1850-Gérôme-Female nude art & portraits Jean Léon Gérôme (1824-1904) - Henri-Pierre Picou (1824-1895) - Hermann David Salomon Corrodi (1844-1905) - Theodoros Ralli (1852-1909) - Henri Adrien Tanoux (1865-1923) - Fernand Cormon (1845-1924) - Ernest Normand (1859-1923) - Mariano Fortuny y Marsal (1838 -1874) - Georges Antoine Rochegrosse (1859-1938) - John Frederick Lewis (1804-1876) - Ferdinand Max Bredt (1860-1921) - Fabio Fabbi (1861-1906) - Frederick Arthur Bridgman (1847-1928)...

Last update: 12/31/2016


Les campagnes napoléoniennes en Egypte ouvre la voie à l’engouement occidental pour l'Orient, un Orient reconstruit par l'Occident dans lequel ignorance et despotisme se conjuguent étrangement avec sensualité et luxe, fantasme des Mille et une nuits (traduit en 1704 par Antoine Galland,1646-1715), et dans la seconde moitié du XIXe siècle, des écrivains ou artistes partent ainsi à la recherche du fantasme oriental, Ingres et Chassériau interprètent l’orient à travers leur style néoclassique, avec idéalisation de la femme dont on n'ose retranscrire la sensualité, des dizaines de peintres vont s'attacher à l’exotisme de la vie intime des harems, des images de minarets, de casbahs blanches, de souks colorés et d'oasis,   Delacroix ramènera de ses voyages au Maghreb une couleur nouvelle susceptible de retranscrire la luminosité si particulière à cette région, il peindra des guerriers et des chevaux saisis dans la fougue de leurs mouvements fougueux. Entre-temps, on aura glissé du nu mythologique au nu oriental, un nu que l'on dispose dans un contexte exotique qui permet toutes les audaces possibles de l'époque, synthèse néo-classique et romantique qui donne à rêver à cette grande bourgeoisie qui se repaît d'oeuvres d'art orientalistes, dans les salons ou dans ses murs, pénètre dans un univers interdit et perçoit sous les soieries légères et diaphanes et les étoffes richement brodées, le paradoxe de la femme cloîtrée qui se donne en toute liberté,  jusqu'à ce que le réalisme et les voyages, et les évolutions de moeurs,  érodent cet enthousiasme imaginatif, délirant, qui permet à l'érotisme ambiant, alors si fortement contenu, de s'exprimer enfin... L'académisme se chargeant de reprendre pied en Occident...

Achille Zo (1826-1901), The Dream of the Believer...


Jean Léon Gérôme (1824-1904)

"Grecian Interior, Le Gynecee" (1850)

 

Natif de Vesoul, élève de Paul Delaroche, Jean-Léon Gérôme fut l'un des peintres français les plus célèbres de son temps, cultivant la scène de genre antique ou orientale, avec précision et habileté, donnant illusion du "vrai" et rejetant  en vrac les nouvelles générations réalistes et impressionnistes qui venaient à s'émanciper. Il doit son succès à sa façon de mettre en spectacle avec efficacité l'Histoire, par le prisme de l'intime et du quotidien, celle de la Grèce antique tout d'abord que l'on souhaite en 1842 "ramener vivante sous nos yeux". Peintre d'atelier, il se fait sculpteur, retravaille ses modèles de chair, s'appuie dès 1846 sur le commerce des reproductions d'oeuvres d'art, alors en plein essor, et construit un imaginaire populaire alimenté par les nombreux voyages qu'il effectue, à partir de 1855, vers l'est de la Méditerranée. Enfin, et surtout, il va participer activement à cette véritable re-création de l'Orient tel qu'attendu par ses contemporains : "Tout l'Orient est là, avec son fatalisme implacable, sa soumission passive, sa tranquillité inaltérable, ses insultes éhontées et sa cruauté sans remords". Delacroix avait rapporté de ses voyages au Maghreb un emploi nouveau de la couleur pour retranscrire la luminosité si particulière à l’Afrique du nord, Ingres et Chassériau interprétèrent l’orient à travers leur style néoclassique. Ici s'exprime, pour un temps très court, un fantasme toute particulier, celui de la femme captive, du harem, lieu par excellence interdit aux hommes, du hammam ou bain public, autre lieu secret où la femme nue se donne à voir, espaces reconstruits dans des teintes rouges, jaunes ou brunes, accentuant les contrastes avec cette peau blanche de la femme imaginée orientale, dénudée  mais pudique. Quelque part, entre en résonance avec cet Orient recomposé, la situation de la femme occidentale de ce XIXe siècle dont le regard de l'homme tente encore de contenir le désir émancipateur.

