1752-Boucher - Female nude art & portraits François Lemoyne (1688-1737) - François Boucher (1703-1770) - Jean-Antoine Watteau (1684-1721) - Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) - Louis Jean François Lagrenée (1725-1805) - Jean-Baptiste Pater (1695-1736) - Jean Raoux ( 1677-1734) - Pierre-Antoine Baudouin (1723- 1769) - Nicolas Lancret (1690-1743) - Jean-Baptiste Greuze (1725-1805) - Jean-Marc Nattier (1685-1766) - Rosalba Carriera (1675-1757) - Jean-Baptiste Pater (1695-1736) - Jean-Frédéric Schall (1752-1825) - Thomas Gainsborough (1727-1788) - Joshua Reynolds (1723-1792) - Francesco Trevisani  (1656–1746) - Sebastiano Ricci (1659-1734) - ...

Last update: 12/11/2016


Watteau et ses fêtes galantes (1710-1730) débutent la période dite du "Rococo", encouragée par la mort de Louis XIV et la fin du si rigoureux Grand Siècle, la Régence de Philippe d'Orléans est à l'hédonisme et à la liberté de l'esprit comme du corps, mais un corps idéalisé qui ne s'exprime qu'indirectement et surchargé d'intentions allégoriques. Jean-Antoine Watteau (1684-1721), Jean-Baptiste Pater (1695-1736) et Nicolas Lancret (1690-1743) sont représentatifs d'une première étape avec "La Balançoire" (Pater, musée national des châteaux de Versailles), "Les Baigneuses" (Pater, musée de l'Hermitage), "Pèlerinage à l'île de Cythère" (Musée du Louvre)....

François Boucher (1703-1770) incarne l'âge d'or du Rococo (1730-1760), suivi de peintres comme Carle Van Loo (1705-1765), Charles-Joseph Natoire (1700-1777), Jean-Marc Nattier (1685-1766), Jean-Baptiste Perronneau (1715-1783), encouragés par Madame de Pompadour, maîtresse officielle de Louis XV, les cupidons vont ici jouer un rôle exploratoire et allégorique du désir du corps féminin (Carle Van Loo, Cupidon et ses troupes). Alors que Frederick II de Prusse and Augustus III de Saxe tentent d'attirer les plus grands peintres du moments, la Cour d'Espagne se tourne vers les peintres italiens, - Jacopo Amigoni (1682-1752), Corrado Giaquinto (1703-1765), Giambattista Tiepolo (1696-1770) -, un Rococo italien qui n'est en fait conçu alors que comme le prolongement du style Baroque, la "frivolité française" en moins donc.  La vénitienne Rosalba Carreira (1673-1757) qui introduit à Paris le pastel en 1720 crée un nouveau genre que reprend Quentin de la Tour (1704-1788). Encouragé par ce nouvel esprit, le roman par lettres, le grand succès littéraire du siècle, voit le jour : Jean-Jacques Rousseau publie en 1761 "La Nouvelle Héloïse", -"jamais fille chaste n'a lu de romans" -, et en 1781 Choderlos de Laclos édite "Liaisons dangereuses" ....

C'est vers 1780 que prend fin la période dite Rococo, qui voit s'imposer Jean-Honoré Fragonard ( 1732-1806) et ses continuateurs comme Niklas Lafrensen (1737-1807), Louis-Roland Trinquesse (1746-1799), Pierre-Antoine Baudouin (1723 - 1769),  Jean-Frédéric Schall (1752-1825), compositions qui semblent inachevées et destinées plus à des accrochages privés que publics. Le style Rococo est sans doute emporté par cette idée que la frivolité des thèmes ne fait qu'exprimer un monde aristocratique miné par la corruption, la bourgeoisie qui s'impose alors se tourne vers le plus rigoureux néo-classicisme d'un David, qui suit la Révolution française....


