La Comunidad Valenciana (Comunitat Valenciana) - València - Morella - Peñíscola - Costa Azahar - Alacant - Costa Blanca - Escuela valenciana, la luz del mediterraneo ...

 

Last update: 09/25/2017

C’est sur la côte Méditerranéenne que se trouve Valencia, la troisième plus grande ville d’Espagne après Madrid et Barcelone. Valencia est une ville où se mêlent monuments historiques comme la belle cathédrale et grande modernité avec la Cité des Sciences. La Huerta, ceinture des terres cultivables les plus fertiles d'Espagne recouvrant l’essentiel de la région, joue un rôle majeur dans la qualité de la gastronomie de la ville. En parallèle, les rivages de la Méditerranée, situés à quelques minutes du centre de Valencia, apporte à la ville un commerce maritime prospère, des fruits de mer frais et de spectaculaires plages de sables fins....


Qué ver, qué hacer, qué experimentar en Valencia...

 

1) Débuter par le centre historique de Valence (Ciutat Vella) :  partir de la "plaza de Santa Catalina" et de l'Iglesia de Santa Catalina Mártir, pour gagner la célèbre "Plaza de la Reina", la "Catedral de Valencia" (qui comporte notamment la chapelle du Santo Cáliz et la relique du Saint Calice), la tour du "Miguelete" (l'un des symboles de la ville qui offre du haut de son sommet une vue panoramique impressionnante au bout de ses 200 marches), la "Plaza de la Virgen" (au centre de laquelle se trouve la fontaine de l’eau et des canaux qui représente le fleuve Turiá), enfin la basilique de la "Virgen de los desamparados" (église du XVIIe dédiée à la patronne de la cité et lieu de grande ferveur, notamment lors des Fallas)...

2) Parcourir le "barrio del Carmen", le quartier le plus ancien de la vieille ville, dont la calle Caballeros est l'artère principale, visiter le palais de la Generalitat, l'Instituto Valenciano de Arte Moderno (IVAM), l'ancien "Convento del Carmen" (qui abrite un musée dédié à la peinture du XIXe siècle), atteindre la "Torres de Serranos", gardienne de l’accès au pont de Serranos qui franchit les jardins du Turia, immense boucle de verdure couvrant sur 9km le lit de l'ancien fleuve qui traversait Valencia.  A l'extrémité du barrio del Carmen, au bord des jardins du Turia, visiter la "Casa-Museo del pintor José Benlliure". Et, plus en amont de cette boucle de verdure, le "Museo de Bellas Artes" abrite plus de 2000 œuvres dont des toiles de maîtres tels que Francisco de Goya, José de Ribera, El Greco, Joaquín Sorolla...

3) Partir de la "Estación del Norte" (gare moderniste inaugurée en 1917), la" Plaza de Toros" et ses arènes construites autour de 1860, le "Mercado de Colon", pour emprunter l’avenue du Marqués de Sotelo jusqu’à rejoindre la "Plaza del Ayuntamiento" (place centrale de style et bordée d'immeubles néoclassique), remonter la rue Poeta Querol et ses boutiques de luxe jusqu'au musée national de la Céramique, installé dans le superbe édifice rococo du marquis de Dos Aguas,  ou gagner le "Museo del Patriarca" (qui abrite une remarquable collection de tableaux de maîtres espagnols des XVIè et XVIIè siècles), rejoindre la "Plaza Redonda" (son enceinte fermée offre des étals couverts de napperons et de dentelle), puis gagner le "Mercado Central" (immense marché moderniste inauguré en 1928), se rendre, en face, à la "Lonja de la Seda"  (ancienne bourse de la soie construite entre 1482 et 1533), pour terminer la visite par l'Iglesia de los Santos Juanes...

4) Visiter la "Ciudad de las Artes y las Ciencias" (la Cité des arts et des sciences),  

qui comporte le musée des sciences Príncipe Felipe, l’Hemisfèric ( impressionnante salle de projection en forme d’œil humain) et surtout l’Oceanográfico (le plus grand aquarium d’Europe, qui abrite aussi un delphinarium), le Palau de les Arts Reina Sofía, et emprunter en fin de parcours le fabuleux pont L’Assut d’Or....

5) Se promener dans la Marina Real et le long des plages de Valencia
La Marina Real Juan Carlos I, un des plus beaux ports de plaisance et de compétition de la Méditerranée, regroupe les Tinglados (les Hangars) du XIXe siècle, l’edificio del Reloj (bâtiment de l’Horloge) et le bâtiment Veles e Vents. De là, démarre la fameuse "paseo marítimo" au long de laquelle se succèdent les plages d’El Cabanyal (Las Arenas) et de la Malvarrosa, plage mythique de Valencia...


