore.

Il est ensuite en butte aux moqueries de Harafa, homme de taille herculéenne, qui le défie : Samson sait demeurer impassible devant les affronts et les menaces, tandis que le chœur chante la grandeur d'âme de celui qui a la constance de résister aux méchants. 

Survient un officier qui ordonne au captif de le suivre à la grande fête des Philistins où il doit montrer sa force. Samson refuse, car sa loi lui interdit de participer à une cérémonie en l'honneur du dieu Dagon. 

Le chœur cherche à vaincre ses scrupules et l'encourage à servir les idolâtres ; alors, Samson s`incline, car il sent au fond de lui comme un appel de Dieu dont il se croyait abandonné. 

Et, tandis que Manoh s'apprête à tout mettre en œuvre pour sauver son fils, un messager annonce qu`au milieu de la fête, à l'instant des jeux, Samson a ébranlé, grâce à sa force encore considérable, les colonnes qui soutenaient le temple du dieu philistin Dagon, entraînant dans sa mort l'élite des Philistins...

 

Semichor. 

While their hearts were jocund and su- blime,

Drunk with idolatry, drunk with wine,

And fat regorged of bulls and goats,

Chauating their idol, and preferring

Before our living Dread who dwells

In Silo, his bright sanctuary :

Among them he a Spirit of phrenzy sent,

Who hurt their minds,

And urged them on with mad desire

To call in haste for their destroyer j

They, only set on sport and play,

Unweetingly importuned

Their own destruction to come speedy upon them.

So fond are mortal men,

Fallen into wrath divine,

As their own ruin on themselves to invite,

Insensate left, or to sense reprobate,

And with blindness internal struck.

Semichor. 

But he, though blind of sight, 

Despised and thought extinguished quite, 

With inward eyes illuminated,

His fiery virtue roused

From under ashes into sudden flame,

And as an evening dragon came,

Assailant on the perched roosts

And nests in order ranged

Of tame villatick fowl ; but as an eagle

His cloudless thunder bolted on their heads.

So. Virtue, given for lost,

Depressed, and overthrown, as seemed,

Like that self-begotten bird

In the Arabian woods embost,

That no second knows nor third,

And lay ere while a holocaust.

From out her ashy womb now teemed,

Revives, reflourishes, then vigorous most

When most unactive deemed ;

And, though her body die, her fame survives

A secular bird ages of lives.

 

Manoah promet d'organiser des funérailles pour Samson afin d'honorer sa bravoure. Le Chorus conclut que les humains ne connaissent pas toujours les plans de Dieu, mais qu'ils peuvent être consolés par la victoire de Dieu...