Jean-Antoine Watteau (1684-1721)

La toilette, 1717-19, Wallace Collection, London

Watteau ajoute au style baroque des couleurs et une lumière plus intense et ouvre ainsi la voie au rococo. Grand initiateur des "fêtes galantes", inspirées par le théâtre, il crée une peinture de genre, parfois mélancolique, qui remporte un vif succès auprès de la nouvelle bourgeoisie aisée de ce début XVIIIe siècle. Le cadre pastoral renforce l’innocence naturelle et spontanée des personnages, par ailleurs fort élégants mais qui ignorent l’affectation et la raideur qu’imposeraient les conventions sociales...

 

 Oeuvres :  - "Jupiter and Antiope" & "Diana at her Bath" (1715-16, Musée du Louvre, Paris) - "The Judgement of Paris" (1721, Musée du Louvre, Paris) - "The Champs-Elysées" & "Voulez-vous Triompher des Belles" (1719, The Wallace Collection, London) - "Embarkation for Cythera" (1719, Schloss Charlottenburg, Berlin) - "An Embarrasing Proposal" (1715-1716, The State Hermitage Museum, St Petersburg) - "Fetes Champetre (Pastoral Gathering)" (1721, Art Institute of Chicago" - "French Players" (1720, Metropolitan Museum of Art, New York) - "The Italian Comedians" (1720, National Gallery of Art, Washington DC) - "La Boudeuse" (1718, The State Hermitage Museum, St Petersburg) - "The Marriage Contract" (1713, Museo Nacional del Prado, Madrid) - "The Pleasures of Love (1719, Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden)....


François Boucher (1703-1770)

1752 - Blond Odalisque (L'Odalisque Blonde)

Alte Pinakothek, Munich

Dans la lignée du mouvement rococo et influencé par Watteau, Boucher doit sa notoriété au soutien de Mme de Pompadour qu'il représente dans nombre de ses oeuvres. Peintre de scènes pastorales ou mythologiques, il est par excellence le peintre d'une certaine joie de vivre de cette toute nouvelle bourgeoisie en quête de marivaudage sous Louis XV et celui de la beauté épanouie des femmes de son temps. Marie-Jeanne Buzeau fut sa femme et son modèle, sans doute dans "L'Odalisque" de 1743. La "petite maîtresse" du roi, Marie-Louise O'Murphy (1737-1774), servit de modèle à la fameuse toile "La Jeune fille allongée" (1752), jeune femme de quinze ans rencontrée la même année et qui tentera de se substituer à Mme de Pompadour, en vain : Boucher ne tente pas ici de placer son modèle dans un quelconque contexte narratif, mais offre le plus simplement du monde un vibrant hommage à une "innocente" sensualité.

Oeuvres : "Hercules and Omphale" (1735, Pushkin Museum, Moscow) -  "The Birth of Venus" (1740, Nationalmuseum, Stockholm) - "Diana Resting after her Bath" (1742, Diane sortant du bain, Musée du Louvre, Paris) - "Girl Reclining (Louise O'Murphy)" (1751, Wallraf-Richartz-Museum, Cologne, et version dite de Munich) - "The Bath of Venus" (1751, National Gallery of Art, Washington) - "The Toilet of Venus" (1751, Metropolitan Museum of Art, New York) - "The Odalisk" (1753, Musée du Louvre, Paris, et version dite de Reims) - "The Birth of Venus" (1754, The Wallace Collection, London) - "Danae and the Shower of Gold (study)" (Nationalmuseum, Stockholm) - "Jupiter, in the Guise of Diana, and Callisto" (1765, Metropolitan Museum of Art, New York) - "A Lady on Her Day Bed" (1743, Frick Collection, New York) - "Pan and Syrinx" (1759, National Gallery,London, version Prado, Madrid) - "Portrait of a Young Woman with Flowers in her Hair" (1734, Museum of Fine Arts, Boston) - "Portrait of Madame de Pompadour" (1758, Scottish National Gallery, Edinburgh) - "The Rape of Europa"  & "Rinaldo and Armida" (1747, Musée du Louvre, Paris) ...