La Comunidad Valenciana (Comunitat Valenciana), voisine au nord de la Catalogne et de l'Aragon, à l'ouest de Castille-La Manche, et au Sud de Murcie, est une longue région littorale bordant la Méditerranée, abritant 10,6% de la population de l'Espagne, et composée de trois provinces : 

Au nord, la province de Castellón, dominée par  la "Costa Azahar" qui, protégée des vents de la Meseta par les sierras d'El Maestrazgo, s'étend sur plus de 150 km. Du delta de l'Ebre au sud de Valencia, la Costa del Azahar compte nombre de petites villes touristiques, longues plages de sable, orangeraies, et immeubles intempestifs : Vinaròs, Benicarló, Peñíscola, Alcossebre, Oropesa del Mar, Benicàssim. Autre particularité, Castellón consitue la seconde province la plus montagneuse d’Espagne, abritant les parcs naturels du Prat de Cabanes-Torreblanca ou de La Sierra de Espadán; le centre traditionnel de vacances qu'est Benicàssim offre un arrière-fond de hautes montagnes qui protègent la localité du vent font partie du l'espace naturel du Desierto de las Palmas, et de la sierra de Santa Águeda où se trouve le Pic Bartolo (729 mètres); enfin les localités touristiques de Morella ou de Segorbe consitutent des enclaves médiévales dominant des régions arides et montagneuses..

 

Au centre,  València et sa province, sa lagune et ses rizières de l'Albufera. Elle constitue la deuxième province d'Espagne par le nombre d'habitants, derrière celle de Barcelone, et abrite les localités de Gandía et son Palau Ducal dels Borja, Torrente, Sagunto et ses impressionnantes ruines de château, Cullera et ses 10km de plages, Paterna, Alcira, Onteniente, Játiva (Xàtiva, patrie du peintre José Ribera "el españoleto" et du Pape Borgia Alexandre VI), Lliria, Requena, Buñol, célèbre pour sa Tomatina...

 

Au sud, la province d'Alicante ( Província d'Alacant) dont les villages de pêcheurs se sont convertis en autant de stations balnéaires jalonnant la "Costa Blanca" qui s'étend sur 200 km : Benidorm et sa plage dominée par ses fameux 400 gratte-ciel du tourisme de masse des années 1960, La Granadella (l'une des plus belles plages de la côte, Dénia et son port, Moraira, Calpe et son impressionnant rocher de 332m de hauteur, le "Penyal d'Ifac", Altea et sa vieille ville, Torrevieja et son casino, enfin Elche connu pour sa célèbre palmeraie, la plus grande d'Europe (200 000 palmiers). A l'intérieur des terres, les montagnes de la Sierra de Aitana dominent des vallées verdoyantes parsemées de ruines de forteresses comme Guadalest. Au sud de Benidorm, Alicante est une ville des plus agréables avec son château dominant des  ramblas bordées de palmiers et accueille ainsi  la plus forte proportion (18,7 %) de résidents étrangers de toutes les provinces espagnoles. En descendant vers le sud, la côte s'aplatit, les dunes alternant avec des forêts de pins...

 


Morella

Le Maestrazgo aragonais est une vaste région aride et montagneuse, très peu peuplée, qui s'étend entre le nord de la communauté valencienne et l'Aragon, et traversée par le Guadalope. Elle doit son nom au terme "maestre", qui désignait le chef des chevaliers des ordres du Temple et de Montesa qui dominèrent successivement la région. L'ordre de Montesa, fondé par Jacques II d'Aragon, siégea à San Mateu à partir de 1317, et fit fortifier les villages de la région pour lutter contre les Maures. Au pied de leur château, la plupart de ces villages occupent un site pittoresque. Avec leurs places à portiques, leurs rues étroites bordées de demeures à balcons, ils ont gardé, en raison de leur isolement, un cachet d'authenticité. A 130km de Valencia, Morella offre un site exceptionnel, plus de deux kilomètres de remparts du XIVe siècle, jalonnés de tours, encerclent la ville étagée sur une colline à 1004 mètres d'altitude, dominant au détour d'une route sinueuse toute la contrée. Juchés sur un socle rocheux, se dressent les murs de l'ancien Castillo médiéval. Le chemin de visite s'enroule autour des différentes enceintes, du couvent de San Francisco et de son cloître à la statue équestre de Don Ramon Cabrera y Grino, le Tigre du Maestrazgo (1806-1877), chef carliste redouté de l'Aragon, pour laisser voir les vestiges du palais du gouverneur, du moulin ou du cachot, et gagner le sommet de la tour Celoquia d'où l'on jouit d'une vue exceptionnelle sur la ville et les sierras environnantes...


Peñíscola

A 140km de Valencia, Peñíscola s'étend sur une presqu'île, possède une plage fréquentée tout au long de l'année et constitue l'un des principaux centres touristiques de la province de Castellón. L'austère forteresse du pape Benoît XIII, le fameux Pedro de Luna, surplombe la mer du haut d'un grand monticule, à 64m : la Ciudad Veja et ses remparts furent construites entre 1576 et 1578, et le Castillo date du début du XIVe siècle, oeuvre des Templiers modifiée par Pedro de Luna qui s'y retira en 1409, après sa déchéance prononcée par le Concile de Constance. La cour d'armes offre un splendide balcon avec vue sur la Méditerranée, et le donjon, une plate-forme incomparable pour contempler le littoral, de Benicarló à Vinaròs, et au-delà..