Oeuvres :  Femmes au bain, Musée Georges-Garret, Vesoul - Phryné devant l'aréopage (1861), Hamburg Kunsthalle - Pygmalion et Galatée (1890), Metropolitan Museum of Art, New York - Vente d'esclaves à Rome, 1866, The Walters Art Museum, Baltimore, Maryland - Bain turc ou Bain Maure : deux femmes, 1872, Museum of Fine Arts, Boston - Le modèle de l'artiste, 1895, Dahesh Museum of Arts, New York - Promenade du harem, 1869, Chrysler Museum of Art, Norfolk, Virginie - Le bain, 1880-1885, Fine Arts Museums of San Francisco - Vente d'esclaves au Caire, 1871, Cincinnati Art Museum, Cincinnati, Ohio - Les Baigneuses du Harem, 1901, collection privée...


L'Orient - ses couleurs, ses odeurs, ses sensations, sa chaleur, sa lumière - s'ouvre à la peinture européenne....


Theodoros Ralli (1852-1909)

Natif de Constantinople, le peintre d'origine grecque Theodoros Ralli vécut à Paris la majeure partie de sa vie : il y fut formé par deux célèbres artistes orientalistes, Jean-Léon Gérôme, et Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouy, et sut exprimer sensualité, sens des détails et de la couleur dans l'ensemble de son oeuvre (Reclining Odalisk, 1885; Sleeping Concubine, 1885...)


Henri-Pierre Picou (1824-1895)

Le Nantais Henry Picou, Jean-Léon Gérome (1824-1904), Jean-Louis Hamon (1821-1874) et Gustave Boulanger (1824-1888), qui se côtoient à l'école des Beaux-arts de Paris se démarquent tant du réalisme qu'ils jugent trivial que de l'utilitarisme bourgeois qui se diffuse, au profit de l'antiquité, mais non pas de l'antiquité par trop édifiante et austère des néo-classiques, mais plus exaltée, plus colorée, plus riche en bassin miroitant et draperies luxueuses....


Henri Adrien Tanoux (1865-1923)

Natif de Marseille, élève de Léon Bonnat, Tanoux est un spécialiste des femmes dénudées surprises dans les harems, la touche y est vive et colorée... "La Belle du Harem" (1892) - "La favorite" (1904) - "Odalisque à l'éventail" " (1906) - "La grande odalisque" - ""Rêverie" - "Odalisque" (1920) - "Après le Bain" (1912) - "Namouna, la Belle Esclave du Harem" (1921, Musée des Beaux-Arts de Nice)...


Hermann David Salomon Corrodi (1844-1905)

Natif de Frascati (Italie),  Corrodi est un grand voyageur et peintre de paysages orientaux qui parcourut l'Egypte, la Syrie, Constantinople.. "The Galata Bridge, Constantinople", "View of the tomb of the caliphs with the pyramids of Giza beyond", "Caravan in a sandstorm"...


Fernand Cormon (1845-1924)

Natif de Paris, élève de Jean-François Portaels, puis d'Alexandre Cabanel et d'Eugène Fromentin, Cormon a un goût certain pour le sensationnalisme ainsi qu'en témoigne ses fameux "Meurtre au sérail" (1874, musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon), "Mort de Ravana (1875, Toulouse, musée des Augustins), "La favorite déchue" (The Deposed Favourite, 1870) - "La nouvelle favorite (The New Favorite, 1875)...


Ernest Normand (1859-1923)

Natif de Londres, orientaliste et portraitiste victorien, Ernest Normand partage avec Henrietta Rae (1859-1928), sa compagne, la passion des nus abandonnés aux exotismes les plus colorés quoique conventionnels..."Esther Denouncing Haman to King Ahasuerus" (1888, Sunderland Museum & Winter Gardens), "The Bitter Draught of Slavery" (1885, Cartwright Hall Art Gallery), "Vashti Deposed" (Gallery Oldham)...