François Boucher (1703-1770), "Pygmalion et Galatée", huile sur toile,

St. Petersburg, Musée de l’Ermitage

 

D’innombrables figures d’amours et de guirlandes de fleurs surchargent les frêles silhouettes, couleurs pâles et transparentes, de femmes nues semblant incorporelles, le sculpteur Pygmalion tombe amoureux de la statue créée par lui de la merveilleuse nymphe Galathée, idéal féminin créature dédiée à l'homme et qui ne peut que conjurer les éventuelles déconvenues ou souffrances de la passion...


Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)

Durant sa longue carrière, Fragonard, chef de file du mouvement rococo et élève de Boucher, a abordé grande peinture et scènes de genre. S'il est célèbre pour ses représentations d'une aristocratie amoureuse et élégamment vêtue, campant ses scènes "coquines" dans des décors le plus souvent naturels, déclinant le sujet de l’amour et toutes les ruses mise en œuvres par les amants pour se retrouver, l'apparente frivolité de son oeuvre révèle en fait une très grande sensibilité, s'appliquant tant dans le rendu de l'étoffe que dans l'expression des visages : avec lui, la fête galante s'affranchit de toute réalité...

 

Oeuvres : "Diana and Endymion" (1753-56, National Gallery of Art, Washington) - "A Young Girl Sleeping" (1756) - "Match to Powderkeg (Le feu aux poudres)" & "Bathing Girls" (1763-64, Musée du Louvre, Paris) - "La Gimblette"  (1769, Alte Pinakothek, Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich) - "A Young Girl Reading" (1770, National Gallery of Art, Washington) - "The Shirt Withdrawn" (1770, Musée du Louvre, Paris) - "Den vackra tjänsteflickan, La résistance inutile" & "Överraskad i badet , Surprised in the Bath" (Nationalmuseum, Sweden) - "The Debut of the Model" (1769, Musée Jacquemart-André, Paris) - "The Fountain of Love" (1785, The Wallace Collection, London) - "Le sacrifice de la Rose" & "The Three Graces" (1780, Musée Fragonard, Grasse) - "The Love Letter" (1770, Metropolitan Museum of Art, New York) - "Portrait of a Young Lady" (1770-72, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid) -  "The Stolen Kiss" (1787-1789, The State Hermitage Museum, St Petersburg) - "Study for The Bolt" (1770, Le verrou, Private collection) - "Les hasards heureux de l'escarpolette" (1767, Wallace Collection, Londres) - "Jupiter séduisant Callisto" (1755, musée des Beaux-Arts, Angers) -  "L'Enjeu perdu ou Le Baiser gagné" (1759-1760, The Metropolitan Museum, New York).......


Pierre-Antoine Baudouin (1723- 1769), élève de Boucher, peintre de miniatures et renommé pour ses scènes de séduction érotique, inspire les compositions libertines de Fragonard, s'inspirant lui-même de Boucher ou de Greuze : tous deux se sont rendus au palais du Luxembourg pour copier des tableaux de Rubens, tous deux satisfont à des commandes libertine d'amateurs fortunés - "Les hasards heureux de l'escarpolette" en sont un exemple célèbre -, tous deux gravitent autour d'une littérature volontiers pornographique, les romans de Crébillon (1707- 1777) et ceux de la Morlière (1719-1785),  ou la célèbre et sulfureuse "Margot la Ravaudeuse " (1750) de Louis-Charles Fougeret de Monbron (1706-1760)... Parmi les oeuvres, souvent détenues par des particuliers ou aux Etats-Unis, "Le Modèle honnête" (1769, gouache, Washington, National Gallery), "La Soirée aux Tuileries" (Collection particulière), "La nuit" (1767, The Metroplitan Museum, New York), "La lecture" (1765, Musée des arts décoratifs, Paris)....