Alicante (Alacant)

A 178km de Valencia, une température moyenne annuelle supérieure à 18°C, plus de 3000 heures d'ensoleillement annuel, des vestiges ibères et romains à Tossal de Manises, des traces de la domination arabe dans ses monuments les plus importants, le Château de Santa Barbara ou ou la Basilique Santa Maria construite sur une mosquée musulmane, Alicante est emblématique d'une destination touristique prisée dans le monde entier, la Costa Blanca qui s'étend sur 200 km de part et d'autre de la ville. C'est à partir de 16 heures qu'Alicante commence à se partager entre touristes venus des quatre coins de l'Europe et habitants ou espagnols, proprement dit, les premiers envahissant par tablées entières les rues qui bordent la Concatedral de S.Nicolas, la Plaza de Santa Faz, les terrasses de l'Esplanada de Espana, les seconds préférant les calle de San Ildefenso et les alentours du Museo de Hogueras. Ici, on déguste la paella alicantine caractérisée par la nora, un petit poivron séché, et l'union du poulet et des produits de la mer...

Que ver en Alicante?

 

1) Castillo de Santa Barbara

Perché au sommet du mont Beacantil, à une altitude de 166m (on y accède via un long tunnel qui mène à deux ascenseurs jusqu'à la plaza de la Torreta), le Castillo de Santa Barbara est l'une des plus grandes forteresses médiévales d'Espagne et le point de vue incontournable dominant Alicante et son vaste golf qui s'étend Benidorm à Santa Pola : il doit son nom à sa reconquête sur les arabes le 4 décembre 1247, jour de la Sainte Barbara, par l'infant de l'époque et futur roi Alfonso de Castilla. 

 

2) El Barrio de Santa Cruz

 

3) La playa de El Postiguet y la Explanada de Espana

Alicante compte cinq plages, San Juan qui s'érend sur 3 km, la Albufereta au nord-est, la Almadraba et les criques d'El Cabo de Las Huertas, El Saladar-Urbanova au sud, et la célèbre El Postiguet en plein centre ville. Plage aux pieds du Castillo de Santa Barbarz, El Postiguet est une plage de sable fin et doré, bordée par une promenade maritime qui se poursuit, au-delà de Plaza de la Puerta del Mar, par la non moins fameuse Explanada de Espana, promenade emblématique d'Alicante bordée par des rangées de palmiers, couvertes de carrelets de marbre et longeant le port. C'est d'ici que partent les excursions vers l'isla de Tabarca, haut lieu du tourisme de la Région de Valencia. 

 

4) Les ficus centenario du parque de Canalejas, du Portal de Elche et de la plaza Gabriel Miro

 

5) El tardeo alicantino...

 


Escuela valenciana : la luz del mediterraneo ...

 

Un grupo de destacados pintores españoles encabezados por Joaquín Sorolla y al que pertenecen Ignacio Pinazo, Teodoro Andreu, Francisco Benítez Mellado, Alfredo Claros García o Vicente Castell ...

Joaquín Sorolla (1863-1923)
Né à Valence, Sorolla se forme à l’Académie des beaux-arts de San Carlos. Dès sa jeunesse, il s’intéresse également à la peinture en plein air, à travers laquelle il tente de reproduire la lumière caractéristique de la Méditerranée, aussi bien dans la huerta de Valence que sur la plage, à l’instar des impressionnistes français. Après avoir complété sa formation à Paris et à Rome, il revient en Espagne et s’installe à Madrid (1890).

"Niños en la playa" (1910. Museo del Prado), "Paseo por la playa" (1909, Museo Sorolla, Madrid), "El baño del caballo" (1909, Museo Sorolla, Madrid), comme toutes les scènes de la plage d’El Cabañal de Valence, réalisée par l’artiste en 1909, sont représentatives du maître de l'impressionnisme espagnol: cadrage quasi photographique, effets visuels tant des protagonistes que de la lumière aveuglante de la plage rendue dans toutes ses nuances, blanc, rose, mauve, bleu...

 

Le "Grupa Valenciana" est l'une des 40 oeuvres exposées dans le Museo de Bellas Artes de Valencia : ses enfants, Joaquín et María, sont représentés en costume typique de fête, à cheval et  au milieu d'une végétation dense qui confère à l'ensemble une luminosité exceptionnelle....


Ignacio Pinazo Camarlench (1849-1916)
Ignacio Pinazo suit à partir de 1864 les cours de l'Académie San Carlos de Valence, travaille pour plusieurs églises et décore des demeures. Ses voyages en Italie le font abandonner la peinture d'histoire pour se consacrer au portrait et au paysage, dans un style impressionniste d'une grande luminosité.

Nombre de ses oeuvres sont exposées au Museo de Bellas Artes de Valencia - San Pío V et à l'Instituto Valenciano de Arte Moderno.

 


Teodoro Andreu (1870-1935)
Appartenant à cette Ecole de Valence qui, à l'instar de Joaquín Sorolla, se caractérise par un impressionnisme très spécifique centré sur le "luminismo valenciano", Teodoro Andreu se distingue particulièrement à l'Exposición Regional Valenciana de 1909.