Mariano Fortuny y Marsal (1838 -1874)

"Odalisque" (1861), Museu Nacional d'Arte de Catalunya, Barcelona

Natif de Reus, en Catalogne, Mariano Fortuny y Marsal accompagne en 1860 la campagne du général Prim au Maroc et compose avec ses couleurs vives tableaux de batailles (La batalla de Tetuán) et scènes de genre qui rencontrèrent à Paris dans les années 1870 un succès indéniable, " El Coleccionista de Estampas" (1863), "La vicaría" (Museo Nacional de Arte de Cataluña, Barcelona), "Viejo desnudo al sol" (Museo Nacional del Prado, Madrid), "El vendedor de tapices" (Museo de Montserrat, Barcelona). Mariano Fortuny y Marsal est un peintre hors norme, plus grand que le simple orientalisme : "Carmen Bastian", un moment de récréation dans el Barranco de la Zorra de Grenade, "La odalisca" (1861, Museo Nacional de Arte de Cataluña, Barcelona) - "Desnudo en la playa de Portici" (Museo Nacional del Prado, Madrid) - ...


Georges Antoine Rochegrosse (1859-1938)

Natif de Versailles, célèbre par la taille et la violence de son "Andromaque" (1883, Musée des Beaux-Arts de Rouen), proche de nombreux écrivains de l'époque, Théodore de Banville, son beau-père, Paul Verlaine, Mallarmé, Arthur Rimbaud, Victor Hugo, Gustave Flaubert, formé dans les ateliers de Jules Joseph Lefebvre et Gustave Boulanger, Rochegrosse découvre en 1894 l'Algérie, où il s'établit, et l'orientalisme, et Marie Leblon, sa muse et son épouse. Ses compositions s'inspirent de scènes d'antiquité, égyptienne, romaine ou byzantine, avec une mise en scène qui foisonne de détails historiques et de couleurs vives... "Nouvelle Arrivee au Hatem - Thebes XVIII Dynastie" (1890), "The Palace Entertainment", "Portrait of Sarah Bernhardt, Reclining in a Chinese Style Interior", "Reclining Beauty", "Odalisque" (all in private collection)...


Ferdinand Max Bredt (1860-1921)

Natif de Leipzig, Bredt est considéré comme l'un des plus grands orientalistes allemands, il sait avec ses couleurs chatoyantes exprimer toute la langueur des odalisques rencontrées lors de ses périples en Italie, Grèce, Turquie et Tunisie... "Turkish Women" (1893) - "Confidence" (1909) - "Female Nude (Weiblicher Akt)" - "Leisure of the Odalisques (Muße der Odalisken)" - "The Sirens" (all Private collection) ...


John Frederick Lewis (1804-1876) 

Natif de Londres, Lewis est un spécialiste de l'art islamique qui séjourna plus de dix années en Egypte, ses scènes de genres sont certes réalistes, la qualité technique est remarquable, reste l'intérêt artistique souvent discuté... - "The Harem" (1876, Birmingham Museums Trust) - "The siesta" (1876, Tate, London) - "Indoor Gossip, Cairo" (1873, The Whitworth) - ""La Rue et la mosquée El Ghouri au Caire" (1876, musée du Louvre, Paris) - "Le Bazar d'El Ghouri" (vers 1841-1845, Tate Britain, Londres)....


Frederick Arthur Bridgman (1847-1928)

Natif de Tuskegee (Alabama), Bridgman est sans doute l'orientaliste américain le plus connu, et on le retrouve à à partir de 1866, à Pont-Aven et à Paris, fréquentant  l'atelier de Jean-Léon Gérôme. En 1873, il voyage en Afrique du Nord et en Égypte : avec "The Mummy’s Funeral" de 1877, débute sa notoriété, qui sera très importante aux Etats-Unis où il vend nombre de compositions dont le Chicago's Art Institute.... "After the Bath" - "The Bathing Beauties" (1872) - "The Fountain Room" (1900) - "The Harem" (1904) - "Interior of an Arab Palace" - "In the Souk" - "Reclining beauty"..


Fabio Fabbi (1861-1906)

Natif de Bologne, Fabio Fabbi se forme à l'Academia Di Belle Art de Florence, et devient, après avoir connu l'Egypte, le peintre italien de l'orientalisme par excellence, commercialement parlant..."Dancing in the Harem Courtyard", "The Slave Market", "The Slave Merchant", etc, all in private collection..