François Lemoyne (1688-1737) 

Natif de Paris, François Lemoyne, d'une sensibilité proche de Watteau, est un peintre à commandes, professeur à l'Académie et peintre du roi (1736), peintre de l'allégorie à la facture onctueuse et vibrante ... "The Amorous Proposal" (1725, Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown), "The Bather" (1721-27, The State Hermitage Museum, St Petersburg), "Hercules and Omphale" (1724, Musée du Louvre, Paris), "Time Saving Truth from Falsehood and Envy" (1737, The Wallace Collection, London), "The Toilet of Venus", (Musée d'art moderne André Malraux, Le Havre)...


Louis Jean François Lagrenée (1725-1805)
"Vénus et Mars, une allégorie de la Paix" (1770, Los Angeles, Getty Center)
Natif de Paris, élève de Carle van Loo, dessinateur de talent mais sans génie, écrira Diderot, il est en Russie, peintre de l'impératrice Elisabeth en 1760, et couvert d'honneurs à Paris..

Oeuvres: L'Enlèvement de Déjanire par le centaure Nessus (1755, Musée du Louvre, Paris), Mercure, Aglaure et Hersé (1767), Psyché surprend l'Amour endormi (1768), Pygmalion and Galatea, (1781)Pygmalion and Galatea, (1781, Detroit Institute of Arts), Mars et Vénus surpris par Vulcain (1768, Stockholm, Nationalmuseum)...


Jean Raoux ( 1677 - 1734)

Natif de Montpellier, Jean Raoux poursuit à sa façon bien française une synthèse des peintures hollandais et vénitiennes et se pose en rival de son contemporain Antoine Watteau (1684-1721),  mais, à la différence de ce dernier, ne survivra pas à la Régence de Philippe d'Orléans, époque de "libération des moeurs", hédonisme et mondanité, succédant à la rigueur du Grand Siècle de Louis XIV. Les rivalités sont alors nombreuses, et parmi celles-ci, des émules de Watteau comme Jean-Baptiste Pater (1695-1736) et Nicolas Lancret (1690-1743). En 1717, Watteau compose "le Pèlerinage à l’Ile de Cythère", Raoux "Pygmalion amoureux de sa statue" (Musée Fabre, Montpellier), en 1721, paraissent  les "Lettres Persanes" de Montesquieu (1689-1755), en 1723 "La Double Inconstance" de Marivaux.... Toutefois, ici, la nudité de Galatée ou de Vénus, l'amour "angelot" qui touche le sein obéit à des règles infranchissables, la "timide" transgression vient souvent d'autres détails, la femme reste un idéal...

"A Lady at a Window" (private collection) - "Mademoiselle Prévost as a bacchante" (ou "Portrait de Madame Boucher, née Marie-Francoise Perdrigeon, en Vestale", 1723, Musée des Beaux-Arts de Tours) - "Diana Bathing" & "Offering to Priapus" (1721, Musée Fabre, Montpellier) - "Orpheus and Eurydice" (1709, J. Paul Getty Museum, Los Angeles) - "Telemachus Telling his Story to Calypso" (1722, Musée du Louvre, Paris)...


Jean-Marc Nattier (1685 - 1766)

Natif de Paris, fils de portraitiste et élève de Rigaud, Nattier débute dans la carrière de peintre d'histoire sous l'influence de Charles Le Brun et dans la grande tradition française mais, ruiné de la banqueroute de Law et ne parvenant pas à s'imposer artistiquement, c'est vers le portrait, alors qu'il a plus de quarante ans, qu'il s'adonne : le portrait des femmes de la haute société du milieu du XVIIIe siècle, des portraits certes superficiels mais élégant, à l'expression sereine et rehaussés d'accessoires ou d'arrière-fonds allégoriques. "Tous ses portraits se ressemblent, on croit voir la même figure", s'écriera Diderot, mais le succès immédiat est réel et son talent tout autant, laissant poindre, à qui le veut remarquer, une certaine mélancolie de femmes qui tentent d'exister par elles-mêmes... 

Des centaines de portraits disséminés dans tous les musées du monde : "Thalia, Muse of Comedy" (1739, Fine Arts Museums of San Francisco) - "Portrait of Madame Marie-Henriette Berthelot de Pléneuf" (1739, National Museum of Western Art, Tokyo) - "Duchesse de Chartres as Hebe" (1744, Nationalmuseum, Stockholm) - "The Duchesse de Chaulnes Represented as Hebe" (1744, Musée du Louvre, Paris) - "Elizabeth, Countess of Warwick" (1754, Frick Collection, New York) - "Henriette of France as Flora" (1742, Galleria degli Uffizi, Florence) - "Jeanne-Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour, as Diana the Huntress" (1746, Château de Versailles, Paris) - "Madame Adélaïde as Diana" (1745, Musée Bernard d’Agesci, Niort) - "Madame de La Porte" (1754, Art Gallery of New South Wales, Sydney) - "Madame Le Fèvre de Caumartin as Hebe" (1753, National Gallery of Art, Washington DC) - "Mademoiselle de Clermont en sultane" (1733, The Wallace Collection, London) - "Portrait of a Woman, Called the Marquise Perrin de Cypierre" (1753, Metropolitan Museum of Art, New York) - "Princess Louise-Élisabeth of France, The Earth" (1750, Museu de Arte de São Paulo Assis Chateaubriand) ....


Jean-Baptiste Greuze (1725-1805)

Natif de Tournus, Greuze se positionne étrangement dans l'hédonisme rococo régnant, édifiant un genre sentimental parfois larmoyant dont la bourgeoisie se délecte, mais en arrière-fond, et avec une grande habileté technique, laisse entrevoir bien autre chose ... "Aegina Visited by Jupiter" (1767-1769, Metropolitan Museum of Art, New York), "Dreaming Girl" (1765, Private Collection), "Portrait of a Lady" (1786, The Wallace Collection, London), "Psyche" (1786, The Wallace Collection, London), "The White Hat" (1780, Museum of Fine Arts, Boston)...


Rosalba Carriera (1675-1757)

Native de Chioggia, non loin de Venise, Rosalba Giovanna Carriera s'est rendu célèbre, notamment à Paris, dans les années 1720, pour ses miniatures et sa technique du pastel : elle réalisa nombre de portraits de la noblesse et de la grande bourgeoisie transcrits directement au pastel, sans dessin préalable, avec des effets chromatiques des plus subtils, admirées par des artistes du temps comme Hyacinthe Rigaud, Charles de La Fosse, Watteau et Lemoine...

"Allegory of Music" (1712, Bayerisches Nationalmuseum, Munich), "Maria Theresa, Archduchess of Habsburg" (1730, Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden), "A Nymph of Apollo" (1721, Musée du Louvre, Paris), ....


Jean-Baptiste Pater (1695-1736) 

Le seul véritable élève que l'on connaisse de Watteau et, comme son maître, de santé délicate, mort prématurément, et grand protagoniste de la "fête galante", une fête dans laquelle les personnages ne valent que par leur présence au milieu des frondaisons bleuâtres teintées de roux ...

 

"The Boudoir" (1733, The Wallace Collection, London) - "Bathers" (1735, Indianapolis Museum of Art & Bridgestone Museum of Art, Tokyo ) - "A Company Bather in a Park" (Nationalmuseum, Stockholm) - "Elegant Company in a Park" (Fitzwilliam Museum, University of Cambridge, UK) - "Ladies Bathing" (1721, Scottish National Gallery, Edinburgh) - "The Swing" (1725-1730, Fitzwilliam Museum, University of Cambridge)...


Thomas Gainsborough (1727-1788) et  Joshua Reynolds (1723-1792) sont les deux grands portraitistes de l'Angleterre du XVIIIe siècle, et c'est bien dans le regard et le maintien de leurs portraits féminins que se livrent parfois ce que les scènes mythologiques n'expriment plus aussi nettement ... "I'm sick of Portraits and wish very much to take my Viol da Gamba and walk off to some sweet Village, where I can paint Landskips and enjoy the fag End of life in quietness and ease..."

Works : Anne Luttrell, Duchess of Cumberland (1773, Lady Lever Art Gallery, Liverpool) - Anne Luttrell, Duchess of Cumberland (1777, Huntington Library, San Marino, California) - The Artist's Daughter Mary (1777, Tate Britain, London) - The Artist's Wife (1758, Gemäldegalerie, Staatliche Museen zu Berlin) - The Gravenor Family (1752-1754, Yale Center for British Art) - Portrait of a Lady in Blue (1777-1779, The State Hermitage Museum, St Petersburg) - The Three Elder Princesses, Thomas Gainsborough (1784, Royal Collection Trust, Hampton Court Palace)...


Francesco Trevisani  (1656–1746), "Portrait of Maria Clementina Sobieska" (1702–1735), "Lady Inverness, Mrs. John Hay" (1725) - Allan Ramsay (Édimbourg, 1713–1784), "Miss Craigie" (1741, Denver Art Museum) - Joseph Highmore (London, 1692–1780), "Susanna Highmore" (1740-1745, National Gallery of Victoria, Melbourne) - Alexander Roslin (Malmö, 1718-1793), "Damen med slöjan (Lady with the veil)" (1768, Nationalmuseum - Stockholm) - Adélaïde Labille-Guiard (Paris, 1749-1803), "Autoportrait avec deux élève"s (1785, New York, Metropolitan Museum of Art) - John Hesselius (Philadelphia,1728–1778), "Mrs. Richard Brown" - Thomas Hudson (Devon, 1701-1779), "Jane Cust (1725–1791), Mrs James Evelyn" (National Trust, Belton House) - Godfrey Kneller (Lübeck, 1646–1723), "Elizabeth Burnet" (1707, National Portrait Gallery, London) ....


Sebastiano Ricci (1659-1734)

Natif de Belluno, en Vénétie,  Sebastiano Ricci est le peintre qui importe le baroque en Angleterre, vers 1712-1716 : "Aurora and Titonus" (Royal Collection Trust, Buckingham Palace), "Bacchante and Satyrs" (1710, The State Hermitage Museum, St Petersburg), "Diana and Callisto" (1712-1716, Galleria dell Accademia, Venice), "Mary Magdalen Comforted by Angels" (1694, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid), "Meeting of Bacchus and Ariadne" (1713, National Gallery, London), "Nymph and Satyrs" (1712-1716, Musée du Louvre, Paris), "Sleeping Nymph with Two Satyrs" (1712-1716, Palais des Beaux Arts de Lille)...


Jean-Frédéric Schall (1752-1825)

Natif de Strasbourg, protégé de Jean-Baptiste Lemoyne, Jean-Frédéric Schall s'adonne aux sujets galants dans la manière de Fragonard et de Debucourt, interrompt sa thématique de prédilection sous la Révolution française, l'époque est alors à l'héroïsme, pour la reprendre sous l'Empire et la Restauration non sans lui apporter un accent néo-classique et romantique plus adapté aux temps...

"The Billet Doux" & "Portrait of Christine Boyer (1773-1800)" (Musée Magnin, Dijon) - "Cupids' Nest" (1802, Private collection) - "Evening Toilet" & "Morning Toilet" (1820, Rijksmuseum, Amsterdam) - "La Sultana Valida" (1775, Museum of Fine Arts, Boston) - "The mischievous" (1798, "Les Espiègles", Musée des Beaux-Arts de Strasbourg) - "The Suitor Accepted" (1788, Private collection) - "The Three Graces" (1789, Musée du Louvre, Paris) - ''When Love Sleeps, Cupid Is Awoke'' (Private Collection)....